Sabine Andrivon-Milton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Milton.
Sabine Andrivon-Milton
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
En juin 2013, une rue du Vauclin (Pointe Athanase), est dénommée rue Sabine Andrivon-Milton.

Sabine Andrivon-Milton, née à Fort-de-France le , est une historienne française spécialiste de l'histoire militaire de la Martinique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a effectué ses études à l'Université des Antilles et de la Guyane de Schœlcher en Martinique et à l'Université Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu une thèse de doctorat intitulée La Martinique et la Grande Guerre en décembre 2003 et s'est spécialisée en Histoire militaire.

Présidente de l'association "Histoire Militaire de la Martinique", elle est l'initiatrice de l'inscription des noms des soldats oubliés sur les monuments aux morts : elle a découvert que près de 150 noms de soldats martiniquais morts pendant la Grande Guerre et ayant obtenu la mention "Mort pour la France" n'étaient pas inscrits sur les monuments aux morts. Depuis 2005, plusieurs municipalités ont décidé d'ajouter ces noms.

Pour son engagement auprès de la Défense, elle est lieutenant de la Réserve citoyenne.

Elle a organisé la manifestation "Monuments aux morts en lumières" qui consiste à illuminer les monuments aux morts pendant la semaine de la commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918.

Elle a le soutien des associations d'anciens combattants et de la population martiniquaise.

Le 10 novembre 2010, au Ministère des Outre-mer à Paris, elle organise le colloque Les anciennes colonies françaises et la Grande Guerre regroupant les spécialistes venus de la Guadeloupe (Ary Broussillon), de La Réunion (Rachel Mnémosyme), de la Nouvelle-Calédonie (Sylvette Boyer représentée par Sarah Mohammed), de la Guyane (Virginie Brunelot). Le 8 novembre 2011, ce colloque se déplace sur la Martinique et se déroule au Fort Desaix.

Reconnue par la population martiniquaise, elle fut élue femme de l'année 2011 par les auditeurs de Martinique 1re pour le travail accompli.

En novembre 2012, elle contribue à l'écriture de l'ouvrage Le Fort Desaix et le 33e RIMa, une histoire de marsouins aux Antilles.

En février 2013, elle est décorée de l'Ordre National du Mérite. En avril 2013, elle reçoit la médaille de bronze du service militaire volontaire. En juin 2013, une rue du Vauclin (Pointe Athanase), est dénommée rue Sabine Andrivon-Milton.

En 2014, avec le Centenaire de la Première Guerre mondiale, elle est sollicitée pour participer à des colloques et des tables rondes : En mai 2014, elle réalise une intervention intitulée Les femmes martiniquaises dans la guerre dans le cadre du colloque La Caraïbe et la Première Guerre mondiale organisée par les Archives départementales de la Guadeloupe et la Société d'histoire de la Guadeloupe. Le 8 juillet, elle intervient dans une table ronde au Sénat en présentant une communication intitulée Les soldats antillo-guyanais dans la Grande Guerre. Localement, elle présente de nombreuses conférences dans les établissements scolaires, dans les associations et autres afin d'exposer le rôle de la Martinique et des Martiniquais dans la Grande Guerre. Elle anime une rubrique intitulée Une île une histoire sur Martinique 1re radio.

En juin 2015, elle participe au colloque organisé par la SFHOM (Société Française d'Histoire des Outre Mer) à l'Université de la Sorbonne et présente une communication intitulée La production de sucre et du rhum à la Martinique au service de l'effort de guerre et ses conséquences sur la colonie.

En novembre 2015, elle a permis la restauration de la plaque commémorative située dans le cimetière de Balata sur laquelle étaient inscrits les noms des soldats originaires du quartier de Balata morts pendant la Grande Guerre.[réf. souhaitée]

Elle organise du 18 au 27 février 2016, la manifestation La Martinique et sa filleule Étain (pour lequel elle a reçu le Label Centenaire) qui consiste à amener une délégation de Martiniquais (94 personnes) à Étain (Meuse) qui fut une ville détruite pendant la Grande Guerre et reconstruite par la Martinique. 54 jeunes des collèges de Terreville et du Vauclin et du LPA du Robert accompagnés de leurs enseignants, d'anciens combattants et de sympathisants ont assisté à la commémoration de la bataille de Verdun (Bois des Caures), à la signature du jumelage entre Étain et le Vauclin, aux cérémonies d'hommages aux soldats martiniquais.[réf. souhaitée]

Le , elle a été nommée chevalier de la légion d'honneur[1]. Le 11 janvier 2017, le projet présenté par l'association Histoire militaire de la Martinique et intitulé Les soldats martiniquais et le Chemin des Dames a reçu le Label Centenaire.

En octobre 2017, elle a réalisé le jeu de cartes 9 familles Je découvre la Martinique puis en 2018 le jeu de société La Martinique au bout des doigts[2].

En décembre 2018, elle revient avec un autre jeu "la Martinique en jeux de société".

Télévision[modifier | modifier le code]

Elle réalise des modules télévisés historiques diffusés sur Martinique 1re :

  • Novembre 2013 : Propos de guerre
  • Novembre 2014 : Lettres de poilus martiniquais
  • Novembre 2015 : Des soldats martiniquais de la Grande Guerre
  • Jean Jules Joseph, un soldat créole, David Hunger et Daniel Picouly, 2014
  • On a retrouvé le soldat Borical, Barcha Bauer, La Lanterne, 2013
  • Gwadloup en Argonne, Fred Foret, extérieur jour, 2011.

Participations[modifier | modifier le code]

  • Présidente de l'association "Histoire Militaire de la Martinique"
  • Membre de la commission mémoire et solidarité du conseil départementale des anciens combattants.
  • Membre du Comité départemental du Centenaire 14-18.
  • Présidente de l'association Martinique-Étain
  • Secrétaire du Souvenir Français direction générale

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Martinique, base navale dans le rêve mexicain de Napoléon III (1862-1867). SAM éditions (novembre 1996)
  • La Martinique et la Grande Guerre, Éditions L'Harmattan (novembre 2005)
  • Le livre d'or des soldats martiniquais morts pendant la Grande Guerre. SAM éditions (novembre 2006)
  • Lettres de Poilus martiniquais. SAM éditions (novembre 2008)
  • La Martinique pendant la Grande Guerre, recueil de poèmes et de chants. SAM éditions (novembre 2009)
  • Anatole dans la tourmente du Morne Siphon, L'Harmattan, (juillet 2010)
  • La Martinique en 200 questions-réponses, Orphie (octobre 2011)
  • Belle la Martinique vue du ciel, Orphie (textes et légendes)
  • Le Fort Desaix et le 33e RIMa, une histoire de marsouins aux Antilles (novembre 2012), contribution
  • Fort-de-France en 200 questions-réponses. Orphie (juillet 2014)
  • Quizz, la Grande Guerre, les Antilles et la Guyane. SAM éditions (juillet 2014)
  • La Martinique et la Première Guerre mondiale en 100 questions-réponses. Orphie (juillet 2016). Label Centenaire.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Le détail des Ultramarins promus dans l'ordre de la Légion d'honneur", la1ere.francetvinfo.fr, janvier 2017
  2. « "La Martinique au bout des doigts" : un jeu de société pour valoriser notre patrimoine », sur Martinique la 1ère, (consulté le 18 janvier 2019)