Roland Marx (historien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roland Marx.
image illustrant un historien image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un historien français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Roland Marx
Biographie
Naissance
à StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) Française
Thématique
Titres Docteur d'État en histoire
Profession(s) Professeur des universités
Approche Histoire de la civilisation britannique

Roland Marx, est un historien français né le à Strasbourg et mort le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roland Marx est le fils de Léon Marx, chef de bureau, et de Cécile Caron. Il effectue ses études secondaires et supérieures à Strasbourg. Il est reçu au Capes d'histoire et de géographie en 1955 et à l'agrégation d'histoire en 1956.

Il meurt d'une affection cardiaque le vendredi 4 février, à l'âge de soixante-six ans[1].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Professeur de lycée[modifier | modifier le code]

Son premier poste est le lycée Lamoricière, à Oran (Algérie). Il y reste les deux années scolaires 1956-1957 et 1957-1958[2]. Puis il est nommé au lycée de Mulhouse.

Professeur à l'université[modifier | modifier le code]

De 1973 à 1991, Roland Marx enseigne la civilisation britannique et d'histoire de la Grande-Bretagne à l'université de Strasbourg II, où il dirige l'UFR de langues et civilisations étrangères. Puis il est professeur de civilisation et sociologie de la Grande-Bretagne à la Sorbonne Nouvelle (Paris-III) de 1990 à 2000[3].

Il est docteur ès lettres (1969), spécialiste de la Révolution française, de l'histoire britannique moderne et du Commonwealth.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches sur la vie politique de l'Alsace pré-révolutionnaire et révolutionnaire, Istra, 1966 (thèse de doctorat)
  • Histoire du Royaume-Uni, les principaux courants, Paris, A. Colin, 1967
  • La Révolution industrielle en Grande-Bretagne des origines à 1850, Paris, A. Colin, 1970
  • L'Angleterre des révolutions, courants et mouvements, Paris, A. Colin, 1971
  • La Grande-Bretagne contemporaine : 1890-1973, Paris, A. Colin, 1973
  • La Révolution et les classes sociales en Basse-Alsace : structures agraires et vente des biens nationaux, Bibliothèque nationale, 1974
  • Lexique historique de la Grande-Bretagne : XVIe-XXe siècles, Paris, A. Colin, 1976
  • L'Alsace de la Révolution à l'annexion : 1789 à 1871, Éditions Mars et Mercure, 1978
  • Religion et société en Angleterre : de la Réforme à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1978
  • La Société victorienne, avec Monica Charlot, Paris, A. Colin, 1978
  • L'Europe de 1789 à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1980
  • Histoire de la Grande-Bretagne, Paris, Armand Colin / Masson, 1980
  • La Société britannique de 1660 à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1981
  • La Vie quotidienne en Angleterre au temps de l'expérience socialiste : 1945-1951, Paris, Hachette, 1983
  • Mort d'un amiral : l'IRA contre Mountbatten, Paris, Calmann-Lévy, 1985
  • La Grande-Bretagne et le monde au XXe siècle, Masson, 1986
  • Jack l'Éventreur et les fantasmes victoriens, Complexe et PUF, 1987
  • Eamon De Valera, Beauchesne, 1990
  • L'Angleterre de 1945 à nos jours, Paris, A. Colin, 1991
  • La révolution industrielle en Grande-Bretagne, Paris, A. Colin, 1992
  • L'Angleterre de 1914 à 1945, Paris, A. Colin, 1993
  • De l'Empire au Commonwealth : 1850-1994, Ploton, 1995
  • La Grande-Bretagne depuis 1945, Paris, Seuil, 1996
  • Winston Churchill : enfance et adolescence, Éditions. Autrement, 1999
  • Les îles britanniques, Éditions Clartés, 2000
  • La reine Victoria, Paris, Fayard, 2000

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde, 9 février 2000.
  2. Fichier de l'ensemble du personnel du lycée (Lamoricière) de 1887 à 1962, p. 11.
  3. Jean-Claude Sergeant, « In Memoriam Roland Marx », Bulletin de la société des anglicistes de l'enseignement supérieur, no 54,‎ , p. 4-5 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]