Parti démocrate (Corée du Sud, 2008)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti démocrate et Parti démocrate (Corée du Sud).

Parti démocrate uni
puis
Parti démocrate
Présentation
Président Chung Se-kyun (2008-2010)
Fondation
Disparition
Siège 15-16 Yeouido-dong, Yeongdeungpo-gu, Séoul
Idéologie Centre gauche, Libéralisme, Progressisme
Couleurs Vert
Site web http://minjoo.kr

Le Parti démocrate (PD, nom complet en coréen : Minju-dang, hangeul=민주당) était un parti politique libéral sud-coréen, principale force d'opposition au Grand Parti national conservateur. Sa traduction officielle en anglais est Democratic Party (DEP ou DP). Il est fondé sous l'appellation initiale de Parti démocrate uni (PDU, nom complet en coréen : Tonghap Minju-dang, hangeul=통합민주당) le par la fusion du précédent Parti démocrate (nom depuis 2005 du Parti démocrate du millénaire, lui-même trouvant son origine en 1995) et du Nouveau parti démocrate uni (NPDU, nom pris en par le parti Uri, issu d'une scission du Parti démocrate du millénaire en 2003). Il prend son nom définitif le .

Il s'agit ainsi d'une réunification de la famille démocrate et libérale sud-coréenne, divisée en deux sous la présidence de Roh Moo-hyun, afin d'assurer une opposition plus structurée au nouveau président Lee Myung-bak. Il est à sa création majoritaire au Gukhoe (ou Assemblée nationale, le Parlement monocaméral de Corée du Sud), avec 152 sièges sur 299. Son premier test électoral furent les élections législatives du , qui ont suivi de quelques mois l'investiture de Lee Myung-bak : le PDU obtient alors 4 977 508 voix (28,92 %) et 66 sièges sur 245 au scrutin uninominal majoritaire et 4 313 645 suffrages (25,17 %) et 15 élus sur 54 à la proportionnelle, retombant ainsi à 81 parlementaires et passant dans l'opposition au Grand Parti national et ses 153 députés.

Aux élections locales du , le PD réalise une importante percée, passant de 1 080 élus locaux à 1 477 tandis que le Grand Parti national tombe de 2 345 sièges dans les assemblées des collectivités à 1 570. De plus, le Parti démocratique remporte deux des sept mairies de métropoles, à savoir celles d'Incheon (troisième ville du pays) où Song Young-gil bat le sortant Anh Sang-soo (en place depuis 2002), qui s'ajoute à celle de Gwangju (sixième agglomération sud-coréenne) qu'elle détenait déjà depuis 2002 (avec d'abord Park Gwang-tae puis, à partir de 2010, Gang Un-tae). Au niveau des provinces, cinq gouverneurs élus sur neuf sont démocrates : Lee Kwang-jae dans le Gangwon, Park Chun-young dans le Jeolla du Sud, Kim Wan-ju (réélu pour un second mandat) dans le Jeolla du Nord, Ahn Hee-chung dans le Chungcheong du Sud et Lee Shi-chong dans le Chungcheong du Nord (où il bat le sortant du Grand Parti national Chung Woo-taek). À Séoul, la candidate démocrate, Han Myung-sook, n'est distancée que de 26 412 votes et 0,6 points par le maire sortant du GPN Oh Se-hoon (qui lui-même avait succédé en 2006 Lee Myung-bak).

Il fusionne à son tour avec la fédération des syndicats coréens et le Parti d'union des citoyens le pour donner naissance au Parti démocrate unifié. Le Parti démocrate cesse pleinement d'exister le 22 décembre suivant.

Les présidents successifs du PDU puis du PD ont été :

  1. 17 février -  : Son Hak-gyu (dernier président du NPDU) et Kim Hyo-seok (dernier président du Parti démocratique)
  2. -  : Chung Se-kyun
  3. -  : Son Hak-gyu

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]