Nicolas III d'Este

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison d'Este.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Nicolas III d'Este
Blason Nicolas III d'Este (1383 - 1441).svg

Armoiries (écartelé, en 1 et 4 d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure endentée de gueules et d'or et en 2 et 3 d'azur, à l'aigle d'argent, becquée, languée et couronnée d'or).
Les fleurs de lys sont une concession d'armes faites par Charles VII de France en 1431.

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
Père
Conjoint
Ricciardia de Saluces (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Hercule Ier d'Este
Ginevra d'Este
Lionel d'Este
Ugo d'Este (en)
Sigismondo d'Este (en)
Meliaduse d'Este (d)
Borso d'EsteVoir et modifier les données sur Wikidata

Nicolas III d'Este, né le et mort le , est un condottiere, marquis de Ferrare de 1393 à sa mort.

Fils d'Alberto V d'Este et d'Isotta Albaresani, il succéda à son père à sa mort en 1393, mais comme il n'avait que dix ans, un conseil de régence fut mis en place jusqu'à sa majorité. Ce conseil, placé sous la protection des Républiques de Venise, Florence et Bologne, devait résoudre le problème des prétentions de Azzo X d'Este. En effet, ce général de Jean Galéas Visconti, duc de Milan, qui descendait d'Obizzo II d'Este, contestait les droits de Nicolas III sur le trône, en raison de sa bâtardise, et cela bien qu'une bulle papale l'ait légitimé.

Mais Azzo ayant été fait prisonnier par Astorre I Manfredi, la menace qu'il représentait disparut.

En 1397, il épousa Gigliola da Carrara, fille de Francesco II da Carrara, seigneur de Padoue.

En 1403, il prit part à la ligue constituée contre le duc de Milan, et fut nommé commandant en chef des troupes papales par Boniface IX. En 1405, il céda les terres ancestrales de la famille, près d'Este, à Venise. En 1410, il commanda trois copies de Fior di Battaglia, un manuscrit traitant des arts martiaux.

En 1413, il partit en pèlerinage en Terre sainte. En 1418, il épousa en secondes noces Parisina Malatesta, fille d'Andrea Malatesta. La même année, craignant les ambitions de Philippe Marie Visconti, il lui céda Parme. En 1425, Nicolas fit exécuter sa femme Parisina et son fils bâtard Ugo pour adultère. La même année, il fut de nouveau commandant en chef de la ligue contre les Visconti de Milan. En 1429, il nomma son fils bâtard Lionel d'Este, dont la mère était Stella de Tolomei, héritier du marquisat.

Ses premiers successeurs seront ses fils : Lionel (1441-1450), Borso (1450-1471) et Hercule (1471-1505).

Le rôle de Nicolas, comme grand prince d'Italie, fut reconnu quand Ferrare fut choisie pour être le siège du concile de 1438.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

De sa première épouse, Gigliola da Carrara, fille de Francesco II da Carrara, seigneur de Padoue, en juin 1397, on ne connaît pas d'enfant. Elle mourut de la peste en 1416.

De sa deuxième épouse, Parisina Malatesta, fille d'Andrea Malatesta, qu'il fit décapiter le 21 mai 1425 pour adultère en compagnie de son fils Ugo, il eut trois enfants :

En troisièmes noces, il épousa Ricciardia de Saluzzo en 1429. Fille de Thomas III de Saluces et Marguerite de Pierrepont, fille de Hugues II de Pierrepont comte de Roncy et Braine, elle lui donna deux enfants :

En dehors de ses 3 mariages, il eut aussi 11 bâtards :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L. A. Muratori, Delle antichità Estensi, Modène, 1717.
  • G. B. Pigna, Historia dei Principi d'Este, Ferrare, 1570.