Pascale Fontenel-Personne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascale Fontenel-Personne
Pascale Fontenel-Personne en 2017.
Pascale Fontenel-Personne en 2017.
Fonctions
Députée à l'Assemblée nationale
En fonction depuis le
Élection 18 juin 2017
Circonscription 3e circonscription de la Sarthe
Législature XVe législature
(Cinquième République)
Prédécesseur Guy-Michel Chauveau
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Le Mans (France)
Nationalité Française
Parti politique La République en marche !

Pascale Fontenel-Personne, née le au Mans, est une femme politique française, membre de La République en marche !. Elle est élue députée de la Sarthe lors des élections législatives de juin 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pascale Fontenel-Personne est née le au Mans.

À la fin des années 1980, elle écrit ses propres chansons et évolue dans la musique de manière semi-professionnelle. Après avoir vu une bande-annonce sur Antenne 2, elle envoie une cassette et des photos à la sélection française pour le Concours Eurovision de la chanson 1987. Faisant partie des 1500 candidats, elle est retenue parmi les 10 derniers candidats participants à la finale télévisée de la sélection française[1]. Le 4 avril 1987, lors de la finale de la sélection française, diffusée l'après-midi sur Antenne 2 et présentée par Marie-Ange Nardi et Patrick Simpson-Jones, elle chante, sous le nom de Pascale Fontenel, le titre Bonheur ordinateur en 2e position. Un panel de 1000 téléspectateurs français sondés par téléphone par TNS Sofres est chargé d'attribuer des points aux candidats, chaque personne désignant sa chanson préférée. Pascale Fontenel termine dernière sur les 10 candidats tandis que Christine Minier est choisie pour être la représentante de la France, le 9 mai à Bruxelles, avec la ballade Les mots d'amour n'ont pas de dimanche[2].

En 1995, la ville du Mans charge Pascale Fontenel de créer « Le Mans cité chanson ». Elle organise et présente ce spectacle pendant onze ans, jusqu'en 2006[2].

Elle s'investit dans la vie associative, et dirige, avec son mari, « Access Tour Le Mans », une entreprise d'une dizaine de personnes dans le domaine des transports[1],[3].

Pascale Fontenel-Personne adhère au mouvement En marche ! d'Emmanuel Macron, élu président de la République en mai 2017. Elle se présente aux élections législatives de juin 2017, sous l'étiquette de La République en marche ! dans la Troisième circonscription de la Sarthe. Elle est élue députée au second tour de scrutin, avec 53,69 % des voix, face à une candidate des Républicains[1].

Controverse[modifier | modifier le code]

En septembre 2017, un article de Marianne révèle que la société « Access Tour Le Mans » prévoit d'organiser une excursion, facturée 119 euros par personne, ayant pour but la visite de l'Assemblée nationale en présence de la députée[3]. La visite de l'Assemblée étant gratuite, et compte tenu de la situation de la députée, dirigeante de la société, le média évoque un manquement au respect du code de déontologie de l'institution[3]. En réponse, Pascale Fontenel-Personne affirme que la visite de l'Assemblée était déjà proposée par sa société avant son élection, que le prix demandé ne prend en compte que les coûts de transport et de repas, qu'aucune visite n'a été organisée depuis son élection, qu'elle est en train de céder ses parts de la société et que celle-ci n'organisera plus d'excursion de ce type[3]. En réaction, le président François de Rugy saisit la déontologue de l'Assemblée nationale[3]. Fin septembre, elle est disculpée par la déontologue de l'Assemblée nationale ; le bureau de l'Assemblée lui adresse un simple rappel à l'ordre[4].

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Typhaine Morin, « Législatives : qui est Pascale Fontenel-Personne, la nouvelle députée LREM de la 3e circonscription de la Sarthe ? », sur francebleu.fr, France Bleu, (consulté le 21 juin 2017).
  2. a et b « Insolite : Quand la nouvelle députée sarthoise chantait pour l'Eurovision », sur lemainelibre.fr, Le Maine libre, (consulté le 21 juin 2017).
  3. a, b, c, d et e « Quand une députée LREM organise des excursions à l'Assemblée nationale... facturées 119 euros », Marianne,‎ (lire en ligne)
  4. « Visites payantes de l'Assemblée : simple « rappel à l'ordre » de la députée LREM », Le Parisien, .

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]