Pierre Tresso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Pierre Tresso
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Pietro Tresso (en français Pierre Tresso), dit Blasco, né le à Schio dans la province de Vicence en Vénétie, mort assassiné le dans le sud de la France, est un homme politique italien, qui fut l'un des fondateurs du Parti communiste italien (avec Antonio Gramsci et Amadeo Bordiga), avant d'en être exclu pour trotskisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Militant du PS italien, puis dirigeant du PCI, d'abord lié à Bordiga puis à Gramsci, Pietro Tresso, victime du stalinisme, fut en 1930 l'un des trois exclus qui donnèrent naissance à la « Nouvelle Opposition italienne », qui rejoignit l'Opposition de gauche.

Réfugié en France, il milite au sein du Parti ouvrier internationaliste et devient rapidement l'un des membres du secrétariat international trotskiste.

Le , Blasco est arrêté par une brigade spéciale de Vichy. Avec plusieurs de ses camarades, il est condamné aux travaux forcés et est incarcéré successivement dans plusieurs prisons. Dans la nuit du , il fait partie du groupe de 79 prisonniers qui s’évadent de la prison du Puy-en-Velay, pour rejoindre le maquis FTP Wodli, dans les forêts du pays d’Yssingeaux. Il est assassiné avec trois camarades trotskistes (Abram Sadek, Maurice Sieglmann alias « Pierre Salini » et Jean Reboul) le par des membres du maquis, que l'on soupçonne d'avoir agi sur ordre de Staline.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfredo Azzaroni, Blasco. La riabilitazione di un militanto rivoluzionario, Milan, Azione Comune, 1962-1963
  • Alfredo Azzaroni, Pierre Naville, Ignacio Silone, Blasco. Pietro Tresso. La vie d'un militant, Commission pour la vérité sur les crimes de Staline, Paris, 1965
  • Jacques Delarue, « Les disparus du Puy-en-Velay », in L'Histoire no 171, novembre 1993, p. 46-48.
  • Pierre Broué et Raymond Vacheron, Meurtres au maquis, en collaboration avec Alain Dugrand, Bernard Grasset, 1997 (ISBN 2-246-54021-6)

Lien externe[modifier | modifier le code]