Prieuré de Saint-Thibault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eglise paroissiale (ancien prieuré) de Saint-Thibault
Image illustrative de l’article Prieuré de Saint-Thibault
Présentation
Nom local Eglise paroissiale de Saint-Thibault
Culte Catholique romain
Type Prieuré
Rattachement Abbaye Saint-Rigaud
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XIVe siècle
Autres campagnes de travaux XVIIIe, XIXe et XXIe siècles
Style dominant Roman et gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Géographie
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Province historique Duché de Bourgogne
Département Côte d'Or
Ville Saint-Thibault
Coordonnées 47° 22′ 21″ nord, 4° 28′ 19″ est

Le prieuré de Saint-Thibault est un prieuré bénédictin situé dans le département de la Côte d'Or, sur le territoire de la commune de Saint-Thibault (Auxois). Fondé en 1071, il est l'un des témoignages du développement monastique en Bourgogne au Moyen Âge. Son église, devenue paroissiale, est classée au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Epoque médiévale[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, le prieuré de Saint-Thibault aurait été fondé par des moines de l'abbaye Saint-Rigaud, en Saône-et-Loire au XIe siècle ; lesquels auraient reçu des dons du seigneur de Saint-Beury, issu de la famille de Thil[2]. Plusieurs sources et traces archéologiques confirment l'existence d'une église primitive vers la fin du XIIe siècle ou le début du siècle suivant. Quant au patronage, il est étayé par les mentions de l'abbé de Saint-Rigaud comme patron de l'église et l'existence d'un certain Hugues ou Huguenin de Thil[3].

A l'origine, le site portait un autre nom (peut-être Fontaines) qu'il aurait abandonné au XIIIe siècle au moment où les reliques de Thibault de Provins permettent au prieuré de devenir un lieu de pèlerinage important dans le duché de Bourgogne. Cette période correspond aux premières campagnes de travaux effectués sur l'édifice, notamment l'édification du portail et de la chapelle Saint-Gilles. Plusieurs donations sont attestées comme celle d'Elisabeth de Charny, dame de Thil, d'Hugues de Quincy, vicomte de Tonnerre, ou encore Jean de La Roche-en-Brenil, seigneur de La Roche-en-Brenil[2].

La troisième campagne de travaux, menées à la fin du XIIIe siècle, est patronnée par le duc Robert II de Bourgogne. Le prieuré se dote alors d'une abside de style gothique. Quant au pèlerinage, il rayonne désormais en dehors des frontières du duché de Bourgogne. Plusieurs témoignages, datant des XIIIe et XIVe siècles, mentionnent Saint-Thibault comme lieu de pèlerinage[3].

Conséquence de cet aura, le prieuré de Saint-Thibault s'enrichit considérable. Plusieurs prieurs issus de familles prestigieuses se succèdent comme Guillaume d'Arconcey (1347), peut-être fils de Guy d'Autun, seigneur d'Arconcey, ou Etienne de Maison-Comte (1352), issu d'une famille de la noblesse nivernaise. Les premiers patrons laïcs, à savoir les seigneurs de Thil, se rapprochent du prieuré de Saint-Thibault. En 1306, Jean de Thil, seigneur de Thil et de Saint-Beury, accepte (ou impose) sa protection aux moines de Saint-Thibault. Seigneur et protecteur des moines, il se voit attribuer certaines redevances. Après 1315, ce dernier est inhumé dans le choeur de l'église[3].

Cette nouvelle mainmise entraîne, semble-t-il, un conflit avec l'abbé de Saint-Rigaud. Érigé en tant que filiale du monastère, le prieur de Saint-Thibault est réorganisé : l'abbé est le seul patron du lieu et les seigneurs de Thil-Beury ne conservent que des droits honorifiques (droits de sépulture et de banc).

La seconde moitié du XIVe siècle est marquée par l'apparition de nombreuses difficultés pour le prieuré de Saint-Thibault. Les Grandes compagnies brûlent le village de Saint-Thibault et les revenus issus des pèlerinages déclinent fortement. En conséquence, Saint-Thibault ne peut plus s'acquitter des redevances dues à Saint-Rigaud[2].

Époques moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Les difficultés nées au XIVe siècle affectent durablement le prieuré de Saint-Thibault. Ces dernières sont accentuées par l'instauration de la commende au XVIe siècle[2]. Le prieuré semble abandonné et un orage entraîne la destruction de la charpente et des vitraux du choeur en 1701. En dépit d'une restauration commencée par Charles Elie Le Jolivet, architecte dijonnais, en 1723, la dégradation générale de l'édifice se poursuit. Dans les années 1750, Jean-Baptiste Caristie entreprend une nouvelle restauration du prieuré de Saint-Thibault. Cette dernière concerne le choeur, la chapelle Saint-Gilles, le portail, la nef et le cloche.

Au XIXe siècle, Saint-Thibault bénéficie des restaurations entreprises par Prosper Mérimée puis Eugène Viollet-le-Duc. Ce dernier se rend en mars 1843 et propose une rénovation pour 7074 fr., préconisant aussi de restaurer la chapelle Saint-Gilles dont le "comble [...] pourri laisse passer les eaux pluviales"[4]. Évaluée à 180 000 fr., cette rénovation est écartée par Prosper Mérimée et la commission des Monuments historiques. Quant aux travaux, ils sont entrepris en août 1845 et s'étendent jusqu'en 1847-1848[5]. Une ultime intervention de Prosper Mérimée est néanmoins à signaler en 1852. L'indigence de la municipalité mène néanmoins à la fermeture du chantier.

Ces travaux sont complétés par une énième restauration entre 2010 et 2013 : l'extérieur du chœur et la toiture sont restaurés, les murs nettoyés.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église comporte sur le côté nord un remarquable portail du XIIIe siècle, avec une statue de saint Thibaut en son centre, revêtu d'habits sacerdotaux, surmontée de scènes de la vie de la Vierge (Dormition, Assomption, Couronnement). Les quatre statues qui l'encadrent sont identifiées comme étant des représentations de l'adolescent Thibault, de son mentor Gauthier, de sa mère Willa et de son arrière-grand-oncle Thibault, archevêque de Vienne (957-1101), qui prophétisa très à l'avance la naissance du saint (lecture de droite à gauche). Les niches du bas, dégradées, ont pu représenter au XIIIe siècle et suivants la famille ducale de Bourgogne qui lança et appuya la construction de la nouvelle priorale, dédiée à saint Thibault, l'actuelle, c'est-à-dire les ducs Hugues IV et Robert II et leurs épouses respectives Béatrice de Champagne et Agnès de France.

Le chœur, datant de la fin du XIIIe siècle, est un chef d'œuvre de lumière de style gothique avec quatre élévations décorées de fines colonnettes. L'autel est surmonté de retables en bois du XIVe siècle. Un gisant du XIIIe siècle est identifié comme celui de Guy de Thil. La chapelle Saint-Gilles, autre chef-d'œuvre du XIIIe, abrite une grande châsse de saint Thibaut du XIVe siècle qui a notamment connu les dévotions de la reine Jeanne, épouse de Jean le Bon, et de la duchesse de Bourgogne Marguerite.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cucherat François, L'abbaie de Saint-Rigaud dans l'ancien diocèse de Mâcon : ses premiers temps, son esprit, sa fin, ses abbés , Mâcon, Protat, 1853.
  • Freigang Christian et Kurmann Peter, « L'église de l'ancien prieuré de Saint-Thibault-en-Auxois : sa chronologie, ses restaurations, sa place dans l'architecture gothique », Congrès archéologique de France - Auxois-Châtillonnais, 1986, p. 271–290 (ISSN 0069-8881).
  • Jal François, « L'abbaye de Saint-Rigaud : une expérience cénobitisme érémitique face à l'extension clunisienne dans le Brionnais », Histoire médiévale et archéologie, Amiens, CAHMER, Université de Picardie, vol. 8, 1997, pp. 61-67.
  • Leguil Matthieu, « Saint-Thibault-en-Auxois au Moyen Age, XIIe-XVe siècles : de l’édification de la basilique à la prospérité du bourg », disponible sur Academia.edu, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de la Culture, « Eglise Saint-Thibault », sur pop.culture.gouv.fr, (consulté le 3 mai 2020)
  2. a b c et d Albert Colombet, Saint-Thibault en Auxois : L'église et ses oeuvres d'art, Dijon, L'Arche d'or,
  3. a b et c Matthieu Leguil, « Saint-Thibault-en-Auxois au Moyen Age, XIIe-XVe siècles : de l’édification de la basilique à la prospérité du bourg », Academia,‎ , p. 40
  4. Arnaud Timbert, Restaurer et bâtir, Viollet-le-Duc en Bourgogne, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, , 553 p. (ISBN 978-2-7574-0438-6, lire en ligne), pp. 76-77
  5. Arnaud Timbert, Restaurer et bâtir : Viollet-le-Duc en Bourgogne, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, , 553 p. (ISBN 978-2-7574-0438-6, lire en ligne), p. 78
  6. « Vantail », notice no PM21002081, base Palissy, ministère français de la Culture.
  7. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM21002089, base Palissy, ministère français de la Culture.