Parti Uri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le parti Uri (en coréen « Notre parti », nom complet Yeollin Uri-dang, hangeul=열린우리당, hanja=열린우리黨) était un parti politique libéral sud-coréen.

Il est issu d'une scission, en 2003, des députés du Parti démocratique du millénaire restés fidèles au président Roh Moo-hyun.

La plate-forme politique du parti Uri met l'accent sur l'achèvement de la démocratisation de la Corée du Sud par l'élimination de la corruption, la prospérité économique et la « réunification pacifique de la Corée »[1].

Le parti Uri a remporté les élections législatives d', en obtenant 152 sièges (+105) sur 299. Mais il a perdu la majorité absolue au Parlement après des défaites lors d'élections partielles.

Après la défection de 23 députés en , le parti Uri n'occupait alors plus que 110 sièges au Parlement : les crises internes au parti (qui n'obtiendrait que 10 % des voix, selon les sondages, en cas d'élections générales) conduisent à envisager un regroupement des forces libérales dans un nouveau parti, constitué autour du parti Uri. Les principaux dirigeants du parti ont pris leurs distances avec le président Roh Moo-hyun, issu de ses rangs, dont la cote de popularité a beaucoup baissé. Ne pouvant pas être candidat à sa réélection, le président Roh a annoncé sa décision de quitter le parti Uri avant l'élection présidentielle (prévue en ) : ses prédécesseurs avaient également quitté le parti majoritaire avant l'élection présidentielle, afin notamment d'éviter toute controverse sur la neutralité du chef de l'État lors de l'élection[2].

Les 25 et , une délégation de 800 personnes, conduite par des députés sud-coréens du parti Uri, s'est rendue dans les monts Kumgang[3].

En , il se restructure en vue de l'élection présidentielle du , derrière la candidature de Chung Dong-young, absorbant plusieurs petites entités libérales. Il prend alors le nom de Nouveau parti démocratique uni (NPDU, en coréen : Daetonghab Minjusin-dang, hangeul=대통합민주신당, hanja=大統合民主新黨), officiellement en anglais United New Democratic Party (UNDP).

Le dernier président du Parti Uri, de 2006 à 2007, était Chung Sye Kyun, et le seul du NPDU fut Son Hak-Gyu.

Le , le NPDU fusionne avec le Parti démocrate, nouveau nom depuis 2005 du Parti démocratique du millénaire, mettant fin à cinq années de divisions de la famille politique démocrate et libérale en Corée du Sud. Le nouveau mouvement ainsi formé prend le nom de Parti démocratique uni, puis celui, dès , de Parti démocratique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Voir le site www.uparty.or.kr [lire en ligne]
  2. (en) Roh's defection from Uri Party to deepen his lame duck status, Yonhap News, 22 février 2007][lire en ligne]
  3. Agence sud-coréenne KBS, Des députés sud-coréens et leurs familles aux monts Kumgang, www.korea-is-one.org, 26/11/2006 consulté le 08/09/2008 [lire en ligne]

Lien externe[modifier | modifier le code]