SPHERE

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Spectro-Polarimetric High-Contrast Exoplanet Research

Spectro Polarimetric High contrast Exoplanet Research
(SPHERE)
The SPHERE instrument attached to the VLT.jpg
L'instrument SPHERE attaché à son télescope, le VLT.
Caractéristiques
Type
Altitude
2635 m
Site
Lieu
Adresse
Coordonnées

SPHERE, de son nom complet Spectro Polarimetric High contrast Exoplanet REsearch[1] (littéralement « Recherche d'exoplanètes par spectropolarimétrie à haut contraste »), en français Spectro-Polarimètre à Haut contraste dédié à la REcherche d'Exoplanètes[2], est un instrument de seconde génération installé sur le Très Grand Télescope de l'Observatoire européen austral, au Chili.

L'objectif principal de SPHERE est l'imagerie directe de planètes extrasolaires. Cet instrument est composé d'un miroir déformable comprenant 1 300 actionneurs pouvant compenser 1 200 fois par seconde les perturbations dues aux turbulences de l'atmosphère terrestre[3].

Consortium[modifier | modifier le code]

SPHERE est un projet européen dirigé par l'Institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble (IPAG)[3]. Ce consortium réunit au total 12 laboratoires et instituts d'europe: le laboratoire d'Astophysique de Marseille (LAM), le Max Planck Institute Für Astronomie (MPIA), l'observatoire de Paris - LESIA, l'Institut National de Astrophysica (INAF), l'Astronomical Observatory de Padova, l'ONERA, Le laboratoire Lagrange de Nice, l'Universiteit van Amsterdam, ETH Zurich Astron, L'observatoire de Genève et l'ESO[4].

Mission[modifier | modifier le code]

La planète HIP 65426b, détectée par l'instrument SPHERE

L'objectif principal de SPHERE est l'imagerie directe de planètes extrasolaires. SPHERE doit permettre de caractériser spectralement et polarimétriquement des planètes géantes.

En 2016, une équipe a annoncé avoir détecté une planète grâce à SPHERE HD 131399 Ab, orbitant dans un système triple. Cependant, une étude en 2017 montre qu'il s'agit en fait d'une étoile située en arrière plan et non d'une planète.[5]

En , le consortium SPHERE annonce la découverte de sa première exoplanète, HIP 65426 b[6],[7].

En , l’instrument SPHERE révèle les petits mondes rocheux et glacés de notre système solaire[8], le site internet de l'ESO publie 4 photos inédites des astéroïdes de la ceinture principale, (29) Amphitrite(324) Bamberga(2) Pallas et (89) Julie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SPHERE - Spectro Polarimetric High contrast Exoplanet REsearch, sur le site de l'Observatoire de Paris.
  2. information@eso.org, « Première lumière pour l'imageur d'exoplanètes SPHERE - Un nouvel instrument révolutionnaire équipe désormais le VLT », sur www.eso.org
  3. a et b Futura, « Sphere découvre sa première exoplanète en la photographiant »
  4. (en + fr) « SPHERE : Spectro-Polarimetric High-contrast Exo-planet REsearch » (consulté le )
  5. (en) Eric L. Nielsen, Robert J. De Rosa, Julien Rameau et Jason J. Wang, « Evidence That the Directly Imaged Planet HD 131399 Ab Is a Background Star », The Astronomical Journal, vol. 154, no 6,‎ , p. 218 (ISSN 1538-3881, DOI 10.3847/1538-3881/aa8a69, lire en ligne, consulté le )
  6. (en) G. Chauvin, S. Desidera, A.-M. Lagrange et A. Vigan, « Discovery of a warm, dusty giant planet around HIP 65426 », Astronomy & Astrophysics, vol. 605,‎ (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201731152, lire en ligne, consulté le )
  7. (en-GB) information@eso.org, « ESO’s SPHERE Unveils its First Exoplanet », sur www.eso.org (consulté le )
  8. ESO, « L’instrument SPHERE révèle les petits mondes rocheux et glacés de notre système solaire. »,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]