Partisans (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Partisans  
Discipline Politique
culture
Langue français
Directeur de publication François Maspero
Rédacteur en chef Émile Copfermann
Publication
Maison d’édition Éditions Maspero (France)
Période de publication Septembre 1961 - novembre 1972
Fréquence 6 numéros par an

Partisans est une revue éditée de 1961 à 1972, dirigée par l'éditeur François Maspero et considérée comme un des marqueurs du travail collectif réalisé par sa maison d'éditions. C'est une revue généraliste, à la fois littéraire et politique, qui accueille des textes sur la théorie marxiste[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La revue a été fondée par François Maspero, éditeur de gauche, qui était aussi libraire, traducteur, écrivain[2]. Créée en 1961[3], elle devient l'un des porte-voix incontournables du mouvement anticolonialiste[2], ce qui fait que la censure gaulliste s'abat immédiatement : une quinzaine d'interdictions frappent les livres et les trois premiers numéros de Partisans[2]. Avec les Éditions de Minuit, fondées par Jérôme Lindon, les éditions Maspero font partie des seules en France braver le pouvoir et la répression[2] et subissent les attentats, nombreux, de l'extrême droite et de l'OAS[2].

Le premier comité de rédaction de Partisans regroupe, autour de François Maspero: Marie-Thérèse Maugis , Jean Carta, Georges Dupré[4], Gérard Chaliand, Nils Andersson, Maurice Maschino, Georges M. Mattei[5], Pierre-Jean Oswald, Jean-Philippe Talbo Bernigaud[6]. Ils seront rejoints rapidement par Robert Paris, Pierre Vidal-Naquet, Jean-Louis Hurst[1]. La revue a une périodicité bimestrielle.

Dans la revue, s’expriment les dirigeants des luttes anticoloniales et anti-impérialistes des années 1960 : Fidel Castro, Che Guevara, Amilcar Cabral, Ahmed Ben Bella[1]. Émile Copfermann deviendra le directeur de publication. Georges Dupré et Émile Copfermann animent les rubriques sur le théâtre. La revue publie aussi des poèmes de Brecht, Neruda ou Hikmet[1].

En 1962-1963, Georges Perec livre une série d’articles qui constituent une esquisse critique de théorie littéraire[1]. La rubrique cinéma est tenue par Jean Carta[1].

La question de la libération sexuelle est abordée par la publication en 1966 d’un numéro « Sexualité et répression » qui comprend des contributions des principaux théoriciens de la Révolution sexuelle (Herbert Marcuse, Wilhelm Reich) et des enquêtes sur la situation des jeunes et des femmes visant à illustrer la misère sexuelle[7]. Un deuxième numéro de la revue sur le même thème paraîtra en 1972[8]. Il poursuit l’élaboration théorique de la révolution sexuelle et accorde une section importante à la répression de l’homosexualité, constituant l’une des rares tentatives qui traite conjointement des homosexuels et des « hétérosexuels»[7].

À l'automne 1970, paraît « Libération des femmes, année zéro », un numéro spécial de la revue[9], réalisé uniquement par des femmes et rassemblant des témoignages de militantes anonymes, et des textes signés par des Françaises et des Américaines. On lit dans la présentation : « Le phénomène n'est pas limité aux États-Unis. Partout en Europe occidentale, simultanément depuis plus de deux ans, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Suède et au Danemark, en Allemagne, en France, maintenant en Italie, des groupes de femmes se sont spontanément formés pour réfléchir aux moyens de lutter contre leur oppression. »

D'autres numéros marquants[10] ont pour thème : « Théâtre et politique »[11] piloté par Émile Copfermann, avec notamment des textes de Bernard Dort, Erwin Piscator ; « Pédagogie : éducation ou mise en condition ? »[12] avec, entre autres, des contributions de Fernand Oury, Jean Oury, Fernand Deligny; « Sport, culture et répression »[13] (avec la contribution de Jean-Marie Brohm). Après Mai 1968, paraît un numéro spécial « Ouvriers, étudiants, un seul combat ! »[14]. Un numéro « Rosa Luxemburg vivante »[15] est publié pour le cinquantenaire de son assassinat. En 1970, un numéro intitulé « Le peuple palestinien en marche » accueille les Réflexions en marge d’une tragédie de Pierre Vidal-Naquet dans lesquelles il exprime son antisionisme[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f LES REVUES OUTILS DES DÉBATS POUR PENSER UN AUTRE MONDE, sur "A plus d'un titre" [1]
  2. a b c d et e « L'éditeur François Maspero est mort » par Catherine Simon, dans Le Monde du 07 avril 2016
  3. Partisans (revue), bibliothèque du centre Pompidou
  4. Georges Dupré (1927-1995). Voir sa notice nécrologique, « Georges Dupré un charmeur de livre » in Le Monde, 4 avril 1995.
  5. Notice « Georges M. Mattei (1933-2000) », base data BNF.
  6. Jean-Philippe Talbo (1932-2017)
  7. a et b "Misère, répression et libération sexuelles", par Alain Giami, dans la revue Mouvements de 2002
  8. Partisans, « Sexualité et répression II », N° 66-67, nov-déc 1972.
  9. Partisans : Libération des Femmes, Année Zéro no 54-55, juillet-octobre 1970
  10. Chronologie et catalogue de Partisans, in François Maspero et les paysages humains, cf bibliographie, p. 244.
  11. Partisans, N° 36, 1967.
  12. Partisans, N° 39, 1967.
  13. Partisans, N°43, 1968.
  14. Partisans, N° 42, mai-juin 1968.
  15. Partisans, N° 45, déc 68-janvier 1969
  16. Partisans N° 52, mars-avril 1970.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Maspero et les paysages humains, collectif des éditions À plus d'un titre, La Fosse aux Ours, (ISBN 978-2-35707-006-6)
  • François Dosse, « François Maspero. La joie de lire. 1932 - », Les Hommes de l'ombre. Portraits d'éditeurs, Paris, Perrin, 2014, p. 249-277
  • Julien Hage, « Feltrinelli, Maspero, Wagenbach : une nouvelle génération d'éditeurs politiques d'extrême gauche en Europe occidentale. 1955-1982 », thèse d'histoire sous la direction de Jean-Yves Mollier, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines,
  • Sophie Martin, « Maspero / La Découverte », in Jacques Julliard, Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français. Les personnes, les lieux, les moments, Paris, Éditions du Seuil, 2009, p. 927-928

Liens externes[modifier | modifier le code]