Pulmonaire officinale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pulmonaria officinalis

Pulmonaria officinalis

La pulmonaire officinale (Pulmonaria officinalis) est une espèce de plante herbacée vivace de la famille des Boraginaceae.

Description[modifier | modifier le code]

Ce sont des plantes vivaces hautes de 15 à 50 cm, formant de petites colonies ; ce sont des hémicryptophytes. La floraison se déroule de mars à avril. Les feuilles sont couvertes de poils, vertes à taches blanches. Celles de la base sont lancéolées, pointues au sommet et arrondie à la base munie d'un pétiole, celles des tiges sont alternes, allongées et sessiles. La tige est dressée, anguleuse, rameuses avec des poils rudes dans leur partie haute et portent à leur sommet les groupes de fleurs. Leur corolle est formée par 5 pétales soudés ensemble qui passent du rougeâtre, pourpre terne au bleu violacé, violet sale. Les fleurs donnent naissance à 4 akènes arrondis. Le rhizome produit, après la floraison des touffes de feuilles.

Une confusion avec une autre pulmonaire ou avec la consoude serait sans conséquence car elles ont les mêmes utilisations.[réf. nécessaire]

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Deux sous-espèces Pulmonaria officinalis sont répertoriées.[1]

Pulmonaria officinalis subsp. marzolae G. Astuti, Peruzzi, Cristof. & P. Pupillo
Pulmonaria officinalis subsp. officinalis

Habitat[modifier | modifier le code]

La Pulmonaire officinale est une espèce de demi-ombre. Elle pousse sur des sols profonds frais à humides, elle est mésophile.

Distribution géographique[modifier | modifier le code]

C'est une espèce rare se trouvant à l'est de la France (Vosges, Haute-Saône, Doubs, Jura, Ain, Haute-Savoie et Savoie). Elle pousse jusqu'à 1 200 m : elle occupe l'étage collinéen et l'étage montagnard. Elle est présente aussi dans le sud ouest de la France (Pyrénées) vers 900m d'altitude

Utilisation culinaire[modifier | modifier le code]

Crues, les feuilles jeunes ou âgées ont un goût proche de la consoude et s'utilisent en salade mais elles sont rugueuses (parties végétatives hérissées de poils rudes) et plus souvent consommées cuites à l'eau ou à la vapeur, se mangeant alors comme légume ou parfument les potages[2].

Pulmonaria officinalis 'Sissinghurst White'

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

La pulmonaire par son mucilage, son tanin et ses saponines est émolliente, expectorante, astringente et diurétique.

Elle a été utilisée depuis l'Antiquité pour traiter les maladies des voies respiratoires, en vertu de la théorie des signatures.

On considère que la pulmonaire (Pulmonaria officinalis L., Boraginaceae) possède des propriétés thérapeutiques et elle est traditionnellement utilisée comme remède contre divers troubles pulmonaires dans de nombreux pays. Néanmoins, très peu de données concernant sa composition phytochimique sont disponibles. [3]

Traitement de troubles neurodégénératifs et source d'antioxydants :

Dans cette étude[4], plusieurs investigations et tests ont été effectués pour déterminer l'activité antioxydante et le potentiel d'inhibition de l'acétylcholinestérase et de la tyrosinase des extraits aqueux de Pulmonaria officinalis la teneur en composés biologiquement actifs - polyphénols, flavones et proanthocyanidines a été déterminée.

Pulmonaria officinalis

Cette  plante médicinale pourrait fournir une source naturelle potentielle de composés bioactifs et pourrait être bénéfique pour la santé humaine, en particulier dans les troubles neurodégénératifs et comme sources d'antioxydants naturels dans l'industrie alimentaire.

plantule

Action préventive de la mucoviscidose :

Dans cette étude[5], la justification de l'utilisation de suppléments à base de plantes contenant de l'extrait de Pulmonaria officinalis L. dans le cas d'infections pulmonaires staphylococciques caractéristiques de la fibrose kystique a été examinée in vitro.

L'impact sur les attributs de virulence des souches cliniques de Staphylococcus aureus semble être bénéfique en tant qu'agent prophylactique (action préventive) mais pas en tant qu'agent thérapeutique dans la médecine intégrative de la mucoviscidose.

Activité antioxydante

Ces travaux[6] révèlent que les parties aériennes de Pulmonaria officinalis L. sont une nouvelle source d'acide yunnaneique B. Nous avons étudié l'activité antioxydante et la cytotoxicité de ce composé et son contenu dans divers extraits végétaux.

L'acide Yunnaneic B a efficacement diminué les dommages oxydatifs des protéines et lipides du plasma sanguin.

En outre, il a pu empêcher la diminution induite par le peroxynitrite de la capacité antioxydante non enzymatique du plasma sanguin.

De plus, la cytotoxicité de l'acide yunnaneique B envers des cellules mononucléées du sang a été exclue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) catalogue of life, « Pulmonaria officinalis L. », sur https://www.catalogueoflife.org/data/search?TAXON_ID=4QGQF&rank=subspecies&status=accepted&status=provisionally%20accepted, (consulté en 2021)
  2. François Couplan et Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, , p. 262.
  3. (en) Justyna Krzyżanowska-Kowalczyk, Łukasz Pecio, Jarosław Mołdoch, Agnieszka Ludwiczuk and Mariusz Kowalczyk, « Novel Phenolic Constituents of Pulmonaria officinalis L. LC-MS/MS Comparison of Spring and Autumn Metabolite Profiles », sur https://www.mdpi.com/1420-3049/23/9/2277, (consulté en 2021)
  4. (en) Elena Neagua Gabriel Lucian Radub Camelia Albua Gabriela Pauna, « Antioxidant activity, acetylcholinesterase and tyrosinase inhibitory potential of Pulmonaria officinalis and Centarium umbellatum extracts », sur https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1319562X16000632, (consulté en 2021)
  5. (en) Beata Sadowska Urszula Wójcik,Justyna Krzyżanowska-Kowalczyk, « The Pros and Cons of Cystic Fibrosis (CF) Patient Use of Herbal Supplements Containing Pulmonaria officinalis L. Extract: the Evidence from an In Vitro Study on Staphylococcus aureus CF Clinical Isolates », sur https://www.mdpi.com/1420-3049/24/6/1151, (consulté en 2021)
  6. (en) Justyna Krzyzanowska-Kowalczyk, Joanna Kolodziejczyk-Czepas Orcid, Mariusz Kowalczyk, Łukasz Pecio, Pawel Nowak, and Anna Stochmal, « Yunnaneic Acid B, a Component of Pulmonaria officinalis Extract, Prevents Peroxynitrite-Induced Oxidative Stress in Vitro », sur https://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/acs.jafc.7b00718?casa_token=Y-6HyYbZOiUAAAAA:iE7-b5cz_vNSxr7P9sS8_PLQcSVFX8SbO2QY8N7U_y1yVk-3k2gry86jPOYLAak4NH7yEMfvYBoq0D8 (consulté en 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Couplan et Eva Stinner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, les guides du naturaliste, (ISBN 2-603-00952-4)
  • J.C Rameau, D.Mansion, G.Dumé, J.Timbal, A.Lecointe, P.Dupont et R.Keller, Flore forestière française (guide écologique illustré), tome 1 : Plaines et collines, (ISBN 2-904740-16-3)