René Mouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René Mouille
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

René Mouille, né en 1925 dans le Nord, est un ingénieur français du secteur aérospatial. Il participa notamment aux programmes d'hélicoptères Alouette II, Alouette III, Frelon, Super Frelon et Puma pour la SNCASE puis Sud-Aviation, avant de devenir directeur du bureau d'études de la division hélicoptères de l'Aérospatiale à Marignane. Il est à l'origine de plusieurs innovations sur les hélicoptères tels que le rotor de queue à cinq pales utilisé sur le Frelon et le Puma, les moyeux NAT (non articulé en trainée), les pales composites ou les queues à fenestron.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1925 dans le Nord[1], René Mouille est sorti diplômé, dans le peloton de tête, de l'Institut catholique d'arts et métiers (ICAM) de Lille. Ensuite il rejoint l'École spéciale des travaux aéronautiques (ESTAé) de Paris, puis l'Armée de l'Air durant la Seconde Guerre mondiale. En 1945 il effectue un stage à la Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Est (SNCASE) avec l'ingénieur en chef Pierre Renoux, spécialiste des voilures tournantes[2]. René Mouille a trouvé sa voie[3].

En 1946, il est embauché définitivement à la SNCASE. Travaillant au bureau d'études sur tous les types étudiés à l'époque, il acquiert une expérience technologique inestimable[3]. Il travaille avec Renoux sur le programme de l’autogire SE.700 et notamment au problème de refroidissement de son moteur à pistons Béarn. Ensuite, dès 1947, il travaille sur sur la partie « rotors » et ensembles mécaniques du SE.3000 et du SE.3101, notamment le gyro-stabilisateur du SE.3101[1].

Il travaille ensuite sur les programmes Alouette I et II qui effectuent leur premier vol respectivement le et le [2], l’Alouette II étant le premier hélicoptère français doté d’une turbine à gaz. Il participe activement, en tant qu’ingénieur d’essais et d’études, à la préparation du record en circuit fermé de Jean Boulet sur l’Alouette I. En 1954, il devient responsable des programmes d’essais et d’études des Alouette 2 et 3, puis du SNCASE SE.3200 Frelon sur lequel il a essuyé tous les « plâtres » possibles, tant la machine était capricieuse. C’est d’ailleurs grâce à tous les ennuis subis par le Frelon que le Super-Frelon a été réussi, car on avait appris avec son prédécesseur tout ce qui ne fallait pas faire sur un hélicoptère de gros tonnage[1].

En 1963, il est nommé responsable du programme Puma dont il va suivre le développement jusqu'à la certification[1]. René Mouille sera à l'origine de beaucoup de solutions nouvelles ː

  • il imagine pour le Frelon 02 un rotor de queue à 5 pales, de type Sikorsky, qui est adapté ensuite sur le Super-Frelon et le Puma.
  • moyeu NAT (non articulé en traînée)[2],
  • pales composites,
  • rotor de queue fenestron,
  • moyeu « Starflex »[3].

On lui doit toute l'approche et l'étude de l'avant-projet de l'Écureuil appelé à devenir un succès commercial mondial et dont le prototype, piloté par Daniel Bauchart, effectue son premier vol à Marignane le [2].

Il est en retraite depuis 1988[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

  • « Le Frelon nous a montré justement ce qu'il ne fallait pas faire sur un hélicoptère ».[4]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Daniel Liron, « René Mouille : du génie à l'excellence », sur Hélico-Fascination, (consulté le 1er janvier 2018)
  2. a, b, c et d Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Tallandier, , 1129 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 748
  3. a, b et c Jacques Nœtinger, « René Mouille. L'hélicoptère toujours », Air et Cosmos, no 1040,‎ (lire en ligne)
  4. Le Frelon

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]