Politique au Panama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Panama est un État souverain et indépendant depuis sa séparation de la Colombie le . C'est une république unitaire, républicaine, représentative et démocratique, notamment depuis l'expulsion de l'administration Noriega en 1989[1]. Son nom officiel est República de Panamá. La Constitution de 1972, modifiée en 1978, 1983 et 1994, régit l'organisation des pouvoirs de la République du Panama.

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Le président[modifier | modifier le code]

Le président est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans. La majorité simple est suffisante pour être élu président ; il n'y a pas de second tour. Le président ne peut pas être réélu au poste de président pour les deux mandats présidentiels suivant immédiatement celui pour lequel il a été élu.

Il est le chef de l'État et du gouvernement. Il nomme les membres de son gouvernement.

Martín Torrijos, du PRD (Parti Révolutionnaire Démocratique), est à la tête du Panama depuis le 1er septembre 2004, et jusqu'en 2009. Il avait recueilli 47,4 % des voix aux élections du , alors que Guillermo Endara, du PS (Parti de la Solidarité), obtenait 30,9 % des suffrages, et José Miguel Alemán, du PA (Parti Arnulfista), 16,4 %.

La résidence officielle du président de la République de Panama est le Palacio de Las Garzas (Palais des Hérons).

Les vice-présidents[modifier | modifier le code]

Les vice-présidents, au nombre de deux, sont élus au suffrage universel direct en même temps que le président, sur le même bulletin de vote. Leur mandat est aussi de cinq ans. Comme pour l'élection du président, la majorité simple est suffisante pour être élu vice-président ; il n'y a pas de second tour. Les vice-présidents ne peuvent pas être réélus à un poste de vice-président pour les deux mandats présidentiels suivant immédiatement celui pour lequel ils ont été élus.

Depuis le 1er septembre 2004, le premier vice-président est Samuel Lewis Navarro et le second vice-président Rubén Arosemena. Leur mandat court jusqu'en 2009.

Le gouvernement[modifier | modifier le code]

Les membres du gouvernement sont nommés par le Président.

Le gouvernement actuel est en place depuis le 1er septembre 2004. Il a été remanié pour la 2e fois le .

Composition du gouvernement panaméen après le remaniement du 28 avril 2006[2]
Ministère Ministre Vice-ministre(s)
Ministère de la Présidence Ubaldino Real Dilio Arcia
Ministère de l'Intérieur et de la Justice Olga Gólcher Severino Mejía
Ministère des Affaires étrangères Samuel Lewis Navarro Ricardo Duran
Ministère des Travaux publics Benjamín Colamarco Luis Manuel Hernández
Ministère de la Santé Camilo Alleyne Dora Jara
Ministère du Travail Reynaldo Rivera Edwin Antonio Salamín Jaén
Ministère du Commerce et de l'Industrie Alejandro Ferrer Carmen Gisela Vergara (Commerce extérieur)
Manuel José Paredes (Commerce intérieur)
Ministère du Logement Balbina Herrera Doris Zapata
Ministère du Développement agricole Guillermo Salazar Nicolau Erick Fidel Santamaría
Ministère de l'Économie et des Finances Carlos Vallarino Héctor Alexander (Économie)
Orcila Vega de Constable (Finances)
Ministère du Développement social Maria del Carmen Roquebert León Felipe Cano
Ministère de l'Éducation Miguel Angel Cañizales Sonia Eneida Gallardo de Smith

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Le parlement panaméen est monocaméral. Il est constitué de l'Assemblée nationale.

L'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Les députés, au nombre de soixante-dix-huit, sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans.

Système judiciaire[modifier | modifier le code]

Bien que la constitution prévoit un pouvoir judiciaire indépendant, celui-ci reste inefficace, politisé et tend à prôner la corruption. La principale source de la loi est la constitution de 1972 (réformée de nombreuses fois, la dernière en 2004). Le système judiciaire est basé sur un système de droit civil et de révisions judiciaires des actes législatifs. Panama accepte la juridiction obligatoire de la CIJ mais avec des réserves. L'espagnol est la langue judiciaire du pays, mais il est possible d'avoir recours à un interprète.

Panama est considéré comme étant un État de droit, mais la corruption est un véritable fléau, en particulier au niveau de l'administration et du système politique. Le pays est également connu pour être le paradis du blanchiment de l'argent et le principal point de transit des immigrants illégaux et de la drogue vers les États-Unis. Se débarrasser de cette réputation reste un défi auquel doit faire face le gouvernement. Les ressortissants étrangers ne peuvent pas être certains d'avoir un procès impartial en matière judiciaire.

Partis politiques[modifier | modifier le code]

En avril 2016, et après les élections de 2014 sur les neuf partis pré-existants, cinq partis politiques panaméens sont enregistrés auprès du Tribunal Électoral. Plusieurs partis ont fusionné ou changé d'appellation préalablement à 2014.

Partis politiques panaméens anciens et en vigueur[3]
Nom en français
Nom en espagnol
Président Date d'enregistrement
au Tribunal Électoral
Note
Parti révolutionnaire démocratique
Partido Revolucionario Democrático
Hugo Guiraud [...]
Benicio enacio Robinson Grajales[4]
1979
Parti Molirena
Partido Molirena
Gisela Chung
Francisco Alemán Mendoza (en fonction en 2016)
1982
Parti du changement démocratique
Partido Cambio Democrático
Ricardo Martinelli (en fonction en 2016) 1998
Parti populaire
Partido Popular
[...]
Milton Cohen-Henriquez Sasso (en fonction en 2016)
2001 ex-P.D.C.
Parti Panameñista
Partido Panameñista
Juan Carlos Varela (- 2014)
Ramón Fonseca Mora (2014-2016)
? [5].
2005 ex-Partido Arnulfista
Parti libéral
Partido Liberal
Joaquín Franco Vásquez 2005 N'était plus inscrit en 2014
Avant-garde morale de la patrie
Vanguardia Moral de la Patria
Guillermo Endara Galimany 2005 N'était plus inscrit en 2014
Union nationale
Union Nacional
Ivan Blasser Stanziola 2006 N'était plus inscrit en 2014
Parti Union patriotique
Partido Unión Patriotica
Aníbal Galindo et José Mulino 2006 Fusion du Partido Solidaridad
et du Partido Liberal Nacional
N'était plus inscrit en 2014

Organisation territoriale[modifier | modifier le code]

Les 9 provinces et les 3 comarcas indigènes à statut de province du Panama.

Le territoire panaméen est divisé en neuf provinces (provincias) : Bocas del Toro, Chiriquí, Coclé, Colón, Darién, Herrera, Los Santos, Panama et Veraguas. Il existe également trois comarcas indigènes à statut de province : Kuna Yala, Ngöbe-Buglé et Emberá-Wounnan.

Ces provinces et comarcas se divisent en soixante-quinze districts (distritos), eux-mêmes subdivisés en six cent vingt corregimientos. Deux autres comarcas sont à statut de corregimiento : Madungandí et Wargandí.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Le Panama est membre de l'Organisation des Nations unies depuis le .

À partir du 1er janvier 2007 et pendant deux ans, il sera membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU. Le Panama a été élu le , au 48e tour de scrutin. Il représentera le Groupe des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, en remplacement de l'Argentine. Le scrutin était dans une impasse après les 47 premiers tours, le Guatemala et le Venezuela ne pouvant être départagés. Ces deux pays se sont finalement retirés, au profit du Panama[6].

Le Panama est également membre de l'Organisation des États américains et du Parlement centraméricain (Parlacen).

Élections[modifier | modifier le code]

Le vote est un droit et un devoir pour tous les panaméens majeurs (à partir de 18 ans). Il est libre, égal, universel, secret et direct[7].

Le Tribunal électoral de Panama est chargé de garantir la liberté, l'honnêteté et l'efficacité du suffrage populaire[8].

Les dernières élections, le , étaient générales : les panaméens devaient élire le président et les vice-présidents, leurs représentants au Parlement centraméricain (20 députés), à l'Assemblée nationale (78 députés), au niveau des distritos (75 alcaldes) et des corregimientos (619 représentants), ainsi que leurs suppléants[9]. Les électeurs devaient cocher le(s) candidats(s) de leur choix sur des bulletins de vote spécifiques à chaque type d'élection.

Les prochaines élections devraient être organisées en mai 2009.

Depuis les élections de mai 2004, les électeurs n'ont plus le doigt marqué à l'encre indélébile.

Présidentielle[modifier | modifier le code]

Résultats de l'élection présidentielle panaméenne du 2 mai 2004[10]
Candidat Parti ou alliance politique Votes  %
  Martín Torrijos Patria nueva 711 447 47,44 %
  Guillermo Endara Solidaridad 462 766 30,86 %
  José Miguel Alemán Visión de país 245 845 16,39 %
  Ricardo Martinelli Cambio Democrático 79 595 5,31 %
Votes blancs 17 366 1,13 %
Votes nuls 21 276 1,38 %
Participation totale 1 537 714 76,90 %

Législatives[modifier | modifier le code]

Chacune des neuf provinces ainsi que les deux comarcas à staut de province Kuna Yala et Ngöbe-Buglé élisent un ou plusieurs députés.

Résultats des élections législatives panaméennes du 2 mai 2004[10]
Parti politique  % Sièges
Partido Revolucionario Democrático 37,87 % 42
Partido Arnulfista 19,25 % 16
Partido Solidaridad 15,67 % 9
Partido Molirena 8,57 % 4
Cambio Democrático 7,41 % 3
Partido Liberal Nacional 5,23 % 3
Partido Popular 6 % 1

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Panamá », L'Encyclopédie de l'Agora
  2. (es) Presidencia de la República de Panamá - Consejo de Gabinete
  3. (es) Tribunal Electoral - Elecciones - Partidos Políticos
  4. Tribunal électoral, consulté le 4 avril 2016
  5. À la suite de son élection au poste présidentiel, Juan Carlos Varela a annoncé en juin 2014 laisser la place à son second vice-président, Ramón Fonseca Mora (voir Partidos políticos definen su futuro tras los comicios, 21 juin 2014). Ce dernier a démissionné de son poste en mars 2016, à la suite du scandale Petrobras : ((es)Ministro consejero Fonseca Mora se va de licencia sur panamaamerica.com, 11 mars 2016)
  6. (fr) Nations Unies - L'Assemblée générale élit le Panamá comme membre non permanent du Conseil de sécurité
  7. Article 129 de la Constitution de la République de Panama
  8. Article 136 de la Constitution de la République de Panama
  9. (es) Tribunal Electoral - Elecciones - Cargos a elegir
  10. a et b (es) Tribunal Electoral - Elecciones generales del 2 de mayo 2004

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]