Charbon (maladie cryptogamique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charbon (homonymie).

Les charbons sont des maladies cryptogamiques causées par des champignons multicellulaires, qui se caractérisent par leur grand nombre de téliospores.

Ces champignons phytopathogènes appartiennent pour la plupart à la classe des Ustilaginomycetes, phylum des Basidiomycota. Ces espèces sont regroupées avec les autres basidiomycètes en raison de leurs points communs concernant la reproduction sexuée[1].

Le charbon affecte plus particulièrement les plantes de la famille des Poaceae (graminées), et notamment les céréales, mais aussi d'autres plantes cultivées. Les hôtes les plus importants sur le plan économique sont le maïs, l'orge, le blé, l'avoine, la canne à sucre et les graminées fourragères.

Cette maladie finit par détourner le système de reproduction des plantes, formant des galles qui noircissent et éclatent, libérant des téliospores fongiques qui peuvent infecter d'autres plantes à proximité. Avant que l'infection puisse se produire, les champignons doivent réussir un accouplement qui produit des hyphes dicaryotiques (deux cellules haploïdes fusionnent pour former un dicaryon).

Charbon de la canne à sucre[modifier | modifier le code]

« Fouet » du charbon de la canne à sucre.

Le charbon de la canne à sucre est causé par le champignon Sporisorium scitamineum (synonyme : Ustilago scitaminea). Le « fouet » du charbon est une structure noire incurvée (sore) qui émerge du verticille foliaire, ce qui facilite la propagation de la maladie. Le charbon de la canne à sucre provoque des pertes économique importantes dans les cultures de canne à sucre. Cette maladie a été récemment découverte dans la zone côtière de l'est de l'Australie, l'une des régions du monde parmi les plus productives en sucre .

Pour qu'une culture de canne à sucre soit infectée par la maladie, de grandes concentrations de spores sont nécessaires. Le champignon se propage grâce à son sore charbonneux en forme de fouet, qui est utile pour disperser les spores sur d'autres plantes, ce qui se produit habituellement en trois mois. Lorsque l'inoculum est dispersé, les jeunes bourgeons de canne à sucre, tout juste sortis du sol, sont les plus sensibles à la maladie. Du fait que l'eau est nécessaire à la germination des spores, l'irrigation s'est révélée être un facteur de propagation de la maladie. Par conséquent des précautions particulières doivent être prises lors de l'irrigation des plantations pour empêcher la propagation du charbon[2].

Une autre façon de prévenir la maladie chez la canne à sucre est l'utilisation de fongicides. Cela peut se faire soit par un trempage pré-plantation ou par une pulvérisation post-plantation avec un fongicide spécifique. Le trempage pré-plantation donne de meilleurs résultats dans la prévention de la maladie, mais la pulvérisation post-plantation est une option pratique pour les grandes plantations de canne à sucre[3].

Charbon du maïs[modifier | modifier le code]

Épi de maïs charbonné.

Le charbon du maïs (Ustilago maydis) infecte le maïs cultivé et se développe dans les épis, transformant les grains en une poudre noire de tissus fongiques.

Au Mexique, où ils sont historiquement appréciés depuis les Aztèques, ces épis charbonneux, appelés huitlacoche, sont considérés comme un mets délicat. Le charbon du maïs est vendu dans les marchés mexicains, tandis que d'autres régions du monde (y compris le États-Unis) continuent de rejeter ce produit comme ingrédient alimentaire. Des chercheurs ont découvert récemment que la teneur en protéines du charbon de maïs est supérieure à celle du maïs, de l'avoine ou du foin de trèfle[4]

Le Huitlacoche est utilisé dans différentes recettes, dont des soupes, des ragoûts, des sauces à steak et des crêpes.

Principales formes de maladies du charbon chez les plantes[modifier | modifier le code]

Selon EPPO Plant Protection Thesaurus (OEPP)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Schumann G. L., D'Arcy C. J,. 2006. Essential Plant Pathology. The American Phytopathological Society. St. Paul. p. 28-29.
  2. (en) Waller, J.M. 1969. Sugarcane smut (Ustilago scitaminea) in Kenya: I. Epidemiology. Transactions of the British Mycological Society. Vol. 52 (1) 139-151.
  3. (en) Olufolaji, D.B. 1993. Evaluation of some relatively new fungicides for smut control in sugarcane. Crop Protection. Vol. 12 (4) 293-295.
  4. (en) McMeekin, D. 1999. Different perceptions of the Corn Smut fungus. Mycologist. 13 (4). 180-183.
  5. (en) « EPPO Plant Protection Thesaurus », OEPP (consulté le 4 octobre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]