Esther Kamatari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Esther Kamatari
Biographie
Titulature Princesse du Burundi
Dynastie Ganwa
Naissance (65 ans)
Giheta (Ruanda-Urundi)
Père Ignace Kamatari
Mère Agrippine
Conjoint 1) Pierre Bassez
2) Gilles Herbulot
Enfants Premier lit :
Frédérique Bassez Kamatari
Deuxième lit :
Jade Herbulot Kamatari
Arthur Herbulot Kamatari
Description de l'image Coat of arms of the Kingdom of Burundi.png.

La princesse Esther Kamatari, née à Giheta le [1], est un membre de la famille royale du Burundi, de la dynastie Ganwa, en exil en France, également mannequin et écrivain. Son père, le prince Ignace Kamatari, était le frère du roi Mwambutsa IV du Burundi.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'assassinat de son père en 1964[2] ainsi que la chute de la monarchie sont deux événements qui ont déterminé le cours de sa vie.

Après une carrière internationale de top model chez Lanvin, où elle devient le premier mannequin noir de l'histoire[3], Esther Kamatari se distingue par ses engagements humanitaires en faveur de son pays, notamment envers les femmes et les orphelins[4]. Elle a notamment été l'initiatrice d'une démarche solidaire originale qui consistait à placer les enfants orphelins dans des familles d'accueil.

Auteur du livre Princesse des Rugo. Mon histoire, elle est choisie par le mouvement Abahuza (« rassembler » en kirundi) pour le représenter lors des élections législatives, et communales de et présidentielle (en) d'août 2005[5].

En 2008, elle est élue conseillère municipale en France, à Boulogne-Billancourt, chargée de la solidarité internationale, et réélue en 2014 [6].

Depuis 2010, elle contribue à la formation au mannequinat dans les banlieues, soutenue par la ville de Montfermeil et le groupe LVMH[7].

En 2012, elle parraine, aux côtés du président Abdou Diouf, une soirée de gala au profit d’un centre multimédia pour les femmes de Rutana, au Burundi[8].

En , elle s'oppose au transfert de la dépouille de son oncle, le roi Mwambutsa IV à Bujumbura, en invoquant le respect de la mémoire du roi, qui s'est opposé dans son testament à ce que sa dépouille repose au Burundi[9],[10],[11].

En 2015, elle rejoint le cercle fermé des égéries de la maison Guerlain dont elle devient l'ambassadrice extraordinaire[12], [13].

Famille[modifier | modifier le code]

De ses deux mariages sont nés trois enfants :

  1. avec Pierre Bassez, qu'elle épouse en avril 1972, elle a une fille :
    1. Frédérique Bassez Kamatari (née à Berck le 2 janvier 1972)[14], comédienne[15]
  2. avec Gilles Herbulot, qu'elle épouse le 3 octobre 1986, elle a une fille et un fils :
    1. Jade Herbulot Kamatari (née à Paris le 6 juillet 1986)[16], comédienne[17] et metteur en scène[18], [19]
    2. Arthur Herbulot Kamatari (né à Boulogne-Billancourt en 1991)[20], dit Prince Kamatari[21], musicien[22], membre du groupe Calypsodelia

Décoration[modifier | modifier le code]

Ordre national du Lion Chevalier de l'ordre national du Lion (Sénégal), 14 août 2002[23].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Esther Kamatari et Marie Renault, Princesse des Rugo. Mon histoire, Bayard, Paris, 2001, p. 16.
  2. Raphaël Ntibazonkiza, Au royaume des seigneurs de la lance: De l'indépendance à nos jours (1962-1992), (lire en ligne), p. 3, 37
  3. « Princesse Kamatari à cmidi du 20 mars 2015 avec Caroline Dasylva », sur YouTube,‎
  4. « Portrait: Esther Kamatari un modèle pour top model (lien archivé) », sur le blog france-metissage.com (consulté le 27 octobre 2016).
  5. (en) « Princess for president in Burundi », sur le site de la BBC,‎ (consulté le 27 octobre 2016).
  6. « Boulogne - Billancourt », sur www.boulognebillancourt.com (consulté le 10 juin 2015)
  7. « Montfermeil change d'image », sur le site du Figaro.fr,‎ (consulté le 27 octobre 2016).
  8. « Inauguration du Centre Ijambo de Rutana », sur le site du Cercle des anciens et des amis de l'Organisation internationale de la Francophonie,‎ (consulté le 27 octobre 2016).
  9. Cédric-Soledad Urakeza, « Le corps du roi Mwambutsa exhumé, mais son transfert vers le Burundi suspendu (lien archivé) », sur le site IWACU les voix du Burundi,‎ (consulté le 27 octobre 2016).
  10. « Les restes du roi Mwambusta IV ne seront pas rapatriés de Suisse mercredi comme prévu », sur le site Sous le manguier.com,‎ (consulté le 27 octobre 2016).
  11. Marc Niyonkuru, « Divergeances sur le retour des restes du roi Mwambutsa IV au sein de sa famille », sur le site de la radio Isanganiro,‎ (consulté le 27 octobre 2016).
  12. « Esther Kamatari, la nouvelle égérie de Guerlain », sur le site Le Parisien.fr,‎ (consulté le 27 octobre 2016)
  13. « Femmes au pluriel : interview de Princesse Esther Kamatari », sur YouTube,‎ (consulté le 28 octobre 2016)
  14. Esther Kamatari et Marie Renault, Op. cit., p. 113.
  15. Saint-Quentin : Frédérique Bassez-Kamatari ou l’histoire d’une « sorcière » bien aimée, L'Aisne nouvelle, 11 octobre 2015.
  16. Esther Kamatari et Marie Renault, Op. cit., p. 144.
  17. Collectif 49 701
  18. Formart
  19. Rue du Conservatoire
  20. Esther Kamatari et Marie Renault, Op. cit., p. 154.
  21. Radio Campus Paris
  22. Festival de la Cité, Lausanne, 5-10 juillet 2016
  23. Royal Ark

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]