Ouranopithèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ouranopithecus
Description de cette image, également commentée ci-après
fragment de crâne
d'Ouranopithecus macedoniensis
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Super-famille Hominoidea
Famille Hominidae
Sous-famille Homininae

Genre

 Ouranopithecus
Bonis & Melentis, 1977

Espèces de rang inférieur

  • Ouranopithecus macedoniensis Bonis & Melentis, 1977
  • Ouranopithecus turkae Güleç, Sevim, Pehlevan, Kaya, 2007

Ouranopithecus est un genre éteint d'hominidés, décrit en 1977, qui vivait dans les Balkans et en Anatolie à la fin du Miocène, il y a 7 à 10 millions d'années.

Espèces[modifier | modifier le code]

Le genre ouranopithèque est représenté par deux espèces fossiles :

  • Ouranopithecus macedoniensis, décrite en 1977, présente en Grèce septentrionale et en Bulgarie, et datée de 9,6 à 8,7 millions d'années[1] ;
  • Ouranopithecus turkae, décrite en 2007, présente en Turquie, et datée de 8,7 à 7,4 millions d'années[2].

Morphologie[modifier | modifier le code]

L'espèce Ouranopithecus macedoniensis était probablement d'assez grande taille. Sa face massive était large et surmontée d'un torus sus-orbitaire proéminent. Il avait aussi des orbites de forme carrée. L'ouranopithèque partage avec les humains, chimpanzés et gorilles la particularité de disposer d'un sinus frontal. La couche d'émail de ses molaires était plus épaisse que celle des autres singes, mais inférieure à celle des paranthropes[3]. Les cuspides étaient basses. Les dents laissent apparaitre un net dimorphisme sexuel. Le mâle était doté de grandes canines avec des prémolaires basses et coupantes.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

La surface extrêmement usée de la deuxième molaire d'Ouranopithecus macedoniensis donne à penser que son régime était constitué de produits alimentaires assez durs comme des noix ou des tubercules[4].

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Son anatomie dentaire et faciale rapproche l'ouranopithèque des ancêtres de la lignée humaine. Les synthèses récentes le placent en tout cas dans la sous-famille des homininés, qui rassemble humains, chimpanzés, et gorilles[5].

L'ouranopithèque est considéré comme un genre proche du genre grécopithèque, avec lequel il a été souvent confondu[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L. de Bonis et G.D. Koufos, « Ouranopithecus et la date de séparation des hominoïdes modernes », Comptes Rendus Palevol, Volume 3, Issue 4, July 2004, pp. 257-264 lire le résumé
  2. (en) Güleç, Sevim, Pehlevan et Kaya, « A new great ape from the late Miocene of Turkey », Anthropological Science, vol. 115, no 2,‎ , p. 153–158 (DOI 10.1537/ase.070501)
  3. a et b (en) T.M. Smith, L.B. Martin, D.J. Reid, L. de Bonis, G.D. Koufos, « An examination of dental development in Graecopithecus freybergi (= Ouranopithecus macedoniensis) », Journal of Human Evolution 46 (2004), pp. 551–577
  4. Image d'usure des dents http://comp.uark.edu/~pungar/images.htm
  5. (en) Michael P. Muehlenbein, Basics in human Evolution, Elsevier, 2015 lire en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :