Nicolas Dickner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicolas Dickner
Nicolas Dickner.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web
Distinctions
Œuvres principales

Nicolas Dickner, né le à Rivière-du-Loup, est un nouvelliste, traducteur et romancier québécois. Il est l'auteur de Nikolski, qui remporte le Prix Anne-Hébert, le Prix des collégiens, le Prix des libraires et le Prix printemps des lecteurs de Bordeaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et carrière[modifier | modifier le code]

Né le 21 novembre 1972 à Rivière-du-Loup[1], Nicolas Dickner découvre très tôt qu'il a une passion pour l'écriture. Durant ses cours à l'école secondaire, il commence à rédiger pamphlets et des contes pour enfants dans un carnet[2],[3]. Il étudie ensuite les arts plastiques et la littérature au Cégep de Rivière-du-Loup, où il « fini[t] deuxième au marathon d’écriture André-Laurendeau et remport[e] le troisième prix au concours littéraire intercollégial Critère »[4]. Il poursuit ses études en création littéraire à l’Université Laval, à Québec. Parallèlement, il voyage en Amérique latine et en Europe et vit au Pérou et en Allemagne avant de s’installer à Montréal. En 1997, il obtient une maîtrise en littérature québécoise à l’Université Laval[1],[5].

En plus d'occuper le poste de documentaliste au Centre de recherches en littérature québécoise de l'Université Laval, Dickner est webmestre pour divers organismes artistiques dont l'Union des écrivaines et des écrivains québécois, dont il est également membre[1]. De plus, il travaille comme bibliothécaire à l'Université du Québec à Montréal[4].

Écriture[modifier | modifier le code]

En 2000, il fait paraître un premier recueil de nouvelles, L’Encyclopédie du petit cercle à L'Instant même, en 2000, pour lequel il reçoit le Prix Jovette-Bernier ainsi que le Prix Adrienne Choquette[1],[6]. Il reçoit ensuite une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec pour réaliser une résidence d'écriture en Allemagne[7].

Il publie également Nikolski (Alto, 2005) qui remporte avec le Prix Anne-Hébert, le Prix des collégiens, le Prix des libraires ainsi que le Prix printemps des lecteurs à Bordeaux[1],[8]. L'œuvre est traduite en huit langues[9].

Nicolas Dickner poursuit son cheminement littéraire avec la publication de Tarmac (Alto, 2009) ainsi que Six degrés de liberté (Alto, 2015, Éditions du Seuil, 2018) qui obtient le Prix littéraire du Gouverneur général en 2015[1],[10],[11],[12],[13]. Ses romans présentent des personnages à la personnalité obsessive. Dans Six degré de liberté, le protagoniste est, d'ailleurs, obsédé par les conteneurs et le transport maritime[14].

Il traduit également plusieurs titres dont Minuscule de Andrew Kaufman (Alto, 2012) ainsi que Les Weird, de Andrew Kaufman (Alto, 2014)[15],[16].

En plus de son travail d'écriture, il participe à plusieurs événements littéraires tant au Québec qu'en Europe. Il est aussi critique littéraire pour la revue Voir[7],[17].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • L'encyclopédie du petit cercle, Québec, L'Instant même, 2000, 2006, 107 p. (ISBN 2-89502-137-6)
  • Le romancier portatif : 52 chroniques à emporter, Québec, Alto, 2011, 215 p. (ISBN 978-2-923550-85-5)

Littérature jeunesse[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Minuscule, de Andrew Kaufman, traduit de l'anglais par Nicolas Dickner, Québec, Alto, 2012, 122 p. (ISBN 9782896940677)
  • Les Weird, de Andrew Kaufman, traduit de l'anglais par Nicolas Dickner, Québec, Alto, 2014, 361 p. (ISBN 9782896941667)

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Jan Dominique, Perrine Leblanc et Claude Le Bouthillier, membres du jury du Prix littéraire du Gouverneur général de 2015, mentionnent, à propos du livre gagnant[18] :

« Roman foisonnant et habilement construit, Six degrés de liberté est écrit avec rigueur et tendresse. Nicolas Dickner, au courant des avancées technologiques, dépeint avec intelligence et humour les ravages de la mondialisation et du capitalisme sauvage, en mettant notamment en scène des personnages qui repoussent toutes les frontières. »

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h « Recherche - L'Île », sur www.litterature.org (consulté le )
  2. « Nicolas Dickner: l'écrivain nerd », sur Le Soleil, (consulté le )
  3. Chantale Cusson, « Raconte-moi un auteur: Nicolas Dickner », sur L’actualité, (consulté le )
  4. a et b « Nicolas Dickner - Cégep de Rivière-du-Loup », sur www.cegeprdl.ca (consulté le )
  5. Isabelle Houde, « L'écrivain nerd », La Tribune,‎ , p. W6.
  6. Isabelle Houde, « Repousser les limites de l'expérience humaine », Le Soleil,‎ , p. A3.
  7. a et b « Dickner, Nicolas | l'Encyclopédie Canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  8. a et b Caroline Montpetit, « Cinq territoires à explorer cette année au Prix littéraire des collégiens », Le Devoir •,‎ , p. a6.
  9. « Nicolas Dickner de retour avec un roman sur la fin du monde », L'Acadie Nouvelle,‎ , p. sa2.
  10. Martine Desjardins, « Nicolas Dickner nous transporte », L'Actualité - Vol. 40 n° 5,‎
  11. Hugo Pilon-Larose, « Vivre de sa plume, envers et contre tous », La Presse,‎ , p. ARTS_2_3 •
  12. Josée Lapointe, « Le roman du conteneur », La Presse,‎ , p.A16.
  13. Josianne Desloges, « Fantasme post géographique », Le Soleil,‎ , p. A16.
  14. « Nicolas Dickner: le roman du conteneur », sur La Presse, (consulté le )
  15. « Traduire, une question d'équilibre », Le Soleil •,‎ , p. 33 •
  16. Laila Maalouf, « L'art de traduireavec fidélité », La Presse,‎ , n.p.
  17. Josianne Desloges, « Jeux de construction », Le Soleil - Vol. 120 n° 108,‎ , p. A2 •
  18. iClic (www.iclic.com), « Nicolas Dickner remporte le prix littéraire du Gouverneur général », sur infodimanche.com (consulté le )
  19. a et b « Littérature - Nicolas Dickner recevra lundi le prix Anne-Hébert pour son roman Nikolski », sur Le Devoir (consulté le )
  20. "Archambault dévoile les gagnants de ses deux prix littéraires", paru le , en ligne, consulté le .
  21. « Nicolas Dickner reçoit le prix du Gouverneur général », sur La Presse, (consulté le )
  22. « Prix et distinctions », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, no 139,‎ , p. 67–68 (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne, consulté le )
  23. « Salon du livre: l'arme ultime contre l'intolérance », sur La Presse, (consulté le )
  24. « Les gagnants des GG de 2015 et la meilleure littérature d’ici! | Le Conseil des arts du Canada », sur conseildesarts.ca (consulté le ).
  25. « Entretien avec l'auteur Nicolas Dickner qui prend plaisir à rencontrer ses lecteurs acadiens », sur ici.radio-canada.ca (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :