Mwambutsa IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mwambutsa IV
Mwambutsa IV, 1962
Mwambutsa IV, 1962
Titre
Prétendant au trône du Burundi

(10 ans 9 mois et 18 jours)
Prédécesseur Lui-même (roi)
Successeur Rosa Paula Iribagiza
Roi du Burundi[1]

(50 ans 7 mois et 8 jours)
Couronnement
Premier ministre Joseph Cimpaye
Prince Louis Rwagasore
André Muhirwa
Pierre Ngendandumwe
Albin Nyamoya
Pierre Ngendandumwe
Pié Masumbuko
Joseph Bamina
Prince Léopold Biha
Prédécesseur Mutaga IV
Successeur Ntare V
Biographie
Dynastie Ganwa
Nom de naissance Bangiricenge
Date de naissance
Lieu de naissance Nyabitogi (Ruanda-Urundi)
Date de décès (à 66 ans)
Lieu de décès Meyrin (Suisse)
Père Mutaga IV
Mère Ngezahayo
Fratrie Prince Ignace Kamatari
Conjoints 1) Thérèse Kanyonga († 1986)
2) Baramparaye (1929-2007)
Enfants Prince Louis Rwagasore
Princesse Rosa Paula Iribagiza Mwambutsa
Princesse Regina Kanyange Mwambutsa
Ntare V Red crown.png
Héritier Louis Rwagasore (1932-1961)
Charles Ndizeye (1961-1966)
Résidence Palais royal de Gitega

Mwambutsa IV
Monarques du Burundi

Mwambutsa IV Bangiricenge (13 mars 1911 - 26 avril 1977), fils de Mutaga IV Mbikije et de la princesse Ngenzahago, fut l'avant-dernier roi de la dynastie Ganwa qui a régné sur le Burundi pendant plus de trois siècles.

Début du règne[modifier | modifier le code]

Le prince Bangiricenge a trois ans lorsqu'il accède au trône, à la mort de son père[2]. On raconte que le résident allemand, le major von Steinkeller était présent à son intronisation. Le Burundi est alors un protectorat allemand, avant de passer sous celui de la Belgique après la Première Guerre mondiale. Le prince Bangiricenge fut intronisé à Muramvya le 16 décembre 1915, sous le nom de règne de Mwambutsa IV Bangiricenge. Néanmoins, ce n'est qu'en 1931, alors âgé de 19 ans, qu'il est investi des pleins pouvoirs.

Indépendance[modifier | modifier le code]

Tout au long de son règne, Mwambutsa IV va tenter de s’émanciper de la tutelle colonisatrice des Belges, qui occupent le pays depuis 1916. Les Belges lui imposent à l’aube de l’indépendance de créer un parlement et d’organiser des élections multiethniques en 1961[3]. Conscient de l'évolution de la société burundaise et de ses divisions intérieures, Mwambutsa manœuvra habilement en se proclamant au-dessus des partis. Il devint alors le premier chef d'État du Burundi indépendant. Malheureusement, les divisions entre les différentes composantes du Burundi furent telles que le pays sombra dans une période d'instabilité, avec des assassinats politiques, des massacres et des coups d'État successifs.

Famille[modifier | modifier le code]

Mwambutsa IV épousa Thérèse Kanyonga en 1932. La reine Kanyonga est une descendante directe du mwami Mutaga III (roi du Burundi de 1739 à 1767). Elle mettra au monde trois enfants, dont l'aîné porte le prédicat honorifique|prédicat d'altesse royale et les puînés celui d'altesse :

  1. le prince Louis Rwagasore (1932-1961), prince héritier (1932-1961) puis Premier ministre (1961) ;
  2. la princesse Rosa Paula Iribagiza Mwambutsa (née en 1934) ;
  3. la princesse Regina Kanyange Mwambutsa (1935-1987).

En 1946, le roi Mwambutsa divorce de la reine Kanyonga et épouse la reine Baramparaye. L'année suivante, la reine Baramparaye donne naissance à un fils portant le prédicat honorifique|prédicat d'altesse royale :

  1. le prince Charles Ndizeye Mwambutsa (1947-1972), prince héritier (1961-1966) puis roi Ntare V (1966)

Le règne et la vie de Mwambutsa furent émaillés d'une série de tragédies familiales.

L'unique frère de Mwambutsa est le prince Ignace Kamatari qui est mort d'un étrange accident de voiture en 1964 à Bujumbura.

Le fils de Mwambutsa IV, le prince Louis Rwagasore, a été assassiné en 1961 à cause de son combat pour l’indépendance du pays, indépendance qui fut proclamée en 1962. En juillet 1966, Mwambutsa est destitué par son deuxième fils, Charles (Ntare V), âgé de 19 ans, lui-même déposé quelques mois plus tard lors du coup d'État qui mena à l'instauration de la république. Ntare V fut lui aussi assassiné par le pouvoir de Michel Micombero et jeté dans une fosse commune, le 29 avril 1972, quelques heures avant la terrible crise qui ravagea le pays en 1972.

Mwambutsa IV s'exile en Suisse où il vécut, à l'écart de la vie politique agitée de son pays, jusqu'à sa mort en 1977. Il est inhumé à Meyrin, dans la périphérie de Genève.

Exhumation[modifier | modifier le code]

En avril 2012, le gouvernement burundais a sollicité des autorités suisses le retour de la dépouille du roi[4], dans le cadre des festivités du cinquantenaire de l'indépendance du pays, dans une démarche de réconciliation nationale. Des membres de la famille de Mwambutsa IV, notamment sa nièce, la princesse Esther Kamatari, s'opposent à ce transfert de la dépouille, en invoquant le respect de la mémoire du roi, qui s'est opposé dans son testament à ce que sa dépouille repose au Burundi[5],[6].

La fille de Mwambutsa IV, la princesse Rosa Paula Iribagiza Mwambutsa, qui est membre du parti du président Pierre Nkurunziza, est, quant à elle, favorable au transfert de la dépouille de son père, en argumentant que « le testament du roi est de loin inférieur à l’intérêt du pays ». Toutefois, elle a été exhérédée, ainsi que sa sœur, la princesse Regina, dans le testament du roi.

Dans une ordonnance rendue le 8 août 2012, le tribunal civil du Canton de Genève a indiqué que la volonté du roi primait sur celle de ses proches et qu'en conséquence, sa dépouille ne pouvait, en l'état, être rapatriée au Burundi.

En novembre 2016, la justice suisse confirme la ré-inhumation de Mwambutsa IV dans le cimetière de Meyrin[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sultan et mwami du Burundi du 30 novembre 1915 au 1er juillet 1962, date de l'indépendance du Burundi.
  2. « burundi9 », sur www.royalark.net (consulté le 2 novembre 2016)
  3. Afrique, terre d'histoire. Au cœur de la recherche avec Jean-Pierre Chrétien. Par Christine Deslaurier, Jean-Pierre Chrétien
  4. « Le Burundi réclame le roi enterré à Meyrin », tdg.ch/,‎ (lire en ligne)
  5. « Burundi : Les restes du roi Mwambusta IV ne seront pas rapatriés de Suisse mercredi comme prévu », sur www.souslemanguier.com (consulté le 2 novembre 2016)
  6. « Radio Isanganiro », sur www.isanganiro.org (consulté le 2 novembre 2016)
  7. « La dépouille de l'ex-roi du Burundi bientôt à Meyrin », tdg.ch/,‎ (lire en ligne)

Liens internes[modifier | modifier le code]