Mongolie-Extérieure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mongolie-Extérieure sur la carte de la Chine de 1820, sous la dynastie Qing
Mongolie-Extérieure et Mongolie-Intérieure sous la dynastie Qing.

La Mongolie-Extérieure (Mongol bichig : ᠭᠠᠳᠠᠭᠠᠲᠤ
ᠮᠣᠩᠭᠣᠯ
 ; cyrillique : Гадаад Монгол, translittération : Gadaad Mongol (littéralement, Mongolie-Extérieure), translittération mandchoue : Tulergi Monggo, chinois : 蒙古 ; pinyin : Wài Měnggǔ) était une entité administrative de la dynastie Qing[réf. nécessaire], quasiment équivalente à l'État actuel de Mongolie. Des confusions persistent sur l'étendue de la Mongolie-Extérieure : Certains la reconnaissent comme les quatre aïmags Khalkha,Setsen Khan Aimag, Tüsheet Khan Aimag, Sain Noyon Aimag et Zasagt Khan Aimag, uniquement, d'autres y additionnent les régions oïrates de Tannu Uriankhai (aujourd'hui république de Touva en Russie) et Khovd au Sud-Ouest de l'actuel état mongol.

Histoire[modifier | modifier le code]

Alors que la Mongolie-Intérieure s'allie à l’empire des Qing au XVIIe siècle, la Mongolie extérieure reste à l’écart de l'empire mandchou[1].

En 1911, la Russie a des visées sur la Mongolie-Extérieure[2] qui devint un protectorat russe au moins jusqu'en 1950[3].

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom de « Mongolie-Extérieure » s'oppose à celui de Mongolie Intérieure (内蒙古, nèi měnggǔ), qui est de nos jours une région autonome de la République populaire de Chine. Ce terme vient du nom mongol de la région Gadaad Mongol, équivalent du nom mandchou Tulergi Monggo, qui signifie « Mongolie-Extérieure » ou « Mongolie externe ». En mongol moderne, le terme Ар Монгол (Ar Mongol), qui signifie « Mongolie du Nord » ou « Mongolie retirée », est aussi utilisé.

En Occident, on parlait également pour cette région de Mongolie du Nord, de Mongolie Khalkha (ou de la Khalkha)[4].

Pour éviter toute confusion entre la nation souveraine de Mongolie et la Mongolie-Intérieure chinoise tout en reconnaissant cette souveraineté, les médias de la République populaire de Chine (RPdC) utilisent fréquemment le terme « Pays mongol » (蒙古国, měnggǔ guó), qui est la traduction du nom officiel du pays en mongol, (Монгол улс / Mongol uls) au lieu du seul terme « Mongolie », utilisé généralement en occident, englobant l'ensemble des territoires mongols. Le Japon utilise le même terme que la RpdC, mongori goku (モンゴル国?).

De nos jours, le terme de « Mongolie-Extérieure » est encore parfois utilisé de manière informelle en référence à la Mongolie. Il est parfois pointé du doigt comme reflétant un point de vue sinocentriste qui considère le nord de la Mongolie comme étant « extérieur », alors que sa partie Sud, plus proche du centre de la civilisation chinoise, est considérée comme « intérieure »[réf. nécessaire]. Ce terme est également utilisé communément à Taïwan[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hélène Carrère d'Encausse, L’intégration de la Mongolie intérieure pose à la Chine un problème national loin d’être résolu, Le Monde diplomatique, novembre 1966, p. 24
  2. Catherine Mayaux, Saint-John Perse lecteur-poète: le lettré du monde occidental, p. 31
  3. Alain Frèrejean, Churchill et Staline, p. 515
  4. M. V.-A. Riasanovsky, « Les monuments du droit mongol », Bulletin de la Société de législation comparée - 1872-1948, Paris, A. Cotillon, no 1-3,‎ , p. 324-367 (lire en ligne) en particulier page 325

Voir aussi[modifier | modifier le code]