Tryphon de Lampsaque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint Tryphon)
Aller à : navigation, rechercher
Tryphon de Lampsaque
Image illustrative de l'article Tryphon de Lampsaque
Autres noms Tryphon Zazeran
Fête 1er février en Orient et 10 novembre en Occident
Attributs Faucon

Tryphon de Lampsaque est un saint martyr catholique et orthodoxe en 251 encore nommé Tryphon Zazeran. Il fut martyr à Nicée mais c'est à Lampsaque qu'il fut enseveli et qu'il fut vénéré. Fête le 1er février en Orient et le 10 novembre en Occident.

Biographie[modifier | modifier le code]

Saint Tryphon est originaire de Lampsaque en Phrygie[1].

En l’an 251, Tryphon habitait près du village d’Apamée. Pendant la persécution de Dèce, il fut arrêté comme chrétien et conduit à Nicée devant le gouverneur de Bithynie, nommé Aquilin qui lui fit subir en compagnie de saint Respice le supplice du chevalet durant près de trois heures[1].

Il est rapporté qu'il répondit au gouverneur arguant qu'ils étaient en âge de savoir ce qu’ils avaient à faire. « Cela est vrai, aussi désirons-nous atteindre à la perfection de la vraie sagesse en suivant Jésus-Christ[2]. »

Ensuite Aquilin les emprisonna, puis les fit traîner par les rues de la ville encore torturer, battre avec des fouets plombés et enfin décapiter.

Culte[modifier | modifier le code]

Cathédrale Saint-Tryphon

Les Grecs honorent saint Tryphon le 1er février. Les Latins, le fêtent le 10 novembre : ils lui joignent non seulement saint Respice, mais encore une vierge nommée Nymphe, par la raison que les corps de ces trois martyrs sont ensemble à Rome dans l'église Santo Spirito in Sassia, sous un même autel[1] et dans l'église Saint-Tryphon-Saint-Augustin de Rome[2].

La prière à saint Tryphon consiste en une dizaine de chapelets suivie de trois invocations saint Tryphon[2].

Son nom a été donné à une église à Constantinople, près de celle de Sainte-Sophie et une à Rome sous son invocation qui a été unie à celle de saint Augustin[2].

Son nom a aussi été donné à la cathédrale Saint-Tryphon à Kotor au Monténégro[2] L'abbaye Saint-Pierre de Cellefrouin relevait du cardinal de Saint-Tryphon[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Charles Louis Richard, Jean Joseph Giraud, Bibliothèque sacrée, ou, Dictionnaire universel historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, (présentation en ligne, lire en ligne), « Tryphon, martyr en Bythinie », p. 360
  2. a, b, c, d, e et f Saint Tryphon

Liens externes[modifier | modifier le code]