Qazvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la géographie iranienne
Cet article est une ébauche concernant la géographie iranienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Qazvin
(fa) قزوین
Mosquée du Vendredi, Qazvin.
Mosquée du Vendredi, Qazvin.
Administration
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Province Qazvin
Indicatif téléphonique international +(98)
Démographie
Population 349 788 hab. (2006)
Géographie
Coordonnées 36° 16′ Nord 50° 00′ Est / 36.27, 50
Altitude 1 297 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Iran

Voir la carte administrative d'Iran
City locator 13.svg
Qazvin

Géolocalisation sur la carte : Iran

Voir la carte topographique d'Iran
City locator 13.svg
Qazvin
Sources
Index Mundi

Qazvin (en persan : قزوین) est une ville d'Iran située à l'ouest de Téhéran et au pied des monts Elbourz. Qazvin est la capitale de la province portant son nom.

Historique[modifier | modifier le code]

Qazvin: bazar et entrée d'une mosquée par Eugène Flandin vers 1840

Qazvin aurait été fondée par Shapur Ier, sous le nom de Shahd-e Shahpur. Ravagée de nombreuses fois par les Daylamites, harcelée par les Nizârites ou "Assassins" de la vallée voisine d'Alamut, détruite à deux reprises par les Mongols, elle devient la première capitale de l'empire safavide de 1555 à 1597. La ville décline progressivement, redevient prospère sous les Qadjars, mais souffre de l'occupation soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale. [réf. nécessaire]

Particularités architecturales de la ville[modifier | modifier le code]

Monuments seljoukides[modifier | modifier le code]

  • Maddraseh-ye Haidarieh, comprenant un temple du feu sassanide transformé en mosquée
  • Le sanctuaire sud de la Mosquée du vendredi

Monuments safavides[modifier | modifier le code]

Tchehel Sotoun, pavillon safavide situé à Qazvin.
  • L'Imamzadeh-ye Hossein, mausolée d'un des fils du 8e Imam
  • Les iwans de la Mosquée du vendredi
  • Chehel Sotun, pavillon royal de Tahmasp Ier
  • Ali Qapu, portail du complexe palatial aujourd'hui disparu

Monuments qadjars[modifier | modifier le code]

Portail de l'Imamzadeh-ye Hossein, Qazvin.
  • Le portail de l'Imamzadeh-ye Hossein
  • Les arcades de la Mosquée du vendredi
  • Les portes de la ville (voir ci-dessous)

Réservoirs traditionnels[modifier | modifier le code]

Le sar-dar du anbar de Hadj Kazem à Qazvin, représenté par l'explorateur français Marcel Dieulafoy dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Au Moyen Âge, Qazvin était surnommée la « ville aux réservoirs d'eau ». Sur la centaine de réservoirs d'eau (Ab anbar) de Qazvin, seulement dix survivent aujourd'hui, tous protégés par l'Organisation provinciale de l'Héritage Culturel. Ceux-ci sont :

  • Réservoir Masjed Jame
  • Réservoir Molla Verdikhani
  • Réservoir Sardar-e-Bozorg
  • Réservoir Sardar-e-Kuchak
  • Réservoir Bazaar
  • Réservoir Agha
  • Réservoir Hadj Kazem
  • Réservoir Hakim.

Vieilles portes de la ville et autres édifices populaires[modifier | modifier le code]

Au IXe siècle, sept portes permettaient l'entrée dans la ville. À la période qajare, il existait neuf portes autour de la ville, reliées par un rempart qui protégeait la ville. Ces portes (darvāzeh en persan) étaient :

  1. Panbeh Riseh
  2. Sheikh Abad
  3. Rasht
  4. Maghlävak
  5. Khandaghbar
  6. Shahzadeh Hossein
  7. Mossala
  8. Téhéran
  9. Räh-e Koushk.

À cause des expansions urbaines au XXe siècle, il ne reste malheureusement que deux portes.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville est tournée vers le textile, en particulier la production de tissus de coton et de soie, ainsi que vers le cuir.

Transport[modifier | modifier le code]

Qazvin est reliée par le chemin de fer et se trouve sur la ligne Astara-Qazvin-Racht.

Personnalités nées à Qazvin[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :