Rue du Surmelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

20e arrt
Rue du Surmelin
Situation
Arrondissement 20e
Quartier Saint-Fargeau
Début 90, rue Pelleport et place Paul-Signac
Fin 1, place de l'Adjudant-Vincenot
Morphologie
Longueur 545 m
Largeur 15 m
Historique
Création Avant 1730
Dénomination 1er février 1877
Ancien nom Chemin neuf de Ménilmontant
Route départementale no 40
Géocodification
Ville de Paris 8747
DGI 9132

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Surmelin
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue du Surmelin est une voie située dans le quartier Saint-Fargeau du 20e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Au 45, rue du Surmelin commence le passage du Surmelin.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Sa dénomination est due au fait de la proximité du réservoir de Ménilmontant, alors alimenté par l'aqueduc de la Dhuis (affluent du Surmelin)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Cette voie tracée sur le plan de Roussel de 1730 était un chemin qui contournait l'enceinte sud-est du château de Ménilmontant, également appelé « château de Saint-Fargeau[2] ». Elle s'appelait alors « chemin neuf de Ménilmontant » et marquait la limite entre les communes de Charonne et Belleville[3]. La partie comprise entre les rues Pelleport et Le Bua faisait partie de la « route départementale no 40 » jusqu'en 1847.

Après le rattachement de ces deux communes à Paris par la loi du 16 juin 1859, la rue est officiellement incorporée à la voirie parisienne par le décret du 23 mai 1863[4].

Elle prend son nom actuel par un arrêté du 1er février 1877.

La partie de la rue du Surmelin débouchant sur le boulevard Mortier a pris le nom de « place de l'Adjudant-Vincenot » en 1935.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté préfectoral du 1er février 1877, op. cit., p. 415 [lire en ligne].
  2. Voir la carte sur « Châteaux et folies de l'est parisien vers 1750 » (consulté le 22 janvier 2014).
  3. Cadastre révisé des communes annexées (1830-1850), tableau d'assemblage Toutes sections, échelle 1/5000, cote CN/54.
  4. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Classement de rues dans la zone annexée à Paris », p. 344.