Jean Oury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Oury
Portrait de Jean Oury
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
La Garenne-ColombesVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Cour-ChevernyVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychiatre, auteur de non-fiction (d), psychologue et psychanalysteVoir et modifier les données sur Wikidata
Données clés

Jean Oury est un psychiatre et psychanalyste français né le et mort le [1]. Figure de la psychothérapie institutionnelle, il est le fondateur de la clinique de La Borde qu'il a dirigée jusqu'à sa mort. Il a également été membre de l'École freudienne de Paris, fondée par Jacques Lacan.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

  • 1947 : interne en psychiatrie à l'hôpital de Saint-Alban[2]François Tosquelles avait mis en place la psychothérapie institutionnelle[3],[4].
  • 1949 : médecin-chef à la clinique de Saumery (Loir-et-Cher)[3].
  • 1953 : création de la clinique de Cour-Cheverny (Loir-et-Cher), dite clinique de La Borde qu'il a dirigée jusqu'à sa mort[3].
  • 1956 : participe à la création de la clinique de La Chesnaie (à Chailles, Loir-et-Cher) par le docteur Jeangirard en y déléguant une partie de l'équipe soignante de La Borde pendant quelques mois.
  • 1957 : demande à Félix Guattari de prendre la direction administrative de la clinique de La Borde.
  • 1969 : établit la carte sanitaire et sociale du département avec l'aide de l'équipe de La Borde.
  • 1971 : début du séminaire de La Borde.
  • 1973 : création de la clinique de Freschines (à Villefrancœur, Loir-et-Cher) par le docteur René Bidault qui a travaillé quinze ans à La Borde.
  • 1981 : début du séminaire mensuel à l'hôpital Sainte-Anne, à Paris (qu'il tiendra jusqu'à sa mort).
  • 1984-1988 : cours de psychopathologie à l'université de Paris-VII (Jussieu) sur « les symptômes primaires de la schizophrénie » (1984-1986) et sur « création et schizophrénie » (1986-1988).

Un des piliers de la psychothérapie institutionnelle[modifier | modifier le code]

La vie de Jean Oury tend à se confondre avec son œuvre, la clinique de La Borde[2],[5].

Jean Oury attire de nombreux psychiatres français pour développer la démarche de la psychothérapie institutionnelle, notamment à travers le Groupe de travail de psychothérapie et de sociothérapie institutionnelles (GTPSI) qu'il forme avec Hélène Chaigneau, François Tosquelles, Horace Torrubia, Roger Gentis et Jean Ayme notamment ; le GTPSI se réunit à quatorze reprises entre 1960 et 1966[6].

Son frère, Fernand Oury, est le créateur du mouvement pédagogique de la pédagogie institutionnelle.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Soigner les malades sans soigner l’hôpital, c'est de la folie »[7].
  • « J'ai toujours maintenu que la plus grande dignité que l'on peut avoir vis-à-vis de quelqu'un, c'est de faire un diagnostic »[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean Oury a effectué de nombreuses publications[9].

Œuvres de Jean Oury[modifier | modifier le code]

  • Il, donc, Union Générale d'Éditions, Paris, 1978.
  • Onze heures du soir à La Borde, éd. Galilée, Paris, 1980.
  • Pratique de l'institutionnel et politique, écrit avec Félix Guattari et François Tosquelles, éd. Matrice, Vigneux, 1985.
  • Le collectif : le séminaire de Sainte-Anne, Champ social éditions, Nîmes, 1999.
  • Création et schizophrénie, éd. Galilée, Paris, 1989.
  • L'aliénation, éd. Galilée, Paris, 1992.
  • Les séminaires de La Borde (1996-1997), Les éditions du Champ social, Nîmes, 1998.
  • Psychiatrie et psychothérapie institutionnelle, Les éditions du Champ social, Nîmes, 2001.
  • À quelle heure passe le train… Conversations sur la folie, avec Marie Depussé, éd. Calmann-Lévy, Paris, 2003.
  • Préfaces, éd. Le Pli, Orléans, 2004.
  • Essai sur la conation esthétique (thèse de médecine, 1950), éd. Le Pli, Orléans, 2005.
  • Rencontre avec le Japon : Jean Oury à Okinawa, Kyoto, Tokyo, coordination : Philippe Bernier, Stefan Hassen Chedri, Catherine de Luca-Bernier, coéd. Champ social éditions / Matrice, 2007.
  • Essai sur la création esthétique, éd. Hermann, Paris, 2008.
  • Itinéraires de formation, éd. Hermann, Paris, 2008.
  • La psychose, la mort, l'institution, éd. Hermann, Paris, 2008.
  • Dialogues à La Borde, éd. Hermann, Paris, 2008.
  • Préalables à toute clinique des psychoses : dialogue avec Patrick Faugeras, éd. Érès, Toulouse, 2012.
  • La Psychothérapie institutionnelle de Saint-Alban à La Borde, Paris, Éditions d'une, 2016.
  • Les Symptômes primaires de la schizophrénie, cours de psychopathologie (Jussieu, 1984-1986), Paris, Éditions d'une, 2016.

Études[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Polack, Danielle Sivadon, La Borde ou le Droit à la folie, Calmann-Lévy, Paris, 1976.
  • Ginette Michaud, La Borde… un pari nécessaire, Gauthier-Villars, Paris, 1977.
  • Serge Didelet, Jean Oury. Celui qui faisait sourire les schizophrènes, Champ social éditions, Nimes 2017.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le Sous bois des insensés, une traversée avec Jean Oury, un film de Martine Deyres, sorti le [10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eric Favereau, « Mort du psychiatre Jean Oury, fondateur de la clinique de La Borde », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a et b « Jean Oury : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le )
  3. a b et c « https://le-cercle-psy.scienceshumaines.com/la-psychotherapie-institutionnelle-de-jean-oury_sh_32472 »
  4. Recueilli par Élodie Maurot, « Jean Oury, psychiatre et psychanalyste : « Il faut assumer la transcendance de l’autre » », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Jean-François REY, « Jean Oury, celui qui faisait sourire les schizophrènes », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. Site internet des Actes du GTPSI
  7. Eric Favereau, « Jean Oury, fou de fous », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. Jean Oury, Les Symptômes primaires de la schizophrénie : cours de psychopathologie, 1984-1986, Paris, Éditions d'une, , 448 p. (ISBN 979-10-94346-11-2, lire en ligne), p. 25
  9. https://www.cairn.info/publications-de-Oury-Jean--3319.htm.
  10. http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=251666.html.
  11. « Le Sous-bois des insensés - Tënk », sur www.tenk.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]