Rue Haxo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haxo.

19e, 20e arrts
Rue Haxo
Image illustrative de l’article Rue Haxo
Vue de la rue.
Situation
Arrondissements 19e
20e
Quartiers Amérique
Saint-Fargeau
Début 39, rue du Surmelin
Fin 67, boulevard Sérurier
Morphologie
Longueur 1 058 m
Largeur 15 m
Historique
Dénomination 1865
Ancien nom Rue de Vincennes
Rue de Pantin
Rue du Pré-Saint-Gervais
Géocodification
Ville de Paris 4459
DGI 4510

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Haxo
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Haxo est une voie des 19e et 20e arrondissements de Paris en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Haxo est desservie à proximité par la ligne (M)(3bis) à la station Saint-Fargeau, ainsi que par les lignes de bus (BUS) RATP 60 61.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom du général d'Empire François Nicolas Benoît Haxo (1774-1838).

Historique[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, c'est une allée du parc du château de Ménilmontant[1].

Elle paraît occuper l'emplacement d'une allée de l'ancien parc du château de Ménilmontant. Une partie de la rue Haxo aurait fait partie de la RD no 40.

Cette voie est constituée des anciennes « rue de Vincennes » entre les rues du Surmelin et de Romainville, « rue de Pantin » ou « rue du Pré-Saint-Gervais » entre la rue de Romainville et le boulevard Sérurier[2]. Elle prend sa dénomination actuelle par un décret du 2 octobre 1865.

Au cours de l'épisode de la villa des Otages, cinquante et une personnes sont détenues à la prison de la Roquette : onze prêtres, parmi lesquels Pierre Olivaint, trente-six gardes et gendarmes versaillais et quatre civils travaillant ou manipulés par la police. Ils sont transférés de la prison de la Roquette à la limite des fortifications, au 85, rue Haxo[3]. À cet endroit, ces personnes sont fusillées le 26 mai 1871 par un peloton d'exécution communard, avec l'approbation de la population présente. D'après le livre de souvenirs de Maxime Vuillaume, Mes cahiers rouges pendant la Commune, une autre personne est morte à cet endroit (la plaque commémorative mentionne d'ailleurs cinquante-deux victimes).

Ultérieurement, l'église Notre-Dame-des-Otages a été construite à cet emplacement, au no 81, commémorant la mémoire des cinquante-deux otages exécutés le 26 mai 1871 à cet endroit pendant la Semaine sanglante lors de la Commune de Paris.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Dans son best-seller Da Vinci Code, Dan Brown situe le siège de la banque suisse au no 24 de la rue. Or cette adresse n'existe pas puisque les numéros pairs de 18 à 34 ne sont pas attribués, les terrains attenants sont occupés notamment par le réservoir de Ménilmontant et le débouché de la rue Darcy.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]