Renaud Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Renaud Fabre
Description de cette image, également commentée ci-après

Renaud Fabre

Naissance
Paris (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Domaines Économie
Diplôme Institut d'études politiques de Paris, Docteur d'État en Sciences économiques
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur

Renaud Fabre, né le à Paris, est professeur des Universités en Sciences économiques à l'Université de Paris VIII (Vincennes - Saint-Denis). Il en est le président de 1997 à 2000. Diplômé de la section « Service public » de l'Institut d'études politiques de Paris, Renaud Fabre est également docteur d'État en Sciences économiques. Il est directeur de la Direction de l'Information scientifique et technique du CNRS de juin 2013 à aout 2017 [1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Renaud Fabre réalise sa thèse sous la direction de Michel Beaud, en se spécialisant autour des thématiques du changement technologique et de l'emploi, de l'économie du développement et de l'économie de l'information et de la communication[2]. Il poursuit sa carrière en 1972 par un poste d'attaché de coopération technique en ambassade à Djakarta. De 1975 à 1981, il réalise des expertises économiques dans le cadre d’organismes de développement (BIT, OCDE, Union européenne), sur le changement technologique, la formation et l’emploi. Après un passage au cabinet du ministre de l'Agriculture (responsable des rapports Nord-Sud) entre 1981 et 1983, il travaille de 1983 à 1990, au financement d'infrastructures de développement à la Caisse nationale de Crédit Agricole, notamment au Service des collectivités locales, puis deux ans en détachement à la Compagnie nationale du Rhône (CNR)[3].

Activités d'enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Parallèlement, Renaud Fabre a enseigné depuis 1980 à l'Institut technique de banque (CNAM, Paris), à l'École polytechnique (département Humanités et Sciences sociales, 1992-1996), à l'École nationale de la statistique et de l'administration économique (spécialisation Développement, 1990-1992), à l'École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (1984-1989), à l'Université de Paris VIII («Vincennes - Saint-Denis»), à l'Institut d'études politiques de Paris (Master d'affaires publiques). Il donne un cours semestriel sur la gestion des connaissances et de la science à l'heure du numérique du master Politiques publiques[4].

De 1998 à 2001, durant son mandat de président de l'université de Paris VIII, il préside le Groupement d'intérêt scientifique GEMME.

Activités d'évaluation des systèmes éducatifs et d'organisation de l'information scientifique et technique[modifier | modifier le code]

Depuis 2001, en tant que rapporteur à la Cour des comptes, Renaud Fabre se spécialise dans l'évaluation et la gestion des politiques nationales, académiques et locales de l'éducation et de la formation. À ce titre, il participe à de nombreux rapports sur l'ensemble des changements affectant l'efficience et l'efficacité de l'enseignement scolaire, l'équité, la concentration de l'échec, les formes nouvelles des inégalités scolaires, l'organisation nouvelle des enseignements.

Il s'intéresse particulièrement à la prospective des outils et méthodes de l'éducation, notamment en tant que Président de la délégation française à l'ISO (Organisation internationale de normalisation) et du groupe de normalisation (GC36 de l'AFNOR) sur les normes de gestion des enseignements en ligne (ISO/JTC1/SC36).

De 2009 à 2011, Renaud Fabre est Délégué national « Éducation et Enseignement supérieur » de l’Association des régions de France (ARF) auprès du ministère de l'Éducation nationale, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

En 2011-2012, il est expert-associé au LIEPP (Laboratoire interdisciplinaire pour l'évaluation des politiques publiques), LABEX du PRES Sorbonne Paris Cité.

Après son activité à la Cour des Comptes, il est nommé Directeur de l'information scientifique et technique à la Direction générale du CNRS (CNRS-DIST). Il remplace Serge Bauin. Il engage une politique de développement et de partage des connaissances, à travers l'ensemble des réseaux de l'IST.

Organisation et valorisation de l'information scientifique et technique[modifier | modifier le code]

De juin 2013 à août 2017, Renaud Fabre est nommé Directeur de l'information scientifique et technique à la Direction générale du CNRS (CNRS-DIST). Il assure la construction d'une politique de développement et de partage des connaissances, à travers l'ensemble des réseaux de l'IST nationale. Sous la responsabilité successive de trois responsables de la direction générale déléguée à la science, (DGDS), Renaud Fabre a assumé la tâche de définir et de conduire la « mission nationale »  statutaire du CNRS en matière d’IST.

Sous la responsabilité du Président Alain Fuchs, il a défini une stratégie intitulée « Mieux partager les connaissances »[5] qui a elle-même servi de base à la stratégie de l’Institut de l’Information Scientifique et Technique (INIST).

Sous l’impulsion de Renaud Fabre, la DIST a pris une part active aux évolutions nationales de l’IST qu’ont été la mise en place des dispositions relatives à la science de la loi « Pour une République numérique », ainsi que de tous le dispositif de mise en œuvre qui accompagne ce texte majeur pour le travail de recherche à l’heure digitale.

Son action a également porté sur les multiples aspects de la mutualisation de l’offre nationale de services d’IST et ceci dans le développement et le partage des usages (achats groupés d’outils de métrique pour les Etablissements), que dans la préfiguration de grands usages mieux partagés (Etudes COPIST[6]).

Dans le cadre de son activité de direction, Renaud Fabre dirige différents projets à la DIST du CNRS, dont le projet ISTEX, issu du programme Investissement d’Avenir, soutenu à hauteur de 60 Millions d’euros, par le Commissariat Général à l’Investissement, le Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi que l’Agence Nationale de la Recherche. Cette Plateforme préfigure le développement de services et d'informations distribuées de la science vers les nouveaux usages économiques, sociaux et stratégiques de la société civile et de l'Etat.

Domaines et thèmes de publications[modifier | modifier le code]

Renaud Fabre analyse la finance et l'économie au regard du changement technologique, de l’emploi et des conditions éducatives d’une croissance durable et « partageable ».

Dans la période récente, après 2005, ses publications sont orientées vers la gestion des connaissances numériques puis vers la développement et le partage de l'information scientifique numérique, et plus précisément la distribution et la valorisation sur les plateformes de cette dernière.

Il publie en 2011 Dix questions sur l'éducation, avec certains de ses élèves. Le livre dresse un « état des lieux des évaluations publiques sur l'école en France (Inspections générales, Cour des comptes, Conseil d'analyse stratégique, Haut conseil de l'Éducation) et à l'étranger (OCDE, Agences nationales d'évaluation) associées à des résultats de recherche ». Ce processus pédagogique innovant, consistant en une réflexion commune visant à la rédaction complète d'un ouvrage publiable, est à nouveau répété dans ses classes à SciencesPo en 2015-2016, puis en 2016-2017, marquant le début d'une série de livres incrémentaux ; Les nouveaux enjeux de la connaissance. Il continue son activité de publication avec des étudiants en sortant New Challenges for Knowledge. Digital Dynamics to Access and Sharing en 2016[7].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Textes en ligne[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Premiers travaux[modifier | modifier le code]

  • Paysans sans terres, Paris, Dunod, (ISBN 2-04-010144-6)
  • Contribution et rétribution du travail agricole dans la croissance. La génération du développement rural, 1960-1990, Paris, Université de Paris VIII. Thèse de doctorat en science économique,
  • (en coll. avec Pierre Uri), Aider le Tiers-monde à se nourrir lui-même, Paris, Economica, , 191 p.
  • La liberté d'entreprendre : un droit en quête d'auteur. Rapport moral sur l'Argent dans le monde, Caisse des Dépôts, Editions Montchrestien, Revue d'Economie Financière, édition 1998

Evaluation de politique publique[modifier | modifier le code]

  • Renaud Fabre, Dix questions sur l'éducation; œuvre d'un collectif d'étudiants de Sciences-Po Paris, membres du groupe d'études « Gestion des systèmes éducatifs » constitué à l'issue de conférences données de 2008 à 2011, Paris, Belin, (ISBN 978-2-7011-5991-1)
  • Renaud Fabre, "La différenciation des projets scolaires: "nouvelles" exigences pour l'éducation nationale?" , Vue de l'Association Française des Administrateurs de l'Éducation, École supérieure de l'éducation nationale no 2, Poitiers, Juin 2011
  • Renaud Fabre, "Refonder le contrat social pour l'école" & "L'évaluation publique et l'école" ,  éd. Après Demain, Revue trimestrielle fondée par la Ligue des Droits de l'Homme, Rédacteur en chef du no 21 (1er trimestre 2012)
  • Renaud Fabre, Identité numérique et éducation: le maitre et l'élève vus par les normes des technologies de l'information pour l'éducation - Rapport de recherches, Paris, Institut des Sciences de la Communication (ISCC), CNRS, , 215 p.
  • Renaud Fabre et al. (direction d'ouvrage), Dix (nouvelles) questions sur l'éducation: pour accompagner les changements en cours, Paris, , 240 p.

Numérique[modifier | modifier le code]

  • Knoppers & Fabre, "Standards of Privacy Protection in information technologies for learning, education and training", Communication to ISO Meeting (JIC1/SC36) Shanghai, 2012
  • Renaud Fabre et Jake Knoppers (Canada) coéditeurs, "Information technology — Identification of Privacy Protection requirements pertaining to Learning, Education and Training (LET) — Part 1: Framework and Reference Model " ISO/IEC/ JTC1/SC36/WG 3 Secretariat: AFNOR : (Genève International Organization for Standardization (ISO), , 250 p.
  • Renaud Fabre, Francis André, Coline Ferrant et Joachim Schöpfel, "Conseil juridique et communication scientifique", Informations, données et documents, n°3, 2016
  • Renaud Fabre, Francis André, Coline Ferrant et Joachim Schöpfel, "Ready for the future? A survey on open access with scientists from the French National Research Center", Interlending and Document Supply, Vol.44, pp.141-149
  • Renaud Fabre, en collaboration avec Margot Holvoet et Quentin Messerschmidt-Mariet, New Challenges for Knowledge. Digital Dynamics to Access and Sharing, ISTE LtD, Wiley Publisher, 2016, 224 p.

Références[modifier | modifier le code]