Raiatea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raiatea
Carte topographique des îles de Tahaa et Raiatea
Carte topographique des îles de Tahaa et Raiatea
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Société
Îles Sous-le-Vent
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 16° 44′ 00″ S 151° 27′ 00″ O / -16.733333333, -151.4516° 44′ 00″ S 151° 27′ 00″ O / -16.733333333, -151.45  
Superficie 175 km2
Point culminant Mont Tefatoaiti (1 017 m)
Administration
Démographie
Population 12 024 hab. ((2007))
Densité 68,71 hab./km2
Gentilé Raiatéen, Raiatéenne
Plus grande ville Uturoa
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Raiatea
Raiatea
Île de Polynésie française

Raiatea ou Ra’iātea est une île de Polynésie française faisant partie des îles Sous-le-Vent dans l'archipel de la Société. Quatrième plus grande île après Tahiti, Nuku Hiva et Hiva Oa, Raiatea est située à 210 kilomètres de Tahiti, entre Huahine et Bora Bora.

Elle partage le même lagon que l'île de Tahaa. Elle a pour ville principale Uturoa, et est divisée en trois communes, Uturoa, Taputapuatea et Tumaraa.

L’île est reconnue comme État indépendant en 1847 (Convention de Jarnac), mais est devenue officiellement française en 1888.

Il s'agit de la troisième île de la collectivité par sa population derrirère Tahiti et Moorea.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Ra’iātea s'analyse clairement par le tahitien ra’i 'ciel' ātea 'dégagé', 'éloigné', faisant référence à des nuages clairsemés, typiques de l'île pour les navigateurs polynésiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mythes et légendes[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Les mythes polynésiens racontent que les îles de Taha’a et Ra’iātea ne formaient qu'une seule et même île, qu'un géant aurait de colère séparées d'un grand coup de main, suite à un chagrin d'amour. De fait les deux îles ne formaient qu'une seule et même entité il y a 2,4 millions d'années[1] comme en témoigne leur lagon commun.

Peuplement[modifier | modifier le code]

Ra’iātea est communément surnommée l’Île sacrée, de par son statut privilégié dans la culture traditionnelle locale, qui lui attribue généralement le nom mā’ohi de Hawaiki Nui ou Havai’i Nui (havai’i 'monde souterrain', 'patrie polynésienne'[2] et nui 'grand'). Havai’i Nui est une île mythique, berceau du peuple et de la culture polynésienne, où les premiers Māoris auraient débarqué, il y a plus de mille ans sur d'immenses pirogues.

D'après les traditions des naturels, Raiatea aurait été aussi la première des îles de l'archipel de la Société à posséder une dynastie royale. Celle-ci débuta par le règne du demi-dieu Hiro, fils de Haehi, petit-fils de Uruumatata, arrière-petit-fils de Raa, le dieu soleil. Hiro fut le premier roi de l'île et il y fonda le célèbre marae d'Opoa qu'il consacra au dieu Horo ou Oro, le souverain du monde, dont il était aussi le descendant. Hiro fut après sa mort élevé au rang des dieux ; on l'honora comme dieu des voleurs et successeurs lui élevèrent un petit marae à côté de celui du dieu Oro, son ancêtre. Le nouveau dieu fut surtout adoré dans l'île Huahine-iti[3].

Hiro eut deux fils : Haneti et Ohatatama. Haneti succéda à son père comme roi de Raiatea, celui-ci lui ayant légué le signe de sa puissance, qui consistait en une ceinture rouge (maroura) tournée autour des reins. Ohatatama ne voulut pas vivre sous la domination de son frère : il se retira dans l'île de Faanui, s'en proclama roi, et ceignit une ceinture blanche pour montrer qu'il était un monarque indépendant[3].

Sites et Monuments[modifier | modifier le code]

De nombreux marae, vestiges d'anciens et importants lieux de culte sacrés, sont présents sur l'île, dont le marae royal de Taputapuatea, le plus grand et le plus sacré des marae de la Polynésie.

Raiatea se distingue également par la fleur du tiare apetahi, petit gardenia blanc endémique du Temehani Rahi, l’une des plus hautes montagnes de Raiatea. La particularité et la rareté de cette fleur en ont fait l'un des symboles de l'île.

Communes[modifier | modifier le code]

L'île est partagée en trois communes :

  • Uturoa (16 km2) (tahitien 'Ōuturoa), capitale administrative des îles sous le vent;
  • Taputapuātea (88 km2) qui regroupe les districts de Avera, Ōpoā et Puohine;
  • Tumaraa (71 km2) ou Tumara’a qui regroupe les districts de Tevaitoa, Tehurui, Vaia'au et Fetuna.

La population de l'île comprend environ 12 024 habitants, principalement concentrés autour de la ville principale, Uturoa, et dans de nombreux villages comme Avera, Opoa, Tevaitoa ou Vaiaau, centres de districts.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Raiatea est caractérisée par une forte activité agricole tournée vers le marché local, mais quelques produits d'exportation comme la vanille, l'ananas, le coprah, et le nono sont également cultivés. La vallée de Fa’aroa, dotée d'un important domaine territorial, est l'un de ces centres de l'activité agricole. L'élevage est une activité réduite, centrée sur l'exploitation des bovins, ovins, volailles et porcins. La perliculture est une activité importante, avec une présence notable de fermes perlières. L'importante activité agricole est soutenue par la présence d'un centre de l'économie rurale et d'un laboratoire de recherche, principalement axé sur la culture de la vanille.

L'activité touristique est plus réduite que celle d'autres îles de l'archipel, et principalement organisée autour d'un réseau de pensions de familles, de plusieurs marinas, d'escales de croisières, du Sunset Beach Motel, du Raiatea Lodge Hotêl, Opoa Beach Hotel, ou d'un hôtel 3 étoiles, le Hawaiki Nui.

Il existe par ailleurs un secteur industriel embryonnaire, orienté vers le marché local et les activités liées à l'entretien des voiliers et la construction navale, l'île étant dotée d'un carénage.

Le principal bassin d'emploi et d'activité économique est lié au marché de la consommation et aux importantes infrastructures administratives et publiques.

Équipements publics[modifier | modifier le code]

Une partie d'Uturoa vue du Tapioï : le lycée, la marina et le stade.

L'île est ceinturée par une route de 98 km, tandis qu'une autre la traverse en son centre. De nombreux travaux d'infrastructure ont été réalisés depuis les années 1980 pour améliorer le système routier et désenclaver la partie sud de l'île de par l'aménagement de ponts, le goudronnage, l'installation de réseaux électriques, téléphoniques et de distribution d'eau potable.

Le port d'Uturoa est réaménagé au début des années 2000, permettant aux paquebots de croisière comme le Tahitian Princess, le Gauguin, l'Amsterdam ou encore Le World de faire des escales hebdomadaires pendant la saison touristique. Raiatea est la capitale administrative des îles Sous-le-Vent, résidence de l'administrateur d'état. On y trouve un hôpital, un lycée d'enseignement général et un lycée d'enseignement professionnel, trois collèges (dont un privé) et plusieurs écoles primaires et maternelles. Raiatea est la seule île de Polynésie (hors Tahiti) dotée de lycées. De ce fait, la plupart des élèves des îles avoisinantes comme Bora-Bora, Tahaa, Maupiti ou Huahine viennent y poursuivre leurs études secondaires. L'île possède également un aérodrome, un port de commerce, un marché et deux ports de plaisance.

Monuments et lieux[modifier | modifier le code]

  • Marae de Taputapuātea
  • Église d'Uturoa
  • La rivière Faʻaroa est la seule rivière navigable de Polynésie. Elle peut être remontée en pirogue sur quelques kilomètres ou en paddle.

Personnalités liées à l'île[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.ploto.net/1S/tp/tp16_enonce.pdf Les plaques lithosphériques et leur mobilité
  2. Polynesian Lexicon Project Online : Protoform Sawaiki
  3. a et b A.C Eugène Caillot, Histoire de la Polynésie Orientale, Paris, Ernest Leroux, p51
  4. Hapaitahaa a Etau, dit Teraupoo, le rebelle, la depeche

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]