Jean Itard (historien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jean Itard.
Jean Itard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activités

Jean Itard, né le à Serrières en Ardèche, mort le à Paris, est un historien français des mathématiques et un grand spécialiste des XVIe et XVIIe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1921, Jean Itard sort de l'École normale d'instituteurs d'Avignon. En 1924, il passe une licence de mathématiques à Marseille. En juin 1925, il réussit l'agrégation de mathématiques. Nommé au lycée d'Alençon, puis en 1928, au Lycée Saint-Charles, à Marseille, il « monte » à Paris et enseigne à Buffon, Michelet, puis en mathématiques supérieures au Lycée Henri-IV. De 1926 à 1936, Jean Itard participe à la fondation de l'Institut Supérieur Ouvrier (CGT) et enseigne à des militants syndicaux du calcul différentiel et du calcul des probabilités de base. En 1936, puis en 1961, il se lance dans l'édition de matériel pédagogique intégrant la dimension historique. Cela donne de nombreux manuels, en collaboration avec Th. Leconte, A. Huisman, puis avec son fils G. Itard. En même temps, il enseigne l'histoire des mathématiques grecques à l'École pratique des hautes études (VIe section). En 1962, Jean Itard prend sa retraite de l'enseignement. Il habite avenue Paul-Appell. La maladie le terrasse après de longues années de lutte, lui interdisant d’achever sa monographie sur Fermat[1].

Distinction et Académie[modifier | modifier le code]

Jean Itard était membre de l'Académie internationale d'histoire des sciences (correspondant 1951, membre effectif 1967). Il participait également au Séminaire d'histoire des mathématiques de l'Institut Henri-Poincaré. Il était membre fondateur du Comité national d'histoire et de philosophie des sciences.

Travaux[modifier | modifier le code]

Jean Itard collabora à l'édition de la correspondance de Mersenne en France et au Dictionary of Scientific Biography, aux États-Unis. Il a rédigé quelques monographies, parmi lesquelles :

  • Arithmétique et théorie des Nombres, coll. Que Sais-je?, PUF (1967)
  • Les nombres premiers, coll. Que Sais-je?, PUF (1975)
  • Mathématiques et mathématiciens (en coll. avec P. Dedron), éd. Magnard (1959)

Ses recherches ont porté sur toutes les époques, du XVe siècle au sien, mais surtout sur le XVIIe siècle, de Kepler à Newton, en passant par Fermat.

  • Avec Kohen, Lefranc, Boivin : La Révolution constructive.

Parmi ses travaux les plus originaux (une centaine d'articles (voir l'adresse ci-dessous), on notera des préfaces:

  • une préface à Édouard Lucas, Recherches sur l'analyse indéterminée et l'arithmétique de Diophante, nouv. éd., Paris, A. Blanchard, 1961.
  • une préface à A. Turc, Introduction élémentaire à la géométrie lobatschevskienne, Paris, A. Blanchard, 1967.
  • une préface aux éditions de J. R. Argand, et de Bachet.

Mais aussi des articles variés sur

  • La géométrie de Port-Royal ; Sur une prétendue erreur mathématique de Galilée ; Fermat, précurseur du calcul différentiel ; Les lois de la réfraction de la lumière chez Kepler... ou une monographie sur Jacques Hadamard ;

Dans le Dictionary of Scientific Biography, il a rédigé les biographies d’Arbogast, Billy, Bobillier, Bouquet, Bret, Chuquet, Clairaut, Girard, Henrion, Kramp, Lacroix, Lagrange, Laurent, Legendre, d'Ocagne, J. Richard, L. Richard, Rolle et Saint-Venant.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Maurice Caveing, Roshdi Rashed et René Taton, « Jean Itard (1902-1979) », Revue d’histoire des sciences, vol. 32, no 4,‎ , p. 345-350 (lire en ligne)

Référence[modifier | modifier le code]