Tavelure (botanique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tavelure.
image illustrant la botanique
Cet article est une ébauche concernant la botanique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tavelure
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Tavelure » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Tavelure sur feuilles de pommier

Taxons concernés

dans les genres

Les tavelures sont des maladies cryptogamiques provenant de divers champignons et affectant notamment les pommiers, pruniers, poiriers et oliviers. Elles altèrent aussi bien les feuilles que les fruits.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Sur feuilles, ce sont généralement des taches devenant brunes ou noirâtres, relativement rondes, de quelques millimètres de diamètre. Elles provoquent des déformations du feuillage.

Sur fruits, les manifestations vont jusqu'à la déformation complète, avec crevasses profondes et/ou la chute du fruit. Celui-ci est de toute façon impropre à la commercialisation. Les fruits se tachent et se crevassent.

Noms français et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des noms vulgaires ou des noms vernaculaires attestés[1] en français.
Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide.

Lutte[modifier | modifier le code]

Stades d'évolution du pommier. Les stades de sensibilité maximum à la tavelure sont atteints aux stades C-C3 pour le pommier et C3-D pour le poirier.

Mieux vaut intervenir préventivement avec un fongicide de contact à base de cuivre, dodine ou mancozèbe et macération de prêle en alternance.

Il existe aussi des appareils et méthodes permettant de prévoir les attaques en analysant les différents paramètres favorables (température, durée d'humectation du végétal, etc.). Les résultats permettent de traiter en « semi-curatif », pour bloquer la pénétration du champignon, juste après une pluie contaminatrice.

Il est recommandé de détruire au mieux les feuilles à l'automne, soit en les brûlant (difficile), soit en accélérant et améliorant leur décomposition, de façon à détruire les formes de conservation hivernale du champignon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet
  2. a, b, c et d Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  3. Voir définition donnée par le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]