Rhinite allergique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rhinite allergique
Description de cette image, également commentée ci-après
Mélange de pollens photographié par microscopie électronique (fausses couleurs).
Spécialité ImmunologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CISP-2 R97Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 J30
CIM-9 477
OMIM 607154
DiseasesDB 26380
MedlinePlus 000813
eMedicine 834281, 134825 et 889259Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine ent/194 
MeSH D012220
Symptômes Réaction allergique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Médicament Bétaméthasone, chlorcyclizine (en), flunisolide (en), olopatadine (d), (R)-carbinoxamine (d), ramatroban (en), cyproheptadine hydrochloride (d), montélukast et fexofénadineVoir et modifier les données sur Wikidata
Patient UK Allergic-rhinitis

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La rhinite allergique est une affection médicale bénigne secondaire à une hypersensibilisation à une substance étrangère dénommée allergène. Son expression clinique est essentiellement la rhinite et la conjonctivite.

L'allergène peut être le pollen (dans le cadre du rhume des foins) mais aussi les acariens, ainsi que d'autres produits.

Mécanismes[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une réaction allergique faisant intervenir les IgE et les lymphocytes T helper de type 2[1]. Le contact de la muqueuse nasale avec l'allergène provoque le relargage d'histamine, de leucotriènes, de prostaglandines.

Statistiques[modifier | modifier le code]

L'allergie est responsable des deux tiers des rhinites de l'enfant et d'un tiers de celles de l'adulte[2].

En France, plus de 30 % des adultes souffrent de rhinite allergique[3].

La prévalence dans l'enfance est en augmentation, bien que cela ne soit pas retrouvé partout dans le monde[4].

Les quatre-cinquièmes des rhinites allergiques débutent avant l'âge de 20 ans[2] et l'incidence semble être maximale au début de l'adolescence[5]. Elle atteint un peu plus fréquemment les garçons mais le ratio par sexe s'égalise à l'âge adulte[2]. Elle tend à décroître avec l'âge[6].

La rhinite allergique est fréquente chez l'asthmatique et il est possible que la première favorise la seconde maladie[7], ou du moins, soit un facteur de risque[8].

Causes[modifier | modifier le code]

L'allergie semble être favorisée par différents facteurs. Une trop grande propreté, telle que décrite dans l'« hypothèse hygiéniste », pourrait favoriser l'apparition de phénomène allergique[9]. Chez l'adulte, l'alcoolisme serait un facteur favorisant de rhinites[10].

Les allergènes peuvent être les pollens (on parle alors de rhinite allergique saisonnière, de rhume des foins ou de pollinose), les poils d'animaux, les acariens, les poussières.

Une étude récente (2019) a recherché s'il existait une association entre l'incidence de la rhinite et l'exposition chronique à 2 polluants communs (NO2 et/ou PM 2,5), à partir de 1533 adultes de deux cohortes multicentriques (EGEA et ECRHS). Les auteurs ont défini l'incidence de la rhinite comme la déclaration d'une rhinite lors du deuxième suivi (2011 à 2013) par des personnes n'en ayant pas déclaré lors du suivi précédent (2000 à 2007) ; l'étude n'a trouvé « aucune preuve cohérente d'une association », mais a constaté que les résultats différaient selon la ville, sans cependant qu'aucun modèle régional n'ait pu être mis en évidence pour aucun de ces deux polluants[11].

Une autre étude récente (2017) s'est intéressée aux effets de deux polluants oxydants (O3 et NO2) sur du pollen en suspension (de platane ; Platanus x acerifolia). Ces effets ont été recherchés et mesurés via 3 techniques : immunoempreinte, spectroscopie photoélectronique infrarouge et rayons X[12]. La première a clairement mis en évidence une augmentation d'allergénicité du pollen[12]. Les deux autres ont montré que la composition élémentaire de surface de ce pollen avait (en 6 heures) changé sous l'effet de ces polluants communs. Cette étude a en outre montré que certains de ces changements dépendent des polluants, et qu'ils se produisent à des niveaux inférieurs aux seuils réglementés[12]. In vitro, six heures d'exposition à 0,061 ppm d'O3 : 0,025 ppm de NO2 et 0,060 et 0,031 ppm du mélange O3 + NO2 suffisent à induire des changements d'allergénicité du pollen, plus ou moins selon le polluant testé (gaz ou mélange de gaz)[12].
Ce travail a aussi montré qu'un même gaz oxydant (O3 ou NO2) peut interagir différentient selon l'allergène considéré[12]. Selon les auteurs, « lors de son voyage dans l'air, la paroi pollinique subit des modifications de ses composants induites par la pollution atmosphérique, ce qui peut compromettre la fonction pollinique »[12].

Description[modifier | modifier le code]

La rhinite se manifeste par un écoulement nasal clair pouvant conduire à une obstruction nasale. Elle est associée à des éternuements. L'association à une conjonctivite (yeux rouges qui pleurent et qui piquent) est fréquente[13].

L'évolution peut se faire vers un asthme[14] ou favoriser l'apparition d'otites[15].

Les symptômes peuvent être suffisamment gênants pour altérer la qualité de vie[16] à un niveau équivalent à celle de l'asthme[17], contrariant les activités sociales. Ils peuvent aussi dégrader les performances scolaires mais l'effet sédatif des médicaments antihistaminiques peut aussi jouer[18].

Une cause allergique à la rhinite doit être théoriquement démontrée par un test cutané (prick test) ou par la recherche d'immunoglobulines E spécifiques dans le sang. Cela est rarement nécessaire en cas d'allergie saisonnière, plus en cas de rhinite pérenne.

Rhinite allergique saisonnière[modifier | modifier le code]

La rhinite allergique saisonnière est appelée également pollinose, « rhinoconjonctivite allergique aux pollens », ou plus communément « rhume des foins ». Elle s'oppose aux rhinites dites « pérennes » qui sont, elles, provoquées par une substance allergisante non saisonnière (les acariens, par exemple).

Ses principales manifestations sont éternuements, rhinorrhée, obstruction nasale, démangeaisons nasales et oculaires, larmoiement. Ces symptômes surviennent à la suite d'une exposition à des pollens allergisants, dont la présence dans l'air est variable selon les saisons. En Europe occidentale, par exemple, il s'agit d'espèces comme le noisetier et l'aulne à la fin de l'hiver, suivis du bouleau, puis du chêne au printemps, des graminées en début d'été, de l'ambroisie et du plantain en fin d'été[19]. Les conditions météorologiques influent également : la concentration en pollens dans l'air est plus élevée par temps chaud et sec.

La rhinite allergique saisonnière débute généralement dans l'enfance. Elle est rare après 65 ans. L'asthme y est souvent associé (dans 20 % des cas environ). La rhinite allergique peut aussi être associée à une conjonctivite allergique ou à d'autres pathologies comme la sinusite ou l'otite.

Les examens complémentaires sont rarement nécessaires pour faire le diagnostic. Les tests cutanés ne sont utiles que si une désensibilisation est envisagée. Il existe aussi une rhinite allergique de longue durée, qui peut s'étaler sur plusieurs années, c'est dans ces cas-là que la désensibilisation est idéale.

Traitements[modifier | modifier le code]

Les traitements sont surtout symptomatiques : éviction si possible de l'allergène (même si les preuves de l'efficacité de cette éviction manquent dans le cas des acariens[20]), cromoglicate de sodium en solution nasale (en collyre en cas de symptômes oculaires), corticoïdes locaux, antihistaminiques par voie orale ou nasale. L'irrigation nasale par une simple solution saline peut être efficace[21]. Les corticoïdes nasaux (comme le furoate de fluticasone) s'avèrent être plus efficaces que les antihistaminiques oraux[22], les premiers n'agissant cependant pas sur les conjonctivites associées. Les antagonistes aux leucotriènes sont d'efficacité comparable aux antihistaminiques[23]. Les corticoïdes en intramusculaire ne sont pas dénués d'effets secondaires, parfois graves.

La désensibilisation consiste à administrer un allergène de façon continue sur plusieurs mois ou années, de façon croissante. Administrée par voie sous-cutanée, la désensibilisation a prouvé son efficacité, mais au prix parfois d'effets indésirables (réactions locales aux points d'injection, urticaire), parfois grave (bronchospasme, angio-œdème, asthme, réaction anaphylactique), nécessitant une surveillance d'environ une heure après chaque injection[2]. Elle a également une certaine efficacité dans la prévention de l'évolution vers une maladie asthmatique[24]. L'administration par voie sublinguale (lyophilisats) est une technique efficace dans l'allergie pollinique[25] mais semble plus discutée dans les autres types d'allergie[26].

Le pollen de phléole des prés (Grazax⁰) est un traitement utilisable par voie orale, non remboursé par la sécurité sociale. Un traitement de quatre mois est nécessaire pour un gain de quatre jours de confort. Il n'existe par ailleurs pas d'essais comparatifs avec la désensibilisation par voie sous-cutanée. Deux tiers des patients ont présenté des effets indésirables à la suite de ce traitement[27][source insuffisante].

L'acupuncture semble avoir une efficacité limitée[28].

Même si ce n'est pas un médicament en France ni un traitement, la quercétine (quercetol) flavonoïde extraite de plantes type câpres, ..., oseille, myrtilles, ... semble diminuer très fortement les symptômes inflammatoires, conjonctifs, écoulements nasaux et sifflements respiratoires[réf. nécessaire]. Elle est parfois associée au curcuma .

Le sureau semble efficace dans la régulation et l’élimination du mucus ou écoulement nasal y compris dans les nez très encombrés[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Wheatley LM, Togias A, « Allergic rhinitis » N Engl J Med, 2015;372:456-463
  2. a b c et d (en) Greiner AN, Hellings PW, Rotiroti G, Scadding GK, « Allergic rhinitis » Lancet, 2011;378:2112-2122
  3. (en) Klossek et al. « Prevalence, severity and impact of allergic rhinitis in the French community Survey Instant 2006 ». Allergy 2008; 63 (Suppl. 88): 158-611. Abstract no 1153. EAACI June 2008
  4. (en) Björkstén B, Clayton T, Ellwood P, Stewart A et Strachan D pour le groupe isaac d'étude de phase III. « Worldwide time trends for symptoms of rhinitis and conjunctivitis: phase III of the International Study of Asthma and Allergies in Childhood » Pediatr Allergy Immunol, 2008;19:110-124
  5. (en) Keil T, Bockelbrink A, Reich A et al. « The natural history of allergic rhinitis in childhood » Pediatr Allergy Immunol, 2010;21:962-969
  6. (en) Yonekura S, Okamoto Y, Horiguchi S et al. « Effects of aging on the natural history of seasonal allergic rhinitis in middle-aged subjects in South Chiba, Japan » Int Arch Allergy Immunol, 2012;157:73-80
  7. (en) Leynaert B, Neukirch C, Kony S et al. « Association between asthma and rhinitis according to atopic sensitization in a population-based study » J Allergy Clin Immunol, 2004;113:86-93
  8. (en) Shaaban R, Zureik M, Soussan D et al. « Rhinitis and onset of asthma: a longitudinal population-based study » Lancet, 2008;372:1049-1057
  9. (en) von Mutius E, « 99th Dahlem conference on infection, inflammation and chronic inflammatory disorders: farm lifestyles and the hygiene hypothesis » Clin Exp Immunol, 2010;160:130-135
  10. (en) Bendtsen P, Grønbaek M, Kjaer SK, Munk C, Linneberg A, Tolstrup JS, « Alcohol consumption and the risk of self-reported perennial and seasonal allergic rhinitis in young adult women in a population-based cohort study » Clin Exp Allergy, 2008;38:1179-1185
  11. (en) Emilie Burte, Bénédicte Leynaert, Roberto Bono et Bert Brunekreef, « Association between air pollution and rhinitis incidence in two European cohorts », Environment International, vol. 115,‎ , p. 257–266 (DOI 10.1016/j.envint.2018.03.021, lire en ligne, consulté le 28 novembre 2020)
  12. a b c d e et f (en) Helena Ribeiro, Célia Costa, Ilda Abreu et Joaquim C.G. Esteves da Silva, « Effect of O3 and NO2 atmospheric pollutants on Platanus x acerifolia pollen: Immunochemical and spectroscopic analysis », Science of The Total Environment, vol. 599-600,‎ , p. 291–297 (DOI 10.1016/j.scitotenv.2017.04.206, lire en ligne, consulté le 28 novembre 2020)
  13. (en) Bielory L, « Allergic conjunctivitis and the impact of allergic rhinitis » Curr Allergy Asthma Rep, 2010;10:122-134
  14. (en) Shaaban R, Zureik M, Soussan D et al. Rhinitis and onset of asthma: a longitudinal population-based study, Lancet, 2008;372:1049-1057
  15. (en) Tewfik TL, Mazer B, « The links between allergy and otitis media with effusion », Curr Opin Otolaryngol Head Neck Surg, 2006;14:187-190
  16. (en) Meltzer EO, « Quality of life in adults and children with allergic rhinitis » J Allergy Clin Immunol, 2001;8:S45-S53
  17. (en) Leynaert B, Neukirch C, Liard R, Bousquet J, Neukirch F, « Quality of life in allergic rhinitis and asthma: a population-based study of young adults » Am J Respir Crit Care Med, 2000;162 (4 Pt 1):1391-1396
  18. (en) Walker S, Khan-Wasti S, Fletcher M, Cullinan P, Harris J, Sheikh A, « Seasonal allergic rhinitis is associated with a detrimental effect on examination performance in United Kingdom teenagers: case-control study » J Allergy Clin Immunol, 2007;120:381-387
  19. Calendrier des allergènes (France)
  20. Horak F Jr, Matthews S, Ihorst G et al. Effect of mite-impermeable mattress encasings and an educational package on the development of allergies in a multinational randomized controlled birth-cohort study—24 months results of the Study of Prevention of Allergyin Children in Europe, Clin Exp Allergy, 2004;34:1220-5
  21. (en) Georgitis JW « Nasal hyperthermia and simple irrigation for perennial rhinitis. Changes in inflammatory mediators » Chest 1994 Nov;106(5):1487-92.
  22. (en) Weiner JM, Abramson MJ, Puy RM, « Intranasal corticosteroids versus oral H1 receptor antagonists in allergic rhinitis: systematic review of randomised controlled trials » BMJ, 1998;317:1624-1629
  23. Wilson AM, O’Byrne PM, Parameswaran K, « Leukotriene receptor antagonists for allergic rhinitis: a systematic review and meta-analysis » Am J Med, 2004;116:338-44
  24. (en) Jacobsen L, Niggemann B, Dreborg S et al. Specific immunotherapy has long-term preventive effect of seasonal and perennial asthma: 10-year follow up on the PAT study, Allergy, 2007;62:943-948
  25. (en) Radulovic S, Calderon MA, Wilson D, Durham S, Sublingual immunotherapy for allergic rhinitis, Cochrane Database of Systematic Reviews, 2010, Issue 12. Art. no : CD002893. DOI:10.1002/14651858.CD002893.pub2
  26. (en) Larenas-Linnemann D, Sublingual immunotherapy in children: complete and updated review supporting evidence of effect, Curr Opin Allergy Clin Immunol, 2009;9:168-176
  27. Revue Prescrire, no 288, octobre 2007.
  28. Brinkhaus B, Ortiz M, Witt CM et al. Acupuncture in patients with seasonal allergic rhinitis: A randomized trial, Ann Intern Med, 2013;158:225-234

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Benjamins, C. E., & de Graaf, J. (1934). L'utilité des symptômes nasaux dans le rhume des foins. Acta Oto-Laryngologica, 20(1-2), 165-180.
  • (fr) Vermeulen, B. (1931). Recherches sur les substances sensibilisantes qui provoquent le Rhume des Foins, au moyen de la méthode de Dale. Acta oto-lar., 15.
  • (fr) Annesi-Maesano, I., Didier, A., Klossek, J. M., Chanal, I., Moreau, D., & Bousquet, J. (2004). Le Score For Allergic Rhinitis (SFAR)–version française. Revue française d'allergologie et d'immunologie clinique, 44(4), 396-399.