République du Rif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
République du Rif
(berbère) Tagduda en Arif (berbère)
(arabe) جمهورية الريف
(espagnol) República del Rif

 – 

Drapeau Blason
Devise hymne =
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la République.
Informations générales
Statut république
Capitale Al Hoceïma
Langue rifain (Tarifit)
Religion Islam
Monnaie riffain
Démographie
Population (1923) 900.000
Superficie
Superficie

34 631 km²

evt1 date=
Président de la république
1921-1927 Abdelkrim al-Khattabi

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La république du Rif[1] (en berbère : Tagduda en Arif), désigne le régime républicain qui s'est établi sur une grande partie du Rif (de Chaouen à Nador) entre 1921 et 1926[2]. Cette situation était transitoire et a duré environ 5 ans.

Aujourd'hui, le mouvement pour l'établissement d'une néo-république rifaine persiste et fait partie du républicanisme marocain moderne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant et après le traité de Fès (1912), les Rifains résistent violemment aux intrusions espagnoles et françaises au Maroc.

Sous la conduite de Mohamed ben Abdelkrim al-Khattabi, dit Abd el-Krim, les tribus du rif central s'allient pour lutter contre le colonisateur européen.

Après avoir créé un commandement et une structure de pouvoir, Abd el-Krim bat les Espagnols de nombreuses fois et les repousse dans leurs avant-postes côtiers. L’Espagne perdit près de 16 000 soldats, lors de la bataille d'Annoual, dont le général Manuel Fernández Silvestre. Le butin des Rifains fut considérable : 200 canons, 400 mitrailleuses, 20 000 fusils et des munitions en très grande quantité. Cette victoire rifaine eut un retentissement énorme en Europe. Après la bataille d'Anoual, en juillet 1921, les Espagnols abandonnent l'arrière-pays à Abd el-Krim. Le 18 septembre 1921, les Rifains via Abdelkrim proclament la création de la république du Rif. Il s'agit de la première république indépendante d’une forme moderne et structurelle au sud de la Méditerranée dans le contexte d’après la Première Guerre mondiale. Très vite, plusieurs tribus du nord du Maroc se rallièrent à Abdelkrim et les Rifains marchèrent sur Chefchaouen. Ils assiégèrent Tétouan sans réussite.

Abdelkrim tenta de stabiliser et de moderniser sa jeune république. Il abolit le droit coutumier berbère jugé comme arriéré, dote son pays d'un parlement ainsi que d'un gouvernement, dont les membres sont issues de ses proches, envisage la création d'une monnaie et un recensement de sa population. Il envoya par la même occasion des représentants diplomatiques à Londres et à Paris à la SDN pour essayer d’établir des liens diplomatiques avec l'Europe mais cela ne fut pas très bien accueilli par les puissances coloniales européennes. Abdelkrim déclara ouvertement sa sympathie pour le régime turc de Mustafa Kemal et envisagea un rapprochement.

Hubert Lyautey, résident général au Maroc, pressent qu'Abdelkrim va chercher à obtenir le ralliement des tribus rifaines (Metalsa, Gueznaya et Ait Bouyahyi) situées sur la partie du Maroc français. Il demande l'envoi de renforts qui lui permettent de former trois groupes d'infanterie et neuf escadrilles d'avions.

Au printemps 1925, Abdelkrim al-Khattabi décide de lancer une offensive après être parvenu à rallier plusieurs tribus, en vue d'atteindre l'oued Ouergha qu'il considère comme la frontière géographique du Rif , et de facto de sa république.

Le 22 avril 1925, il passe à l'attaque en direction de Fez. Pour l'arrêter, les Français disposent du 3e bataillon du 15e régiment de tirailleurs algériens qui garde le gué et le bac de l'Ouergha. Le bataillon repousse les assauts durant quatre jours avant d'être dégagé le 28, mais les Rifains continuent d'attaquer les petits postes. Ceux de Beni Derkoul et du douar de Mostitef succombent le 13 juin.

Début mai 1926 des pourparlers s'engagent à Oujda mais, face à l'intransigeance des Français et des Espagnols qui ne veulent pas de la république du Rif les négociations échouent. Une offensive est lancée sur Ajdir, capitale de la République du Rif en mai 1926 et Abdelkrim décida de se rendre à la condition que les bombardements aux armes chimiques sur les populations cessent. Le 27 mai 1927, jour de la reddition, la république du Rif est dissoute par la France et l'Espagne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « République du Rif », sur www.amazighworld.org (consulté le 12 mars 2019)
  2. « il sur la République du Rif : la première République moderne au sud de la Méditerranée après la 1 guerre mondiale », sur AgoraVox, (consulté le 12 mars 2019)