Nasser Zefzafi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nasser Zafzafi)
Aller à : navigation, rechercher

Nasser Zefzafi (en rifain : Naṣr Azefzafi), né en 1979[1] à Al Hoceïma dans le Rif, est un militant marocain d'origine rifaine.

Il participe depuis octobre 2016 à un mouvement de contestation dans la ville d'Al-Hoceima et le Rif, le Mouvement Populaire du Rif réclamant l'amélioration de la situation socio-économique de la ville et de la région du Rif[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nasser Zefzafi est né à Al Hoceima dans le Rif au nord du Maroc. Ses parents sont originaires de Izefzafen, un petit village des Aït Ouriaghel, tribu à laquelle appartenait aussi Abdelkrim El Khattabi[réf. nécessaire]. Zefzafi descend d'une famille de militant[4]. Son grand-père fut ministre de l’Intérieur de l'éphémère république du Rif tandis que son oncle, assassiné en 1978 près de Larache, était le directeur de cabinet d'Abdelkrim al-Khattabi[4]. Son père fut aussi un militant de première heure de l’Union nationale des forces populaires, puis de l’USFP de laquelle il a démissionné lorsque le parti entra au gouvernement[4]. Zefzafi fut aussi un membre du mouvement du 20 février à Al Hoceima lors des contestations de 2011[1].

Contestation[modifier | modifier le code]

Nasser Zefzafi a participé aux protestations suivant à la mort de Mohcine Fikri, un vendeur de poissons de 31 ans, qui a été écrasé à mort dans une benne à ordures le , en tentant de récupérer sa marchandise qui lui avait confisqué. Dans une interview donnée au site d'actualité El Español (en) en janvier 2017, il déclare : « Ce qui est arrivé à Fikri nous affecte également : si nous restons silencieux aujourd'hui, cela continuera. C'est pourquoi nous devons sortir pour arrêter cela »[5]. Depuis octobre 2016, le mouvement n'a pas faibli et continua de sortir dans les rues d'Al Hoceima et son agglomération mais aussi, Nador.

Cette contestation prit une tournure politique et identitaire depuis avril 2017 [réf. nécessaire], Rabat ayant dans un premier temps accusé la mouvance rifaine de velléités indépendantistes et d'être piloté secrètement depuis l'étranger, alors que Zefzafi nia ces accusations en bloc avant de faire marche arrière et de reconnaître les revendications du mouvement légitime.

Selon le procureur général du roi, le , lors de la prière du vendredi à la mosquée Mohammed-V d'Al Hoceima, Nasser Zafzafi « empêcha le prédicateur de continuer son prêche, prononçant un discours improvisé critiquant les institutions, accusant l'imam de se servir de la religion pour faire un discours politique, et d'être à la solde du makhzen »[6]. Le jour même le procureur de la cour d’appel d’Al Hoceima a ouvert une enquête et a lancé un mandat d’arrêt contre Nasser Zafzafi[6].

Arrestation[modifier | modifier le code]

Il a été arrêté par la police le matin du pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État », et a été transféré le même jour à Casablanca au siège du bureau national de la police judiciaire[7]. Il est également accusé de « perturber la prière du vendredi et de porter atteinte à l'exercice du culte ». Il est notamment accusé « d'atteinte à la sécurité intérieure de l'état » et « pour trahison » [réf. nécessaire].

Le 11 juillet 2017, une vidéo dans laquelle on voit Nasser Zefzafi dans sa cellule à moitié-nu exhibant des ecchymoses le long de son corps circula sur internet avant d'être supprimé. Il aurait été torturé dans le centre de détention d'Oukacha, à Casablanca[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mohammed Amine Harmach, « Qui est vraiment Nasser Zefzafi ? », H24info,‎ (lire en ligne)
  2. « Nasser Zefzafi, l’insurgé de la région du Rif », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  3. « D'où vient le mouvement «Hirak» qui proteste à Al Hoceïma? », RFI Afrique,‎ (lire en ligne)
  4. a, b et c « Qui est Zafzafi, le leader du mouvement d’Al Hoceima et que veut-il? », Le Site Info,‎ (lire en ligne)
  5. « Que veut Nasser Zafzafi, l’activiste qui mène la contestation rifaine? », sur Le Desk, (consulté le 31 mai 2017)
  6. a et b Taoufik Jdidi, « Ce que l'on sait sur l'affaire Nasser Zefzafi à Al Hoceima », Le Site Info,‎ (lire en ligne)
  7. « Nasser Zefzafi arrêté pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat » », sur Telquel.ma, (consulté le 31 mai 2017)
  8. « MAROC – Les vieilles habitudes… | The Maghreb and Orient Courier », sur lecourrierdumaghrebetdelorient.info