Nicole Brown Simpson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simpson.

Nicole Brown Simpson, née le à Francfort en Allemagne et assassinée le à Brentwood aux États-Unis, a été l'épouse du joueur de football américain O. J. Simpson du à 1992 dont elle a eu deux enfants Sydney née en 1985, et Justin né en 1988.

Meurtre[modifier | modifier le code]

Elle a été assassinée à son domicile de Los Angeles en Californie, avec son ami Ronald Goldman. O.J. Simpson a été arrêté, mais il a été déclaré non coupable dans un procès pénal controversé. [1]En effet, l'une des principales raisons de l'acquittement d'O. J. Simpson est liée à l'accusation de parjure du détective du LAPD Mark Fuhrman. Celui-ci déclare, sous serment, n'avoir jamais prononcé le mot  « nigger » («  négro ») sous serment et la défense prouve qu'il a menti[2]. Dès lors, l'accusation est décrédibilisée et Simpson est déclaré non coupable. Il a ensuite été reconnu responsable de la mort dans un procès civil intenté par les familles des deux victimes.

Relations avec O. J. Simpson[modifier | modifier le code]

Brown rencontre O.J. Simpson, en 1977, alors qu'elle travaille comme serveuse au Beverly Hills/Rodeo Drive night-club de Jack Hanson, "The Daisy". Bien qu'il soit encore marié à sa première épouse Marguerite, Simpson et Brown deviennent amants. Simpson et Marguerite divorcent en mars 1980, Brown et Simpson se marient le 2 février 1985, cinq ans après la retraite d'O.J. du football professionnel. Le couple a deux enfants[3], Sydney Brooke Simpson, née le 17 octobre 1985, et Justin Ryan Simpson, né le 6 août 1988. Durant les sept ans de leur mariage, Simpson n'a pas contesté la violence conjugale. D'ailleurs, dès 1985, le LAPD avait reçu des appels téléphoniques relatifs à cette violence conjugale, qui avaient mis en relation Nicole Brown Simpson avec Mark Fuhrman[4]. Brown demande le divorce, le 25 février 1992, arguant de "différences irréconciliables".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. David Ramasseul, « OJ Simpson. La piste du tueur en série », Paris match,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Ito's Final Decision on the Fuhrman Tapes », sur simpson.walraven.org (consulté le 25 avril 2016)
  3. « Nicole Brown Simpson, la victime », sur liberation.fr,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  4. (en) Michael Fleeman, « O.J. Trial Lawyer Asserts Conspiracy Is to Blame », The Moscow Times,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]