Alexandre Defaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Alexandre Defaux
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Mouvement
Distinctions
Deux vaches (vers 1880-1890), musée d'art de São Paulo (Brésil).

Alexandre Defaux, né le 27 septembre 1826 à Bercy et mort en 1900 à Paris, est un peintre français de l'École de Barbizon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Defaux est né à Bercy, commune alors à la périphérie de Paris[N 1]. Principalement connu pour ses peintures à l'huile, Defaux pratique également le pastel et l'aquarelle. Il est une figure de la seconde génération de peintres de l'École de Barbizon dans la lignée de Jean-Baptiste Corot, dont il fut l'élève, et Jean-François Millet. Ses premiers paysages reflètent l'influence de Corot avec de grandes vues panoramiques urbaines et des personnages en costume de paysan napolitain. Il est connu pour ses peintures de cours de fermes ensoleillées remplies de poules ou d'oies se querellant, bien qu'il ait été également attiré par les sous bois, calmes et semblant être à l'écart de toute activité humaine ou animale. Il a peint presque exclusivement dans la région de Barbizon ou en Normandie.

Le port de Pont-Aven (vers 1880)

Tandis qu'une grande partie de son œuvre est conforme au répertoire de sujets de Barbizon (scènes de la vie agricole, animaux domestiques, sous-bois), Defaux a également peint des sujets plus modernes comme des scènes de canotage de Parisiens sur les plans d'eaux ou de pique-niqueurs au milieu de troupeaux de moutons.

Pendant les années 1850, Defaux a peint un certain nombre de vues de villes pittoresques de Normandie et des grandes églises médiévales, images très populaires pour les touristes tant français qu'étrangers. Il envoie des vues de carrières autour de Montmartre et de sous-bois de la région de Fontainebleau au Salon de Paris de 1859. Travaillant sur une large gamme de motifs, il a aussi adopté des combinaisons de couleurs plus fortes et les techniques plus picturales qui suggèrent des influences s'étendant à d'autres artistes de Barbizon comme Théodore Rousseau ou Narcisse Díaz de la Peña.

Defaux expose régulièrement au Salon jusqu'en 1897. Il est loué par les critiques pour son habileté à manier les outils de peintres : brosse ou couteau. Sa Forêt de Fontainebleau présentée hors-concours au Salon de 1879 a été acquise par l'État français, ainsi que sa grande toile des falaises bretonnes et du port de Pont-Aven, acquis en 1880.

La fin des années 1870 et 1880 semble avoir été une période de succès pour Defaux, avec de bonnes critiques pendant la décennie des années 1880. Le travail de Defaux a été particulièrement apprécié pour sa capacité de combiner des techniques picturales fortes avec des sujets plaisants et une passion pour la campagne française. Une médaille d'or lui a été décernée à l'Exposition universelle de 1900. Ses œuvres sont conservées dans les musées français.

Alexandre Defaux reçoit les insignes de chevalier de la Légion d'honneur en 1881.

Il demeura no 254 boulevard Voltaire à Paris[1]. Il a en outre résidé successivement 55 ou 57 rue du Cherche-Midi (1859-1863), 85 rue de l'Ouest (1864-1865), 14 rue de Glacière (1866-1867), 70 boulevard de Bercy et Épinay-sous-Senart (1868), 75 rue de la Roquette (1869-1870), 4 rue Duperré (1872-1875), 5 ou 5bis rue Martin (1876-1880), 49 boulevard Rochechouart (1881-1894), 98 avenue des Ternes et Montigny-sur-Loing (1895-1896), et Montigny-sur-Loing (dès 1897) [2].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • Médaille de 3e classe au Salon de 1871
  • Troisième prix au Salon de 1874
  • Médaille de 2e classe au Salon de 1875
  • Classé hors-concours au Salon de 1875
  • Deuxième médaille au Salon de 1879

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La loi du 16 juin 1859 scinde la commune de Bercy en deux parties et rattache la plus grande part à Paris, le reste étant rattaché à Charenton-le-Pont.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :