Élections législatives sud-coréennes de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives sud-coréennes de 2012
Voir et modifier les données sur Wikidata
Participation
54,3 %
Park Geun-hye.jpg Parti Saenuri – Park Geun-hye
Voix 9 130 651
42,8 %
Sièges obtenus 152  −24
Han Myeong Sook 2006.png Parti démocrate unifié – Han Myung-sook
Voix 7 777 123
36,5 %
Sièges obtenus 127  +38
Lee junghee 20120915.jpg Parti progressiste unifié – Lee Jung-hee
Voix 2 198 405
10,3 %
Sièges obtenus 13  +6
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Parti de l'avancement de la liberté – Sim Dae-pyung
Voix 690 754
3,2 %
Sièges obtenus 5  −10
Carte
Circonscriptions remportées par
  •      Saenuri
  •      Parti démocrate unifié
  •      Parti progressiste unifié
  •      Parti de l'avancement de la liberté
  •      Indépendant
Composition de l'Assemblée
Diagramme

Les élections législatives sud-coréennes de 2012 se sont déroulées en Corée du Sud le 11 avril 2012. Elles visent à renouveler les 300 députés de l'Assemblée nationale, chambre unique du Parlement, pour un mandat de quatre ans.

Ces élections sont le prélude à l'élection présidentielle de décembre 2012 qui verra l'élection d'un nouveau président puisque Lee Myung-bak ne peut pas se représenter. Depuis les dernières élections législatives de 2008, le président dispose d'une majorité parlementaire du fait de la victoire du Grand Parti national (GPN).

Contexte[modifier | modifier le code]

Composition de la législature sortante.
L'Assemblée nationale de Corée du Sud.

L'élection se déroule à la fin du mandat du président Lee Myung-bak, qui conformément à la Constitution ne peut pas se représenter à l'élection présidentielle de décembre 2012, qui limite à un unique mandat la fonction présidentielle. Pour la première fois, les Coréens de l'étranger sont autorisés à prendre part au scrutin. Toutefois, seuls 5,5 % d'entre eux se sont inscrits sur les liste électorales. Une des raisons serait l'obligation de se rendre à l'ambassade pour s'inscrire et pour voter ainsi que leur vote ne soit pris en compte que pour les 45 sièges décernés à la proportionnelle[1].

Lors des dernières élections législatives sud-coréennes de 2008, les conservateurs ont largement remporté les élections, et le parti du président Lee Myung-bak, le Grand Parti national, remporte une courte majorité absolue, avec 153 sièges sur 299.

Campagne[modifier | modifier le code]

Pour les deux principaux partis, la « démocratie économique » est au centre de la campagne. Elle vise à abolir la barrière entre le 1 % de privilégiés et le reste de la population. Elle vise également à diminuer l'influence des chaebols, les grands conglomérats industriels, et à favoriser le développement des PME[2].

Le GPN, fraichement renommé en parti Saenuri, centre son programme sur l'emploi, sur une sécurité sociale pour le bonheur des habitants et surtout, sur une économie de marché équitable. Pour cela, il souhaite renforcer le rôle du gouvernement[2]. Souffrant de la mauvaise popularité du président (moins de 30 % d'opinions favorables), les candidats cherchent à se démarquer de lui. Les principaux problèmes sont le ralentissement économique, la montée des inégalités et une politique envers la Corée du Nord soupçonnée d'attiser les tensions[3].

Pour le parti démocrate unifié (PDU), le leader de l'opposition, l'objectif est aussi d'instaurer une aide sociale universelle et d'augmenter les impôts sur les hauts revenus[2]. Il compte également bloquer l'accord de libre-échange avec les États-Unis et la construction de la base navale de Jeju[3] ainsi que de stopper la construction de nouvelles centrales nucléaires[4]. Pour augmenter ses chances de succès, il signe un accord avec le Parti progressiste unifié (PPU) pour présenter des candidats uniques. Ceux-ci sont désignés le 19 mars[5] à la suite de primaires qui ont été entachées par des irrégularités de la part du PPU[6].

La campagne est également marquée par un scandale concernant la surveillance illégale et intensive de 2619 fonctionnaires et civils[7] et par des manifestations de journalistes qui protestent contre la mainmise du gouvernement sur les principaux médias[8].

Sondages d'opinion[modifier | modifier le code]

Sondages publiés avant la campagne[9]
Date Institut Grand Parti national [10] Parti démocrate unifié Parti de l'avancement de la liberté Parti progressiste unifié Nouveau parti progressiste Autres
13 janvier 2012 Real Meter 29,5 % 34,7 % 2,4 % 3,2 % 1,8 % 28,5 %
25 - 27 janvier 2012 Real Meter 30,3 % 37,1 % 2,0 % 4,0 % 1,0 % 25,6 %
30 janvier - 2 février 2012 Real Meter 32,9 % 36,9 % 1,5 % 3,9 % 0,9 % 23,8 %
6 - 10 février 2012 Real Meter 33,9 % 35,8 % 2,4 % 4,2 % 0,8 % 23,0 %
2024 février 2012 Real Meter 36,5 % 37,5 % 1,9 % 4,7 % 0,5 % 18,9 %
27 février2 mars 2012 Real Meter 36,3 % 36,3 % 1,7 % 6,1 % - 19,2 %
59 mars 2012 Real Meter 40,3 % 32,7 % 2,3 % 4,8 % - 19,9 %
1216 mars 2012 Real Meter 39,4 % 33,7 % 2,3 % 5,7 % - 19,0 %
1923 mars 2012 Real Meter 37,4 % 33,3 % 2,1 % 7,5 % - 19,7 %
1er avril Research View 42,3 % 29,5 % 3,9 % 9,7 % 2,1 % -

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats définitifs (à réajuster)[11]

Assemblée sortante
185
Conservateurs
25
Ind.
84
Libéraux et centristes
6
sd
Assemblée élue
157
Conservateurs
3
I
127
Libéraux et centristes
13
sd
 
Partis Circonscription Proportionnelle Total des sièges
Votes  % Sièges Votes  % Sièges Élus  % +/−[2]
   Parti Saenuri 9 262 471 43,4 % 127 9 129 226 42,8 % 25 152 --, --
Parti de l'avancement de la liberté 474 001 2,2 % 3 689 843 3,2 % 2 5 --, --
Parti de la vision coréenne 44 379 0,2 % 0 156 222 0,7 % 0 0 --, --
Conservateurs 9 780 851 45,8 % 130 9 975 291 46,7 % 27 157 --, --
   Parti démocrate unifié 8 362 389 39,1 % 106 7 775 737 36,5 % 21 127 --, --
Parti de la Corée créative 3 624 0,0 % 0 91 875 0,4 % 0 0 --, --
Libéraux et centristes 8 366 013 39,1 % 106 7 867 612 36,9 % 21 127 --, --
   Parti progressiste unifié 1 013 873 4,7 % 7 2 198 082 10,3 % 6 13 --, --
Nouveau parti progressiste 101 614 0,5 % 0 242 995 1,1 % 0 0 --, --
Sociaux-démocrates 1 115 487 5,2 % 7 2 441 077 11,4 % 6 13 --, --
   Autres partis 132 709 0,6 % 0 1 043 620 5,0 % 0 0 --, --
Indépendants 1 967 644 9,2 % 3 - - - 3 --, --
Total (participation : 54,3 %) 21 362 704 100 % 246 21 327 600 100 % 54 300 --, --

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]