Élections législatives sud-coréennes de 2004

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections législatives sud-coréennes de 2004
Type d’élection Parlementaire
Postes à élire 299 sièges à l'Assemblée nationale
Corps électoral et résultats
Inscrits 35 596 497
Votants 21 351 340
Votes exprimés 21 285 984
Minister of Unification Chung Dong-Young.jpg Parti Uri – Chung Dong-young
Voix 8 145 824
50,8 %
Sièges obtenus 152 en augmentation 152
Park Geun-hye.jpg Grand Parti national – Park Geun-hye
Voix 7 613 660
40,5 %
Sièges obtenus 121 en diminution 12
Kwon Young-Ghil.png Parti démocratique du travail de Corée – Kwon Young-gil
Voix 2 774 061
3,3 %
Sièges obtenus 10 en augmentation 10
Black - replace this image male.svg Parti démocratique du millénaire – Cho Sun-hyeong
Voix 1 510 178
3,0 %
Sièges obtenus 9 en diminution 110
Kim Jong-pil 1999.png Parti démocrate – Kim Jong-pil
Voix 600 462
1,3 %
Sièges obtenus 4 en diminution 13
Résultats par province
Carte
Le Parlement Corée du Sud après l'élection de 2004
Diagramme
Parti Uri Grand Parti national PDT
UDL PDM Autres
Corée du Sud Commission électorale

Les élections législatives sud-coréennes de 2004 se sont déroulées en Corée du Sud le . Elles visent à renouveler les 299 députés de l'Assemblée nationale, chambre unique du Parlement, pour un mandat de quatre ans.

Ces élections surviennent alors que le président ne bénéficie pas de la majorité à l'Assemblée. À l'issue du scrutin, et pour la première fois, un parti de Centre-gauche obtient la majorité parlementaire.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Grand Parti national remporte la majorité parlementaire aux élections de 2000, mais l'élection de Roh Moo-hyun issu du Parti démocrate créé pour la première fois en Corée du Sud, un parlement minoritaire où le président ne bénéficie pas de la majorité.

D'autant plus qu'en 2003, le président Roh Moo-hyun intronisé depuis peu, s'engage dans d'importantes réformes administratives ce qui lui amène une forte opposition de la part de l'Assemblée nationale, y compris au sein du Parti démocrate du millénaire qui l'a amené au pouvoir. Les membres fidèles au président Rho décident alors de quitter le Parti démocrate, pour former le Parti Uri soutenant le président[1].

Une motion de destitution est établie contre le président Rho, pour avoir apporté son soutien au Parti Uri, par le Grand Parti National en majorité à l'Assemblée[2]. Selon la constitution sud-coréenne, le président n'a pas le droit d'être affilié à un parti durant l'exercice de son mandat. Mais l'opinion publique est largement hostile à cette motion, et d'importantes manifestations éclatent en soutien au président. Le Parti démocrate soutenant la motion de destitution, tombe alors en disgrâce au profit du Parti Uri à quelques mois des élections législatives. Les élections de 2004 prennent alors l'apparence d'un scrutin pour ou contre la destitution du président[3].

La motion sera supprimée par la Cour constitutionnelle et Roh sera réhabilité dans ses fonctions le .

Système électoral[modifier | modifier le code]

La Corée du Sud est dotée d'un parlement unicaméral, l'Assemblée nationale, composée de 299 sièges pourvus pour quatre ans selon un système mixte. Sur ce total, 243 sièges sont ainsi pourvus au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions. Les 56 sièges restants sont pourvus au scrutin proportionnel plurinominal avec listes fermées et seuil électoral de 3 % dans une unique circonscription nationale. Après décomptes des voix, les sièges à la proportionnelle sont répartis en appliquant le quota de Hare et au plus fort reste entre tous les partis ayant franchi le seuil électoral ou obtenu au moins cinq sièges majoritaires.

Lors des élections précédentes, 273 sièges étaient à pourvoir dont 227 au scrutin uninominal majoritaire à un tour et 46 à la proportionnelle.

Partis[modifier | modifier le code]

Principales forces politiques
Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2016
Grand Parti National Centre droit à droite
Libéral-conservatisme, conservatisme, conservatisme sociétal, anticommunisme
Park Geun-hye 39,0 % des voix
133 députés
Parti démocratique du millénaire Centre
Libéralisme, conservatisme sociétal
Cho Sun-hyeong 35,9 % des voix
115 députés
Union démocrate libérale Droite
Conservatisme, conservatisme sociétal, régionalisme
Kwon Young-gil 9,8 % des voix
17 députés
Parti démocratique du travail de Corée Gauche

Progressisme, nationalisme

Kim Jong-pil 1,2 % des voix
0 députés
Parti Uri Centre à centre gauche
Social-libéralisme, libéralisme, progressisme
Chung Dong-young Nouveau (scission du Parti démocratique du millénaire)


Résultats[modifier | modifier le code]

Assemblée sortante

153 5 115
Conservateurs Ind. Libéraux et centristes

Assemblée élue

125 3 161 10
Conservateurs Libéraux et centristes
sd
Résultats des législatives sud-coréennes de 2004[4]
Partis Circonscription Proportionnelle Total des sièges
Votes % Sièges % Sièges % Élus +/−
   Parti Uri 8 145 824 38,3 129 41,1 23 50,8 152 Nouveau
   Grand Parti national 7 613 660 35,8 100 37,5 21 40,5 121 en diminution 12
   Parti démocratique du travail de Corée 2 774 061 13,0 2 14,3 8 3,3 10 en augmentation 10
   Parti démocratique du millénaire 1 510 178 7,1 5 7,1 4 3,0 9 en diminution 106
   Union démocrate libérale 600 462 2,8 4 0 0 1,3 4 en diminution 13
Autres[5] 642 091 3,0 3 0 0 1,0 1 en diminution1
   Indépendants 1 774 211 9,4 5 0 0 1,7 5 en diminution 3
Total (participation : 59,8 %) 21 285 984 100 243 56 299 -

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Democratic Party of Korea », sur britannica.com (consulté le )
  2. « ROH MOO-HYUN (1946-2009 ) », sur universalis.fr
  3. « Elections législatives à quitte ou double pour le président coréen Roh Moo-hyun », sur lesechos.fr, (consulté le )
  4. (en) « Republic of Korea legislative election of 14 April 2004 » (consulté le )
  5. 10 partis ayant eu moins de 1.5% des voix

Voir aussi[modifier | modifier le code]