Alexandre Koyré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Koyré
Description de l'image Koyre.jpg.
Naissance
Taganrog
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès (à 71 ans)
Paris
Drapeau de la France France
Nationalité Russe
Français
Pays de résidence France
Diplôme
Profession
Enseignant/Universitaire
Activité principale
Directeur d'études à l'École pratique des hautes études (1931-1962)
professeur à l'université Johns-Hopkins (1946-?)
Autres activités
Formation
université de Göttingen (1908-1911)
Collège de France (1912-1913)
Sorbonne (1912-1913)

Alexandre Koyré (en russe : Александр Владимирович Койрe, originellement écrit Койранский), né le à Taganrog[1] (Empire russe) et mort le [1] à Paris (France), est un philosophe et historien des sciences français d’origine russe.

Ses travaux d’épistémologie et d’histoire des sciences portent sur Galilée ainsi que sur la cosmologie aux XVIe et XVIIe siècles. Il voit dans la naissance de la physique moderne au XVIIe siècle une « révolution scientifique ». Cette expression est caractéristique de la conception discontinuiste de l’histoire des sciences qu’il partage avec Gaston Bachelard. Passer du « monde clos » de la cosmologie aristotélicienne à la théorie d’un « univers infini » d'Isaac Newton suppose ainsi une transformation radicale des bases métaphysiques sur lesquelles repose la physique. Il est un des éditeurs des deux tomes des Philosophiae Naturalis Principia Mathematica d'Isaac Newton parus en 1971 et 1972 aux Harvard University Press.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Koyré est né le à Taganrog (Russie), dans une famille de commerçants aisée d'origine juive.

En 1905, Koyré est soupçonné d'avoir participé à l'attentat contre le gouverneur de Rostov-sur-le-Don[2]. Il est arrêté et emprisonné pendant quelques mois. Pendant son incarcération il découvre Edmund Husserl en lisant les Recherches logiques[2].

Contraint à l’exil à cause des accusations qui pèsent sur lui, Koyré quitte la Russie en 1908 pour Göttingen[2]. Jusqu'en 1911, il y assiste aux cours du philosophe Edmund Husserl et du mathématicien David Hilbert et suit les travaux du cercle de Göttingen. À la suite d'un désaccord avec Husserl sur sa thèse, il part s'installer à Paris pour y étudier l’histoire de la philosophie.

Il s'éteint à Paris, le 29 avril 1964, et repose au Père Lachaise[3]

  • 1965 : publication posthume des Études newtoniennes
  • Plusieurs congrès lui seront consacrés.

Les grands traits de ses travaux[modifier | modifier le code]

Koyré a commencé par s'intéresser à l'histoire des religions avant de devenir un philosophe de la science. De là découle ce qui constitue une part importante de son originalité  : sa capacité à lier les études sur la science moderne à l'histoire des religions et à la métaphysique. Koyré a beaucoup étudié Galilée, Platon et Isaac Newton. Son livre le plus célèbre demeure Du monde Clos à l'Univers infini, tiré des Noguchi Lectures[4] données en 1953. Dans ce livre, il décrit l'apparition de la science moderne et le changement qui s'est produit dans la perception du monde durant la période qui va de Nicolas de Cues et Nicolas Copernic à Isaac Newton. À un tout fini, où la structure spatiale reflète une hiérarchie de valeur, succède un univers infini sans hiérarchie naturelle uni seulement par l’identité des lois qui le régissent. « Pour ma part, écrit-il, j'ai essayé, dans mes Études Galiléennes, de définir les schémas structurels de l'ancienne et de la nouvelle conception du monde et de décrire les changements produits par la révolution du XVIIe siècle. Ceux-ci me semblent pouvoir être ramenés à deux éléments principaux, d'ailleurs étroitement liés entre eux, à savoir la destruction du Cosmos, et la géométrisation de l'espace, c'est-à-dire : a) la destruction du monde conçu comme un tout fini et bien ordonné, dans lequel la structure spatiale incarnait une hiérarchie de valeur et de perfection, monde dans lequel « au-dessus » de la Terre lourde et opaque, centre de la région sublunaire du changement et de la corruption, s'« élevaient » les sphères célestes des astres impondérables, incorruptibles et lumineux ... b) le remplacement de la conception aristotélicienne de l'espace, ensemble différencié de lieux intramondains, par celle de l'espace de la géométrie euclidienne – extension homogène et nécessairement infinie – désormais considéré comme identique, en sa structure, avec l'espace réel de l'univers. Ce qui à son tour impliqua le rejet par la pensée scientifique de toutes considérations basées sur les notions de valeur, de perfection, de sens ou de fin, et finalement, la dévalorisation complète de l'Être, le divorce total entre le monde des valeurs et le monde des faits[5] ».

Koyré, assez proche sur ce point des dernières études d'Edmund Husserl, soutient que la science moderne a vaincu la dichotomie inhérente à la science aristotélicienne entre la Terre et l'Espace puisque tous deux sont désormais gouvernés par les mêmes lois. Mais une autre dichotomie a été créée entre le monde phénoménologique des hommes et le monde purement abstrait de la science mathématique. Un des buts de Koyré est de montrer que si le monde des hommes pouvait apparemment paraître si peu en prise avec la recherche scientifique moderne, cela ne correspondait pas à la réalité. Dans son œuvre, il montre comment les vérités scientifiques sont toujours découvertes en fonction d'une histoire spécifique et même de circonstances purement personnelles.

Koyré doutait de la justesse de la revendication des scientifiques à prouver des vérités naturelles et fondamentales à travers leurs expérimentations. Il avançait que les expériences sont basées sur des prémisses complexes et que tout ce qu'elles tendaient à faire était de prouver le bien-fondé de celles-ci plutôt que de n'importe quelle vérité. Il critiquait les expériences de Galilée et pensait que certaines d'entre elles pourraient n'avoir pas eu lieu. Il se posait par ailleurs des questions sur leurs résultats. Pour Koyré, ce n'est pas la nature expérimentale ou empirique des travaux de Galilée et d'Isaac Newton qui firent la « révolution scientifique » du XVIIe siècle, mais un changement de perspective, une nouvelle vision théorique du monde. Koyré critiquait ce qu'il appelait la vision positiviste des sciences pour laquelle des relations entre des phénomènes permettraient d'établir des lois qui les décriraient ou mieux qui permettraient de les prédire. Pour Koyré, la science était d'abord théorie[6], aspiration à connaitre la vérité du monde et à faire apparaitre les structures essentielles d'où surgissent les phénomènes et les lois qui les relient.

Postérité[modifier | modifier le code]

Koyré a influencé des philosophes des sciences européens et américains importants, tels que Thomas Kuhn et Paul Feyerabend.

Thomas Kuhn l'indique lui-même dans son ouvrage La Structure des révolutions scientifiques : « J'ai poursuivi en particulier l'étude des œuvres d'Alexandre Koyré [...]. M'ont particulièrement influencé : les Etudes galiléennes d'Alexandre Koyré (3 vol., Paris, 1939) »[7]. Ce que Kuhn reprend à Koyré, c'est sa conception discontinuiste de l'histoire des sciences, en opposition à la conception continuiste du positivisme. L'histoire des sciences progresse par rupture et polémique, davantage que par accumulation et précision de connaissances déjà acquises. Le spécialiste de philosophie des sciences Anastasios Brenner note que « [les tenants du post-positivisme] rejettent le continuisme des positivistes logiques, tout comme Bachelard et Koyré rejetaient celui de leurs prédécesseurs. [...] Kuhn et ceux qui appartiennent au même mouvement de pensée explorent historiquement la possibilité de remanier les énoncés d'observation servant à contrôler les hypothèses scientifiques »[8].

Le psychanalyste et spécialiste de Lacan Jean-Claude Milner fait de nombreuses références à l'épistémologie d'Alexandre Koyré dans L'Œuvre claire. Lacan, la science, la philosophie (1995).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1922 : Essai sur l'idée de Dieu et les preuves de son existence chez Descartes. Paris, Ernest Leroux (Bibliothèque de l'École Pratique des Hautes Études).
  • 1923 : L'idée de Dieu dans la philosophie de saint Anselme. Paris, Ernest Leroux.
  • 1929 : La philosophie de Jacob Boehme. Étude sur les origines de la métaphysique allemande; 3e éd. Paris : J. Vrin, 1979. (Bibliothèque d'histoire de la philosophie). xvii-526p. (ISBN 2-7116-0445-4).
  • 1929 : La philosophie et le problème national en Russie au début du XIXe s., Paris, Librairie Honoré Champion. Réimp. Paris, Gallimard, coll. "Idées" 1976.
  • 1938 : Trois leçons sur Descartes. Le Caire, Editions de l'Université du Caire.
  • 1939 : Études galiléennes. Paris : Hermann. 3 volumes 1: A l'aube de la Science Classique. 2: La loi de la chute des corps. Descartes et Galilée. 3: Galilée et la loi d'inertie
  • 1943 : Réflexions sur le mensonge[9] (repris par les éditions Allia, 1996, 53 p.)
  • 1944 : Entretiens sur Descartes. New York, Brentano's.
  • 1945 : Introduction à la lecture de Platon, Gallimard 1964
  • 1947 : Louis de Bonald, in Les Doctrines politiques modernes, introduction par Boris Mirkine-Guetzevich, New York, Brentano's, pp. 221–244.
  • 1947 : Épiménide le Menteur. Ensemble et Catégorie. Paris, Hermann & Cie.
  • 1955: Mystiques, spirituels, alchimistes du XVIe siècle allemand : Schwenckfeld, Séb. Franck, Weigel, Paracelse, avant-propos de Lucien Febvre, Paris, Librairie Armand Colin (Cahiers des Annales). Réimpr. Paris, Gallimard, 1971. (Bibliothèque des idées ; 233). 184p. (ISBN 2-07-035233-1).
  • 1950 : Études sur l’histoire de la pensée philosophique en Russie, Paris, Vrin.
  • 1957 : From the Closed World to the Infinite Universe. Baltimore, The Johns Hopkins University Press. [Traduction française : Du monde clos à l’univers infini, trad. Raïssa Tarr. Paris, Presses Universitaires de France, 1962. Réimpr. Paris, Gallimard, 2003. (Tel ; 129). 350p. (ISBN 2-07-071278-8)].
  • 1961 : La Révolution astronomique : Copernic, Kepler, Borelli, Paris: Hermann, 525 p. (Histoire de la pensée, 3).
  • 1961 : Études d’histoire de la pensée philosophique. Paris, Librairie Armand Colin (Bibliothèque des Annales). Réimpr. Paris, Gallimard ; 3e éd. 1990. (Tel ; 57). 364p. (ISBN 2-07-023981-0).
  • 1962 : Introduction à la lecture de Platon, suivi de Entretiens sur Descartes, Paris, Gallimard, 231 p. (Les Essais, 107).
  • 1965 : Newtonian Studies, London, Chapman & Hall. [Trad. française d'A. Koyré, Georgette Vignaux et Jacques Tallec, Études newtoniennes. Paris, Gallimard, 1968. Réimp. 1991. (Bibliothèque des idées). 353p. (ISBN 2-07-027142-0).
  • 1966 : Études d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Presses Universitaires de France. Réimpr. Paris, Gallimard; 3e éd. : 1985. (Tel ; 92). 412p. (ISBN 2-07-070335-5).
  • 1973 : Chute des corps et mouvement de la terre de Kepler à Newton. Histoire et documents d'un problème. Paris : J. Vrin, (L'histoire des sciences. Textes et études). 220p. (ISBN 2-7116-0446-2).
  • 1986 : De la mystique à la science : cours, conférences et documents. 1922-1962, édités par Pietro Redondi, Paris, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. XXVII, 227 p. (Histoire des sciences et des techniques, 2).

Textes édités par Alexandre Koyré[modifier | modifier le code]

  • Anselme (saint), Fidens quaerens intellectus ; trad. Alexandre Koyré. Paris, J. Vrin, 1930 ; réimpression 1992. (Bibliothèque des textes philosophiques). (ISBN 2-7116-0673-2).
  • Copernic (Nicolas), Des révolutions des orbes célestes ; trad. par Alexandre Koyré <du livre I, chapitres 1-11>. Paris, Librairie Félix Alcan, 1934. Réimpr. A. Blanchard, 1970 ; rééd. Paris, Diderot, 1998. (Pergame). (ISBN 2-84352-086-X).
  • Spinoza (Baruch), Traité de la réforme de l'entendement ; trad. Alexandre Koyré. Paris, J. Vrin, 1936 ; réimpression 1990. (Bibliothèque des textes philosophiques). (ISBN 2-7116-0687-2).
  • Newton (Isaac), Isaac Newton's Philosophiae naturalis principia mathematica / assembled and ed. by Alexandre Koyré and Isaac Bernard Cohen, with the assistance of Anne Whitman.
    • Volume 1, Text. Cambridge [USA] : Harvard University Press, 1972. xl-547p. (ISBN 0-674-66475-2).
    • Volume 2, Introduction to Newton's Principia. Cambridge [USA] : Harvard University Press, 1971 ; rééd. 1978. (ISBN 0-674-46193-2).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alexandre Koyré (1892-1964) par Paul Vignaux, École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses (1963)
  2. a, b et c Biographie d'Alexandre Koyré (1892-1964) par Wolf Feuerhahn, Centre Alexandre-Koyré (09/2009)
  3. KOYRE Alexandre (1892-1964) Amis et Passionnés du Père-Lachaise
  4. Koyré, 2003, p. 15
  5. Koyré, 2003, p.11
  6. D'une certaine façon la problématique de Koyré semble toujours d'actualité, voir en économie Alexandre Delaigue "La fin de la théorie" [1]
  7. Kuhn 2008, p. 8.
  8. Brenner 2006, p. 115.
  9. Réflexions sur le mensonge par Alexandre Koyré (1943) Espaces Lacan

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anastasios Brenner, « Quelle épistémologie historique ? Kuhn, Feyerabend, Hacking et l'école bachelardienne », Revue de métaphysique et de morale, vol. 1, no 49,‎ , p. 113-125 (lire en ligne).
  • Gérard Jorland, La science dans la philosophie. Les recherches épistémologiques d'Alexandre Koyré. Paris : Gallimard, 1981. (Bibliothèque des idées). 372 p.
  • Thomas S. Kuhn, La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, coll. « Champs-Sciences », (1re éd. 1962), 286 p. (ISBN 9782080811158).
  • Jean-Claude Milner, L'Œuvre claire : Lacan, la science, la philosophie, Paris, Seuil, coll. « L'Ordre philosophique », , 176 p. (ISBN 9782020235891).
  • Jean-François Stoffel, Bibliographie d'Alexandre Koyré. Firenze, L. Olschki, 2000. 195 p.  (ISBN 88-222-4914-3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]