Série 59 (SNCB)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
SNCB série 59 (ex type 201)
Description de cette image, également commentée ci-après
La 5941 du PFT à Saint Ghislain
Identification
Exploitant(s) SNCB + associations
Désignation HLD série 59
(type 201 jusqu'en 1970)
Type locomotive
Motorisation Diesel
Concepteur Cockerill
Construction 1954-1955
Constructeur(s) Cockerill, Baume & Marpent, Ateliers Métallurgiques
No  de série 5901-5955
(201.001 - 201.055)
Mise en service 1954-1955
Effectif 55
Retrait 1988 (retrait service commercial)
2002 (fin des trains de travaux)
Préservation 7
Caractéristiques techniques
Carburant diesel
Moteur thermique Cockerill/Baldwin 608A
(8 cyl. en ligne)
Moteurs de traction ACEC
Transmission diesel-électrique
ACEC
Puissance continue 1275 kW
Effort de traction 196 kN
Masse en service 87,2 t
Longueur 16,18 m
Largeur 2,875 m
Hauteur 4,12 m
Bogies B'B'
Diamètre des roues Ø1018
Vitesse maximale 120 km/h

La série 59 est une série de locomotives diesel de ligne lourde, dite "de première génération" de la SNCB.

Elles ont été conçues et assemblées par Cockerill, alors que les caisses ont été fabriquées par Baume & Marpent et les Ateliers Métallurgiques d'Haine-Saint-Pierre.

Historique[modifier | modifier le code]

Après guerre, la SNCB a réceptionné quelques séries de locomotives à vapeur (le type 29 commandé aux États-Unis, les types 25 et 26 fabriquées avec les pièces détachées subsistant dans les usines Belges qui avaient été réquisitionnées pour assembler des "Kriegslok" allemandes).

Toutefois, les États-Unis expérimentaient déjà la traction par moteur thermique, qui s'avérait plus chère à l'achat, mais bien moins chère à exploiter. On passa donc commande au constructeur américain General Motors des séries 52/53/54 pour les lignes accidentées, alors que l'industrie nationale fut sollicitée pour fournir une série de motrices plus légères, dédiées aux lignes de plaine.

Ce furent les locomotives série 201, future série 59 après la renumérotation de 1970. Elles assuraient des services mixtes (trains de voyageurs ou trains de marchandises) jusqu'en 1988, où l’électrification du réseau les rendit inutiles.

Les 46 locomotives restantes (les autres ayant été préalablement radiées et démolies à la suite de plusieurs accidents graves au cours de leur carrière) furent radiées des effectifs entre 1986 et 1990.

Suite au manque d’engins puissants pour assurer les trains de travaux, quelques-unes des locomotives stockées au dépôt de Ronet en attente de démolition seront réactivées. Il s’agit des

Elles furent alors proposées à la vente, et utilisées à partir de 1991 sur les chantiers de construction de la LGV Nord française, puis des LGV 1&2 en Belgique. En 2002, l'inauguration de l'électrification de l’Athus-Meuse libère les séries 52/53/54, et l'inauguration de la LGV 2 sonnera donc le glas de la série. L'état général des motrices s'étant dégradé par suite de l'entretien minimal durant les travaux.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Ces motrices étaient essentiellement mises en ligne au départ des dépôts de Haine-saint-Pierre, Anvers Dam et Merelbeke (près de Gand). Quelques exemplaires ont également été assignées à Kinkempois et Hasselt lors de leur sortie d’usine.

Livrées[modifier | modifier le code]

Au cours de leur longue carrière, ces locomotives ont connu plusieurs livrées

  • Leur livrée d’origine, très particulière, utilisait deux tons de vert séparés par un double liseré jaune qui se rejoignait en diagonale sur les faces avant avec un grand motif en forme d’étoile
  • À l’occasion de l'Expo 58, la 201.001 revêtit une livrée particulière à deux tons de vert, majoritairement vert foncé avec des doubles liserés jaunes s’arrondissant au niveau des extrémités et un grand logo SNCB sur les faces avant
  • À partir des années 1960, une livrée, plus simple, fut adoptée avec une caisse vert foncé ornée d’une simple bande jaune sur les flancs et d’une moustache jaune sur les faces avant
  • Ces locomotives porteront de nombreuses variantes de la livrée "Vert 1970". La quasi-totalité recevra alors des doubles phares ce qui entraînera un changement du motif des faces avant. Une partie gardera cette livrée verte jusque à la fin de leur carrière.
  • Dès la fin des années 1970, elles seront progressivement repeintes en livrée jaune. Il existera plusieurs variantes car les premières avaient une très large bande verte sur les flancs alors que celles repeintes plus tardivement auront une bande moins large descendant moins bas.

Préservation[modifier | modifier le code]

  • La SNCB a sauvegardé les 5917 et 5910. Cette dernière a été remise en état d’origine (livrée à deux tons de vert et étoile jaune sur les faces d'about). L’autre, préservée à la fin de son service sur la LGV2, roule en livrée vert 1970.
  • La société de travaux de voie italienne Gleismac à acquis la 5933 qui fut finalement ferraillée en 2003[1].
  • L’association exploitant le chemin de fer touristique de la Vennbahn a sauvegardé la 5922 (en livrée jaune) et la 5930 (portant la livrée verte spéciale utilisée sur la 201.001 à l'occasion de l'Expo 58). Suite à la faillite de cette association, ces machines ont été acquises par un particulier, responsable de l'association Eisenbahnfreunde-Grenzland. Mi 2014, la 5922 a été rachetée alors que la 201.030, en trop mauvais état, a été ferraillée.
  • Le BVS a conservé la 5927 qu'elle a cédée au PFT en 1993. Elle doit être restaurée en livrée intermédiaire avec "moustaches" de la fin des années 1960. Cette association conserve également la 5941 (rénovée en livrée "verte 1970" avec feux simples d’un côté et doubles de l’autre), qui est régulièrement engagée sur des trains touristiques par l'association).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Locomotives de la série 59 (type 201) », (consulté le 25 décembre 2017)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Matériel moteur de la SNCB

Liens externes[modifier | modifier le code]