Torbèches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Torbèches
(mk) Torbeši
(mk) Торбеши

Populations significatives par région
Population totale 39 555 (1981)[1],[2]
Autres
Langues Macédonien
Religions Islam
Ethnies liées Macédoniens, Bulgares, Pomaks, Slaves musulmans
Description de l'image Torbesija.png.

Les Torbèches sont des locuteurs du macédonien de confession musulmane, vivant dans les Balkans, en République de Macédoine et en Grèce septentrionale. Moglénites à part, c'est le plus petit groupe linguistique parmi les musulmans des Balkans (Albanais, Bosniaques, Goranes, Pomaques, Roms, Turcs).

Histoire[modifier | modifier le code]

La principale raison de conversion à l'islam des chrétiens des Balkans au fil des siècles est la charia appliquée dans l'Empire ottoman, aux termes de laquelle ils étaient soumis au haraç (double imposition sur les non-musulmans) et au devchirmé (enlèvement des garçons pour devenir des janissaires). Des groupes linguistiquement très divers ont été concernés.

Selon les dispositions du traité de Lausanne de 1923 entre la Grèce et la Turquie, tous les musulmans de Grèce ont été assimilés aux Turcs et des échanges de populations ont été rendus obligatoires : une grande partie des Torbèches de Grèce ont donc dû la quitter, et ont été remplacés par des Micrasiates (Grecs de Turquie).

En Yougoslavie, les Torbèches avaient le choix entre se déclarer Macédoniens selon leur langue, très proche du bulgare, ou bien musulmans, selon leur religion. Là aussi, beaucoup d'entre eux ont préféré émigrer vers la Turquie, même si aucun traité ne le leur imposait.

Il n'y a pas d'estimation fiable de leur nombre actuel, mais très peu de personnes se déclarent encore Torbèches, que ce soit en Grèce ou en Macédoine[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Poulton Hugh, Who Are the Macedonians?, Hurst & Company, London, (lire en ligne), p. 124
  2. James Pettifer, The new Macedonian Question, Macmillan Press Ltd, (lire en ligne), p. 115
  3. Source : [1].

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • E. Adamou kai G. Drettas, Slave, Le patrimoine plurilingue de la Grèce, BCILL 121, éd. Peeters, Leuven 2008, pp. 107-132.
  • F. Bajraktarević, Encyclopédie de l’islam, Tome IV, éd. Picard, Paris 1936.
  • Xavier Bougarel et N. Clayer, Le nouvel islam balkanique : les musulmans, acteurs du post-communisme 1990-2000, éd. Maisonneuve et Larose, Paris 2001.
  • Emil Condurachi, L’ethnogenèse des peuples balkaniques : les sources écrites in : « L’ethnogenèse des peuples balkaniques », Acad. bulgare des sciences, Sofia 1971, pp. 243-246.
  • A. Liebić, Les minorités nationales en Europe centrale et orientale, éd. Georg, Genève 1997.
  • A. Popović, L’islam Balkanique : les musulmans du sud-est européen dans la période post-ottomane : thèse pour le doctorat d’état : MMSH, Université Aix-Marseille I. 3 vol. Vol I, 1985, 341 pp.; Les medrese dans les Balkans : des premières innovations du milieu du XIXe siècle à nos jours, in N. Grandin, M. Gaborieau (dir.), « Madrasa : la transmission du savoir dans le monde musulman » in : Arguments, 1997, pp. 275-284 ; La situation des musulmans dans les Balkans depuis la chute du mur de Berlin, Inst. pour la mémoire européenne sur [2] et Représentation du passé et transmission de l’identité chez les musulmans des Balkans, Revue du monde Musulman et de la Méditerranée, N°66, 1992, pp.139-144.

Voir aussi[modifier | modifier le code]