Pierre Ernest Ballue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Ernest Ballue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement
Enfant
Distinctions

Pierre Ernest Ballue, né le à La Haye Descartes, où il est mort le , est un peintre et dessinateur français de l'École de Barbizon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les origines de sa famille remontent au XVIe siècle, on les retrouve dans les communes de La Haye et de Buxeuil[1]. Ses parents s'installent à Paris en 1867.

Ernest Ballue est l'élève d'Alexandre Defaux (1826-1900), d'Émile Charles Dameron (1848-1908) et d'Étienne Maxime Vallée (1850-1881).

Il expose régulièrement au Salon des artistes français et y reçoit plusieurs médailles. Peintre paysagiste de la Touraine, il voyage aussi à travers la France et peint des vues du Midi et de la Côte d'Azur, de la région de Crozant et de Fresselines. Il voyage aux États-Unis en compagnie d'Auguste Bartholdi en 1886 pour l'inauguration de la Statue de la Liberté de ce dernier.

Il épouse Thérèse Pomey le à La Haye Descartes. Née le à Paris et élève de son père Louis Pomey (1835-1901), elle est une artiste peintre de genre et miniaturiste[2]. De cette union naîtront deux filles : Jeanne, née en 1896, qui épousera le vétérinaire André Goupille et deviendra avec sa famille une héroïne de la Résistance, avec le titre de Juste parmi les nations[3], et Marie-Louise, née en 1902.

Entre 1882 et 1890, son atelier est situé au no 5 rue Saint-Vincent-de-Paul à Paris[4]. En 1890, il s'installe rue de La Tour-d'Auvergne, puis sur le boulevard Lannes, où sa belle-mère meurt le 21 août 1917. Le peintre se trouve alors à Royan avec ses deux filles.

Il meurt rue de l'Abattoir à La Haye Descartes le 18 mai 1928. Une rue de cette commune porte son nom en son hommage.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Salon des artistes français et expositions[modifier | modifier le code]

  • Salon de 1887, Les Bords de la Creuse à Gargilesse
  • Salon de 1891, Le Ruisseau de Puy Guillon (Creuse), médaille de 3e classe
  • Salon de 1893, Vieux oliviers au Cap d'Antibes
  • Salon de 1896, Ruines du château d'Angle, brumes matinales[6]
  • Salon de 1907, Environs de Nice, Sous les saules, pastel
  • Salon de 1911, Les Pins au Mont Aigu (forêt de Fontainebleau), médaille d'argent
  • Salon de 1913, La Creuse à Fresselines, pastel
  • Salon de 1920, médaille d'or
  • Salon de 1928, L'Inondation, La Plaine de Basroux
  • 1885, 27e exposition d'Amiens, L'Hermite de Cernay,
  • 1892, exposition nationale de Tours, Le Ruisseau de Puy Guillon (Creuse)
  • Yanick Antigny, Christophe Albin et le Groupe artistique de Descartes lui rendent hommage en exposant plus de cent toiles au centre culturel de Descartes en 2008 pour les 80 ans de sa disparition

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit[7]
  • Yanick Antigny, Pierre-Ernest Ballue, ce peintre méconnu (1855-1928), 46.p., Descartes, Antya Editions, (ISBN 9791092367058)
  • (de) (en) Paul Pfisterer, Claire Pfisterer, Signaturenlexikon - Dictionary of signatures, Berlin, Walter de Gruyter, 1999, (ISBN 3110149370)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Certains membres étaient greffiers et deux furent maires à la commune : René Ballue, avocat au Parlement de Paris, maire de 1804 à 1807, et un ancien capitaine des Grenadiers de l'Empire, Pierre Ballue, maire de 1816 à 1830.
  2. Dictionnaire Bénézit.
  3. Anonymes, Justes et Persécutés durant la périiode Nazie dans les communes de France.
  4. Catalogue de la 27e exposition d'Amiens de 1885, organisée par la Société des Amis des Arts de la Somme, p. 4.
  5. « Les Rochers de Douce », notice no 50350228853, base Joconde, ministère français de la Culture
  6. « Archives nationales, Base Arcade, notice n°AR454678 », sur Archives nationales, Base Arcade
  7. (en) « Ballue, Pierre Ernest (1855 - 1928), Painter », entrée du Dictionnaire Bénézit référencée dans la base Oxford Index.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]