Préfectures de l'Iran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Préfectures de l'Iran.

Les préfectures de l'Iran, appelées shahrestan en persan, sont les divisions administratives de deuxième niveau de l’État iranien, juste au-dessous des provinces (ostan). Généralement, une préfecture consiste en une ville de taille importante (chef-lieu), entourée par une ou plusieurs villes de plus petite taille ainsi que des agglomérations rurales.

Le mot shahrestan est une combinaison des mots « shahr » (ville) et « ostan » (province). Ce mot signifie « ville provinciale ». Le mot préfecture est une traduction directe du mot persan « farmandari », qui est l’autre appellation de ces divisions. Une autre traduction du mot persan shahrestan est « comté ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les préfectures au sens moderne furent créées en 1938 par l’administration de Reza Chah, pour remplacer les vilayet (« velayat ») hérités de l’époque qâdjâre. Ces divisions représentaient l’administration locale autour des principales villes, juste en dessous des provinces (ostan) qui remplacèrent les eyalets. À l’époque, les préfectures étaient au nombre de 49 (au sein des 10 provinces initiales), et depuis, leur nombre n’a cessé de croître avec l’urbanisation rapide du pays. En avril 2013, l’Iran comte 417 préfectures (pour 31 provinces). Entre janvier 2012 et février 2013, 20 nouvelles préfectures ont été créées. Parmi les provinces de l'Iran, le Fars est celle qui a le plus grand nombre de préfectures (29), tandis que la province de Semnan n’en compte que 6 et celle de Qom seulement une.

Administration[modifier | modifier le code]

Chaque préfecture dispose d'un bureau administratif appelé « Farmandari ». La préfecture coordonne différentes agences gouvernementales locales. Le préfet (« Farmandar » en persan), est le gouverneur de la préfecture.

Sous-divisions[modifier | modifier le code]

Les préfectures sont divisées en une ou plusieurs sous-préfectures ou arrondissements (« Bakhch » en persan), avec chacune une ville comme chef-lieu. La ville la plus importante de la préfecture est également le chef-lieu de l’arrondissement central (« Markazi »). Les sous-préfectures portent les noms de leurs chefs-lieux. Les arrondissements comprennent également des communes rurales (« Dehestan » en persan), qui sont des regroupements de villages voisins. Quand la population du chef-lieu d’une sous-préfecture croît significativement, la sous-préfecture est élevée au rang de préfecture.

Population[modifier | modifier le code]

En 2011, la population moyenne des préfectures est d’environ 180 000 habitants. La préfecture la plus peuplée est celle de Téhéran avec 8 293 140 habitants et qui contient la majeure partie de la Municipalité de Téhéran (qui, cas unique, s’étale également sur les préfectures de Rey et d’Eslamshahr). La moins peuplée est celle d’Abou Moussa (archipel du Golfe Persique), avec 5 263 habitants.

Notes et références[modifier | modifier le code]