Qara Qoyunlu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Qara Qoyunlu (Moutons noirs)
(az) Qaraqoyunlular
(tk) Garagoýunly
(tr) Karakoyunlu
(fa) قراقویونلی

13751469

Drapeau
Emblème des Qara Qoyunlu
Description de cette image, également commentée ci-après
Domaine des Moutons Noirs
Informations générales
Statut Fédération tribale
Capitale Tabriz
Langue Azéri et persan
Religion Islam
Monnaie Q31292964
Histoire et événements
1375 Établissement à l'Est de la Perse, vassal des Djalayirides
1400 Défaite contre Tamerlan
1410 Prise de Bagdad
1466 Défaite contre les Aq Qoyunlu
1469 Mort du dernier souverain
Souverains Qara Qoyunlu
(1er) v. 1351-1380 Bayram Khodja
(Der) 1467-1469 Hasan Ali
Princes de Bagdad
(1er) v. 1410-1434 Shah Mehmed
(Der) 1469 Shah Mansur

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Les Qara Qoyunlu ou Kara Koyunlu (en azéri : Qaraqoyunlular ; en turkmène : Garagoýunly ; en turc : Karakoyunlu ; en persan : قراقویونلی), appelés aussi les Moutons noirs turcomans, forment une fédération tribale d'origine turcomane qui a régné sur ce qui est aujourd'hui l'Anatolie orientale, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, l'Azerbaïdjan iranien, l'Irak, l'Ilam, le Khouzistan et le nord du Koweït de 1375 à 1469.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Turcomans Moutons noirs établissent dans un premier temps leur capitale à Hérat à l'est de la Perse[1] et sont les vassaux de la dynastie des Djalayirides à Bagdad et Tabriz vers environ 1375, quand le chef de leur tribu dominante règne sur Mossoul. Cependant, les Turcomans se rebellent contre les Djalayirides et protègent leur indépendance vis-à-vis de la dynastie avec la conquête de Tabriz par Qara Youssouf.

En 1400, les armées de Tamerlan infligent toutefois une défaite aux Moutons noirs Turcomans, et Qara Youssouf fuit en Égypte où il trouve refuge auprès des Mamelouks. Il réunit une armée et reprend Tabriz en 1406.

En 1410, les Moutons noirs turcomans prennent Bagdad. L'installation d'une nouvelle lignée des Moutons noirs turcomons accélère la chute des Djalayirides qu'ils ont autrefois servis. Malgré des luttes internes parmi les descendants de Qara Youssouf après sa mort en 1420 et la menace montante des Timourides, les Moutons noirs turcomans maintiennent une forte prise sur les lieux qu'ils contrôlent.

Jihan Shah fait la paix avec le Timouride Shah Rukh, mais bientôt la paix se désagrège. Quand Shah Rukh meurt en 1447, les Moutons noirs turcomans annexent des portions de l'Irak et la côte est de l'Arabie, tandis que les Timourides contrôlent l'ouest de l'Iran.

Bien que plusieurs territoires soient gagnés durant le règne de Jihan Shah, celui-ci est troublé par la rébellion de ses propres fils et des dirigeants autonomes de Bagdad, qu'il expulse en 1464. En 1466, Jihan Shah essaye de prendre Diyarbakır aux Moutons blancs, mais l'opération se solde par une défaite catastrophique, la mort de Jihan Shah et l'effondrement du contrôle des Moutons noirs turcomans sur le Moyen-Orient.

Vers 1469, les Moutons blancs turcomans (Aq Qoyunlu), sous le règne d'Ouzoun Hassan (Hassan le Long), ont éliminé les derniers vestiges des Moutons noirs turcomans.

Liste des souverains Qara Qoyunlu[modifier | modifier le code]

Liste des princes de Bagdad[modifier | modifier le code]

  • Shah Mehmed, mort en 1434, fils de Qara Youssouf ;
  • Ispand ou Isfahan, mort en 1445, son frère ;
  • Fulad, son fils ;
  • Shah Husayn Ali, mort en 1469, fils de Zaynal, fils de Yar Ali (mort en 1403), fils de Qara Mehmed Turmush ;
  • Shah Mansur, mort en 1469, son frère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Patrick Clawson, Eternal Iran, Palgrave Macmillan, 2005 (ISBN 1-4039-6276-6), p. 23.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. E. Bosworth, Les dynasties musulmanes, trad. Y. Thoraval, Éditions Actes Sud, coll. « Sinbad », 1996 (ISBN 2-7427-0713-1).
  • E. van Donzel, Bernard Lewis, Charles Pellat, Encyclopédie de l'Islam, tome IV, G. P. Maisonneuve & Larose SA, Paris, 1978, p. 607-611.