Paterne d'Avranches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paterne
Image illustrative de l'article Paterne d'Avranches
Vitrail moderne du saint, en l'église éponyme d'Orléans.
Saint
Naissance Ve siècle
Poitiers
Décès v. 565 
Autres noms Pair, Patier
Fête 16 avril

Paterne, aussi appelé Pair ou Patier, fut évêque d'Avranches (né fin Ve siècle, † 565 c.)

Hagiographie[modifier | modifier le code]

Paterne naquit à la fin du Ve siècle à Poitiers d'une famille de notables locaux. Très jeune il prit l'habit monastique à l'abbaye d'Ansion (dite aussi de Saint-Jouin-de-Marne) dans le diocèse de Poitiers.

Ayant la vocation de l'érémitisme, il se retira dans la forêt de Scissy, près de Coutances, avec un compagnon. Léontien, alors évêque de cette ville l'ordonna prêtre, et le chargea d'évangéliser les populations locales.

Il fut alors secondé par Saint Gaud d'Evreux, Saint Sénier et le prêtre Aroaste qui partageaient sa solitude dans les bois de Scissy.

Il devint évêque d'Avranches aux environs de l'an 552 où il continua ses travaux missionnaires. Il fonda plusieurs monastères, dont celui de Scissy, et mourut vers 565.

L'église paroissiale de Saint-Pair-sur-mer

Saint Lô, évêque de Coutances, l'enterra dans l'oratoire de Scissy en même temps que son compagnon Scubilion, mort le même jour. Cet oratoire devint ultérieurement l'église paroissiale de Saint-Pair-sur-Mer[1], qui possède quelques reliques de saint Paterne ainsi que d'autres églises de Normandie.

Saint Paterne eut comme successeur saint Sénier, qui avait été un de ses collaborateurs dans l'évangélisation des populations de cette région.

Le récit de sa vie a été écrit par Venance Fortunat († v. 600). Il est souvent confondu avec Paterne de Vannes.

Il est fêté le 16 avril.

Vers l'an 900, ses reliques furent transférées en Auvergne, à Artonne, pour les soustraire aux raids des Normands. Sa châsse se trouve encore dans l'église Saint-Martin d'Artonne. L'itinéraire suivi est marqué par un certain nombre de traces : l'ancienne commune de Saint-Paterne dans la Sarthe ; Saint-Paterne-Racan en Indre-et-Loire ; église Saint-Paterne d'Orléans[2] ; faubourg Saint-Paterne d'Issoudun[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dont le nom était autrefois Scissy ou Sessiac.
  2. Église Saint-Paterne.
  3. Jacques Baudoin, loc. cit. en bibliographie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire hagiographique - Abbé Pétin - 1859 - disponible sur Gallica
  • Jacques Baudoin, Grand livre des saints : culte et iconographie en Occident, Éd. Créer, 2006, notice no 434, p. 385 : « Saint Paterne » (en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Les armoiries de la ville de Saint-Pair-sur-Mer représentent les cinq saints honorés dans ce lieu :

  • Saint Paterne (saint Pair)
  • Val-Saint-Pere parfois vu comme Val St Pair
  • saint Gaud
  • Saint Aroaste
  • Saint Scubilion (tous deux compagnons de Saint Paterne)
  • Saint Sénier, qui succéda à Paterne sur le siège épiscopal d'Avranches