Affaire O. J. Simpson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simpson.
Article principal : O. J. Simpson.

Affaire O. J. Simpson
Photographie d'identité judiciaire d'O. J. Simpson.
Photographie d'identité judiciaire d'O. J. Simpson.

Nature du crime Homicide
Type de crime Assassinat
Pays de lieu du crime Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Los Angeles, Californie
Nature de l'arme Couteau
Type d'arme Arme blanche
Date du crime
Nombre de victimes Deux morts :
Nicole Brown
Ronald Goldman
Jugement
Statut Affaire jugée : non coupable
Tribunal Cour supérieure du comté de Los Angeles (en)
Date du jugement

L'affaire O. J. Simpson (officiellement intitulée en anglais : People of the State of California v. Orenthal James Simpson) est une procédure pénale jugée par la Cour supérieure du comté de Los Angeles qui met en cause l'ancien joueur de football américain et acteur d'Hollywood O. J. Simpson, running back talentueux des années 1970. Célèbre, jouissant d'une forte notoriété, charismatique, le joueur est accusé du double meurtre ayant eu lieu le dont les victimes sont Nicole Brown Simpson, son ancienne femme dont il a divorcé deux ans avant le début de l'affaire, et Ronald Goldman, ami de Nicole Brown.

Le procès dure plus d'une année et oppose une accusation menée par Marcia Clark et Christopher Darden à une équipe d'une dizaine d'avocats embauchés par O. J. Simpson pour le défendre. Cette « équipe de rêve » est composée des meilleurs spécialistes dans leur domaine et inclut Johnnie Cochran Jr, Robert Kardashian, Robert Shapiro, Barry Scheck ou encore F. Lee Bailey. Chacun tente de convaincre un jury de douze jurés dont le processus de sélection et l'isolement tout au long du procès suscitent polémiques et incidents.

Dans le tribunal présidé par le juge Lance Ito, les débats se concentrent tour à tour sur l'utilisation de l'ADN, les gants retrouvés sur la scène du crime et au domicile d'O. J. Simpson ou encore le témoignage du policier Mark Fuhrman, personnage-clef du procès. Au cours du procès, l'image parfaite de l'ancien sportif est érodée par la découverte des violences conjugales de la célébrité. Pourtant, l'essai non concluant du gant ensanglanté du meurtrier, les failles de l'enquête policière et les bandes magnétiques de Fuhrman prouvant le racisme latent dans la police de Los Angeles s'accumulent en faveur du défendeur. Après un procès usant, les jurés ne délibèrent que trois heures et demie. Le verdict est annoncé le . Diffusé en direct à la télévision, il attire une audience record : O. J. Simpson est reconnu non coupable pour les deux chefs d'accusation.

L'affaire défraye la chronique dans les années 1990 et est médiatisée comme jamais un cas judiciaire ne l'a été auparavant. Une caméra est présente en continu pour filmer les débats, permettant au public d'être mieux informé que les jurés qui, eux, sont séquestrés pendant de longs mois et sont exclus lors de plusieurs épisodes afin de ne pas être influencés dans leur décision. Dans un contexte de tension raciale, l’ethnicité des jurés relève une importance dans la sélection du jury, la stratégie de la défense tout au long des débats ainsi que le résultat du procès.

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

Une relation complexe et conflictuelle[modifier | modifier le code]

Un couple tenant un jeune enfant sur une plage paradisiaque.
Nicole Brown Simpson et O. J. Simpson avec leur premier enfant Sydney sur une plage d'Honolulu en février 1986.

Ancien joueur de football américain célèbre, devenu acteur d'Hollywood, O. J. Simpson rencontre Nicole Brown en 1977 alors qu'elle a 18 ans et travaille comme serveuse dans une boîte de nuit privée de Beverly Hills. Bien qu'O. J. soit marié avec la mère de ses trois premiers enfants, Marguerite Whitley, ils entament une relation. En mars 1979, Simpson divorce de sa première femme[t 1]. O. J. Simpson et Nicole Brown se marient le . Ils ont deux enfants ensemble, Sydney Brooke dans cette même année 1985 et Justin Ryan en 1988.

Le , à h du matin, un appel au 911 est passé depuis le domicile du couple[t 2]. Lorsque le policier arrive sur place, Nicole Simpson fond dans ses bras en s'écriant qu'O. J. Simpson va la tuer[t 2]. Elle indique également que la police s'est déjà déplacée huit fois mais qu'elle n'est jamais intervenue[t 2]. Nicole signe le rapport de police, ce qui entraîne des charges contre l'ancien joueur de football américain[t 3]. Le 3 janvier, O. J. témoigne qu'une dispute verbale a mal tourné et qu'ils se sont jetés l'un sur l'autre[t 3]. Le lendemain, Nicole minimise la dispute et déclare vouloir préférer un arrangement[t 3]. Quinze jours plus tard, le , Mark Fuhrman, policier de Los Angeles, écrit une note dans laquelle il rapporte une dispute en 1985 lors de laquelle O. J. Simpson aurait cassé le pare-brise de sa Mercedes à coup de batte de baseball[t 4]. Le joueur de football américain engage l'avocat Howard Weitzman, membre d'USC, qui cherche à trouver un arrangement dans l'ombre[t 5]. Le , O. J. Simpson est condamné à 24 mois de probation, une amende de 470 dollars, 120 heures de travaux d'intérêt général et l'obligation de recevoir un conseiller deux fois par semaine[t 5]. Il décide de choisir ses missions d'intérêt général et organise un tournoi de golf pour lever des fonds pour une fondation de lutte contre le cancer[t 6].

Nicole Brown Simpson demande le divorce le . Une des principales raisons de ce divorce sont les violences conjugales de son mari à son égard[1]. Nicole ne travaille pas et s'occupe des deux jeunes enfants nés de son mariage avec Simpson[t 1]. Le , le divorce est acté et les parties acceptent qu'O. J. verse une pension de 10 000 dollars par mois pour l'éducation des enfants[t 1]. Le joueur de football américain accepte également le versement de 433 750 dollars pour que Nicole puisse acquérir un bien immobilier[t 1]. Après le divorce, elle s'installe au 325 Gretna Green Wayn dans le paisible quartier de Brentwood à Los Angeles[t 1]. La maison est grande et onéreuse[t 1]. En janvier 1994, Nicole Brown déménage au 875 South Bundy Drive[t 7]. Elle loue une chambre d'amis au jeune Kato Kaelin[t 7].

Police contestée et tensions raciales à Los Angeles[modifier | modifier le code]

Quatre policiers en uniforme arrêtant un homme noir. L'un d'entre eux l'étrangle et deux autres lui portent les pieds.
Arrestation d'un homme afro-américain par la police de Los Angeles lors des émeutes de Watts en 1965.

Le Los Angeles Police Department (LAPD) est, depuis 1937, un service de police particulier dans le pays, régi par une charte qui limite l'influence des élus locaux mais aussi en fait un service quasi-militaire[t 8]. Le chef de la police est choisi par les policiers eux-mêmes, il est presque impossible de licencier un policier lorsque celui-ci est désigné à vie selon les règles de la fonction publique[t 8]. Dirigé par William H. Parker à la façon des Marines, il est vu nationalement comme un modèle d'efficacité[t 8]. En août 1965, les émeutes de Watts font de nombreux dégâts humains et matériels à Los Angeles. Parker décrit les émeutiers noirs comme « des singes dans un zoo »[t 9]. Un an plus tard, Leonard Dyadwyler, Afro-américain, non armé, est tué par la police alors qu'il fonce à toute vitesse en voiture vers l'hôpital où sa femme va accoucher, malgré le fait qu'il se soit arrêté[t 9]. William H. Parker reste chef de la police jusqu'à sa mort en 1979 et est remplacé par son ancien chauffeur personnel, Daryl Gates (en)[t 9].

Dès la prise de pouvoir de Gates, les affaires d'homicide sur la communauté noire augmentent. En 1979, à cause d'une facture d'électricité impayée, des policiers se rendent chez Eulia Love ; elle est tuée à bout portant dans son jardin, alors qu'elle est entourée par des policiers et qu'elle tente d'attaquer l'un d'eux avec une pelle[t 9]. En 1982, plusieurs Afro-américains meurent sous les prises d'étranglement de la police[t 9]. Gates indique que c'est peut-être une conséquence de particularités anatomiques des Afro-américains : « Nous pouvons peut-être trouver que pour certains noirs, quand la prise d'étranglement est tenue, les veines où artères ne s'ouvrent pas aussi vite que pour les gens normaux »[t 9]. Bien que le maire de Los Angeles, Tom Bradley, soit un ancien policier et le premier maire noir de la ville, la police de Los Angeles est totalement hors de son contrôle[t 9]. En août 1988, lors d'un raid de la police lié aux trafics de drogue, les policiers détruisent de nombreux appartements pour seulement deux arrestations[t 9].

En 1988, l'ancien joueur de baseball Joe Morgan est plaqué au sol violemment et menotté dans l'aéroport international de Los Angeles par des policiers qui le désignent comme un trafiquant de drogues parce qu'il est noir[lat 1]. Poursuivie par le joueur, la police est condamnée à lui payer la somme de 540 000 dollars trois ans plus tard[lat 2]. Une autre célébrité sportive, le champion olympique Al Joyner, est arrêté à deux reprises pour de faux motifs en 1992, ce qui l'empêche de concourir aux épreuves qualificatives aux Jeux olympiques d'été de 1992. La police trouve un accord avec le joueur et accepte de lui verser 245 000 dollars pour mettre fin à l'affaire en 1995[lat 3].

Le , quatre policiers sont filmés en train de tabasser Rodney King, automobiliste noir américain[t 10]. Un an plus tard, le , l'acquittement des quatre policiers par un jury composé de dix blancs, un asiatique et un latino déclenchent les émeutes raciales de Los Angeles qui font entre 53 et 55 morts et plus de 2 300 blessés en seulement six jours. Plus d'un millier de bâtiments sont détruits lors de ces émeutes. L'affaire O. J. Simpson se déroule trois ans après ces événements.

Enquête policière[modifier | modifier le code]

Découverte de la scène de crime[modifier | modifier le code]

Le , vers 22 h 55, Steven Schwab découvre sur le trottoir, alors qu'il promène son chien le long de Bundy Drive dans le quartier chic de Brentwood de Los Angeles, un chien de race Akita blanc dont les pattes sont tachées de sang[t 11]. Il amène le chien à son domicile afin de lui donner de l'eau[t 12]. Vers 23 h 40, Steven Schwab et sa femme confient le chien à leurs voisins, Sukru Boztepe et Bettina Rasmussen[t 12]. Ce couple accueille le chien mais celui-ci est si nerveux qu'ils décident de le sortir[t 12]. Le chien les conduit au 875 de l'avenue South Bundy Drive, domicile de sa maîtresse Nicole Brown Simpson[t 12].

Alors qu'il patrouille dans le secteur, le policier Robert Riske est appelé au 874 South Bundy Drive à h 9[t 13]. Une femme, Elsie Tistaert, a signalé une potentielle tentative de vol après qu'un couple eut frappé à sa porte quelques minutes plus tôt, une pratique peu fréquente dans le quartier[t 13]. Lorsqu'il arrive dans le voisinage, le policier est interpellé par Boztepe qui lui indique une scène de crime[t 13]. Riske allume sa lampe torche et découvre dehors, dans le retrait d'un patio, une jeune femme, Nicole Brown, 1,64 mètre, 58 kilos, gisant au milieu d'une flaque de sang, son cou tranché net jusqu'aux vertèbres cervicales[2],[lat 4]. Aux pieds des marches, vêtue d'une robe noire, pieds nus, la victime est en position fœtale[c 1]. Il s'avance et découvre une deuxième victime ; un homme, Ronald Goldman, 1,75 mètre, 81 kilos, est allongé dans l'herbe, contre la souche d'un palmier, en retrait du passage, le corps lardé de trente coups de couteau[c 1],[a 1]. Riske trouve aux pieds de Goldman un bonnet noir, une enveloppe blanche tachée de sang dans lesquelles se trouvent des lunettes de soleil et un unique gant en cuir[c 1],[t 14]. Il entre dans la maison, dont la porte d'entrée est ouverte, et trouve une maison calme, des bougies allumées dans différentes pièces, un bain encore plein et les deux enfants de Nicole Brown et d'O. J. Simpson dormant dans leurs chambres respectives à l'étage[t 14].

Représentation graphique d'une scène de crime.
Le corps de Nicole Brown Simpson gît dans l'allée de son domicile dans une flaque de sang (A). Celui de Ronald Goldman est caché à quelques mètres au pied d'un arbre (B). Aux pieds du jeune homme, les enquêteurs découvrent un gant ensanglanté (C) et une enveloppe (D).

À h 30, Riske fait part de la situation à son superviseur, le sergent David Rossi, qui informe immédiatement sa hiérarchie[t 15]. De nombreux policiers sont dépêchés sur place, le sergent Marty Coon est le premier superviseur à arriver sur la scène de crime[t 15]. Il met en place un périmètre de sécurité avec Riske ; ils sont aidés au fur et à mesure par des policiers arrivant sur place[t 15]. Rossi arrive sur la scène de crime une heure après en avoir été informé, quelques instants avant son supérieur, le capitaine Constance Dial[t 15]. Riske montre à Rossi et Dial les éléments qu'il a notés jusque-là[t 15]. Rossi a également contacté Ron Phillips, chef des enquêtes d'homicides sur le secteur Ouest de Los Angeles[t 16]. Ce dernier assigne l'un de ses quatre détectives en chef pour l'affaire et choisit Mark Fuhrman et son jeune partenaire Brad Roberts[t 17]. Philipps et Fuhrman arrivent sur la scène de crime vers h 10, Fuhrman est le dix-septième policier à arriver sur place[t 17]. Riske leur montre la scène de crime, Fuhrman commence à prendre des notes[t 18]. À h 40, l'équipe de police de Los Angeles Ouest est démise de l'affaire qui est donnée à l'équipe de vols et meurtres du quartier général de la police ; Fuhrman n'est plus le détective en chef de l'affaire seulement trente minutes après l'avoir prise[t 18]. Le nouveau détective de l'enquête, Philip Vannater, arrive au 875 South Bundy Drive à h 5, son assistant Tom Lange 25 minutes plus tard[t 19]. Ils font chacun le tour de la scène de crime avant de partir avec Fuhrman et Philipps au domicile d'O. J. Simpson pour le notifier des meurtres[t 19].

Sur les traces d'O. J. et des preuves sanguines[modifier | modifier le code]

Un homme assis entouré de militaire.
O. J. Simpson (ici en 1990) est le suspect principal de l'enquête policière dans les heures suivant le double meurtre de Brentwood.

O. J. Simpson quitte Los Angeles pour Chicago dans la nuit du double meurtre. Il doit y jouer au golf le lendemain lors d'un tournoi organisé par la société Hertz au Country Club de Mission Hills avec les meilleurs clients de l'entreprise[t 20]. À h 15, il s'enregistre à l'hôtel O'Hare Plaza[cnn 1]. Pendant ce temps, les quatre policiers se rendent à son domicile afin de l'alerter des meurtres mais ne le trouvent pas[cnn 1],[note 1]. Ils commencent leur enquête et trouvent du sang sur la Ford Bronco blanche de Simpson ainsi que sur le chemin de la maison[a 2]. Ils trouvent une maison avec de la lumière à l'étage, des voitures dans l'allée mais personne ne répond à leurs appels[cnn 1],[t 21]. Les policiers appellent Westec Security qui transmet le numéro de téléphone de Simpson[cnn 1],[t 21]. Ils tentent de le contacter mais tombent sur la messagerie à h 36[t 22]. Pensant le joueur en danger potentiel, le plus jeune des policiers, Mark Fuhrman, saute par-dessus le portail de la maison et ouvre à ses collègues[cnn 1],[t 22].

Après avoir frappé à plusieurs reprises à la porte d'entrée, les policiers se dirigent vers les maisons des invités où ils rencontrent Kato Kaelin, tout juste éveillé, qui leur indique qu'il a entendu des chocs importants sur le mur de sa chambre, à côté du climatiseur, vers 22 h 45[t 23]. En sortant avec Kaelin pour voir l'extérieur du mur où il dit avoir entendu des chocs, Mark Fuhrman trouve dans le jardin de la propriété un gant en cuir ensanglanté[t 23]. Les analyses montreront qu'il s'agit du sang d'O. J. Simpson et de son ex-épouse, faisant rapidement pencher l'enquête vers l'ancien joueur de football américain, car le gant est le jumeau de celui retrouvé sur les lieux du meurtre. Ils trouvent les autres enfants de Simpson endormis dans la maison et les réveillent[cnn 1].

À h, la police localise et entre en contact avec O. J. Simpson[t 24]. Une demi-heure plus tard, le joueur quitte l'hôtel et se dirige vers l'aéroport où il décolle en direction de Los Angeles à h 41[cnn 1]. Tom Lange appelle alors les parents de Nicole Simpson, Lou et Juditha Brown, pour leur annoncer la mauvaise nouvelle[t 25]. Lou Brown décroche à h 21, ainsi que Denise Brown, qui crie en entendant le décès de sa sœur Nicole : « Il l'a tuée ! Il l'a finalement tuée ! »[Cit 1] en parlant d'O. J. Simpson[t 25]. Ce témoignage et le gant ensanglanté trouvé dans le jardin d'O.J. font de lui le suspect principal de l'affaire dès les premières heures de l'enquête policière.

Alors que ses collègues retournent sur la scène de crime, Philip Vannater poursuit son enquête au domicile d'O. J. qu'il considère comme une scène du crime[t 26]. Il trouve des traces de sang au sol, puis retourne à la Ford Bronco dont il observe l'intérieur depuis la vitre du passager[t 26]. Il voit du sang à l'intérieur de la portière du conducteur et sur la console entre les deux sièges avant[t 26]. Vannater contacte alors Marcia Clark avec qui il vient de travailler sur une autre affaire[note 2] pour lui demander son avis sur les preuves en sa possession[t 27]. Elle lui indique qu'à son avis il en a assez pour demander un mandat d'arrêt, ce qu'il fait et obtient en fin de matinée[t 27]. Il retourne à son tour à Bundy pour attendre le joueur[t 27].

Lorsqu'O.J. arrive à son domicile le 13 juin à 11 h 8, la police répond au mandat d'arrêt délivré par un juge vingt minutes plus tôt[cnn 1]. Le policier Donald Thompson emmène Simpson à l'abri des regards, dans le jardin, et lui passe les menottes[t 28]. Ces dernières lui sont enlevées à la demande de son avocat, Howard Weitzman, à 11 h 30[cnn 1]. La scène est opportunément filmée par Ron Edwards qui détient des images exclusives de Simpson menotté[t 29]. Lorsqu'il lui enlève les menottes, Vannater observe un bandage sur un doigt de la main gauche de Simpson[t 29]. Il lui demande de répondre à quelques questions aux quartiers généraux de la police de Los Angeles, ce que Simpson accepte sans hésitation[t 29]. À midi, O. J. est escorté jusqu'aux quartiers généraux de la police de Los Angeles, le Parker Center, où il reste pendant trois heures et quart mais n'est interrogé que 32 minutes[cnn 1],[t 30]. Lors de cet entretien individuel enregistré, l'accusé reste très vague et ne donne aucun élément précis aux inspecteurs de police[t 30]. Malgré les importantes preuves en leur possession, les policiers laissent Simpson repartir à son domicile, au désarroi du bureau du procureur[c 2]. Le lendemain, la police saisit des vêtements et d'autres objets dans la maison d'O.J. Simpson et poursuit son enquête sur la scène de crime[cnn 1].

Le jeudi , Nicole Brown Simpson et Ronald Goldman sont enterrés lors de deux cérémonies de funérailles différentes[3]. La cérémonie de Nicole Brown a lieu à l'église catholique de St. Martin of Tours à Brentwood[was 1]. O. J. Simpson assiste aux funérailles de son ancienne femme avec ses deux enfants, Justin et Sydney, à ses côtés[3]. Entouré de gardes de sécurité privés, Simpson arrive aux funérailles dans une limousine blanche[was 1]. Pendant la cérémonie, l'ancien joueur de football américain pleure et la famille de Nicole Brown lit des poèmes[was 1]. Près de 200 journalistes et caméramans sont présents pour couvrir l'événement[was 1]. La procession file alors jusqu'au cimetière Ascension de Lake Forest[was 1]. Après les funérailles, Simpson trompe les journalistes en faisant croire qu'il retourne à son domicile à Rockingham[t 31]. Pensé par le sergent de police Dennis Sebernick, en repos, le plan comprend qu'Al Cowlings et O. J. Simpson échangent leurs vêtements[lat 5] et que Cowlings court vers la maison de Rockingham la tête couverte, faisant penser qu'il s'agit de Simpson[t 31]. De son côté, O. J. part jusqu'au domicile de Robert Kardashian dans le quartier d'Encino[t 31], où il retrouve sa compagne Paula Barbieri[t 32].

La cérémonie rendant hommage à Ron Goldman a lieu à Westlake Village, au nord de Los Angeles, dans l'intimité[3]. Sa sœur lui rend hommage en disant : « Je ne sais pas si je t'ai jamais dit à quel point je suis fière de l'homme que tu es devenu »[lat 6].

Course-poursuite en voiture et arrestation[modifier | modifier le code]

Un véhicule blanc roulant sur une route devant des panneaux publicitaires.
Une Ford Bronco blanche de cinquième génération, identique à celle conduite par Al Cowlings le .

Au matin du 17 juin, O. J. Simpson est au domicile de Robert Kardashian, où Robert Shapiro prépare sa défense en le faisant examiner par des spécialistes médicaux. De nombreuses personnes sont présentes dans la maison, à quelques heures de l'arrestation de Simpson. Face au soupçon de meurtre, ses avocats l'ont convaincu de se rendre à la police de Los Angeles à 11 h. Plus d'un millier de journalistes attendent l'arrivée d'O. J. Simpson dans les locaux de la police. Les examens médicaux traînent pendant que Shapiro négocie au téléphone un délai avec les policiers[t 32]. La police, qui a prévu une conférence de presse à midi, doit l'annuler[t 33]. Shapiro est obligé de donner l'adresse du domicile où se trouve Simpson et la police envoie un véhicule[t 33]. Peu avant l'arrivée des policiers au domicile, O. J. Simpson fuit à bord d'une Ford Bronco 1993 blanche avec son ami d'enfance Al Cowlings[lat 7],[note 3].

À 13 h 53, le commandant de police David Gascon tient une conférence de presse et annonce que « M. Simpson ne s'est pas présenté. La police de Los Angeles recherche activement M. Simpson à l'heure actuelle. [...] M. Simpson est dans la nature quelque part et nous allons le trouver »[Cit 2],[t 34]. Une heure plus tard, c'est au tour du procureur Gil Garcetti d'intervenir et d'annoncer qu'O. J. Simpson est un « fugitif » et que quiconque « aiderait Simpson dans sa fuite de quelque manière que ce soit commettrait un crime »[t 35]. Inquiet de voir sa relation avec la police se détériorer par cette affaire, Robert Shapiro tient à son tour une conférence de presse à 17 h lors de laquelle il demande à Simpson de se rendre immédiatement à la police[t 36]. Il introduit ensuite Robert Kardashian, ami de Simpson, qui lit une lettre écrite deux jours auparavant[note 4],[t 37]. Dans cette lettre, Simpson dit : « D'abord, vous devez comprendre que je n'ai rien à voir avec le meurtre de Nicole. [...] Ne soyez pas désolés pour moi. J'ai eu une belle vie, de bons amis. Merci de penser au vrai O. J. et non à cette personne perdue »[t 37],[nyt 1],[cnn 2],[Cit 3]. Plusieurs journalistes pensent qu'il peut s'agir d'une lettre de suicide et se joignent à la recherche d'O. J. Simpson.

La police émet un avis de recherche national pour Simpson et Cowlings, qu'elle diffuse également aux services des frontières terrestres et aériennes[t 38]. À 18 h 25, Chris Thomas et sa compagne Kathy Ferrigno aperçoivent Simpson sur l'Interstate 5, route menant au Mexique[t 38]. Les fugitifs ne filent pas au Mexique mais vers la tombe de Nicole Brown Simpson[t 38]. Lorsqu'ils arrivent au cimetière, celui-ci est déjà entouré par de nombreux policiers, les obligeant à faire demi-tour[t 38]. À 18 h 45, le shérif du comté d'Orange Larry Pool repère la Ford Bronco blanche sur l'autoroute 405 en direction du nord[2],[t 38]. Al Cowlings est au volant et Simpson se tient à l'arrière. Le policier demande à Cowlings d'arrêter le véhicule, mais celui-ci lui répond qu'il n'en est pas question et hurle qu'O. J. tient un pistolet .357 Magnum braqué sur sa tête et menace de se suicider[4],[5],[t 39]. Cowlings appelle alors le 911 et s'énerve contre son interlocuteur téléphonique : « Mon nom est AC. Vous savez qui je suis, nom de Dieu [Cit 4]! » Poursuivi dans un premier temps pour son implication dans l'affaire, Cowlings sera relâché contre la promesse de comparaître et une caution de 250 000 dollars[6]. Le policier laisse la voiture filer à basse vitesse, se contentant de la poursuivre à distance. Bientôt, de nombreux véhicules de police se joignent à la poursuite[t 40], l'autoroute est fermée et les véhicules déjà présents sont incités à se garer sur le bas-côté[nyt 2].

Un bâtiment carré des années 1950.
Le Parker Center est le quartier général de la police de Los Angeles dans lequel est emmené O. J. Simpson après son arrestation.

La course-poursuite est d'abord filmée par l'hélicoptère de la chaîne KCBS puis relayée par une douzaine d'agences de presse qui suivent la tentative de fuite. Plus de 40 chaînes de télévision interrompent leur programme pour retransmettre en direct l'événement. La chaîne NBC interrompt le cinquième match des finales NBA entre les Knicks de New York et les Rockets de Houston pour diffuser la course-poursuite[t 40]. Environ 95 millions de téléspectateurs suivent la course-poursuite à la télévision[2],[4],[nyt 3]. Des centaines d'anonymes se massent autour de la route et de son domicile pour encourager O. J. dans sa fuite en scandant des slogans pour l'encourager lors de sa traversée de Los Angeles[lat 7],[nyt 4],[t 41].

Averti par Cowlings de la destination, une équipe de 27 hommes du SWAT se met en place au domicile d'O. J. Simpson à Rockingham[t 41],[4]. Les policiers sortent de la maison tous les proches de Simpson, hormis le fils d'O. J., Jason Simpson, Robert Kardashian et Roger Sandler, photographe des magazines Time et Life[t 41]. Peu avant 20 h, la Bronco blanche s'arrête dans l'allée de la villa de Rockingham[nyt 2],[t 41]. Dès que le véhicule s'arrête, Jason hurle sur Cowlings qui lui répond sur le même ton[t 41]. Les policiers écartent Jason qui retourne dans la maison alors que Cowlings crie aux policiers de reculer[t 41]. L'équipe d'intervention de la police de Los Angeles négocie avec O. J. par téléphone[lat 7]. À 20 h 53, Simpson sort du véhicule, des photos de famille à la main, entre dans sa maison et s'écroule dans les bras des policiers en disant « Je suis désolé les gars »[t 42]. La police le laisse utiliser sa salle de bain, appeler sa mère et boire un verre de jus de fruit avant de l'amener au poste[lat 7]. Les détectives trouvent 8 750 dollars dans les poches d'Al Cowlings[t 42]. À l'intérieur du véhicule, un sac de voyage avec le passeport d'O. J. et un sac plastique dans lequel ils trouvent une fausse moustache, une fausse barbe et un revolver .357 Magnum chargé, enregistré au nom du policier Earl Paysinger, un ami qui a assuré la sécurité de l'ancien joueur quelques années auparavant[t 42]. Escorté par dix-huit véhicules de police, O. J. Simpson est transporté jusqu'au Parker Center, le quartier général de la police, puis jusqu'à la prison du comté de Los Angeles où il est placé en surveillance particulière du fait du risque de suicide[t 42],[nyt 5],[nyt 6].

En amont du procès[modifier | modifier le code]

Audiences préliminaires[modifier | modifier le code]

Le lundi 20 juin, O. J. Simpson, aidé par son avocat Robert Shapiro, plaide non coupable devant la juge Patti Jo McKay pour les deux accusations de meurtres[c 3],[t 43]. Insatisfait de son premier plaidoyer, Robert Shapiro demande de le refaire, ce que la juge accepte[c 3]. Simpson semble hébété et hagard, Shapiro expliquant qu'il est déprimé, extrêmement émotif et sous médicaments[lat 8]. L'accusation ajoute une clause de « circonstances spéciales », considérant que le crime est particulièrement odieux, faisant que l'accusé risque la peine de mort[c 3]. La défense demande d'avoir accès à toutes les preuves de l'affaire, ce que Marcia Clark accepte[lat 8]. Shapiro demande également un procès rapide afin de prendre de vitesse l'accusation[c 4], ce que la juge accepte, fixant alors l'audience préliminaire dix jours plus tard, le 30 juin[t 43],[c 5]. À la suite de cette audience, le bureau du procureur et la défense de Simpson tiennent tour à tour des conférences de presse. Pour la première fois, le public découvre Marcia Clark qui se démarque par sa franchise. Lorsqu'un journaliste demande pourquoi seul O. J. Simpson est accusé, elle réplique que « M. Simpson est le seul accusé parce qu'il est le seul meurtrier »[Cit 5],[lat 8],[c 6],[a 3],[note 5].

Dans le même temps, Marcia Clark développe son acte d'accusation avec le grand jury. Sans le juge et sans la présence de la défense, elle présente l'intégralité des éléments en sa possession et rencontre les témoins les plus importants de son dossier les uns après les autres. L'une des témoins, Jill Shively, déclare avoir eu une altercation avec O. J. Simpson après avoir évité un accident de voiture avec lui au croisement du boulevard San Vicente et de la rue de Bundy vers 23 h le jour du meurtre[t 44]. Shively vend son histoire contre 5 000 dollars à l'émission Hard Copy (en) avant son passage à la barre, décrédibilisant sa parole[t 45]. Marcia Clark demande à ce que son témoignage ne soit pas retenu, considérant qu'elle a suffisamment d'autres témoins disponibles[t 45].

Le 22 juin, le bureau du procureur laisse fuiter dans la presse l'enregistrement d'un appel de Nicole Brown au 911 du dans lequel elle demande, d'une voix tremblotante « Pouvez-vous envoyer quelqu'un ici ? Il est de retour. S'il vous plaît. C'est O. J. Simpson. Je pense que vous avez son casier »[t 46]. La défense, profitant de cette erreur, demande que le grand jury soit écarté, considérant qu'il est influencé par l'emballage médiatique autour de cette affaire. La juge Cecil J. Mills donne raison à la défense[was 2].

L'audience préliminaire a lieu le à h 10 et est présidée par la juge Kathleen Kennedy-Powell[c 7]. Publique, elle est diffusée sur les principales chaînes de télévision du pays. Le bureau du procureur souhaite donner la meilleure impression au public et ne se limite pas aux preuves nécessaires pour ouvrir un procès pénal[t 47]. Il souhaite également influencer les jurés potentiels en montrant la force de son acte d'accusation[t 47]. L'accusation demande un échantillon de cheveux de l'accusé afin de les comparer avec les cheveux retrouvés sur la scène de crime[c 7],[t 48]. L'avocat de Simpson, Robert Shapiro, négocie le nombre de cheveux et indique que seulement un à trois cheveux suffisent[c 7]. L'accusation en demande une centaine et les obtient[c 7]. Marcia Clark montre l'influence des tabloïds et de l'argent proposé aux témoins[t 49]. Elle fait témoigner l'inspecteur Vannater et est ébranlée par la défense qui met en évidence plusieurs inexactitudes à la fois sur l'arme du crime, sur le voyage à Chicago qu'elle croit impromptu, la présomption que la tache sur la Ford Bronco soit du sang sans test positif ou encore l'emploi du temps incertain des policiers qui se déplacent à quatre pour alerter O. J. Simpson alors qu'un policier, Mark Fuhrman, a déjà commencé son enquête sur la scène de crime[t 49]. La défense tente d'écarter les preuves accumulées par la police au domicile d'O. J. parce que ces policiers sont entrés sans mandat et, selon Robert Shapiro, sans le motif d'urgence nécessaire[t 49]. La juge accepte les preuves, mais autorise la défense à déposer une motion de suppression de celles-ci lors du procès pénal[t 49].

Le 8 juillet, la juge Kennedy-Powell rend son jugement : « La cour a attentivement étudié les preuves de cette affaire et les arguments de l'avocat. Il y a suffisamment de raisons de croire l'accusé coupable »[c 8].

Exclusion de la peine de mort[modifier | modifier le code]

Le procureur Gil Garcetti doit prendre la décision de demander ou non la peine de mort pour O. J. Simpson[nyt 7],[note 6]. Les experts judiciaires pensent que Simpson n'est pas candidat à la peine capitale car il n'a pas un casier judiciaire chargé et que le meurtre de l'épouse n'entraîne généralement pas cette peine[nyt 7]. Le , après une longue durée de réflexion, Gil Garcetti annonce écarter la peine de mort et demander une peine de prison à vie sans possibilité de libération[nyt 8],[was 3].

Choix du tribunal et sélection des jurés[modifier | modifier le code]

Peu après l'arrestation d'O. J. Simpson, le procureur du district Gil Garcetti annonce aux journalistes que le procès se déroulerait dans le centre-ville de Los Angeles et non dans le quartier de Santa Monica afin d'avoir une meilleure perception de justice et de rendre le verdict plus crédible[t 50]. Les différences sociologiques sont importantes entre les deux quartiers et le procureur ne souhaite pas réveiller les relents du cas Rodney King[note 7],[t 50]. Même s'il l'évoque comme un choix, le procureur n'a cependant pas d'autre choix que de faire juger l'affaire au centre-ville[note 8],[c 9],[t 50].

Pour préparer la sélection du jury, Robert Shapiro recrute la consultante Jo-Ellan Dimitrius afin de mener les enquêtes nécessaires[t 51]. L'accusation fait appel au consultant Donald Vinson, qui a créé l'entreprise DecisionQuest et dont Gil Garcetti apprécie le travail, qui mène des enquêtes avec des faux jurys à partir des images des audiences préliminaires et de débats passionnés[t 52],[c 10],[was 4]. Rapidement, Marcia Clark, Bill Hodgman et Gil Garcetti se voient exposer les divisions raciales : les Blancs pensent l'accusé coupable et les Noirs penchent pour l'acquittement[t 52],[c 10]. Marcia Clark n'est pas convaincue par ces enquêtes et pense pouvoir convaincre un jury de femmes afro-américaines en appuyant sur les violences domestiques subies par Nicole Brown Simpson[t 52]. La conseillère du bureau du procureur sur la sélection du jury, Terry White, homme afro-américain, conforte Clark dans son choix[c 9]. La suite de l'enquête ne lui est pas plus favorable ; les Afro-américaines décrivent Robert Shapiro comme « élégant » et « intelligent » alors que Marcia Clark est insultée[t 52],[c 10]. Clark décide de ne pas s'appuyer sur les enquêtes et de suivre son instinct[t 52].

Le , le juge Lance Ito convoque plus de 900 individus au tribunal afin de constituer le jury du procès composé de 12 jurés et 12 suppléants[t 53]. Le juge constitue un panel particulièrement important en prévision d'une longue bataille entre avocats pour choisir les jurés[c 11]. Les individus convoqués habitent dans un rayon de 20 miles[note 9] autour du palais de justice[was 4]. Ils remplissent un premier questionnaire avec des informations générales comme l’ethnie ou l'éducation reçue[t 53]. L'accusation a demandé à ce que le jury soit isolé pendant la durée du procès afin de ne pas être influencé par les événements médiatiques[t 53]. De nombreux jurés potentiels refusent de faire partie d'un jury isolé à cause de la durée potentielle du procès[t 53]. Le comté de Los Angeles ne dédommage qu'à hauteur de cinq dollars par jour de procès les membres du jury[t 53] et une majorité des entreprises qui emploient les jurés potentiels n'acceptent de payer leurs salaires que pour une durée limitée[7]. Le juge accepte que les candidats quittent de leur propre choix[t 53]. Après une première étape de sélection de quatre jours afin d'écarter les potentiels conflits personnels avec l'affaire, le groupe de jurés potentiels est dégraissé à 304 citoyens[nyt 9],[t 53].

Le juge donne alors un questionnaire de 294 questions de quatre-vingts pages avec des questions plus précises auxquelles il faut répondre en développant comme « Avez-vous déjà demandé un autographe à une célébrité ? », « Que pensez-vous être la principale cause des violences domestiques ? » ou « Avez-vous déjà été en couple avec une personne d'une race différente [t 54]? » Pendant dix jours, les deux parties étudient les réponses des candidats[t 54],[c 12]. Le 12 octobre, les interrogatoires individuels des jurés potentiels commencent au tribunal du juge Ito, devant les autres candidats réunis dans la salle après que la demande de huit clos de l'accusation soit rejetée[t 54],[c 13]. Le juge laisse les avocats poser les questions plutôt que de mener lui-même les interrogatoires[t 54],[note 10]. Chaque partie a vingt droits de révoquer un juré potentiel sans donner de raison précise[nyt 9],[8],[t 55]. Le juge demande aux candidats d'arrêter de regarder la télévision et les révoque s'ils la regardent[t 55]. Pendant cette phase de sélection, la défense, notamment par le biais de Johnnie Cochran Jr, récemment intégré à la défense, fait en sorte de rendre difficile à l’accusation la récusation des jurés noirs en mentionnant qu'il est illégal de renvoyer un juré pour des raisons ethniques et en médiatisant l'idée que l'accusation cible les jurés noirs[t 54].

Au final, parmi les 24 jurés sélectionnés, quinze sont afro-américains, six sont blancs et trois sont hispaniques[note 11],[t 55]. Des douze jurés qui décident de l'issue du procès, tous sont démocrates, deux ont un diplôme universitaire, aucun ne lit le journal quotidiennement, cinq estiment que la violence sur un membre de sa famille est acceptable et neuf pensent qu'O.J. Simpson est moins susceptible d'avoir commis le crime du fait qu'il a excellé comme joueur de football américain[t 55]. Marcia Clark est satisfaite que huit femmes afro-américaines fassent partie du jury final, avec deux femmes blanches, un homme afro-américain et un homme hispanique[t 55],[9].

Acteurs de l'affaire[modifier | modifier le code]

Un accusé-vedette à la notoriété internationale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : O. J. Simpson.
Image en noir et blanc d'un médecin auscultant un homme assis en peignoir.
O. J. Simpson, ancien joueur de football américain, acteur et commentateur sportif, est le seul accusé du double meurtre.

Ancien joueur de football américain, meilleur running back de la National Football League (NFL) dans les années 1970, Simpson est l'un des sportifs afro-américains préférés des Américains. Après neuf saisons sous les couleurs des Bills de Buffalo, il y est considéré comme un héros[nyt 10]. Son charisme et son talent sortent de l'ordinaire et le propulsent en tant que célébrité nationale. Après la fin de sa carrière sportive, Simpson se convertit en commentateur sportif et acteur d'Hollywood. Il apparaît dans des films et des publicités à grand budget, renforçant encore sa notoriété et faisant de lui une vedette internationale. Dans les jours suivant le double meurtre, l'image parfaite du sportif ayant tout réussi dans la vie va être écornée par des révélations sur sa relation avec son ancienne femme et des violences conjugales qui ont nécessité l'hospitalisation de Nicole Brown le [nyt 11]. Connu par tous comme The Juice, il a toujours eu une bonne relation avec son voisinage et la police.

Emprisonné dès le , Simpson signe des cartes de collection dans sa cellule[nyt 12].

L'équipe d'accusation menée par Marcia Clark[modifier | modifier le code]

Le directeur de l'unité des procureurs spéciaux de Los Angeles, David Conn, propose l'affaire à la procureure Marcia Clark[c 14]. Concentrée au maximum sur son travail, Clark est accusée d'être une mère négligente[lib 1]. Dure et stricte, elle renvoie une image stricte[c 10]. En instance de divorce, ses déboires conjugaux sont exposés dans les détails dans la presse[lib 2]. L'enquête sur la garde de ses enfants estime que « la plupart des soirs, elle n'arrive à la maison qu'à 22 heures et, une fois à la maison, elle continue de travailler »[lib 1]. Ses changements de coiffure et d'allure sont également chroniqués[lib 3],[nyt 13], l'objectif étant de la rendre plus jeune, fraîche et moins ennuyeuse auprès des jurés[c 10]. Figure de l'accusation, Marcia Clark ne connait pas O. J. Simpson avant l'affaire, ni en tant que sportif, ni en tant qu'acteur[t 27].

Portrait d'une femme blanche souriante coiffée d'une coupe en carré.
Marcia Clark en 2011.

Le procureur du district, Gil Garcetti, accepte que Marcia Clark soit en charge du dossier mais souhaite qu'elle soit accompagnée d'un autre procureur[c 15]. Selon Clark, elle a proposé l'affaire à Bill Hodgman, directeur des opérations centrales, qui accepte ; Garcetti valide ce choix[c 16]. D'autres sources indiquent que Garcetti lui impose Hodgman qui est l'un des procureurs les plus expérimentés du bureau qui possède un tempérament calme, opposé à celui de Clark[t 47]. Clark et Hodgman se divisent le travail : la première prépare les témoins et le second se concentre sur les preuves scientifiques[t 56]. Garcetti recrute également deux des meilleurs procureurs de l'État dans le domaine de l'ADN, Rockne Harmon et Woody Clarke, afin de présenter les preuves ADN[t 57]. Lisa Kahn, experte de l'analyse ADN, ainsi que Scott Gordon et Lydia Bodin, experts pour la partie des violences domestiques, font également partie de l'équipe du bureau du procureur[c 11].

En décembre 1994, l'accusation est rejointe par Christopher Darden. Dans un premier temps, Darden mène l'accusation contre Al Cowlings pour son implication dans la course-poursuite du 17 juin. Faute de preuve, aucune charge n'est retenue contre Cowlings[was 5] et Clark demande à Darden de rejoindre son équipe d'accusation pour le procès de Simpson. Avant même son entrée dans le procès, Christophen Darden est chahuté par la défense qui souhaite l'écarter en argumentant que les charges contre Cowlings n'ont servi qu'à chercher de nouvelles preuves contre Simpson[lat 5]. Il intègre néanmoins l'équipe d'accusation à quelques jours du début du procès. Afro-américain, il est un atout pour contre-balancer le charisme de l'avocat de la défense Johnnie Cochran Jr[nyt 14].

Le , Bill Hodgman a une sensation étrange dans la poitrine lors d'une réunion entre procureurs et doit être transporté à l'hôpital[t 58]. Après quelques jours de repos chez lui, Hodgman retourne au bureau du procureur mais n'occupe plus qu'un poste de superviseur sur l'affaire, laissant Clark et Darden plaider l'affaire seuls devant la cour[t 58].

L'équipe de rêve de la défense[modifier | modifier le code]

Howard L. Weitzman est l'avocat historique d'O. J. Simpson depuis les poursuites judiciaires de violences conjugales du . Weitzman est fortement contesté pour avoir laissé son client parler avec la police de son propre fait alors que cela est rarement favorable à la défense. Roger King, directeur de l'entreprise King World Productions (en) qui produit les émissions Oprah et Wheel of Fortune, conseille à O. J. Simpson de changer d'avocat[t 59]. Quelques heures après l'interrogatoire de trois heures de Simpson avec la police le , Weitzman abandonne l'affaire[nyt 15].

Roger King contacte Robert Shapiro qui accepte immédiatement l'affaire, bien qu'il ne connaisse pas bien O. J. Simpson[t 59],[nyt 15]. Shapiro est un brillant avocat de Los Angeles, ami des stars et familier d'Hollywood[lib 4]. Il compte parmi ses clients les célébrités que sont Jack Nicholson, Rod Stewart et Johnny Carson[10]. Peu familier des procédures pénales, sa spécialité est de négocier un accord avant que la cause ne soit plaidée devant un jury comme il l'a fait en 1990 pour le fils de Marlon Brando[c 17],[10]. Shapiro contacte son ami F. Lee Bailey, parrain de son fils aîné, l'un des meilleurs spécialistes des procès criminels et spécialiste des détecteurs de mensonges, pour qu'il se joigne à lui[lib 3],[t 59]. Ensemble, ils font passer Simpson au détecteur de mensonge et le résultat est catastrophique[t 60]. Imaginant pouvoir plaider la folie, Shapiro demande au psychiatre Saul Fearstein d'examiner Simpson le 15 juin et de lui prescrire un traitement[t 60]. Le même jour, il demande à Robert Huizenga de photographier l'intégralité du corps de Simpson afin de démontrer l'absence de blessure majeure, ce qui contrasterait avec la violence de la scène de crime[t 60]. Shapiro débauche également le Dr Henry Lee, chef de la police scientifique de l'État du Connecticut, et le Dr Michael Baden, ancien examinateur médical en chef de New York[c 17],[t 60]. Lee Bailey recrute des détectives privés : Pat McKenna pour trouver des éléments à Chicago où Simpson a passé la nuit le soir du meurtre, John McNally pour étudier des éléments du dossier ; et Howard Harris, un spécialiste des bases de données, pour numériser tous les dossiers de l'affaire[t 61].

Un homme, assis, discutant à la tribune lors d'une conférence.
Barry Scheck en 2014.

Shapiro complète ses lacunes avec des experts dans tous les domaines. Pour contrer les arguments liés à l'utilisation de l'ADN, la défense recrute deux spécialistes : le professeur de droit de l'université Yeshiva Barry Scheck et l'avocat de New York Peter Neufeld[nyt 16]. Le Dr William C. Thompson, avocat et critique des tests d'ADN, travaille également comme consultant pour la défense[nyt 16]. L'équipe est également renforcée par le lauréat du prix Nobel de chimie Kary Mullis[nyt 17],[nyt 18]. Shapiro souhaite également recruter Alan Dershowitz, prestigieux professeur qui signe de lucratifs contrats pour des conférences et des ouvrages, pour qu'il l'assiste mais également pour limiter ses commentaires négatifs dans les médias[t 46].

En juillet 1994, la défense de Shapiro consiste à décrédibiliser le principal témoin de l'accusation, Mark Fuhrman, et à développer la théorie selon laquelle le policier aurait piégé Simpson[11]. Pour ce faire, Shapiro a recruté l'ancien membre de la police des polices de Los Angeles Zvonko Pavelic afin qu'il enquête sur les policiers[t 62]. Pavelic lui remonte le lourd dossier de Furhman, accusé de racisme en 1988, qui a demandé une pension et souhaité quitter la police en 1981, car ne se sentant plus apte à exercer son métier[t 62]. Pendant l'été, des tensions entre Pavelic et les détectives de Bailey grandissent : le premier développant des théories sur le « vrai tueur » alors que ces derniers souhaitent enquêter et détruire point par point l'acte d'accusation[t 61].

Avant le début du procès pénal, Shapiro est poussé par l'entourage de Simpson à ajouter un membre à son équipe et propose trois candidats à son client : le duo Leslie Abramson (en) et Gerald Chaleff, Johnnie Cochran Jr et Gerry Spence[t 63],[note 12]. O. J. souhaite Spence, qui n'a jamais perdu un procès pénal[t 63], mais celui-ci ne veut pas être assistant de Shapiro et veut mener la défense. Le , Johnnie Cochran Jr, plus grand avocat noir de Los Angeles[lib 3], rejoint l'équipe de défense de Simpson bien que le joueur ne souhaite pas être attaché à la lutte raciale[t 64]. Lors du retrait de Weitzman, au début de l'affaire, le nom de Cochran a déjà circulé mais ce dernier a alors indiqué que Simpson est un ami et qu'il est difficile de défendre un ami[c 18]. Après la sélection des jurés, Cochran passe de longs moments avec Simpson en prison jusqu'au début du procès alors que Shapiro n'aime pas s'y rendre[t 61]. Alors que les événements semblent tourner en leur faveur, Shapiro propose de plaider coupable et de négocier un accord[t 61]. En décembre 1994, il multiplie les actions étranges : offrant une bouteille d'eau de Cologne à tous les journalistes suivant l'affaire puis il part en vacances en famille à Hawaii sous un pseudonyme[t 61]. Alors qu'il est à Hawaii, Shapiro annonce à Bailey qu'il est bénévole sur le dossier[t 65]. Coupé de son principal allié, Shapiro est en difficulté, surtout lorsque l'histoire de ses vacances à Hawaii en première classe sortent dans le journal Daily News le , le tout sourcé et fuité par le détective viré McNally[t 66]. Shapiro répond dans la presse en s'en prenant directement à son confrère Bailey[t 66]. Pour résoudre le conflit entre ses avocats, O. J. Simpson les réunit dans la prison le 18 janvier : Cochran supplante Shapiro et devient l'avocat principal de l'affaire[lib 4],[t 66]. Cochran est assisté par Carl E. Douglas qui travaille les détails du dossier et coordonne la défense.

Au final, l'équipe de défense réunie autour de Simpson est la plus prestigieuse jamais rassemblée par un homme accusé de meurtre[lib 3], elle est baptisée la « Dream Team » par les journalistes, en référence à l'équipe de basket-ball américaine des Jeux olympiques d'été de 1992[lib 4]. Elle compte une dizaine d'avocats parmi les meilleurs des États-Unis dans leurs spécialités respectives[lib 5]. Cette équipe de haut vol est particulièrement coûteuse, plus de 6 millions de dollars en frais d'avocats pour le seul procès pénal[lib 4]. À lui seul, Shapiro a négocié un salaire d'1,2 million de dollars mais Simpson arrête de le payer lorsqu'il n'est pas l'avocat principal, ne le payant que 700 000 dollars hors frais[t 65].

Les divisions dans la défense de Simpson sont publiques, Shapiro critiquant son collègue Cochran d'avoir « bassement truqué le jeu »[lib 4].

Un jury sous pression[modifier | modifier le code]

Le procès traîne en longueur et, séquestrés dès janvier 1995, les jurés doivent endurer un isolement de longue durée[lib 2]. Hormis quelques sorties collectives, l'une sur un ballon dirigeable ou une autre en bateau sur l'île Santa Catalina, les jurés sont cantonnés à l'hôtel Intercontinental et la cour de justice[t 67]. Ils ont interdiction de lire ou regarder quoi que ce soit ayant trait au procès et même d'en parler entre eux[lib 2]. Leurs chambres n'ont ni téléphone, ni télévision, et les appels téléphoniques sont centralisés par les policiers surveillants dans une pièce dédiée[t 67]. Les jurés ont possibilité de regarder des films dans deux salles vidéos désignées par Cinéma 1 et Cinéma 2 par le juge Lance Ito[t 67]. Les films sont un thème de disputes entre jurés, tant sur le choix de ceux-ci que sur la possibilité de parler ou non pendant que le groupe les regarde[t 67]. Ils mangent leurs repas ensemble[t 67]. Une fois par semaine, les jurés ont le droit à une visite avec leur époux, épouse ou un de leurs proches entre 19 h et minuit[t 67]. Chaque soir, à 23 h, chaque juré doit rendre la clef de sa chambre aux policiers qui les surveillent en permanence afin de ne pas aller dans la chambre d'un autre juré pendant la nuit[t 67].

Des tensions se développent rapidement parmi le jury. Dès le 7 février, l'une des deux jurées afro-américaines, Jeanette Harris, se plaint d'un incident lors d'une sortie aux centres commerciaux Ross et Target, indiquant que les jurés blancs ont eu une demi-heure supplémentaire dans le magasin Ross[t 67]. Elle indique également que les jurés sont divisés en deux tables à la cantine, l'une avec les afro-américains et l'une avec les autres[t 67]. Elle désigne Catherine Murdoch comme l'instigatrice, ce que celle-ci dément[t 67]. Cette dernière est récusée du jury ce même 7 février, car elle partage avec Simpson le même spécialiste de l'arthrite, qui a été listé comme témoin par la défense[t 67],[note 13]. Dans ces premières semaines sous tension, plusieurs jurés craquent, d'autres sont expulsés. L'un des jurés est renvoyé chez lui lorsqu'il est découvert qu'il a caché des violences conjugales, un autre parce qu'il a travaillé pour Hertz et a rencontré Simpson à cette occasion[t 67]. Michael Know est démis de son rôle de juré pour avoir fixé trop longtemps les photos au mur de la maison d'O. J. Simpson lors de la visite organisée et pour un comportement inadéquat[12]. Un homme est surpris en train d'écrire un livre sur l'affaire sur son ordinateur portable[lib 2]. En mars, le juge Ito reçoit une lettre anonyme suggérant que Jeanette Harris a été victime de violences conjugales qu'elle a cachées lors de son interrogatoire initial[t 67]. L'accusation souhaite la démettre de son rôle et la défense la garder ; le juge Ito décide de s'en séparer le 5 avril[t 67]. Quelques heures après avoir été récusée, Harris se répand dans les médias ; elle clame que le procès n'est pas juste pour l'accusé et qu'une partie des policiers protégeant le jury développe les divisions raciales entre les jurés[lib 2],[t 68].

À la suite de cet incident majeur, le juge Ito rencontre les jurés individuellement dans son bureau en présence de l'accusation et de la défense[t 69]. Si la majorité des jurés ne montre aucune animosité, les deux hommes afro-américains, Willie Cravin et Lon Cryer, annoncent qu'ils sont traités comme des prisonniers par les policiers les encadrant[t 69]. Répondant à ces accusations, le juge Ito décide de déplacer trois des policiers accusés[t 69]. Dans la nuit du 20 avril, les jurés notent l'absence de ces policiers auxquels certains se sont attachés[t 69],[12]. Le lendemain au matin, treize jurés sortent de l'hôtel vêtus de noir — seuls Lon Cryer, Tracy Hampton et Sheila Woods ne suivent pas le mouvement — en signe de protestation[t 69]. Pour calmer la situation, le juge annule l'audition de la journée et anticipe le week-end, utilisant la journée du vendredi pour expliquer aux jurés que les policiers n'ont pas été virés mais seulement mutés[t 69]. Le shérif de Los Angeles organise une conférence de presse agressive à l'encontre de la décision de Lance Ito[lib 2]. La tension redescend la semaine suivante lorsque le juge récuse Tracy Hampton après qu'elle a demandé une nouvelle fois de partir car elle n'en pouvait plus[lib 2]. Au lendemain, Hampton est emmené à l'hôpital pour une crise d'anxiété[12],[t 70]. Après avoir été récusée, Tracy Kennedy tente de se suicider[t 70].

Le 25 mai, le juge appelle de nouveau les deux parties dans son bureau après avoir reçu une nouvelle lettre anonyme[t 71]. L'auteur annonce être un réceptionniste de librairie ayant l'information qu'un des membres du jury, une femme blanche de 40 ans dont le mari est malade, Francine Florio-Bunten, a signé un contrat pour la publication future d'un livre intitulé Standing Alone: A Verdict for Nicole[t 71]. De nouveau appelés tour à tour dans le bureau du juge, tous les jurés démentent[t 71]. Yolanda Crawford, une Afro-Américaine de 25 ans, indique qu'elle pense que Farron Chavarria, hispanique de 29 ans, a enfreint les règles en communiquant avec Florio-Bunten en écrivant un message sur un journal[t 71]. Les assistants du juge trouvent un mot : « Ils m'ont demandé si un juré écrivait un livre » sur un Wall Street Journal à l'hôtel[t 71]. Chavarria avoue mais n'est pas récusée contrairement à Florio-Bunten[t 71]. Elle l'est quelques jours plus tard, le 5 juin, lorsqu'elle ne suit pas un ordre du juge[t 70]. Le même jour, le juge Ito récuse Willie Cravin à la suite des différentes plaintes reçues comme quoi il aurait intimidé d'autres jurés[t 70],[13].

Le 19 juillet, les jurés sont bouleversés lorsqu'ils apprennent le décès du policier Antranik Geuvjehizian, qui les a gardés au tribunal, tué dans une opération de police alors qu'il tentait d'arrêter un voleur[t 70]. Les multiples départs sans adieux développent le sentiment de captivité[t 70]. Alors qu'ils ne sont plus que quatorze, les jurés restants sont fatigués par la longueur des débats. La plus ancienne des deux femmes blanches suggère au juge Ito qu'elle quitterait le procès si aucune compensation financière n'est prévue pour les jurés[nyt 19]. Au total, cinq suppléants deviennent jurés à part entière[lib 2].

Déroulement du procès pénal[modifier | modifier le code]

Après plusieurs semaines de discussions sur les preuves admissibles et non admissibles[nyt 20],[nyt 21], le procès d'O. J. Simpson débute le . Dans la petite salle d'audience du juge Lance Ito, qui ne compte que quatre rangs de bancs pour les spectateurs, les deux camps se font face de part et d'autre[t 72]. D'un côté, derrière les procureurs, du côté du jury, les familles des victimes sont assises : la sœur de la victime, Kim Goldman, est là tous les jours, tout comme la belle-mère Patti, son père Fred Goldman deux fois par semaine[t 72]. La famille Brown est moins présente, la mère de Nicole — Juditha — le plus souvent, les trois sœurs Denise, Dominique et Tanya plus rarement[t 72]. Derrière les familles des victimes, vingt-cinq sièges sont prévus pour les journalistes, trois photographes sont présents et deux techniciens pour s'occuper des caméras retransmettant l'affaire[t 72]. De l'autre côté, celui de la défense, les deux sœurs d'O. J., Carmelito Durio et Shirley Baker ainsi que le mari de cette dernière, sont présents quotidiennement[t 72]. Ito garde quatre sièges pour ses amis et quelques sièges sont ouverts au public[t 72]. Au total, une cinquantaine de personnes sont présentes dans la salle d'audience[t 72]. Chaque siège est numéroté spécialement pour le procès et un badge est requis pour accéder à sa place[t 73].

Présentation du cas de l'accusation[modifier | modifier le code]

Le , les procureurs commencent à présenter les preuves au jury et au public. L'accusation ne conclut son argumentation que le 6 juillet, après avoir appelé 58 témoins à la barre. À chaque témoignage, la défense a la possibilité de mener un contre-interrogatoire.

L'accusation développe le portrait double de l'ancien joueur de football américain vedette, souriant devant les caméras et violent dans l'intimité de son foyer. Le réquisitoire de l'accusation débute par la diffusion de l'appel de Nicole Simpson aux services d'urgences 911, dans lequel — d'une voix empreinte de terreur — elle déclare que Simpson est dans sa maison. Les procureurs édictent que la jalousie de son ancienne épouse est le motif du double crime[was 6]. Les procureurs dressent l'emploi du temps de l'accusé pendant lequel il aurait eu le temps de commettre les crimes avant de s'envoler pour Chicago, et déterminent qu'il n'a aucun alibi[nyt 17]. L'accusation multiplie les preuves matérielles reliant l'accusé au double meurtre. L'élément central sont les gants ensanglantés dont l'un, le gauche taché de sang, a été laissé sur la scène du crime, alors que le second a été retrouvé dans le jardin du domicile d'O. J. Simpson par le policier Mark Fuhrman[14]. Les nombreuses taches de sang sur la voiture de Simpson, à son domicile et sur le chemin sont testées et comparées à celui d'O. J. Simpson. Le résultat est positif, ce qui est le cas pour seulement 0,43 % de la population. À cette faible probabilité, l'accusation ajoute les tests de l'ADN qui correspondent également. Enfin, l'empreinte de chaussure laissée dans les taches de sang du double meurtre, correspond à des chaussures italiennes de luxe rare de taille américaine 12[note 14] que le joueur aurait possédées.

Portrait de l'accusé[modifier | modifier le code]

Dans son plaidoyer introductif, Christopher Darden présente un portrait double d'O. J. Simpson : son visage public et son visage privé. Il met en contradiction sa popularité et son sourire devant les caméras à sa violence au domicile conjugal[t 74]. Darden met en avant les violences conjugales, le harcèlement, l'abus physique et les humiliations publiques de Simpson commis contre son ancienne femme[t 74]. Il développe la domination psychologique et la dépendance financière qu'il a construites sur Nicole Brown, lui faisant conduire une Porsche à 19 ans par exemple[t 74]. Il indique que Simpson n'a pas supporté qu'elle sorte récemment de son emprise et devienne indépendante[t 74]. Le 31 janvier, l'accusation appelle à la barre son premier témoin, Sharyn Gilbert, opératrice afro-américaine qui a reçu l'appel téléphonique au 911 de Nicole Brown Simpson le [t 75]. Christopher Darden diffuse l'enregistrement de l'appel dans lequel Nicole Simpson lâche le téléphone et crie[t 75]. Il appelle ensuite à la barre le policier dépêché sur place, John Edwards, qui poursuit le portrait d'un homme violent à de multiples reprises[t 75]. Un autre policier, l'Afro-Américain Ron Shipp, montre la proximité entre Simpson et la police, qui protège son image de héros sportif[t 76].

L'accusation passe ensuite en revue l'incident du et fait témoigner les voisins de Nicole Brown, mais ceux-ci sont vagues[t 77]. Au contraire des voisins, le témoignage de la sœur de Nicole, Denise Brown, est poignant[t 78]. Elle commence par raconter un incident en 1977 mais Johnny Cochran objecte et obtient gain de cause face aux arguments de Christopher Darden[t 78]. L'accusation poursuit et Denise Brown tente d'enfoncer O. J. Simpson en multipliant les histoires de violence[t 78],[lat 9]. La défense objecte encore et encore, montrant la manipulation effectuée par le procureur, qui tente de finir la journée sur un événement dramatique, demandant un ajournement alors que Denise Brown sanglote entre chaque réponse[t 78],[lat 9]. Le lendemain, Darden appelle de nouveau Denise à la barre pour revenir sur l'incident de 1989 et diffuse sur les écrans un portrait de Nicole Brown Simpson avec des bleus, mais la photographie ne correspond pas et Darden est incapable de la dater[t 79]. Malgré ces erreurs, le procureur poursuit son interrogatoire et Denise Brown indique qu'O. J. appelait son ancienne femme « grosse cochonne » alors qu'elle était enceinte[t 79]. Pourtant, à la suite de la scène jouée la veille, les jurés semblent froids et sans réaction à ce portrait[t 79].

Visite des lieux du crime[modifier | modifier le code]

Le , le juge Lance Ito, les jurés et les avocats se déplacent dans les différents lieux de l'affaire, du domicile d'O. J. Simpson sur l'avenue Rockingham à la scène de crime à Bundy. Le jury étant isolé, le quartier est bouclé à chaque étape du parcours par un renfort de policiers[nyt 22]. Le convoi de 14 véhicules, escorté par vingt policiers à moto et quatre hélicoptères, s'arrête d'abord au domicile de Simpson pendant trois heures[nyt 22]. L'accusé, non menotté, semble détendu et en forme, pour son premier retour à son domicile depuis son arrestation[nyt 22]. Interdits par le juge de parler entre eux, les jurés visitent la maison par groupes de quatre[nyt 22]. Ils passent à travers la salle des trophées du joueur malgré les protestations du bureau du procureur mais ne voient pas la statue à taille réelle de Simpson, cachée avec l'accord du juge Ito[nyt 22]. Pour l'occasion, l'équipe de la défense de Simpson a changé la décoration de la maison, ajoutant des photos de l'accusé avec sa mère et avec sa compagne ainsi qu'un dessin de ses enfants[15].

La tournée se poursuit ensuite dans l'appartement de Ronald Goldman puis dans le restaurant Mezzaluna dans lequel il travaillait[nyt 22]. Les jurés visitent ensuite la scène de crime de Bundy de nouveau par groupe de quatre, alors que Simpson choisit de rester dans son véhicule à l'écart[lat 10].

Témoignage de Mark Fuhrman[modifier | modifier le code]

Article connexe : Mark Fuhrman.
Portrait d'un homme au visage austère.
L'ancien inspecteur de police Mark Fuhrman en 2008.

Mark Fuhrman est un témoin clef de l'accusation puisqu'il est le policier qui a trouvé le deuxième gant ensanglanté dans le jardin d'O. J. Simpson, l'une des preuves les plus importantes de l'accusation. Il passe à la barre le 9 mars après les policiers qui ont découvert la scène de crime, Robert Riske, Tom Lange et Philip Vannater. Interrogé par Marcia Clark, il confirme qu'il n'y avait qu'un seul gant sur la scène de crime comme ses collègues avant lui et exclut les hypothèses selon lesquelles il aurait pollué la scène de crime[t 80].

Le contre-interrogatoire est mené par F. Lee Bailey qui attaque frontalement l'agent de police[t 81]. Bailey insinue grossièrement que Fuhrman a manipulé la scène de crime puis l'attaque sur son hostilité envers les Afro-Américains en s'appuyant sur un dossier de demande de pension en 1981 pour incapacité à exercer la fonction d'agent de police[t 81]. Toujours plus agressif, Bailey demande s'il est raciste et s'il a déjà utilisé le terme « nigger », nègre en français, pour désigner les personnes à la peau noire, ce que Fuhrman nie calmement[lib 6],[nyt 23],[t 82]. Le policier ne craque pas sous la pression et le contre-interrogatoire est un échec pour la défense[nyt 24],[nyt 25].

Fuhrman a un excellent passé dans la police et est tenu en haute estime par une majorité de ses collègues. Des collègues afro-américains parlent positivement et publiquement de son dévouement et de son professionnalisme. En 1997, Fuhrman rédige un livre sur l'affaire intitulé Murder In Brentwood, « Meurtre à Brentwood » en français, qui connaît le succès et dont il tire des revenus financiers conséquents[16].

Utilisation de l'ADN[modifier | modifier le code]

Après un mois d'avril consacré uniquement à l'interrogation du criminaliste Dennis Fung et de son assistante Andrea Mazzola, dont les contre-interrogatoires de la défense sont fortement défavorables à l'accusation, le procès se poursuit en mai par l'utilisation des preuves ADN[t 83]. En 1995, l'utilisation de l'ADN dans la résolution d'enquête pour meurtre est à son commencement. Pourtant l'ADN est au cœur de l'argumentaire de l'accusation qui s'appuie sur l'analyse de celui-ci[nyt 16],[nyt 26]. La couverture de l'affaire médiatise et popularise également l'apparition des analyses de l'ADN dans la justice, alors que le public est encore peu familier de sa précision et de la signification de son analyse.

Recruté par Gil Garcetti, Woody Clarke présente la technologie de l'ADN pendant une journée et demie aux jurés, rendant le sujet à la fois ennuyeux et incompréhensible[t 83]. Des échantillons de sang pris sur la scène de crime sur les empreintes menant aux victimes et sur le dos du portail sont testés pour l'ADN. La première analyse, la réaction en chaîne par polymérase, n'exclut pas Simpson des suspects. Plus intéressante, la technique RFLP permet d'établir une correspondance entre le sang pris sur la scène de crime et celui de Simpson[nyt 16], signifiant qu'il y a une chance sur 170 millions que le sang ne soit pas celui d'O. J. Simpson[12],[t 83]. L'accusation indique également que la probabilité que le sang retrouvé sur les chaussettes de Simpson ne soit pas celui de Nicole Simpson est d'une sur 6,8 milliards[12],[t 83],[note 15]. Tous les essais réalisés correspondent aux théories de l'accusation : le sang de Simpson est sur la scène de crime et celui de Goldman sur la portière de la Ford Bronco ainsi que sur le second gant retrouvé[t 83]. Ces opérations sont réalisées par l'entreprise Cellmark Diagnostics, l'un des plus grands laboratoires commerciaux des États-Unis, que la défense critique pour des erreurs passées sur l'analyse de l'ADN[nyt 16]. Engagé pour contrer les preuves génétiques apportées par l'accusation, Barry Scheck conduit une contre-analyse de huit jours. Le Dr Robin Cotton, de Cellmark Diagnostics, témoigne pendant six jours. Les échantillons de sang testés sont envoyés à deux laboratoires différents pour qu'ils mènent chacun des analyses.

Lors de la contre-enquête, il est découvert qu'un policier scientifique, l'apprenti Andrea Mazzola, a traîné la fiole du sang de Simpson dans le laboratoire dans la poche de son manteau pendant presque une journée avant que celui-ci ne soit analysé[nyt 27],[lat 11]. Alors que l'ADN représente un argument de poids, ce rebondissement montre les failles dans l'analyse des échantillons et l'incompétence de la police ayant mené l'enquête[nyt 27].

Essai du gant en cuir[modifier | modifier le code]

Le , le témoignage du Dr Lakshmanan Sathyavagiswaran se termine et l'accusation passe aux gants retrouvés, preuves majeures du dossier. Chacun des gants retrouvés à Rockingham et à Bundy porte le nom de la marque Aris, est de taille extra-large et porte le numéro de série 70263[t 84]. L'accusation a en sa possession un reçu du selon lequel Nicole Brown Simpson a acheté deux paires de gants Aris Lights en cuir à New York[t 84]. Lorsque l'accusation a appelé Richard Rubin, ancien directeur de la marque de gants Aris Isotoner, ce dernier leur a annoncé la rareté de ces gants : parmi les 12 000 paires de gants Aris Lights reçues par la boutique de New York en 1990, seulement 300 sont marron, de taille extra-large et 200 uniquement ont été vendues[t 84]. Le co-procureur Christopher Darden a appelé Richard Rubin deux jours auparavant pour qu'il vienne témoigner à Los Angeles et ne peut pas préparer l'interrogatoire comme il le souhaite[t 85]. Lors de la pause, les avocats de la défense essaient tour à tour les gants et trouvent qu'ils ne sont pas très grands[t 85]. Connaissant le risque trop important de faire essayer les gants à Simpson, Marcia Clark et Bill Hodgman décident de ne pas prendre le risque[t 85]. Ils en parlent à Christopher Darden qui acquiesce[t 85].

Alors que l'interrogatoire de Rubin se conclut, un assistant entre dans la cour avec une paire de gants neuve[t 85]. Cochran demande au juge Lance Ito de discuter à la barre et demande que la démonstration se fasse sur les gants retrouvés sur la scène de crime et non sur des gants neufs[t 85]. Alors que Rubin examine les gants neufs apportés afin de déterminer s'ils sont identiques à ceux retrouvés par les policiers, F. Lee Bailey provoque Darden, lui disant qu'il n'en a pas le courage et qu'il le fera de toute façon si Darden ne le fait pas[t 85]. Le co-procureur Christopher Darden panique et demande à ce qu'O. J. Simpson enfile les gants en cuir retrouvés sur la scène du crime en absence du jury d'abord[t 85]. Mais, distrait, le juge a déjà demandé au jury de rentrer après que Rubin ait indiqué que les gants neufs ne correspondent pas et ne peuvent être utilisés[t 85]. Darden demande alors que l'accusé essaie les gants devant le jury sous les yeux étonnés de Marcia Clark[t 85].

O. J. Simpson enfile avec difficulté des gants en latex pour ne pas polluer la preuve[t 85]. Darden présente le gant gauche à l'accusé en indiquant qu'il s'agit de celui de Rockingham alors qu'il s'agit de celui retrouvé à Bundy[t 85]. Il demande à Simpson de se présenter devant le jury[t 85]. Simpson garde le pouce plié, grimace, indique que le gant est trop serré et mime avec difficulté qu'il n'arrive pas à rentrer sa main dedans[t 85]. Darden demande ensuite à O. J. de prendre un marqueur et de simuler l'action de poignarder, que Cochran objecte, dans une tentative de sauver la face d'une scène catastrophique pour l'accusation[t 85].

Dans les jours qui suivent, les procureurs tentent de sauver la face et objectent que le gant, imbibé de sang, a pu rétrécir en séchant. Rubin apporte une paire de gants en cuir de la même taille et du même style que les gants utilisés par le meurtrier, non tachés de sang, et Simpson les essaie[was 7]. Cette fois-ci, selon le fabricant des gants Richard Rubin, « ils s'ajustent plutôt bien » à la main de Simpson[was 7]. Ce dernier est de nouveau à la barre en septembre, et est attaqué pour une lettre écrite au procureur qu'il conclut par « peut-être que je le ferai à la fête de la victoire [nyt 19]! » (c'est-à-dire rechercher le modèle de gants chez tous les gantiers).

Utilisation des autres preuves matérielles[modifier | modifier le code]

À la suite de l'épisode de l'essai du gant, Marcia Clark poursuit l'analyse des preuves matérielles en faisant témoigner l'expert des cheveux et des fibres du FBI Douglas Deedrick[t 86],[17]. L'expert déclare avoir trouvé les preuves suivantes :

  • Un cheveu dans le bonnet retrouvé aux pieds de Ronald Goldman correspondant à ceux de Simpson ;
  • Un cheveu sur le T-shirt de Ronald Goldman correspondant à ceux de Simpson[was 8] ;
  • Un cheveu correspondant à ceux de Nicole Simpson sur le gant droit ensanglanté retrouvé à Rockingham[nyt 28] ;
  • Des fibres de coton bleues et noires, correspondant à la tenue d'O. J. Simpson lorsqu'il est sorti au restaurant McDonald's avec Kato Kaelin plus tôt dans la soirée, sont trouvées sur le gant trouvé à Rockingham, sur les chaussettes de Simpson dans sa chambre et sur le T-shirt de Ronald Goldman[nyt 28] ;
  • Des fibres trouvées sur chacun des gants correspondent à ceux du T-shirt de Ronald Goldman ;
  • Des fibres de la moquette de la Ford Bronco de Simpson correspondent à des échantillons trouvés sur le bonnet et sur le gant de Rockingham[t 86].

Le témoignage de Deedrick est amputé d'une partie des preuves du fait que Marcia Clark a oublié de fournir à l'avance à la défense et au juge une partie des images sur lesquelles elle compte s'appuyer, ainsi qu'un rapport indiquant que les fibres de la moquette trouvées sur le gant sont précisément celles d'une Ford Bronco 1993 ou 1994[t 86],[nyt 29]. Le juge Lance Ito accepte que Deedrick puisse témoigner mais lui interdit de s'appuyer sur les éléments du rapport écrit[t 86]. Le 5 juillet, le témoignage de Douglas Deedrick se termine[t 86]. L'accusation considère que, avec un jury aussi fragile et un exposé déjà complet, de nouveaux témoins seraient une perte de temps et annonce son acte d'accusation clos le 6 juillet après 92 jours de témoignages, 58 témoins et 34 500 pages de retranscription écrite[t 86].

La défense de Simpson[modifier | modifier le code]

L'essentiel de la stratégie de la défense vise à réfuter par le doute tous les indices de l'accusation[lib 7]. Elle répète à de multiples reprises que la police a conspiré contre O. J. Simpson[12]. Elle souligne l'absence d'arme du crime et de témoin direct du double homicide[nyt 17]. Elle soutient que le détective du Los Angeles Police Department (LAPD) Mark Fuhrman a contaminé la scène de crime avec des éléments incriminant. La défense dépeint Fuhrman comme un individu raciste. La défense d'O. J. Simpson est accusée de jouer la « carte raciale » à de nombreuses reprises[lib 4],[18]. La défense souhaite que le procès soit rapide afin de pouvoir compter sur la notoriété et la popularité du joueur que chaque jour de prison et de procès détruit peu à peu[t 87].

Des procédés agressifs[modifier | modifier le code]

Dès sa plaidoirie d'ouverture, Johnnie Cochran Jr montre que la défense ne va avoir aucune retenue lors du procès. Il utilise la consommation de drogues de Faye Resnick pour sous-entendre que Nicole Brown Simpson se droguait en soirée ou encore qu'elle avait une vie sexuelle débridée avec son nouveau compagnon Keith Zlomsowitch ou l'un des meilleurs amis d'O. J., Marcus Allen[t 88]. Toujours dans ses propos introductifs, Cochran introduit une douzaine de nouveaux témoins dont il n'a pas parlé à l'accusation devant le jury[t 89]. L'accusation parle alors de « manipulation cynique »[was 9]. Pour sanctionner la défense, le juge Ito décide de retarder le procès de quelques jours et d'indiquer au jury que ce délai est du fait du comportement de la défense et autorise Marcia Clark à faire une brève intervention à la fin de la plaidoirie de Johnny Cochran[t 90].

Les failles de l'enquête policière[modifier | modifier le code]

Johnnie Cochran Jr attaque l'enquête policière sur de multiples angles. Tout d'abord, il critique le fait que les corps ne soient retirés de la scène de crime qu'à h 10 du matin, rendant impossible la datation de l'heure de la mort des deux victimes[t 91]. Il passe également de nombreuses heures à demander pourquoi la police ne s'est pas intéressée à un pot de glace en train de fondre, dont aucune trace n'est présente dans le dossier d'instruction alors que des images pouvaient permettre d'établir un horaire plus précis[t 91]. Ces interrogations, bien que ne permettant pas forcément d'obtenir un horaire précis, mettent les agents de police sur la défensive[t 91]. Cochran passe ensuite quatre jours à interroger Tom Lange[t 91]. Il insiste sur le quartier où habite le policier, Simi Valley, le même où vivaient les policiers qui ont battu Rodney King quelques années plus tôt, et sur le fait que le policier a emmené chez lui des chaussures, preuves recueillies sur la scène de crime[t 91]. Décrivant une scène romantique dans la salle de bain, avec des bougies et de la musique douce, Cochran indique que Nicole Brown aurait pu avoir un visiteur le soir des meurtres et qu'il pourrait s'agir de Marcus Allen[t 91]. Il développe également une théorie liée à la drogue et à Faye Resnick[t 91]. Provoquant les procureurs, en remettant en cause leur capacité à gérer l'acte d'accusation, il fait perdre ses nerfs à Christopher Darden qui continue à intervenir malgré les demandes du juge de se taire[t 91]. Après une interruption de séance, Darden s'excuse.

Cochran passe le relais à Barry Scheck qui a pour objectif de réfuter scientifiquement toutes les preuves matérielles de l'acte d'accusation[t 92]. Peu à peu, il attaque l'intégrité et la compétence de la police de Los Angeles[t 92]. Scheck commence par attaquer le criminaliste Dennis Fung, 34 ans, qui a recueilli les preuves sur les scènes de crime à Bundy et à Rockingham[t 93]. Scheck détruit la crédibilité de Fung en démontrant qu'il a menti en diminuant le rôle de son assistante, Andrea Mazzola, qui travaille alors sur sa troisième scène de crime seulement[t 93]. Il lui fait admettre qu'il n'a pas recueilli de preuves à main nue puis montre des images vidéo de Fung en train de le faire[t 93]. Fung avoue également qu'il n'a pas changé de gants autant de fois que nécessaire, qu'il aurait dû prendre plus de sang sur la Ford Bronco de Simpson ou encore qu'il n'a pas noté de sang sur les chaussettes d'O. J. Simpson lorsqu'ils les a prises au pied du lit pour la première fois[t 93]. Barry Scheck poursuit sur le sang retrouvé sur le portail dont les résultats des tests ADN ont indiqué qu'il s'agit de celui de Simpson[t 94]. Il remarque que le criminaliste n'a découvert les traces de sang sur le portail que le , soit trois semaines après le double meurtre, et que celui-ci n'est pas dégradé alors que celui de l'allée l'est[t 94]. Le sang de l'allée ne peut être testé qu'avec la méthode PCR, moins précise, et ne peut suivre la méthode RFLD alors que celui du portail a été testé avec la méthode RFLD[t 94]. À partir d'une photo lointaine du portail blanc du 13 juin sur laquelle il semble ne pas y avoir de trace de sang, Scheck déduit que le sang trouvé le 3 juillet a été ajouté par la suite par un tiers[t 94]. À partir du témoignage de Thano Pertais, le policier qui a pris le sang à O. J. Simpson, il sait que 8 ml ont été prélevés par la police[t 94]. Il regarde toutes les archives du dossier et calcule que seulement 6,5 ml ont été utilisés par les analyses de la police et conclut que du sang d'O. J. Simpson est manquant[t 94]. Il soumet l'hypothèse que le sang retrouvé sur la voiture a été disposé par Mark Fuhrman avec le deuxième gant ensanglanté[t 57]. Après neuf jours, l'interrogatoire de Dennis Fung se conclut par de vives félicitations de la part de la table de la défense qui le salue chaleureusement[t 57]. Le témoignage de son assistante, Andrea Mazzola, dure lui aussi plus d'une semaine et confirme les dires de Fung[t 57].

Les témoins de la défense[modifier | modifier le code]

Johnnie Cochran Jr appelle d'abord les femmes présentes dans la vie d'O. J. Simpson : sa fille Arnelle, sa sœur Carmelita Durio et sa mère Eunice[t 95]. L'avocat souhaite présenter un père, un frère et un fils aimant[t 95]. Il poursuit avec des témoins sans lien avec le meurtre qui ont vu l'accusé quelques jours avant le double meurtre, un décorateur d'intérieur le 6 juin, un joueur de golf le 8 juin et un invité du gala de charité le 11 juin, qui témoignent tour à tour du comportement normal d'O. J. Simpson la semaine avant le double meurtre[t 95]. Cochran enchaîne les témoins, douze en deux jours, et appelle ensuite à la barre Ellen Aaronson et Danny Mandel, deux jeunes qui ont un rendez-vous galant le soir du meurtre au Mezzaluna et sont passés ensuite devant l'allée du domicile de Nicole Brown Simpson[t 95]. Alors que l'accusation estime l'heure du meurtre à 22 h 15 précises, Aaronson et Mandel indiquent qu'ils ont quitté le restaurant à cette heure-ci et sont passés devant le domicile après, sans remarquer le chien de Nicole Brown ni les victimes[t 95]. Marcia Clark mène des contre-interrogatoires musclés avec ces témoins lambda, une tactique contre-productive[t 95].

La défense poursuit son attaque sur l'emploi du temps proposé par les procureurs. Un nouveau témoin, Robert Heidstra, immigrant français qui nettoie les voitures de luxe du voisinage, indique également avoir entendu deux voix dont l'une a dit « Hey, hey, hey » vers 22 h 40, la famille Goldman reconnaissant le style de Ron[t 96]. Christopher Darden, qui a longtemps considéré utiliser Heidstra comme témoin de l'accusation, utilise le contre-interrogatoire pour faire dire à Heidstra qu'il a vu un véhicule blanc qui pourrait être une Ford Bronco quitter la scène de crime[t 96].

La défense appelle différents experts comme Michael Baden ou Henry Lee afin de développer d'autres hypothèses comme celle d'un second tueur[t 97]. Lorsqu'on lui demande d'étudier si les preuves ont été modifiées par un tiers, Lee déclare que « quelque chose ne va pas »[Cit 6],[t 97].

Shapiro cherche également à montrer, avec l'aide de Robert Huizenga, qui a analysé le physique d'O. J. Simpson quelques jours après le meurtre, que Simpson a une mobilité réduite au moment des crimes et qu'il ne peut pas marcher vite[t 98]. Il indique que le joueur a une pression sur les épaules[t 98]. Brian Kelberg utilise ces propos pour indiquer que s'il avait commis un double meurtre, il aurait ce poids sur lui[t 98]. Il utilise les photographies de Huizenga pour montrer que Simpson a sept frottements et trois coupures différentes sur sa main gauche et aucun sur sa main droite[t 98]. Kelberg montre ensuite une vidéo du d'une conférence dans laquelle l'ancien joueur de football américain déclare se sentir mieux depuis qu'il utilise le produit Juice Plus et une autre de mai 1994 où Simpson fait des exercices physiques, mime des gestes de boxe et s'exclame « Prenez votre espace si vous vous exercez avec votre femme. Si vous voyez ce que je veux dire, vous pouvez toujours blâmer l'entraînement »[t 98].

Les bandes magnétiques de Fuhrman[modifier | modifier le code]

Recherche des bandes magnétiques[modifier | modifier le code]

Le 7 juillet, l'un des détectives de la défense, Pat McKenna, suit la piste de Laura Hart McKinny, une écrivaine qui a enregistré Mark Fuhrman pendant près de dix ans pour l'écriture d'un scénario impliquant une policière débutante dans la police de Los Angeles[t 99]. Ce scénario, intitulé Men Against Women, ne trouve pas preneur[t 100]. La famille McKinny est en faillite en 1993 et déménage pour la Caroline du Nord où Laura devient enseignante en écriture scénaristique[t 100]. Au début du procès, connaissant la valeur des bandes magnétiques en sa possession auprès des tabloïds, Laura McKinny engage un agent et un avocat pour tirer de l'argent de cet objet[t 100]. Cet avocat, Matt Schwartz, confirme l'existence des bandes magnétiques à la défense[t 100].

Dès le 12 juillet, les avocats de la défense, Johnnie Cochran Jr et Robert Shapiro, rencontrent Schwartz afin de trouver un arrangement[t 101]. Le seul point sur lesquels ils tombent d'accord est que Schwartz s'engage à ne pas détruire les bandes[t 101]. Johnny Cochran envoie Carl E. Douglas dans le bureau du juge Lance Ito le 20 juillet afin qu'il accepte les bandes comme une preuve du procès qui permet à la défense de demander à l'État de Caroline du Nord de récupérer ses bandes[t 101]. Le 28 juillet, la demande de Cochran et Bailey est repoussée par le juge William Z. Wood Jr.[t 101]. Le 7 août, Bailey et ses partenaires obtiennent gain de cause en appel[t 101]. Deux jours plus tard, les bandes magnétiques arrivent au bureau de Johnny Cochran[t 101].

Dans celles-ci, Fuhrman utilise le terme « nègre »[Cit 7] à 41 reprises[lib 6],[t 102]. Désignés comme les « Fuhrman tapes », ces enregistrements marquent un tournant dans le procès et jettent le doute sur la crédibilité du policier[19]. Fuhrman y dit qu'on ne devrait pas détruire son ancien commissariat « qui a l'odeur de tous les nègres qu'on y a tués ou battus » ou encore « Vous avez déjà essayé de trouver un bleu sur un nègre ? Plutôt dur, non ? »[lib 6].

Conflit d’intérêt du juge Ito[modifier | modifier le code]

La découverte des enregistrements de l'enquêteur Mark Fuhrman a une autre conséquence importante sur le procès. En août 1995, l'accusation demande au juge Lance Ito de se dessaisir de l'affaire pour un conflit d'intérêt. Dans ces enregistrements, Fuhrman parle en des termes « grossiers et explosifs » de la femme du juge[20],[lib 8]. Or, Margaret York-Ito, policière la plus gradée de la police de Los Angeles, a indiqué ne connaître aucun acteur de l'affaire lorsque son mari a été saisi de l'affaire. Les avocats d'O. J. Simpson ont accepté, en amont du procès, qu'Ito soit désigné juge malgré sa relation particulière avec la police de Los Angeles[t 103]. Cet événement menace le procès d'une annulation qui ferait repartir chacune des parties au commencement, après plusieurs mois de travail[20],[was 10]. L'accusation change finalement d'avis[was 10]. Le juge Ito décide qu'un autre juge doit établir si ces enregistrements doivent être versés au dossier et si sa femme doit témoigner[20]. Le 19 août, le juge de la cour supérieure John Reid considère que le juge Lance Ito est apte à juger les bandes audio et que sa femme n'a aucune relation à l'affaire Simpson[21].

Limitation de l'utilisation des bandes[modifier | modifier le code]

Face à la violence des paroles du policier dans les bandes audio, et sachant qu'elles peuvent influencer le verdict final, l'accusation et la défense se disputent sur ce que doit entendre le jury[lib 6],[22]. Le 31 août, le juge Lance Ito refuse que le jury entende la majorité des bandes audio et n'autorise que deux extraits dans lesquels Fuhrman utilise le terme « nègre » dont l'un d'entre eux est « Nous n'avons pas de nègres là où j'ai grandi »[Cit 8],[was 11].

Deuxième interrogatoire de Mark Fuhrman[modifier | modifier le code]

Mark Fuhrman est envoyé à la barre une seconde fois début septembre, cette fois-ci par la défense. Christopher Darden et ses assistants afro-américains sont absents des bancs du procureur lors de ce témoignage[t 102]. L'avocat criminel du policier lui a conseillé de se taire pour limiter les risques du procès en parjure[t 102]. Aux questions de l'accusation, Fuhrman en appelle au cinquième amendement de la Constitution des États-Unis afin de ne pas répondre[lat 12]. Comme il est de coutume, le jury n'est pas présent lorsque Fuhrman exige l'application du cinquième amendement[t 102]. Lorsque le juge annonce au jury que Fuhrman ne témoigne pas plus, l'ensemble de l'équipe de défense porte des cravates faites à partir de pagnes kita, un vêtement africain[t 102].

La carte raciale[modifier | modifier le code]

Un des axes majeurs de la stratégie de la défense consiste à jouer la « carte raciale »[18],[23],[was 12]. S'appuyant sur la réputation de la police de Los Angeles, les avocats de la défense utilisent les tensions raciales pour mettre la pression sur l'accusation. Avant même le début du procès, Christopher Darden tente de supprimer du procès la « carte raciale » mais échoue[was 12]. Les échanges entre Darden et Cochran, tous deux avocats afro-américains, sur le thème du racisme sont virulents tout au long du procès[was 12].

Lorsque la défense fait appel à McKinny qui témoigne le 6 septembre, la carte raciale de la défense est à son apogée avec la diffusion des deux bandes audio dans lesquels Mark Fuhrman utilise le terme « nègre »[nyt 30]. McKinny confirme l'authenticité des deux extraits[t 102]. Après que les bandes soient jouées au jury, la défense appelle trois autres témoins qui déclarent à leur tour avoir entendu Fuhrman dire le mot « nègre »[t 102].

Plaidoyers de clôture[modifier | modifier le code]

Accusation[modifier | modifier le code]

Le mardi , la procureure en chef Marcia Clark prend la parole une dernière fois pour conclure le procès[t 104]. Après avoir remercié les jurés, elle tente dans son réquisitoire de limiter l'influence des témoignages de Mark Fuhrman : « Est-il raciste ? Oui. Est-il le pire que la police de Los Angeles puisse offrir ? Oui. Mérite-t-il d'être policier ? Non. Pour autant, il serait tragique que vous acquittiez l'accusé à cause du racisme d'un policier »[lib 7],[t 104].

À la suite de l'incident du gant, Christopher Darden ne doit pas faire partie du réquisitoire final de l'accusation mais Marcia Clark lui laisse finalement la partie sur les violences conjugales de l'accusé[t 105]. Dans une session exceptionnellement nocturne, Darden utilise tous les événements violents relatés pour expliquer pourquoi O. J. Simpson a commis le double meurtre[t 105]. Il revient sur une boîte laissée par Nicole Brown Simpson dans laquelle ont été retrouvés son testament, des lettres d'excuses d'O. J. après l'incident de 1989 et des photos d'elle avec des bleus sur le visage[t 105]. Il s'exclame : « Elle a mis ces choses là pour une raison. Elle vous laisse une carte routière pour vous faire savoir qui pouvait finalement la tuer. Elle savait en 1989. Elle le savait. Et elle veut vous le faire savoir »[Cit 9],[t 105].

Défense[modifier | modifier le code]

Johnnie Cochran Jr débute le plaidoyer final de la défense le . Cochran attaque l'acte d'accusation sous de multiples angles, notamment en critiquant l'emploi du temps proposé. Il illustre l'hypothèse du déguisement avec un bonnet, telle qu'avancée par les procureurs, en mettant un bonnet noir sur la tête et en disant « Si je mets ce bonnet, qui suis-je ? Je suis toujours Johnnie Cochran avec un bonnet... Et O. J. Simpson avec un bonnet à deux pâtés de maisons est toujours O. J. Simpson. Il n'y a aucun déguisement. Cela n'a aucun sens »[cnn 3],[Cit 10]. Il poursuit avec une phrase restée célèbre : « If it doesn't fit. If it doesn't fit, you must acquit »[cnn 3],[note 16], qui lui a été suggérée par son collègue Gerry Uelman[t 106]. Il attaque ensuite directement la police de Los Angeles : « Si vous ne pouvez pas croire les messagers, faites attention à leurs messages : Vannatter, l'homme qui a porté le sang ; Furhman, l'homme qui a trouvé le gant[t 106]. » Cochran va jusqu'à comparer le policier Mark Fuhrman à Adolf Hitler[4],[t 106]. Barry Scheck poursuit le plaidoyer de la défense en revenant sur les failles des preuves matérielles, s'appuyant sur le témoignage d'Henry Lee, et sur la contamination de la scène de crime[t 106].

Le 29 septembre, l'accusation répond à la défense en réfutant les affirmations de Scheck[t 106]. Marcia Clark présente un tableau avec toutes les preuves irréfutables de l'accusation avec un graphique préparé par Bill Hodgman pendant près d'un mois[t 106]. Le document étant complexe, Clark demande aux jurés de prendre des notes s'ils le souhaitent mais aucun ne répond positivement à sa demande[t 106].

Verdict[modifier | modifier le code]

L’accusation est persuadée d'avoir présenté un dossier solide et attend une condamnation. Les Afro-Américains sondés à travers le pays sont en majorité peu convaincus qu’il a commis le crime. Par contre les Américains blancs, en réponse au même sondage, jugent la culpabilité de Simpson fermement établie. Les tensions raciales croissent tout au long du procès et on commence à s’inquiéter, en cas de verdict de culpabilité, de la perspective d'une nouvelle émeute, semblable à celles de 1992 après qu'un jury essentiellement composé de Blancs eut acquitté quatre policiers de Los Angeles accusés d'avoir passé à tabac un conducteur noir, Rodney King.

Délibérations record[modifier | modifier le code]

Le vendredi , les jurés choisissent le juré numéro 1, Armanda Cooley, comme premier juré[t 107]. Le jury n'est pas autorisé à examiner les preuves de l'affaire le vendredi après-midi et doit attendre le lundi suivant[t 107]. Il est annoncé aux jurés qu'ils doivent préparer leurs affaires tous les jours et les amener avec eux au tribunal[t 107]. Le lundi 2 octobre, à h 16, les douze jurés sont en place pour délibérer[t 107]. Vingt-cinq minutes plus tard, la greffière du juge Lance Ito, Deirde Robertson, apporte de nombreux documents aux jurés et ferme la porte afin que les jurés discutent de l'affaire[t 107]. Armanda Cooley, n'ayant jamais fait partie d'un jury, demande à ses camarades comment procéder et plusieurs jurés lui suggèrent de faire un premier sondage[t 107]. Elle demande à ce que ce sondage soit secret, car le manuel qui lui a été donné pour préparer les délibérations suggère de ne pas faire de sondage à main levée[t 107]. Le résultat donne 10 bulletins « non coupable » et 2 « coupable »[t 107].

Les jurés commencent alors à étudier le cas. Le juré numéro 4, Dave Albana, expert des arts martiaux, fait une démonstration comment se défendre lors d'une attaque et déclare qu'il pense que Ronald Goldman s'est battu sévèrement avec son agresseur[t 107]. Ils discutent du manque d'ecchymoses sur le corps d'O. J. Simpson, du peu de sang autour du gant retrouvé par Mark Fuhrman à Rockingham, de l'essai infructueux du gant ensanglanté dont plusieurs pensent qu'il ne correspond pas et du manque de fiabilité de l'analyse ADN qui provient du portail à Bundy[t 107]. Après une heure de débats, la conversation se concentre sur le témoignage d'Allan Park, le chauffeur de limousine qui a emmené Simpson à l'aéroport la soirée du meurtre[t 107]. Peu avant midi, Cooley demande à la greffière de revoir le témoignage de Park[t 107]. Le juge répond que ce témoignage va leur être lu dans son tribunal à 13 h, après une pause pour déjeuner[t 107].

Lors du déjeuner, Cooley demande aux jurés si toutes les questions liées au témoignage du chauffeur sont résolues et la réponse est affirmative[t 108]. Plutôt que d'écouter le reste du témoignage de Park, Cooley demande à Ito les documents pour rendre le verdict[t 108]. Avant l'arrivée des formulaires, un nouveau sondage anonyme est réalisé et les réponses sont unanimement « non coupable »[t 108]. Peu avant 15 h, le verdict de l'affaire O. J. Simpson est rendu, après seulement trois heures et demie de délibérations alors que les experts judiciaires affirmaient qu'il faudrait au moins deux semaines aux jurés pour examiner les éléments du dossier et prendre une décision unanime[lib 9]. Après plusieurs mois d'enfermement et isolement, certains jurés souhaitent rentrer chez eux le plus tôt possible et rendre un verdict rapidement[24]. La rapidité de cette décision fait penser aux experts que seule une condamnation peut être décidée aussi rapidement[lib 9].

Tous les acteurs du « procès du siècle » sont surpris par la rapidité de ce verdict. Johnnie Cochran Jr donne un discours à San Francisco[t 109]. F. Lee Bailey est à Laguna Beach pour intervenir pour un distributeur d'en-cas[t 109]. Bien que la défense compte onze avocats, seul Carl E. Douglas est présent aux côtés d'O. J. Simpson lorsque la greffière tend l'enveloppe du verdict au juge[t 109]. Ce dernier renvoie les parties au lendemain, à 10 h[t 109]. De retour en prison, Simpson retrouve Bailey, Robert Kardashian et Skip Taft à qui il indique que les gardiens de la prison lui demandent tous un autographe parce que leurs collègues ont laissé fuiter l'information selon laquelle ce serait leur dernière chance d'en avoir un[t 109].

À l'unanimité : non coupable[modifier | modifier le code]

Le , alors qu'il est 10 h à Los Angeles et 13 h sur la côte Est des États-Unis, le verdict de non-culpabilité est prononcé alors que plus de 100 millions de téléspectateurs sont rivés devant leurs écrans de télévision[nyt 31]. Pendant dix minutes, le pays s'arrête pour suivre le verdict[nyt 32]. Le président Bill Clinton quitte le bureau ovale pour suivre le verdict dans le bureau de sa secrétaire, AT&T note une chute d'appels téléphoniques de 58 % au moment du verdict, Consolidated Edison estime que 750 000 postes de télévision supplémentaires sont allumés par rapport à d'habitude sur la seule ville de New York et plusieurs vols aériens sont retardés pour attendre les passagers bloqués devant les téléviseurs[nyt 32].

À l'annonce du verdict, le fils d'O. J., Jason, sanglote la tête dans ses mains alors que sa sœur le prend dans ses bras en lui disant « On l'a fait, Jason »[cnn 4],[Cit 11]. Les supporteurs d'O. J. Simpson, parmi lesquels une large communauté afro-américaine réunie à l'église baptiste AME, sautent et crient de joie à l'annonce du verdict[cnn 4]. Alors que la cour se retire, l'un des jurés, Lionel Cryer, salue Simpson du poing levé des Black Panthers[nyt 33]. Après 474 jours d'emprisonnement, Simpson est libéré et retourne à son domicile[nyt 33].

Au même moment, le verdict choque l'accusation ainsi qu’une grande partie des Américains blancs[25], convaincus de la culpabilité du joueur de football américain. Kim Goldman fond en sanglots en plein tribunal. Fred Goldman estime que ce verdict est son deuxième plus grand cauchemar après le meurtre de son fils unique[nyt 33]. À la suite du verdict, la procureure en chef Marcia Clark salue les familles des victimes et réaffirme sa confiance dans le système judiciaire[lib 5]. Son adjoint, Christopher Darden, s'effondre en une violente crise de sanglots en pleine conférence de presse[lib 5]. Alors que les autorités ont déployé des effectifs de police en prévision d'éventuelles émeutes à la suite du verdict, aucun incident majeur n'est relevé[lib 4].

Les hommes politiques, dont le président Bill Clinton, réagissent rapidement au verdict[cnn 5]. Par écrit, Clinton déclare : « Le jury a étudié les preuves et rendu son verdict. Notre système judiciaire exige le respect de leur décision. En ce moment, nos pensées et prières devraient être pour les familles des victimes de ce terrible crime »[cnn 5],[Cit 12].

Analyse du procès[modifier | modifier le code]

La longueur du procès est telle que la retranscription des audiences se matérialise par un million de lignes écrites[lib 10]. Les mots « gant » et « sang » ont été utilisés respectivement 15 000 et 13 000 fois[lib 10]. Le coût du procès s'élève à près de 10 millions de dollars pour le comté de Los Angeles[lib 10]. Le procès est alors le deuxième plus cher de l'histoire judiciaire derrière l'affaire de l'établissement préscolaire McMartin[cnn 6]. Certains commentateurs pensent que le verdict démontre l’impact que peut avoir l’argent sur le système judiciaire américain, la défense onéreuse de l'O. J. Simpson lui permettant d'obtenir son acquittement[cnn 7],[26].

L'affaire divise le pays en deux camps : ceux qui pensent O. J. Simpson coupable et ceux qui croient en son innocence. Ce clivage est en partie racial comme l'indiquent les sondages et études sur l’opinion publique qui se partage sur la base de la couleur de peau des personnes sondées[cnn 8],[nyt 34]. Les résultats du sondage réalisé par NBC en 2004 indiquent que 87 % des Américains de race blanche pensent le principal accusé coupable contre seulement 18 % de ceux de race noire[a 4]. L'élite noire, un temps acquise à la cause d'O. J., prend cependant ses distances au cours de l'affaire[27]. Si ce clivage persiste année après année, les deux camps tendent vers la culpabilité de l'ancien joueur de football américain[was 13],[28].

Dans les interviews des jurés données après le procès, plusieurs annoncent qu'ils pensent que Simpson a probablement commis l’assassinat mais que la procédure d'enquête négligée et le manque de preuves ont entraîné le verdict final[29],[30].

Le procureur Vincent Bugliosi, chargé du procès de Charles Manson, écrit un ouvrage sur l'affaire un an après le verdict qu'il intitule Outrage: The Five Reasons O. J. Simpson Got Away with Murder[note 17]. Dans ce livre, Bugliosi se montre très sévère envers Marcia Clark et Christopher Darden et pointe du doigt les nombreuses erreurs évidentes qu’ils ont commises pendant le procès. Il les accuse, par exemple, de n’avoir pas montré la lettre que Simpson a écrite avant d'essayer de s’enfuir ou encore les preuves trouvées dans la Ford Bronco pouvant laisser penser à une fuite préparée. Simpson a également fait une déclaration compromettante à la police quant à la coupure qu’il s’était faite au doigt la nuit des meurtres. Bugliosi reproche encore à Clark et Darden de ne pas avoir laissé le jury prendre connaissance de cette déclaration. Il ajoute que les procureurs auraient dû approfondir la question des sévices qu'O. J. Simpson faisait subir à son ex-épouse. Il conclut enfin qu’on aurait dû expliquer au jury, principalement composé d’Afro-américains, que Simpson n’avait que peu d’influence sur la communauté noire et n’avait jamais rien fait pour venir en aide aux noirs plus défavorisés que lui. Beaucoup d’experts judiciaires pensent que la phase de sélection du jury a été le point crucial qui explique la suite des événements. Mais au lieu de faire le procès à Santa Monica où la population est principalement blanche, l’accusation préfère le tenir à Los Angeles, afin de ne pas donner l'impression que des Blancs condamnent un Noir.

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Surmédiatisation[modifier | modifier le code]

Dès les premières heures après le double meurtre, les premiers journalistes se présentent sur la scène de crime. L'une des victimes étant l'ancienne femme de l'idole afro-américaine et célébrité nationale O. J. Simpson, Nicole Brown Simpson, elle-même jouissant d'une certaine notoriété. Lorsqu'O. J. est considéré comme le principal suspect puis arrêté après une course-poursuite diffusée sur de nombreuses chaînes de télévision américaine, l'obsession des journalistes et du public américains se développe[31]. La ville de Los Angeles sort d'un feuilleton de quatre ans avec les frères Menendez et tous sautent sur l'occasion d'une nouvelle histoire médiatique[32]. Accusé du double crime violent, O. J. Simpson est la plus célèbre personnalité incriminé pour de telles charges depuis Fatty Arbuckle dans les années 1920[32]. Tous les éléments et acteurs liés au couple Simpson font de cette affaire un feuilleton vendeur et lucratif[32]. Le procès est tellement médiatisé que le témoin extraverti Kato Kaelin est identifié par 74 % des Américains alors que le vice-président des États-Unis Al Gore n'est identifié que par 25 % de la population[4]. La médiatisation est telle qu'une partie de la population américaine souhaite créer des espaces sans O. J. Simpson[nyt 35].

Les avocats deviennent des célébrités et sont courtisés médiatiquement[lib 11]. L'affaire fait vendre et les tabloïds proposent des milliers de dollars à chaque acteur du procès pour avoir des informations exclusives, levant des suspicions sur certains témoins qui auraient développé une histoire simplement pour gagner de l'argent. Tous les protagonistes du procès hormis le juge Lance Ito ont publié un livre sur l'affaire O. J. Simpson[33]. Marcia Clark signe un contrat record de 4,2 millions de dollars pour la publication de son livre, Christopher Darden obtient 1,3 million de dollars pour le sien[nyt 36].

Polémique de la Une de Time[modifier | modifier le code]

Après son arrestation, Simpson se retrouve à la une de nombreuses publications. Le magazine Time fait une couverture controversée intitulée « Une tragédie américaine »[Cit 13] avec une photo retouchée de Simpson où sa peau a été noircie et son numéro de prisonnier intégré à l'image[34]. La même semaine, Newsweek publie, en une, la même photo non retouchée[35]. Les réactions de la communauté noire sont nombreuses. Le directeur de la NAACP Benjamin Chavis dénonce la couverture médiatique : la « manière dont il est caricaturé, c'est comme s'il est une sorte d'animal »[t 110]. Jesse Jackson y voit la « dévastatrice dimension de ce qui est appelé le racisme institutionnel »[t 110]. Matt Mahurin, l'illustrateur qui a modifié l'image, se justifie en disant qu'il a fait ce changement pour des raisons « artistiques »[nyt 37]. Le Time est accusé de manipulation raciste[35]. La semaine suivante, il poursuit en faisant sa une sur la violence domestique que le magazine sous-titre « L'affaire Simpson fait prendre conscience à l'Amérique de l'épidémie de violence domestique »[36],[Cit 14], même si dans le même temps, le rédacteur en chef Jim Gaines présente ses excuses dans une pleine page[t 111].

Retransmission télévisuelle[modifier | modifier le code]

Le procès est diffusé à la télévision pendant toute l'affaire, pendant toute l'année 1995. CNN, ABC, CBS et NBC suspendent leurs programmes pour diffuser la séance d'ouverture[lib 3]. Néanmoins, dès le deuxième jour du procès, le juge Lance Ito décrète une interdiction des caméras de télévision dans la salle d'audience à la suite d'une erreur commise par un cameraman qui a cadré sur le visage d'un des jurés suppléants, dont l'anonymat doit être préservé afin qu'il ne s'expose pas à des pressions extérieures[t 112],[lib 12]. Le juge lève cette interdiction deux jours plus tard après qu'il a imposé des conditions plus strictes aux diffuseurs[lib 12]. La décision du juge fait le bonheur de CNN, la principale chaîne d'information, et de Court TV, chaîne spécialisée dans la diffusion de grands procès en direct[nyt 38],[lib 13],[was 14]. CNN augmente ses tarifs publicitaires de 20 % pendant l'année du procès d'O. J. Simpson[lib 13].

La médiatisation de l'affaire est du jamais vu[37]. Dès janvier 1995, Fox diffuse le premier film consacré à l'affaire[nyt 39]. Intitulé The O. J. Simpson Story, le film brosse le portrait d'un O. J. — joué par Bobby Hosea (en) — qui n'accepte pas l'erreur, devient un mari violent et un harceleur menaçant[nyt 39].

Symbole de l'importance de l'affaire, le Larry King Live déplace son plateau de Washington à Los Angeles pour se concentrer sur l'affaire O. J. Simpson[4],[t 113]. Au total, ce sont 1 392 heures d’antenne consacrées au procès Simpson par les chaînes de télévision[lib 10].

À la fin de l'affaire, les médias se trouvent sans contenu et utilisent tous les acteurs de l'affaire afin de décrocher des interviews exclusives des avocats ou encore des jurés[lib 13]. O. J. Simpson doit également donner un entretien à la chaîne de télévision NBC mais l'annule au dernier moment sur les conseils de ses avocats, pour ne pas compromettre ses chances dans le procès civil lancé par la famille de Ronald Goldman[lib 14].

Autres supports[modifier | modifier le code]

Devant le tribunal de Los Angeles, des vendeurs s'étalent avec des T-shirts « Save O.J. », « Let the Juice Loose! » mais aussi « Remember Ron and Nicole »[note 18],[11]. Le réseau CNN diffuse un CD-ROM avec le résumé de l'affaire en tant que « compagnon interactif du procès »[lib 11]. O. J. Simpson touche un million de dollars à l'avance pour publier un livre intitulé I Want to Tell You: My Response to Your Letters, Your Messages, Your Questions, en français Je veux vous dire : Ma réponse à vos lettres, vos messages, vos questions[lib 11].

Des ouvrages sont publiés tout au long du procès, interrompant la bonne tenue des débats comme l'ouvrage de Faye Resnick : Nicole Brown Simpson: The Private Diary of a Life Interrupted[4].

Suites[modifier | modifier le code]

Autres affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

Procès civil[modifier | modifier le code]

Quelques mois après son acquittement devant le tribunal pénal, O. J. Simpson est l'accusé d'un procès civil, les familles des victimes demandant réparation financière pour la perte de leurs proches[cnn 9]. Dans la banlieue aisée de Santa Monica, la composition du jury est tout autre qu'au procès pénal ; celui-ci est composé de neuf Blancs, d'un Asiatique, d'un Asiatique noir et d'un Hispanique[nyt 40]. L'avocat du plaignant, le père de Ronald Goldman, Fred Goldman, est Daniel Petrocelli (en). L'impact de ce procès est moindre, les caméras de télévision ne sont pas autorisées à être présentes aux audiences de la cour et Simpson ne risque pas de peine de prison[cnn 10]. Le , le jury civil de Santa Maria en Californie déclare Simpson responsable de la mort de Ronald Goldman, de coups et blessures sur Ronald Goldman et Nicole Brown[lib 15],[cnn 11].

Simpson est condamné à payer 33,5 millions de dollars de dommages et intérêts[nyt 40]. Le joueur a déclaré devant les jurés qu'il a plus de 850 000 dollars de dettes à la suite de son premier procès[nyt 40]. L'accusation a elle mis en avant le fait que Simpson vive encore dans une villa avec des concierges, qu'il possède et conduit toujours des véhicules de luxe, qu'il passe son temps sur les parcours de golf et que ses futurs revenus financiers s'élèvent à plusieurs millions de dollars[nyt 40]. L'accusé n'est pas en mesure de faire appel car le montant fixé pour le faire est au-dessus de ses moyens[nyt 40]. Les jurés ont une réelle volonté de mener Simpson à la banqueroute avec cette décision[nyt 40]. En mars, le juge Hiroshi Fujisaki ordonne la saisie de nombreux trophées, clubs de golf et divers objets d'O. J. Simpson afin de rembourser sa dette[cnn 12]. Quelques jours plus tard, il transfert une partie de son patrimoine restant à ses enfants, les autres plaignants ne pouvant y toucher[cnn 13]. Trois mois après le verdict, l'ancien joueur de football américain doit entre 600 000 et 700 000 dollars d'impôts qu'il ne peut pas payer[cnn 14].

En juin 2000, O. J. recouvre la garde de ses enfants à la suite du procès contre la famille Brown et déménage à Miami, en Floride[38]. Dans l'État de Floride, la loi protège les biens des personnes, notamment la résidence principale qui ne peut être saisie[nyt 41].

Autres litiges en relation[modifier | modifier le code]

Les procès criminel et civil d'O. J. Simpson ne sont pas les seules affaires judiciaires provoquées par la mort du de Nicole Brown Simpson et de Ronald Goldman :

  • Gerald Chamales (en) et sa femme Kathleen ont acheté une maison à côté de celle d'O. J. dix jours avant le double meurtre. Le cirque médiatique et la horde de touristes curieux les ont tourmentés pendant les années qui ont suivi. La bataille judiciaire qui en découle avec le fisc américain (IRS) atteint son point culminant lorsqu'il est décidé qu'ils ne peuvent appliquer la perte de la valeur de leur maison à une déduction de leur impôt sur le revenu du fait qu'il ne s'agisse que d'un aléa temporaire[39].
  • L'invité d'O. J. lors de la nuit des meurtres, Kato Kaelin, attaque Globe Communications en justice pour 15 millions de dollars après que le groupe a suggéré dans un de ses gros titres que Kaelin est le véritable meurtrier. Le tribunal d'instance accorde un jugement préliminaire en faveur du défendeur, mais en appel Kaelin convainc la cour de la validité de son accusation de diffamation. L'affaire est conclue par une transaction pécuniaire dont le montant reste secret[40],[lat 13].
  • Le policier Mark Fuhrman attaque The New Yorker et demande 50 millions de dollars pour un article publié dans le magazine dans lequel il est évoqué la possibilité que le policier ait piégé O. J. Simpson volontairement et qu'il soit un policier véreux[12],[41]. Après le verdict, Fuhrman renonce à ce procès[nyt 42].
  • En octobre 1996, Mark Fuhrman est condamné à trois ans de liberté surveillée et à une amende de 200 dollars pour parjure après avoir accepté un plaidoyer de marchandage offert par le procureur général de Californie Dan Lungren[42].
  • Un avocat de la propriété intellectuelle du New Hampshire, William B. Ritchie, attaque la validité de la marque déposée « O. J. », car les noms immoraux, trompeurs ou scandaleux sont interdits par loi fédérale. Selon lui, le nom d'O. J. Simpson est devenu synonyme d'immoralité et de scandale et est donc inapte à être une marque[43]. O. J. a depuis abandonné ses marques déposées.

Impact populaire[modifier | modifier le code]

Cette affaire soulève, par son ampleur, une fracture sociale, culturelle et raciale qui divise les communautés noires et blanches aux États-Unis[44]. En visite à Los Angeles, la première ministre du Pakistan, Benazir Bhutto, demande à rencontrer Marcia Clark et Robert Shapiro, qui acceptent[12]. La scène de crime, le 875 South Bundy, devient une attraction touristique non officielle dans les semaines suivant le double meurtre[nyt 43].

Même s'il est acquitté, O. J. Simpson est toujours vu comme le principal suspect de ce double meurtre[27]. Pour l'Oxford Mail, « il est aussi populaire [aux États-Unis] qu'une côte de porc dans une synagogue »[27]. Dans une tournée de promotion en Grande-Bretagne, Simpson est reçu comme un invité de marque entre réceptions et émissions de télévision[27]. Depuis ces deux procès, Simpson est considéré comme un paria dans l'industrie du spectacle et dans d'autres secteurs de la vie publique[38]. Il n'a donc pas pu poursuivre sa carrière d'acteur, ni celle de commentateur sportif, et ses contrats publicitaires n'ont pas été renouvelés.

Publication du livre If I Did It[modifier | modifier le code]

En novembre 2006, O. J. Simpson prépare la publication d'un livre intitulé If I Did It (en), Here's How It Happened (Si je l'avais fait, voici comment cela s'est passé) relatant comment il s'y serait pris s'il avait commis le double meurtre pour lequel il a été acquitté. ReganBooks, une maison d'édition filiale de News Corp, lui a offert un juteux contrat pour obtenir les droits de l'ouvrage.

Parallèlement, Fox annonce la diffusion les 27 et 29 novembre d'une interview de deux heures découpée en deux émissions dans laquelle l'ancien sportif, alors âgé de 59 ans, aurait « avec ses propres mots, dit pour la première fois comment il aurait pu avoir commis les meurtres s'il avait été coupable de ces crimes »[45]. Selon le tabloïd américain The National Enquirer, Fox a offert 3,5 millions de dollars à O. J. Simpson pour apparaître dans ces émissions, une information que la chaîne n'a pas confirmée[45].

Les familles des victimes sont furieuses[46]. Bill O'Reilly, vedette de Fox, se déclare écœuré et appelle à boycotter les entreprises qui achètent de l'espace publicitaire pendant l'interview diffusée sur sa propre chaîne[46]. Devant les nombreuses protestations, Rupert Murdoch annule, le , la publication du livre ainsi que la diffusion de l'émission de télévision[lib 16]. Deux jours plus tard, des copies de l'ouvrage sont mis en vente aux enchères sur le site eBay, une offre atteignant jusqu'à un million d'euros, avant que les objets soient supprimés du site[lat 14]. Dans les heures qui suivent, Judith Regan, l'éditrice qui avait mis sur pied le projet de livre, est remerciée par News Corp[nyt 44].

En 2007, la justice donne les droits de l'ouvrage à la famille Goldman pour compenser une partie des sommes dues par Simpson depuis le jugement du procès civil[was 15],[47]. Le titre de l'ouvrage est modifié pour If I Did It: Confessions of the Killer (Si je l'avais fait, confessions du tueur), le « If » est réduit à une taille minimum, laissant visuellement le seul I did it en rouge. L'ouvrage est publié par Beaufort Books.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « He killed her! He finally killed her! ».
  2. (en) « Mr. Simpson has not appeared. The Los Angeles Police Department right now is actively searching for Mr. Simpson. [...] Mr. Simpson is out there somewhere and we will find him ».
  3. (en) « First, everyone understand. I have nothing to do with Nicole's murder. [...] Don't feel sorry for me. I've had a great life, great friends. Please think of the real O.J. and not this lost person ».
  4. (en) « My name is AC. You know who I am, God damn it! ».
  5. (en) « Mr. Simpson is charged alone because he is the sole murderer ».
  6. (en) « Something is wrong ».
  7. (en) « nigger ».
  8. (en) « We have no niggers where I grew up ».
  9. (en) « She put those things there for a reason. She is leaving you a road map to let you know who it is who will eventually kill her. She knew in 1989. She knew it. And she wants you to know it ».
  10. (en) « If I put this knit cap on, who am I?" he asked. "I'm still Johnnie Cochran in a knit cap ... and O.J. Simpson in a knit cap from two blocks away is still O.J. Simpson. It's no disguise. It makes no sense ».
  11. (en) « We did it, Jason ».
  12. (en) « The jury heard the evidence and rendered its verdict. Our system of justice requires respect for their decision. At this moment our thoughts and prayers should be with the families of the victims of this terrible crime. »
  13. (en) « An American Tragedy ».
  14. (en) « The Simpson case awakens America to the epidemic of domestic abuse ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le commandant des opérations des quartiers Ouest de la police de Los Angeles, Keith Bushey, ordonne à Ron Phillips, dont le rôle est d'assigner un détective en chef sur les affaires de crime, d'informer la famille Simpson de ces meurtres pour éviter de répéter l'erreur faite précédemment lors de l'affaire Belushi. L'acteur John Belushi meurt en 1982 à l'hôtel Chateau Marmont. Les médias ont alors diffusé l'information avant que la police ne puisse informer la famille, cette dernière l'apprenant dans les médias.
  2. En 1992, Marcia Clark rencontre Vannater sur l'affaire de Christopher Johnson dans laquelle elle convainc le jury de la culpabilité de Johnson à partir de l'ADN malgré l'absence du corps.
  3. Le véhicule de la course-poursuite appartient à Al Cowlings, tellement proche d'O. J., qu'il a souhaité acquérir le même véhicule que son ami O. J. Simpson. La Ford Bronco blanche de Simpson, offerte par Ford dans le cadre d'un contrat publicitaire, sur lesquelles des traces de sang ont été trouvées quelques jours plus tôt, est alors sous scellé à la police de Los Angeles.
  4. Robert Kardashian indique lors de la conférence de presse que la lettre a été écrite ce jour par O. J. aux médias rassemblés autour de sa maison, le 17 juin, alors que la date de « 6/15/1994 », le , est présente en entête du document.
  5. Dans la loi californienne, un juge municipal doit déterminer s'il est possible que le défendant ait commis le crime. Dans la plupart des cas, il suit le dossier du procureur et envoie l'affaire devant un jury.
  6. Dans l'État de Californie, lorsque plus d'une personne est tuée, l'affaire est considérée avec des circonstances aggravantes et peut dès lors être punie de la peine de mort.
  7. Dans le quartier de Santa Monica, 80 % des habitants sont blancs et 7 % sont noirs alors qu'en centre-ville, la répartition est plus équilibrée avec 30 % de blancs et 31 % de noirs.
  8. Six mois avant les meurtres, un tremblement de terre a endommagé le tribunal de Santa Monica. Ce dernier n'est pas capable de recevoir la foule et les journalistes attendus. De plus, le comté a installé des portiques de sécurité et toute la logistique pour que les grands procès de la ville se tiennent au centre-ville, où se situent les bureaux de Marcia Clark et de l'équipe des procès spéciaux.
  9. Cette distance correspond à 32,19 km.
  10. Selon la proposition 115, loi passée en Californie en 1990, le juge doit être le principal meneur de ces interrogatoires afin d'accélérer le processus de sélection et d'éviter aux avocats de commencer à utiliser des arguments qu'ils utiliseront au procès.
  11. À l'époque du procès, seulement 11 % de la population des États-Unis est afro-américaine.
  12. Gerry Spence est présent au procès en tant que commentateur de l'affaire pour la chaîne CNBC et d'autres médias.
  13. Le médecin en question ne témoigne pas pendant le procès mais la jurée est tout de même excusée.
  14. La taille de chaussures 12 sur l'échelle américaine correspond à une taille de 46 2/3 sur l'échelle européenne.
  15. En 1995, il y a environ 5 milliards d'individus sur la Terre, soulevant les interrogations de plusieurs jurés.
  16. « Si ça ne colle pas. Si ça ne colle pas, vous devez l'acquitter. »
  17. La traduction du titre de l'ouvrage en français est : Scandale ! Les cinq raisons pour lesquelles O. J. Simpson s’en est tiré après avoir commis un meurtre.
  18. Dans l'ordre : « Sauvez O.J. », « Libérez The Juice » et « En mémoire de Ron et Nicole ».

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

The People V. O.J. Simpson
  1. a, b, c, d, e et f Toobin 2016, « 1. Drop Dead Gorgeous », p. 14 et 15.
  2. a, b et c Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 50 à 52.
  3. a, b et c Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 53.
  4. Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 54.
  5. a et b Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 55.
  6. Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 56 à 58.
  7. a et b Toobin 2016, « 1. Drop Dead Gorgeous », p. 16 et 17.
  8. a, b et c Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 26 et 27.
  9. a, b, c, d, e, f, g et h Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 28 et 29.
  10. Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 29 et 30.
  11. Toobin 2016, « 1. Drop Dead Gorgeous », p. 19 à 21.
  12. a, b, c et d Toobin 2016, « 1. Drop Dead Gorgeous », p. 21 à 23.
  13. a, b et c Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 24.
  14. a et b Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 25.
  15. a, b, c, d et e Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 30.
  16. Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 30 et 31.
  17. a et b Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 31.
  18. a et b Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 32 et 33.
  19. a et b Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 34.
  20. Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 44.
  21. a et b Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 35.
  22. a et b Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 36.
  23. a et b Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 37 et 38.
  24. Toobin 2016, « 2. Parker Center », p. 39.
  25. a et b Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 41.
  26. a, b et c Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 42.
  27. a, b, c et d Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 43.
  28. Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 58 et 59.
  29. a, b et c Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 60.
  30. a et b Toobin 2016, « 3. Being O.J. », p. 61 à 65.
  31. a, b et c Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 87.
  32. a et b Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 88.
  33. a et b Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 89.
  34. Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 91.
  35. Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 93 et 94.
  36. Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 94 et 95.
  37. a et b Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 97 à 102.
  38. a, b, c, d et e Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 103 et 104.
  39. Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 105.
  40. a et b Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 106.
  41. a, b, c, d, e et f Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 107 à 109.
  42. a, b, c et d Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 110 à 111.
  43. a et b Toobin 2016, « 6. Hairsplitting », p. 112.
  44. Toobin 2016, « 6. Hairsplitting », p. 123 à 125.
  45. a et b Toobin 2016, « 6. Hairsplitting », p. 125 à 127.
  46. a et b Toobin 2016, « 6. Hairsplitting », p. 129 à 131.
  47. a, b et c Toobin 2016, « 6. Hairsplitting », p. 138.
  48. Toobin 2016, « 6. Hairsplitting », p. 135 à 137.
  49. a, b, c et d Toobin 2016, « 6. Hairsplitting », p. 140 à 143.
  50. a, b et c Toobin 2016, « 6. Hairsplitting », p. 117 à 119.
  51. Toobin 2016, « 10. Group Therapy », p. 187 et 188.
  52. a, b, c, d et e Toobin 2016, « 10. Group Therapy », p. 188 à 194.
  53. a, b, c, d, e, f et g Toobin 2016, « 10. Group Therapy », p. 194 à 196.
  54. a, b, c, d et e Toobin 2016, « 10. Group Therapy », p. 196 à 198.
  55. a, b, c, d et e Toobin 2016, « 10. Group Therapy », p. 206 et 207.
  56. Toobin 2016, « 13. Blaming Faye », p. 243.
  57. a, b, c et d Toobin 2016, « 18. The Best Trial Lawyer », p. 343 et 344.
  58. a et b Toobin 2016, « 14. Thank You, Carl », p. 259 et 260.
  59. a, b et c Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 83 à 85.
  60. a, b, c et d Toobin 2016, « 5. "Mr Simpson has not appeared" », p. 85 à 87.
  61. a, b, c, d et e Toobin 2016, « 11. The Dream Team », p. 212 à 218.
  62. a et b Toobin 2016, « 7. The Card Race », p. 150 à 152.
  63. a et b Toobin 2016, « 8. Horrible Human Event », p. 168.
  64. Toobin 2016, « 8. Horrible Human Event », p. 171.
  65. a et b Toobin 2016, « 11. The Dream Team », p. 218 à 220.
  66. a, b et c Toobin 2016, « 11. The Dream Team », p. 220 à 224.
  67. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Toobin 2016, « 19. Stockholm Syndrome », p. 348 à 351.
  68. Toobin 2016, « 19. Stockholm Syndrome », p. 351 à 353.
  69. a, b, c, d, e et f Toobin 2016, « 19. Stockholm Syndrome », p. 353 à 356.
  70. a, b, c, d, e et f Toobin 2016, « 19. Stockholm Syndrome », p. 359 à 362.
  71. a, b, c, d, e et f Toobin 2016, « 19. Stockholm Syndrome », p. 356 à 359.
  72. a, b, c, d, e, f et g Toobin 2016, « 10. Group Therapy », p. 229 à 232.
  73. Toobin 2016, « 12. A Visit from Larry King », p. 238.
  74. a, b, c et d Toobin 2016, « 13. Blaming Faye », p. 244 et 245.
  75. a, b et c Toobin 2016, « 14. Thank You, Carl », p. 261 à 265.
  76. Toobin 2016, « 14. Thank You, Carl », p. 265 à 267.
  77. Toobin 2016, « 15. A Dirty, Filthy Word », p. 272 et 273.
  78. a, b, c et d Toobin 2016, « 15. A Dirty, Filthy Word », p. 274 et 278.
  79. a, b et c Toobin 2016, « 15. A Dirty, Filthy Word », p. 278 et 279.
  80. Toobin 2016, « 17. "In the past ten years Detective Fuhrman..." », p. 317 à 319.
  81. a et b Toobin 2016, « 17. "In the past ten years Detective Fuhrman..." », p. 319 à 324.
  82. Toobin 2016, « 17. "In the past ten years Detective Fuhrman..." », p. 324 à 326.
  83. a, b, c, d et e Toobin 2016, « 18. The Best Trial Lawyer », p. 344 et 346.
  84. a, b et c Toobin 2016, « 20. Too Tight », p. 363 et 364.
  85. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Toobin 2016, « 20. Too Tight », p. 364 et 369.
  86. a, b, c, d, e et f Toobin 2016, « 20. Too Tight », p. 371 et 375.
  87. Toobin 2016, « 10. Group Therapy », p. 185.
  88. Toobin 2016, « 13. Blaming Faye », p. 249 à 252.
  89. Toobin 2016, « 13. Blaming Faye », p. 256 à 258.
  90. Toobin 2016, « 14. Thank You, Carl », p. 261.
  91. a, b, c, d, e, f, g et h Toobin 2016, « 15. A Dirty, Filthy Word », p. 279 et 287.
  92. a et b Toobin 2016, « 18. The Best Trial Lawyer », p. 334 et 335.
  93. a, b, c et d Toobin 2016, « 18. The Best Trial Lawyer », p. 338 et 339.
  94. a, b, c, d, e et f Toobin 2016, « 18. The Best Trial Lawyer », p. 339 et 343.
  95. a, b, c, d, e et f Toobin 2016, « 21. "Sounded Black" », p. 376 à 380.
  96. a et b Toobin 2016, « 21. "Sounded Black" », p. 380 à 382.
  97. a et b Toobin 2016, « 21. "Sounded Black" », p. 382 à 384.
  98. a, b, c, d et e Toobin 2016, « 21. "Sounded Black" », p. 384 à 389.
  99. Toobin 2016, « 22. Manna From Heaven », p. 390 et 391.
  100. a, b, c et d Toobin 2016, « 22. Manna From Heaven », p. 391 à 394.
  101. a, b, c, d, e et f Toobin 2016, « 22. Manna From Heaven », p. 395 à 398.
  102. a, b, c, d, e, f et g Toobin 2016, « 22. Manna From Heaven », p. 406 à 408.
  103. Toobin 2016, « 10. Group Therapy », p. 184.
  104. a et b Toobin 2016, « 23. "Free O.J.!" », p. 416 à 418.
  105. a, b, c et d Toobin 2016, « 23. "Free O.J.!" », p. 418 et 419.
  106. a, b, c, d, e, f et g Toobin 2016, « 23. "Free O.J.!" », p. 420 à 422.
  107. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Toobin 2016, « 23. "Free O.J.!" », p. 424 à 427.
  108. a, b et c Toobin 2016, « 23. "Free O.J.!" », p. 428.
  109. a, b, c, d et e Toobin 2016, « 23. "Free O.J.!" », p. 428 et 429.
  110. a et b Toobin 2016, « 4. "I cannot promise justice" », p. 70 et 71.
  111. Toobin 2016, « 4. "I cannot promise justice" », p. 72.
  112. Toobin 2016, « 13. Blaming Faye », p. 249.
  113. Toobin 2016, « 8. Horrible Human Event », p. 158.
Without a Doubt
  1. a, b et c Clark et Carpenter 2016, « God, Do We Look Like Morons », p. 33.
  2. Clark et Carpenter 2016, « The has-been », p. 24.
  3. a, b et c Clark et Carpenter 2016, « Take Two », p. 52 et 53.
  4. Clark et Carpenter 2016, « Strange Days », p. 120.
  5. Clark et Carpenter 2016, « War Games », p. 81.
  6. Clark et Carpenter 2016, « Take Two », p. 54.
  7. a, b, c et d Clark et Carpenter 2016, « War Games », p. 94 à 96.
  8. Clark et Carpenter 2016, « War Games », p. 108.
  9. a et b Clark et Carpenter 2016, « Double Solitaire », p. 177 à 180.
  10. a, b, c, d et e Clark et Carpenter 2016, « Strange Days », p. 132 à 145.
  11. a et b Clark et Carpenter 2016, « Double Solitaire », p. 180 à 182.
  12. Clark et Carpenter 2016, « Double Solitaire », p. 182 à 187.
  13. Clark et Carpenter 2016, « Double Solitaire », p. 187 et 188.
  14. Clark et Carpenter 2016, « The has-been », p. 21 à 23.
  15. Clark et Carpenter 2016, « God, Do We Look Like Morons », p. 40.
  16. Clark et Carpenter 2016, « War Games », p. 79.
  17. a et b Clark et Carpenter 2016, « God, Do We Look Like Morons », p. 38 et 39.
  18. Clark et Carpenter 2016, « Strange Days », p. 121.
Autres ouvrages
  1. (en) Marc A. Cerasini, O.J. Simpson : American Hero, American Tragedy, Windsor Publishing Corporation, , p. 9.
  2. (en) William J. Tilstone, Kathleen A. Savage, Leigh A. Clark, Encyclopedy of Forensic Science, ABC-CLIO, , p. 50.
  3. (en) Felicia Okeke-Ibezim, O. J. Simpson : The Trial of the Century, Ekwike Books & Publishing, , 123 p. (ISBN 9780966159806, lire en ligne), « The Prosecution Team », p. 52.
  4. (en) James D. Unnever, Shaun L. Gabbidon, A Theory of African American Offending: Race, Racism, and Crime, Routledge, , p. 75.

Références internet[modifier | modifier le code]

Libération
  1. a et b « Marcia Clark », Libération, (consulté le 26 juillet 2017).
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Pierre Briançon, « L'Amérique se lasse du procès Simpson », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  3. a, b, c, d et e Pierre Briançon, « Le dernier match d'O.J. Simpson », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  4. a, b, c, d, e, f et g Pierre Briançon, « O.J. Simpson: le trouble après le verdict. L'acquittement de l'ex-star du football a consterné la majorité des Américains », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  5. a, b et c Pierre Briançon, « Les douze jurés de Los Angeles ont déclaré l'ex-star du football américain non coupable du meurtre de son ancienne épouse et d'un ami de celle-ci : O.J. Simpson est acquitté au terme du procès le plus médiatisé de l'histoire », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  6. a, b, c et d Pierre Briançon, « Un témoin raciste jette le trouble dans le procès d'OJ Simpson », Libération, (consulté le 27 juillet 2017).
  7. a et b Pierre Briançon, « O.J. Simpson, un procès en noir et blanc : Le jury va se prononcer sur la culpabilité de l'ex-star du foot américain », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  8. « Lance Ito pourrait se dessaisir du procès O.J. Simpson », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  9. a et b Pierre Briançon, « L'Amérique renvoyée à ses démons raciaux : La couleur d'O.J. a pesé, comme l'argent qui lui a assuré une défense de choc », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  10. a, b, c et d « Les chiffres du procès », Libération, (consulté le 26 juillet 2017).
  11. a, b et c Pierre Briançon, « O.J. Simpson, le dernier réseau où l'on cause », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  12. a et b Pierre Briançon, « Procès Simpson, les télés ont eu chaud », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  13. a, b et c Pierre Briançon, « Les télés américaines « en manque » après le procès Simpson », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  14. Pierre Briançon, « O.J. Simpson aux abonnés trop absents : En annulant une interview à NBC, il a renforcé les soupçons qui pèsent sur lui », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  15. Luc Lamprière, « Finalement, O.J. Simpson va payer pour le meurtre de son ex-femme : A l'issue d'un procès civil, l'ex-star de football américain, a été condamnée à payer des dommages et intérêts à la famille de Nicole Brown et d'un ami de celle-ci. En juin 1994, il avait été acquitté au pénal », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
  16. Y. G., « Le dernier crime d'O.J. Simpson », Libération, (consulté le 14 juillet 2017).
CNN
  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « The Murder », sur cnn.com (consulté le 16 juillet 2017).
  2. (en) « O.J.'s Suicide Note », sur cnn.com (consulté le 14 juillet 2017).
  3. a et b (en) « 'If it doesn't fit, you must acquit' : Defense attacks prosecution's case; says Simpson was framed », sur cnn.com, (consulté le 18 juillet 2017).
  4. a et b (en) « Sobbing, elation at Simpson verdict », sur cnn.com, (consulté le 15 juillet 2017).
  5. a et b (en) « Politicians speak out on Simpson verdict », sur cnn.com, (consulté le 15 juillet 2017).
  6. (en) « Simpson case leaves L.A. with $9 million tab », sur cnn.com, (consulté le 5 septembre 2017).
  7. (en) Art Harris, « Unequal justice », sur cnn.com, (consulté le 15 juillet 2017).
  8. (en) « Races disagree on impact of Simpson trial », sur cnn.com, (consulté le 5 septembre 2017).
  9. (en) « Simpson Civil Trial Explainer », sur CNN.com, (consulté le 19 décembre 2017).
  10. (en) Greg LaMotte, « Judge bars cameras in courtroom for Simpson civil trial », sur CNN.com, (consulté le 19 décembre 2017).
  11. (en) Jennifer Auther, Charles Feldman et Greg LaMotte, « Jury unanimous: Simpson is liable : Millions in damages ordered », sur CNN.com, (consulté le 15 juillet 2017).
  12. (en) « O.J. watches as deputies take golf clubs, other possessions », sur cnn.com, (consulté le 15 juillet 2017).
  13. (en) « Simpson transfers assets awarded to plaintiffs », sur cnn.com, (consulté le 15 juillet 2017).
  14. (en) Jennifer Auther, « O.J. Simpson owes IRS up to $700,000 in back taxes », sur cnn.com, (consulté le 15 juillet 2017).
Los Angeles Times
  1. (en) Victor Merina, « Joe Morgan's Suit Protests 'Profile of Drug Dealer' That Led to Arrest : Civil rights: The former baseball star says he was unfairly targeted by police and detained at LAX because he is black. A second trial on his claim is set. », Los Angeles Times, (consulté le 25 juillet 2017).
  2. (en) Victor Merina, « Morgan Awarded $540,000 by Jurors : Lawsuit: They say the member of the baseball Hall of Fame was illegally detained and roughed up by an LAPD officer », Los Angeles Times, (consulté le 25 juillet 2017).
  3. (en) John Scfwada, « City Council Settles False-Arrest Lawsuit by Olympic Runner : Police: The $245,000 payment will end dispute over 1992 incidents that Al Joyner said left him too shaken to compete in qualifying events », Los Angeles Times, (consulté le 25 juillet 2017).
  4. (en) Eric Malnic et David Ferrell, « O.J. Simpson's Ex-Wife Found Stabbed to Death », Los Angeles Times, (consulté le 15 juillet 2017).
  5. a et b (en) Andrea Ford et Jim Newton, « Jury Selection in Simpson Trial Ends After 11 Weeks : Both sides accept racially mixed group of alternates. Judge can now focus on legal, evidence issues », Los Angeles Times, (consulté le 3 août 2017).
  6. (en) Jim Newton et Carla Hall, « Simpson's Ex-Wife and Her Friend Are Buried : Mourning: Separate services are held. Ex-football star attends Nicole Simpson's funeral with their children. », Los Angeles Times, (consulté le 21 juillet 2017).
  7. a, b, c et d (en) Jim Newton et Shawn Hubler, « Simpson Held After Wild Chase: He's Charged With Murder of Ex-Wife, Friend », Los Angeles Times, (consulté le 16 juillet 2017).
  8. a, b et c (en) Andrea Ford et Jim Newton, « Simpson Enters Plea of Not Guilty in Double Murder : Crime: He looks haggard in court as he answers to charges of slaying his ex-wife and her friend. The defense is granted access to evidence in the case », Los Angeles Times, (consulté le 28 juillet 2017).
  9. a et b (en) Jim Newton et Andrea Ford, « Victim's Tearful Sister Alleges Simpson Abuse : Denise Brown describes two incidents. DNA expert denies prosecution tampered with evidence. », Los Angeles Times, (consulté le 12 août 2017).
  10. (en) Andrea Ford, Jim Newton et Eric Slater, « Simpson Jurors Visit Crime Site : Judge Ito and attorneys participate in high-security tour of Brentwood. Defendant is allowed to visit his home for first time since his June 17 arrest. », Los Angeles Times, (consulté le 3 août 2017).
  11. (en) Andrea Ford et Jim Newton, « Mazzola's Testimony Drags to End », Los Angeles Times, (consulté le 14 juillet 2017).
  12. (en) Stéphanie Simon, Henry Weinstein et Andrea Ford, « Fuhrman Invokes 5th Amendment, Refuses to Testify : Simpson case: Ex-detective is asked three questions, including whether he planted evidence. Jurors aren't present, but defense will seek to have them informed of the action », Los Angeles Times, (consulté le 14 juillet 2017).
  13. (en) « 'Kato' Kaelin Settles Libel Suit With Tabloid », Los Angeles Times, (consulté le 12 août 2017).
  14. (en) Gina Piccalo, « Chasing the ghost of O.J. : Pablo Fenjves, a witness in Simpson's 1995 murder trial, is reportedly the author of `If I Did It' », Los Angeles Times, (consulté le 16 juillet 2017).
The New York Times
  1. (en) « Text of the Letter From O. J. Simpson », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  2. a et b (en) Seth Mydans, « Simpson Is Charged, Chased, Arrested », The New York Times, (consulté le 27 juillet 2017).
  3. (en) « 95 Million Watched the Chase », The New York Times, (consulté le 26 juillet 2017).
  4. (en) B. Drummond Ayres Jr., « Disbelieving Crowd Cheers the Juice », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  5. (en) Seth Mydans, « Simpson, Under Suicide Watch, Is Jailed on 2 Murder Charges », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  6. (en) « Report Says Simpson Had Disguise in Car », The New York Times, (consulté le 27 juillet 2017).
  7. a et b (en) Seth Mydans, « Debating Death Penalty in Simpson Case », The New York Times, (consulté le 29 juillet 2017).
  8. (en) Kenneth B. Noble, « Prosecutor in Simpson Case Won't Seek Death Penalty », The New York Times, (consulté le 29 juillet 2017).
  9. a et b (en) Kenneth B. Noble, « A Jury Is Chosen to Hear The Simpson Murder Case », The New York Times, (consulté le 3 août 2017).
  10. (en) Craig Wolff, « Echoes of Disbelief in a City Where Simpson Was a Hero, and a Neighbor », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  11. (en) Sara Rimer, « Handling of 1989 Wife-Beating Case Was a 'Terrible Joke,' Prosecutor Says », The New York Times, (consulté le 16 juillet 2017).
  12. (en) « Simpson Signs Trading Cards From Jail », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  13. (en) David Margolick, « The Murder Case of a Lifetime Gets a Murder Prosecutor of Distinction », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  14. (en) David Margolick, « For Black Prosecutor, There Is No Allure in the Simpson Case », The New York Times, (consulté le 3 août 2017).
  15. a et b (en) Seth Mydans, « Lawyer for O. J. Simpson Quits Case », The New York Times, (consulté le 14 juillet 2017).
  16. a, b, c, d et e (en) Barry Meier, « Simpson Team Taking Aim at DNA Laboratory », The New York Times, (consulté le 14 juillet 2017).
  17. a, b et c (en) Kenneth B. Noble, « Simpson Trial Strategies: From Alibi to DNA Tests », The New York Times, (consulté le 3 août 2017).
  18. (en) Kenneth B. Noble, « Unorthodox Expert With a Nobel Prize Prepares for the Simpson Spotlight », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  19. a et b (en) David Margolick, « O. J. Simpson Jury Revisits the Gloves, A Stitch at a Time », The New York Times, (consulté le 25 juillet 2017).
  20. (en) David Margolick, « Judge Complains About Test Delays in Simpson Case », The New York Times, (consulté le 20 août 2017).
  21. (en) Kenneth B. Noble, « Issue of Racism Erupts in Simpson Trial », The New York Times, (consulté le 3 août 2017).
  22. a, b, c, d, e et f (en) David Margolick, « Simpson Jury Is Taken on a Tour of the Crime Scene », The New York Times, (consulté le 3 août 2017).
  23. (en) Frank Rich, « Dropping the N-Bomb », The New York Times, (consulté le 29 juillet 2017).
  24. (en) David Margolick, « Simpson's Lawyer Fails To Crack Crucial Witness », The New York Times, (consulté le 29 juillet 2017).
  25. (en) David Margolick, « A Cross-Examination Ends, and Judging Begins, for Simpson Lawyer », The New York Times, (consulté le 29 juillet 2017).
  26. (en) Gina Kolata, « The Code; DNA and O. J. Simpson: Testing Science and Justice », The New York Times, (consulté le 14 juillet 2017).
  27. a et b (en) David Margolick, « In Battle Over Blood Work, Simpson Defense Takes a Last Shot at Evidence Collector », The New York Times, (consulté le 14 juillet 2017).
  28. a et b (en) David Margolick, « Hairs Resembling Simpson's Are Identified by an Expert », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  29. (en) David Margolick, « Key Fibers Linked to Simpson Vehicle », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  30. (en) David Margolick, « Simpson Jury Hears of Racist Incidents », The New York Times, (consulté le 11 août 2017).
  31. (en) « 57% Watched the Verdict », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  32. a et b (en) N. R. Kleinfield, « A Day (10 Minutes of It) the Country Stood Still », The New York Times, (consulté le 21 juillet 2017).
  33. a, b et c (en) David Margolick, « Jury Clears Simpson in Double Murder; Spellbound Nation Divides on Verdict », The New York Times, (consulté le 28 juillet 2017).
  34. (en) Martin Gottlieb, « Racial Split at the End, as at the Start », The New York Times, (consulté le 19 décembre 2017).
  35. (en) Trip Gabriel, « Resisting O.J.-itis », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  36. (en) Hubert B. Herring, « Top That, O. J. », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  37. (en) Deirdre Carmody, « Time Responds to Criticism Over Simpson Cover », The New York Times, (consulté le 16 juillet 2017).
  38. (en) Lawrie Mifflin, « Simpson Case Gives Cable An Edge on the Networks », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  39. a et b (en) John J. O'Connor, « Now a Film About You-Know-What », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  40. a, b, c, d, e et f (en) B. Drummond Ayres Jr., « Jury Decides Simpson Must Pay $25 Million in Punitive Award », The New York Times, (consulté le 15 juillet 2017).
  41. (en) Rick Bragg, « O. J. Simpson Finds Fame and Infamy Blur Together in Florida Haze », The New York Times, (consulté le 16 juillet 2017).
  42. (en) Timothy Egan, « After Simpson Trial, Inquiries and Deals », The New York Times, (consulté le 27 juillet 2017).
  43. (en) Terry Trucco, « Condo Draws Tourists », The New York Times, (consulté le 12 août 2017).
  44. (en) Edward Wyatt, « Judith Regan Is Fired After O. J. Simpson Book », The New York Times, (consulté le 14 juillet 2017).
The Washington Post
  1. a, b, c, d et e (en) Christine Spolar et William Hamilton, « As probe continues, O.J. Simpson weeps at ex-wife's funeral », The Washington Post, (consulté le 21 juillet 2017).
  2. (en) William Hamilton et Christine Spolar, « Judge dismisses grand jury in O.J. Simpson case », The Washington Post, (consulté le 29 juillet 2017).
  3. (en) Christine Spolar, « O.J. Simpson will not face death penalty », The Washington Post, (consulté le 29 juillet 2017).
  4. a et b (en) Joel Achenbach, « Jury Selection Could be Key for Simpson », The Washington Post, (consulté le 3 août 2017).
  5. (en) Christine Spolar, « Cowlings Won't be Charged, says DA in Simpson Case », The Washington Post, (consulté le 3 août 2017).
  6. (en) William Claiborne et Nell Henderson, « Prosecutor Says Simpson's Motive was Jealousy », The Washington Post, (consulté le 3 août 2017).
  7. a et b (en) Bell Henderson, « New gloves fit Simpson quite well », The Washington Post, (consulté le 25 juillet 2017).
  8. (en) Nell Henderson, « Expert: Hair Like Simpson's Found on Victim's Shirt », The Washington Post, (consulté le 12 août 2017).
  9. (en) William Claiborn, « Late Witness Dispute Delays Simpson Trial », The Washington Post, (consulté le 3 août 2017).
  10. a et b (en) William Claiborn, « Lawyers in Simpson case reach compromise allowing Judge Ito to stay on », The Washington Post, (consulté le 28 juillet 2017).
  11. (en) William Claiborne, « Ito rules out most of Fuhrman rapes », The Washington Post, (consulté le 27 juillet 2017).
  12. a, b et c (en) William Claiborne, « Issue of racism emerges at O.J. Simpson hearing », The Washington Post, (consulté le 11 août 2017).
  13. (en) Janell Ross, « Two decades later, black and white Americans finally agree on O.J. Simpson’s guilt », The Washington Post, (consulté le 5 septembre 2017).
  14. (en) Kent Babb, « How the O.J. Simpson murder trial 20 years ago changed the media landscape », The Washington Post, (consulté le 16 juillet 2017).
  15. (en) Kelli Kennedy, « Goldman Family Buys Rights To Simpson Manuscript », The Washington Post, (consulté le 16 juillet 2017).
Autres références
  1. (en) Shelley Levitt, « Facing the Rage », People, (consulté le 12 août 2017).
  2. a, b et c Louise Couvelaire, « Les cinq rebondissements de l’affaire O.J. Simpson : Malgré la découverte d’une arme qui pourrait être celle du crime, O.J. Simpson ne pourra pas être rejugé pour le double meurtre de son ex-femme et de son ami. Retour sur une affaire qui défraya la chronique dans les années 1990 », Le Monde, (consulté le 14 juillet 2017).
  3. a, b et c (en) « Simpson Silently Attends Former Wife's Funerals », Sun Sentinel, (consulté le 21 juillet 2017).
  4. a, b, c, d, e, f et g (en) Lili Anolik, « How O. J. Simpson Killed Popular Culture : Two decades after America dropped whatever it was doing to watch a white Bronco cruise down the San Diego Freeway, the O. J. Simpson case remains unparalleled as noir mystery, soap opera, and (though no one knew it at the time) TV’s first reality show. Examining how the cast—Kato Kaelin, Marcia Clark, Faye Resnick, et al.—got its hooks into popular culture, Lili Anolik accuses Simpson of a different murder », Vanity Fair, (consulté le 12 août 2017).
  5. (en) George de Lama, « The Strange Odyssey Of O.J. Simpson », Chicago Tribune, (consulté le 27 juillet 2017).
  6. (en) George de Lama, « Cowlings, Simpson Inseparable, Even As Teens », Chicago Tribune, (consulté le 26 juillet 2017).
  7. (en) Vincent J. Schodolski, « Day 1 Of Simpson Jury Selection: 112 Beg Off : Hardship Claims Eliminate About Half Of Those Questioned », Chicago Tribune, (consulté le 3 août 2017).
  8. (en) Davis Ellis, « Juries on Trial », People, (consulté le 3 août 2017).
  9. (en) The Associated Press, « Profiles: Who are the O.J. Simpson jurors? », USA Today, (consulté le 3 août 2017).
  10. a et b Olivier Royant, « O.J. Simpson : le procès qui a déchiré l'Amérique », sur parismatch.com, (consulté le 17 avril 2017).
  11. a et b (en) Jeffrey Toobin, « An Incendiary Defense : A surprising and dangerous defense strategy under consideration by O. J. Simpson’s legal team, led by Robert Shapiro, centers on Detective Mark Fuhrman, the police officer who jumped over Simpson’s wall—and found the bloody glove », The New Yorker, (consulté le 25 juillet 2017).
  12. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Dominick Dunne, « Jury Mutinies and Bloody DNA Evidence : The O.J. Simpson Trial’s Darkest Hours », Vanity Fair, (consulté le 12 août 2017).
  13. (en) Dominick Dunne, « The Glove and Beyond : Dominick Dunne on the O.J. Simpson Trial’s Most Pivotal Moments », Vanity Fair, (consulté le 25 juillet 2017).
  14. Peter Kirkpatrick, « Le sulfureux procès d'Orenthal James Simpson », L'Humanité, (consulté le 14 juillet 2017).
  15. (en) Jessica Seigel, « State, Defense Clashed Over Jury's Tour Of Simpson Home », Chicago Tribune, (consulté le 3 août 2017).
  16. (en) Keith J. Kelly, « Big advenaces, small sales : It's a case of O.J. story not selling », New York Daily, (consulté le 14 juillet 2017).
  17. (en) Jessica Seigel, « Simpson Trial Focuses On Hair As Prosecution Winds Down : Tell-tale Strands Found In Places They Shouldn't Be », Chicago Tribune, (consulté le 12 août 2017).
  18. a et b (en) Dominick Dunne, « How O.J. Simpson’s Dream Team Played the “Race Card” and Won », Vanity Fair, (consulté le 27 juillet 2017).
  19. (en) « Excerpts from the Fuhrman Tapes », sur mit.edu (consulté le 14 juillet 2017).
  20. a, b et c Nathalie Mattheiem, « L'épouse du juge, cible des sarcasmes du principal témoin à charge : Mme Ito trouble le procès Simpson », Le Soir, (consulté le 14 juillet 2017).
  21. (en) Associated Press, « Ito will remain relevant to case - since wife isn't », Deseret News, (consulté le 11 août 2017).
  22. (en) Jessica Seigel, « Defense Wins Appeal To Get Fuhrman Tapes », Chicago Tribune, (consulté le 27 juillet 2017).
  23. (en) William Falk, « Race card played by blacks, whites Simpson trial follows a common motif in American history », The Baltimore Sun, (consulté le 11 août 2017).
  24. [vidéo] (en) O.J.: Made in America, épisode 5, Un acquittement par étapes.
  25. (en) Henry Louis Gates Jr, « Thriteen ways of looking at a black man : A different kind of jury—one made up of black cultural leaders—weighs in on the Simpson verdict and the Million Man March », The New Yorker, (consulté le 15 juillet 2017).
  26. Dominique Bari et Michel Muller, « La police de Los Angeles a payé pour ses activités racistes », L'Humanité, (consulté le 26 juillet 2017).
  27. a, b, c et d Philippe Coste, « L'Amérique contre Simpson », L'Express, (consulté le 14 juillet 2017).
  28. (en) Carl Bialik, « Most Black People Now Think O.J. Was Guilty », Five Thirty Eight, (consulté le 5 septembre 2017).
  29. (en) « Jurors say acquittals were based on lack of evidence », USA Today, (consulté le 15 juillet 2017).
  30. (en) Michele Caruso, Alice McQuillan, Wendell Jamieson et Helen Kennedy, « Sobbing juror says O.J. did it », New York Daily News, (consulté le 15 juillet 2017).
  31. (en) Adam Gopnik, « Don’t Mean Diddly », The New Yorker, (consulté le 26 juillet 2017).
  32. a, b et c (en) Dominick Dunne, « L.A. in the Age of O.J. : Barely recovered from four years of Menendez fever, Hollywood is obsessed with the O.J. Simpson circus. Every player in town has his own news and clues, sources and theories—as does the author. », Vanity Fair, (consulté le 12 août 2017).
  33. [vidéo] The People vs. O.J. Simpson, 2016, épisode 10.
  34. (en) « O.J. Simpson - June 27, 1994 », Time (consulté le 16 juillet 2017).
  35. a et b (es) Jose Manuel Calvo Roy, « Acusaciones de racismo contra 'Time' por retocar una foto de portada », El País, (consulté le 16 juillet 2017).
  36. (en) « Domestic-Abuse Victim 'Rita' - July 4, 1994 », Time (consulté le 16 juillet 2017).
  37. Philippe Costé, « Procès Simpson: L'Amérique sous hypnose », L'Express, (consulté le 14 juillet 2017).
  38. a et b (en) Pat Jordan, « The Outcast : Conversations with O. J. Simpson », The New Yorker, (consulté le 16 juillet 2017).
  39. [PDF] (en) « Gerald Chamales and Kathleen Chamales, Petitioners v. Commissioner of Internal Revenue, Respondant », sur ustaxcourt.gov, (consulté le 12 août 2017).
  40. (en) « Kato Settles $15 Million Suit Against National Examiner », Chicago Tribune, (consulté le 12 août 2017).
  41. (en) Michele Caruso et Jere Hester, « Fuhrman sues New Yorker », sur nydailynews.com, (consulté le 27 juillet 2017).
  42. (en) V. Dion Haynes, « Fuhrman Bargains Out Of Jail Time : Facing Perjury Charge, He Gets 3-year Probation », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne).
  43. (en) « William B. Ritchie, Appellant, v. Orenthal James Simpson, Appellee, 170 F.3d 1092 (Fed. Cir. 1999) », Justia (consulté le 12 août 2017).
  44. Fabrice Drouelle, « O.J. Simpson, une histoire américaine », France Inter, (consulté le 14 juillet 2017).
  45. a et b (en) Sean Alfano, « O.J.: 'If I Did It,' Here's How », CBS News, (consulté le 16 juillet 2017).
  46. a et b Guillemette Faure, « Bien qu'acquitté, O. J. Simpson raconte le meurtre de son ex-femme », Le Figaro, (consulté le 26 juillet 2017).
  47. (en) Jane Sutton, « Goldman family gets rights to O.J. Simpson book », Reuters, (consulté le 16 juillet 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jacqueline Jospitre, Qui a peur de O. J. Simpson ? ou justice à l'américaine, Ste Écrivains Associes, , 194 p. (ISBN 2748005481).
  • (en) O. J. Simpson, I Want to Tell You : My Response to Your Letters, Your Messages, Your Questions, Little, Brown and Company, , 208 p. (ISBN 9780316341004).
  • (en) Frank Schmalleger, Trial of the Century : People of the State of California Vs. Orenthal James Simpson, Prentice Hall, , 415 p. (ISBN 9780132359535).
  • (en) Joseph Bosco, A Problem of Evidence : How the Prosecution Freed O.J. Simpson, W. Morrow and Company, , 265 p. (ISBN 9780688144135).
  • (en) Paula Barbieri, The Other Woman : My Years With O.J. Simpson, Little, Brown and Company, , 320 p. (ISBN 978-0316651134).
  • (en) Tom Lange et Philip Vannetter, Evidence Dismissed : The Inside Story of the Police Investigation of O.J. Simpson, Pocket Books, , 305 p. (ISBN 9780671009595).
  • (en) Vincent Bugliosi, Outrage : 5 Reasons Why O. J. Simpson Got Away with Murder, Seattle, Island Books, (ISBN 0-440-22382-2).
  • (en) Darnell M. Hunt, O. J. Simpson facts and fictions : News Rituals in the Construction of Reality, Cambridge, Cambridge University Press, , 350 p. (ISBN 0-521-62456-8).
  • (en) Linda Marx, The Women of O.J Simpson, William Morrow & Co, (ISBN 978-0688144968).
  • (en) Janet Cotterill, Langage and power in court, a linguistic analysis of the O. J. Simpson trial, Basingstoke: Palgrave, (ISBN 0-333-96901-4).
  • (en) Shosana Felman, The Juridical Unconscious : Trials and Traumas in the Twentieth Century, Cambridge, Harvard University Press, (ISBN 0-674-00931-2).
  • (en) Joe Garner, Stay Tuned : Television's Unforgettable Moments, Kansas City, Andrews McMeel Publishing, (ISBN 0-7407-2693-5).
  • (en) O. J. Simpson, If I Did it : Confessions of the Killer, Beaufort Books, , 208 p. (ISBN 9780825305887).
  • (en) Mike Gilbert, How I Helped O.J. Get Away With Murder : The Shocking Inside Story of Violence, Loyalty, Regret, and Remorse, Regnery Pub, , 320 p. (ISBN 9781596985513).
  • (en) Mark Fuhrman, Murder in Brentwood, Regnery Publishing, , 288 p. (ISBN 9781621573210).
  • (en) Jeffrey Toobin, The People V. O.J. Simpson, Arrow, , 496 p. (ISBN 978-1784755867) Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • (en) Robert L. Shapiro, The Search for Justice : A Defense Attorney's Brief on the O.J. Simpson Case, Graymalkin Media, , 363 p. (ISBN 978-1631680755).
  • (en) Daniel Petrocelli et Peter Knobler, Triumph of Justice : Closing the Book on the O.J. Simpson Saga, Graymalkin Media, , 620 p. (ISBN 9781631680779).
  • (en) Ronald Williams, The O. J. Simpson : Murder Trial, Xlibris Corporation, , 354 p. (ISBN 978-1524539702).
  • (en) Marcia Clark et Teresa Carpenter, Without a Doubt, Graymalkin Media, , 474 p. (ISBN 978-1-63168-068-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • The O.J. Simpson Story, 31 janvier 1995, documentaire de 97 minutes diffusé par la Fox, produit par Bob Lemchen, distribué par 20th Century Fox Television et National Studios Inc.
  • « L'affaire O. J. Simpson » en 2004-2005 dans Secrets d'actualité sur M6.
  • « L'affaire O. J. Simpson » le dans Enquêtes criminelles : le magazine des faits divers sur W9.
  • June 17th, 1994 , , documentaire de 53 minutes, produit par ESPN Films dans le cadre de la série documentaire 30 for 30 et dirigé par Brett Morgen.
  • OJ Simpson: Monster or Myth?, , documentaire de 51 minutes, produit par Bill Boyd, distribué par Celebrity Video Distribution et Eye Film Releasing.
  • OJ: Trial of the Century, , produit par Every Hill Films et Raw Television, diffusé par Channel 4 en Grande-Bretagne puis par Investigation Discovery aux États-Unis.
  • Saison 1 d'American Crime Story, série télévisée en dix épisodes diffusée sur FX en 2016 puis sur Netflix à partir de juillet 2017.
  • O.J.: Made in America, mini-série en cinq parties produite et réalisée par Ezra Edelman pour ESPN Films dans le cadre de la série documentaire 30 for 30, diffusée en 2016 aux États-Unis puis sur Arte en France l'année suivante.
  • Is O.J. Innocent? The Missing Evidence , janvier 2017, mini-série en six épisodes produite par Objective Productions, diffusée par Investigation Discovery aux États-Unis.
  • « O. J. Simpson, le footballeur meurtrier ? », diffusé le dans 50 minutes inside le mag sur TF1.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 30 novembre 2017 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 30 novembre 2017 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.