Parti libéral du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Parti libéral (Japon))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le nom de Parti libéral (自由党, Jiyutō?) fut porté par plusieurs mouvements politiques se réclamant du libéralisme dans l'histoire du Japon.

Deux partis durant la période de mise en place des institutions de la révolution Meiji, à la fin du XIXe siècle :

Trois partis durant la période de reconstruction après la Seconde Guerre mondiale, entre 1945 et 1955 :

  • le Parti libéral fondé en par d'anciens membres des deux principaux partis partisans d'un régime constitutionnel démocratique avant la guerre : le Rikken Seiyūkai (plutôt conservateur, dont Ichirō Hatoyama et Hitoshi Ashida) et le Rikken Minseitō (plutôt centriste, dont Bukichi Miki). La plupart de ses dirigeants (son président Hatoyama notamment) sont touchés par l'épuration politique mise en place par le Commandement suprême des forces alliées qui met en avant un ancien diplomate, Shigeru Yoshida. Celui-ci préside le parti de 1946 à 1954 et est Premier ministre de 1946 à 1947 et de 1948 à 1954, mettant l'accent sur la reconstruction économique du pays comme meilleur moyen de retrouver une certaine notabilité sur la scène internationale. Il porte le nom de 1948 à 1950 de Parti démocrate libéral (民主自由党, Minshu-jiyutō?) après avoir absorbé plusieurs dissidents du Parti démocrate (民主党, Minshutō?), formation centriste et conservatrice fondée en 1947 par le parti progressiste et certains cadres des premiers temps du parti libéral comme Hitoshi Ashida, qui reprochent à leur mouvement de s'être allié avec le Parti socialiste. Il retrouve son simple nom de parti libéral en 1950.
  • le Parti libéral dit Parti libéral séparatiste (分党派 自由党, Buntōha Jiyutō?) ou Parti libéral (faction Hatoyama) (自由党 (鳩山派), Jiyutō (Hatoyama-ha)?) car fondé le par Ichirō Hatoyama et ses derniers partisans dans le camp libéral à la suite de son retour en politique après sa période de traversée du désert due à la « purge » de 1946. S'engage alors une lutte de personne, plus qu'idéologique, avec Yoshida pour la domination de la droite et qui sera à l'origine, lorsque les deux tendances fusionneront finalement en 1955 pour former le Parti libéral-démocrate (PLD), du jeu des factions qui domine encore la politique interne de ce parti. Quoi qu'il en soit, cette dissidence entraîne le vote d'une motion de censure contre Shigeru Yoshida et donc l'organisation d'élections anticipées. Toutefois, si celles-ci entraînent la perte de la majorité absolue pour la faction Yoshida, celui-ci garde une nette avance sur le camp de son rival et Hatoyama réintègre le Parti libéral initial dès .
  • le Parti libéral du Japon fondés après le ralliement momentané de Ichirō Hatoyama au Parti libéral par le noyau dur anti-Yoshida constitué d'autres vétérans de la politique japonaise victimes de la purge de 1946, dont surtout Bukichi Miki et Ichirō Kōno. En , ils fusionnent avec les libéraux pro-Hatoyama (qui a de nouveau fait sécession) et le Parti réformateur (héritier de l'ancien Parti démocrate et de plusieurs petits mouvements conservateurs ou centristes marginaux) pour créer le Parti démocrate du Japon (PDJ) qui entraîne la chute de Shigeru Yoshida et l'accession d'Ichirō Hatoyama au poste de Premier ministre. La mise en retrait de Yoshida favorise le rapprochement des deux ailes rivales de la droite japonaise et la création du PLD.

Deux partis défendant tous deux des principes de dérégulation, de déréglementation et de lutte contre la bureaucratie dans les années 1990 :

Un parti plus social-libéral et populiste, défendant une forte décentralisation et une sortie du nucléaire civil, a été formé dans les années 2010 :

Articles connexes[modifier | modifier le code]