Adria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adria (homonymie).
Adria
Image illustrative de l'article Adria
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Veneto.svg Vénétie 
Province Rovigo  
Maire Massimo Barbujani detto Bobo
Depuis 2009
Code postal 45011
Code ISTAT 029001
Code cadastral A059
Préfixe tel. 0426
Démographie
Gentilé adriesi
Population 20 441 hab. (31-12-2010[1])
Densité 181 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 00″ N 12° 03′ 00″ E / 45.05, 12.0545° 03′ 00″ Nord 12° 03′ 00″ Est / 45.05, 12.05
Altitude Min. 4 m – Max. 4 m
Superficie 11 300 ha = 113 km2
Divers
Saint patron San Bellino
Fête patronale 26 novembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vénétie

Voir sur la carte administrative de Vénétie
City locator 14.svg
Adria

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Adria

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Adria
Liens
Site web http://www.comune.adria.ro.it/
Map of comune of Adria (province of Rovigo, region Veneto, Italy).svg

Adria est une commune italienne d'environ 20 000 habitants, située dans la province de Rovigo en Vénétie, dans le Nord-Est de l'Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Adria, situé dans le Parc régional du Delta du Pô (Vénétie) à 4 mètres au-dessus du niveau de la mer, au milieu de la Polesine (région géographique de la Vénétie) sur les bords du Canalbianco et traversée, d’Est en Ouest, par la route nationale SS443 qui mène de Rovigo (21 km) à Rosolina (15 km) et la route SS309-Romea qui monte de Ravenne à Venise. Du Nord au Sud, la route SS516, mène de Cavarzere (9 km) à Ariano nel Polesine (18 km)
La commune est desservie par :

  • la ligne de chemin de fer Rovigo-Chioggia.
  • la ligne de chemin de fer Adria-Mestre

Histoire[modifier | modifier le code]

Adria (ou Hadria ou Atria) fut fondée au VIe siècle av. J.-C., par les Étrusques ; elle était, à l'origine, sur la côte même de la mer dont elle était le principal point d'accès pour ces derniers et à qui elle donna son nom : la Mer Adriatique (toutefois, le géographe antique Strabon voit plutôt un fleuve « Adrias » comme l'origine du nom Adriatique[2]) ; par l'effet des atterrissements du et de l'Adige (voir le delta du Pô), elle en est aujourd'hui à 18 kilomètres environ. L'habitat lui-même est assez mal connu : les sondages profonds ont révélé la présence de maisons sur palafittes. Les nécropoles (Canal Bianco, Piantamelon…) sont en revanche bien connues et ont livré des tombes des IVe ‑ IIe siècle av. J.-C. qui attestent la persistance d'un peuplement étrusque dans la région[3], ainsi que la présence dans la ville de populations d'origine vénète ou grecque.

Les Gaulois s'en emparèrent au IVe siècle av. J.-C. ; la ville devint ensuite un municipe romain, en 289 av. J.-C. sous le nom d'Hadria, selon Tite-Live[4].

En 1382, Clément VII, pape d'Avignon, imagina de créer en faveur de Louis d'Anjou un royaume d'Adria, formé aux dépens des États pontificaux, et composé de la Romagne, des Marches et du duché de Spolète, mais ce projet n'eut point d'exécution.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Adria[modifier | modifier le code]

homme politique, militant socialiste

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
22 juin 2009 en cours Massimo Barbujani detto Bobo Démocrates de gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Baricetta, Bellombra, Bottrighe, Ca'Emo, Ca'Tron, Campelli, Canareggio, Canton, Canton Basso, Capitello, Case Beviacqua, Case Matte, Cavanella Po, Chiavica Pignatta, Corcrevà, Fasana Polesine, Fienile Santissimo, Forcarigoli, Isolella, Mazzorno Sinistro, Montefalche, Palazzon, Passetto, Piantamelon, Sabbioni, San Pietro Basso, Tiro A Segno, Valliera, Voltascirocco

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cavarzere (VE), Ceregnano, Corbola, Gavello, Loreo, Papozze, Pettorazza Grimani, San Martino di Venezze, Taglio di Po, Villadose, Villanova Marchesana

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Monuments et lieux d’intérêt[modifier | modifier le code]

Façade la cathédrale d'Adria

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

  • Cathédrale Nuova dei Santi Pietro e Paolo :
  • Église de Santa Maria Assunta della Tomba : modifiée en 1718,
  • Cathédrale Vecchia di San Giovanni: du XI siècle et le Duomo di Adria, cathédrale romane.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Villa Brusemini-Colognesi-Marotto
  • Villa Emo, Cavallari
  • Villa Grassi, Baroni
  • Villa Tretti
  • Villa Papadopoli
  • Villa Mecenati (siège du conservatoire "A.Buzzolla")
  • Palazzo Bocchi (siège de la fondation Scolastique "Dr Nob. Carlo Bocchi")
  • Palazzo Casellati
  • Palazzo del Vescovado
  • Palazzo Tassoni (Siège de la mairie)

Autres[modifier | modifier le code]

  • Théâtre communale du peuple : à proximité du bras du Canalbianco, architecture des années 1930.
  • La borne milliaire romaine se référant à la Via Popilia-Annia réalisée par le consul Publius Popillius Laenas en 132 av.J.-C., conservée au musée archéologique national.
  • Le Musée Archéologique National.
  • la bibliothèque communale.

Galerie d’images[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

La ville possède un circuit automobile accueillant notamment des course de DTM et de Formule 3 Euro Series : l'autodromo Adria International Raceway.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Divers[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville est à l'origine des marques de montres suisses Adria et Adriatica

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Adria » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ (Wikisource)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Strabon, Géographie, livre VII, V, 9
  3. cf. les inscriptions étrusques sur céramique.
  4. Tite-Live, résumé de l'Histoire romaine, Periochae du livre XI

Articles connexes[modifier | modifier le code]