Irène Sokologorsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Irène Sokologorsky en 2009.

Irène Sokologorsky est professeure des Universités à l'Université de Paris VIII («Vincennes à Saint-Denis»), spécialiste de la langue russe et traductrice.

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle préside l'association LRS (Littérature russe et d'expression russe), et dirige la revue Lettres russes. Irène Sokologorsky a également enseigné de nombreuses années et fait partie du jury d'admission à l'École Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses. Elle a présidé le jury du concours d'agrégation de russe dans les années 1980. À cette époque elle dirige une collection de littérature russe aux éditions Alinéa.

En 1991, elle a été élue Présidente de l'Université de Paris VIII («Vincennes à Saint-Denis»). C'est sous sa présidence que le président François Mitterrand vient poser la première pierre de la bibliothèque de l'université. En 1996, dans les dernières semaines de son mandat, elle a fait planter solennellement un chêne venant du Bois de Vincennes sur le campus de Saint-Denis, en souvenir du Centre universitaire expérimental de Vincennes.

« Parfaitement à l'aise dans mon métier d'enseignante et ne me connaissant aucun talent particulier pour la gestion, j'ai été candidate à la Présidence de Paris-VIII car celle-ci était en train de devenir "une université comme les autres".[1] »

Par ce genre d'événement, elle dit avoir tenté «de restaurer l'image de Paris-VIII»:

« Université "en banlieue" certes, mais pas université "de banlieue".[1] »

C'est pendant son mandat et sous son impulsion que la désignation de l'Université de Paris VIII a changé: on dit désormais Université de Paris VIII («Vincennes à Saint-Denis»).

Textes en ligne[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Prosateurs du chaos. Essai de typologie, . Thèse de doctorat d'État en Études slaves sous la direction de Jean Pérus, Université de Clermont Ferrand II,
  • Du dégel à la pérestroïka... La littérature soviétique contemporaine, de 1953 à nos jours, Bobigny, Éditions de la Ville de Bobigny,

Traductions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Interview dans Politis, nº 30 avril 2008, p. 32