Romilly-sur-Aigre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romilly et Aigre.
Romilly-sur-Aigre
Le château du Jonchet  Classé MH (1984).
Le château du Jonchet Logo monument historique Classé MH (1984).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Canton Brou
Intercommunalité CC du Grand Châteaudun
Statut Commune déléguée
Maire délégué Philippe Gasselin
2017-2020
Code postal 28220
Code commune 28318
Démographie
Population 475 hab. (2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 54″ nord, 1° 17′ 00″ est
Altitude Min. 91 m
Max. 131 m
Superficie 12,14 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Cloyes les Trois Rivières
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 15.svg
Romilly-sur-Aigre

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 15.svg
Romilly-sur-Aigre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Romilly-sur-Aigre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Romilly-sur-Aigre

Romilly-sur-Aigre est une ancienne commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes et département limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Romilly-sur-Aigre
Cloyes-sur-le-Loir Autheuil
Romilly-sur-Aigre La Ferté-Villeneuil
Saint-Jean-Froidmentel (Loir-et-Cher) Brevainville (Loir-et-Cher) Charray

Site[modifier | modifier le code]

Romilly-sur-Aigre est installé sur les deux versants de l'Aigre, affluent de la rive gauche du Loir. Situé au sud du département d'Eure-et-Loir, son territoire est limitrophe du département de Loir-et-Cher.

Carte de Romilly-sur-Aigre et des communes limitrophes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Romilly-sur-Aigre est intégrée à la commune nouvelle de Cloyes les Trois Rivières, avec statut de commune déléguée[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 mars 2001 Aurèle Daviau    
mars 2001 mars 2008 Gilbert Amary    
mars 2008 en cours Philippe Gasselin SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 475 habitants, en diminution de -1,25 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
391 447 391 518 607 615 620 639 647
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
628 614 584 545 540 624 615 605 568
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
580 539 501 433 428 419 432 456 403
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
406 380 362 360 405 465 451 500 475
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancien prieuré de Bouche d'Aigre.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église paroissiale Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

XVe siècle. Adossé à sa façade ouest le Petit Hôpital de Jean de Pleurre (de la fin du XVIIe siècle, déplacement momentané de l'Hôtel-Dieu de la Ferté-Villeneuil). Cet hôpital, bâtiment rectangulaire accoté de deux tours d'angle, constitue aujourd'hui le porche de l'église et donne à celle-ci, à tort, l'allure d'une église fortifiée[6].

Ancien prieuré de Bouche d'Aigre[modifier | modifier le code]

 Inscrit MH (1928)[7].
Restes d'un prieuré dépendant de l'abbaye de Tiron (actuellement Thiron-Gardais en Eure-et-Loir) fondé en 1114 au confluent de l'Aigre et du Loir. Il ne subsiste que le chœur de l'église datée du milieu du XIIe siècle. Dans le parc, château très remanié au XIXe siècle[8].

Cimetière[modifier | modifier le code]

Tombe du curé Brazon inhumé en 1875, entourage en fer forgé, croix et piédestal sculptés dans une pierre tendre, y sont représentés ses vêtements et instruments de culte: barrette, soutane, missel, étole, chapelet.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château du Jonchet.
De style Renaissance fin XVIe siècle. Transformé au XVIIIe siècle par l'architecte Gabriel de Lestrade, qui construisit notamment l'escalier d'honneur pour Louis-Hilaire du Bouchet, comte de Sourches. Il fut ensuite la propriété du comte Lionel de Tarragon (oncle du sculpteur Cyril de La Patellière). Ce château, très abimé dans les années 1950, a été entièrement restauré par le propriétaire suivant, l'architecte Fernand Pouillon, (1912-1986) qui l'évoque dans ses Mémoires[10]. Il fut ensuite la propriété de Roger Bellon, propriétaire des laboratoires pharmaceutiques du même nom et appartient actuellement au couturier Hubert de Givenchy.
  • Château de Sainte-Barbe, XIXe siècle.
  • Ferme de La Touche.
  • Arboretum.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « arrêté de création » (consulté le 31 mai 2016).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. "Bulletin de la Société dunoise d'archéologie" no 299, année 2009, "Bulletin de la Société archéologique d'Eure-et-Loir" Églises du canton de Cloyes no 98, année 1983.
  7. « Ancien prieuré de Bouche d'Aigre », notice no PA00097190, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Le prieuré de Bouche d'Aigre sur le site de la commune.
  9. « Château du Jonchet », notice no PA00097189, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Fernand Pouillon, Mémoires d'un architecte, Paris : Éditions du Seuil, 1968. BNF FRBNF33141844
  11. http://gpescolairerogerbellon.com/rbellon.html