Pierolapithecus catalaunicus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierolapithecus catalaunicus
Description de cette image, également commentée ci-après

Pierolapithecus catalaunicus, reconstitution.

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Famille Hominidae
Sous-famille Homininae

Genre

 Pierolapithecus
Moyà-Solà et al., 2004

Nom binominal

 Pierolapithecus catalaunicus
Moyà-Solà et al., 2004

Le piérolapithèque ou Pierolapithecus catalaunicus est une espèce de primates qui vécut au Miocène, il y a environ 13 millions d'années, son apparition étant liée à la suite du petit réchauffement climatique qui voit l'extension de forêts sur la partie méridionale de l'Eurasie à cette époque[1]. Certains voient en lui un ancêtre commun des hommes modernes et des autres grands singes, ou tout au moins une espèce plus proche d'un ancêtre commun qu'aucun fossile découvert précédemment.

Découverte[modifier | modifier le code]

L'espèce a été décrite par une équipe de paléoanthropologues espagnols dirigée par Salvador Moyà-Solà à partir d'un spécimen fossile exhumé en décembre 2002. La découverte comprend 83 ossements de la face et du squelette post-crânien (vertèbres, pelvis, carpes et métacarpes, radius et côtes). Elle a été annoncée la première fois dans la revue Science le . Le nom générique fait référence au village où il fut découvert, Els Hostalets de Pierola situé près de Barcelone, le nom spécifique à la région catalane.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Pierolapithecus présente des adaptations à la locomotion par ascension verticale, les mêmes que les humains et les autres grands singes : une cage thoracique large et plate, une épine dorsale rigide dans sa partie inférieure, des poignets flexibles et des omoplates disposées le long du dos. Les singes supérieurs et inférieurs présentent des caractéristiques plus générales.

Le piérolapithèque a cependant des particularités plus primitives, simiennes, comme un visage incliné ainsi que des doigts et des orteils courts. Il ne présente aucune capacité à se mouvoir en se suspendant aux branches.

Dans leur rapport, les chercheurs relèvent que le squelette est typique des grands singes mais conserve des caractères de singes plus primitifs, contredisant ainsi « le modèle théorique qui prédit que l'ensemble des traits partagés par les grands singes actuels étaient présents dans leur dernier ancêtre commun ».

Implications et position phylogénétique[modifier | modifier le code]

Le Pierolapithecus est un des premiers fossiles postérieurs à la séparation de la lignée des grands singes. On disposait de peu de fossiles de cette époque, hormis Kenyapithecus ou Afropithecus mais Salvador Moyà-Solà les considère trop primitifs pour être représentatifs du dernier ancêtre commun aux grands singes. Le piérolapithèque en est donc le spécimen le plus proche[2].

Selon les auteurs, l'espèce s’embrancherait chez les homininés, la sous-famille des humains, des chimpanzés et des gorilles, mais excluant les orangs-outans, étant donné certaines caractéristiques de la face. Toutefois cette hypothèse est controversée : en effet, l'espèce a été découverte en Espagne, ce qui semble en contradiction avec une origine unique et africaine de ce groupe. Cependant, la Méditerranée s'est étendue et s'est contractée souvent par le passé, ce qui a pu permettre à certaines espèces animales de passer de l'Afrique à l'Europe : Pierolapithecus a pu vivre sur les deux continents[3].

S'il s'agit bien d'un hominidé, il pourrait ne pas relever de la sous-famille des homininés mais de celle des Dryopithécinés[réf. souhaitée] comme le dryopithèque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J.P. Kennett, « A review of polar climatic evolution during the Neogene, based on the marine sediment record », in : Vrba ES, Denton GH, Partridge TC, Burckle LH, editors, Paleoclimate and Evolution, with Emphasis on Human Origins, Yale University Press, 1995. p. 49–64
  2. (en) Fossils Found in Spain Seen as Last Link to Great Apes
  3. Macroevolution.net : Pierolapithecus catalaunicus

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Moya-Sola S., Kohler M., Alba D. M., Casanovas-Vilar I. et al., « Pierolapithecus catalaunicus, a new Middle Miocene Great Ape from Spain ». Science, (2004), n° 306 (5700), pp. 1339-1344.

Lien externe[modifier | modifier le code]