Redécentralisation d'Internet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Minitel 2.0)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Décentralisation.

La redécentralisation d'Internet consiste à mettre les terminaux, les services et l'information à la périphérie du réseau Internet. Internet a été conçu comme un réseau de réseaux interconnectés dans lequel n'importe quel nœud du réseau peut communiquer avec tous les autres. Dans le contexte actuel, on observe cependant une centralisation d'Internet en ce qui concerne son infrastructure, ses services, son information. On observe la centralisation de l'information, des services vers les géants d'Internet comme Google, Facebook dans les centres de traitement de données. Des protocoles de messageries originaux comme le courriel, pour lesquels un particulier peut devenir son propre fournisseur d'adresse électronique, s'ils le souhaitent, sont dans une certaine mesure complétés par certains services comme Facebook, un réseau massivement utilisé mais pour lesquels l'utilisateur doit nécessairement passer par les serveurs de la compagnie pour utiliser ce service en lui-même. Des alternatives existent, mais elles ne sont généralement pas interconnectées.

Exemples de réseaux centralisés[modifier | modifier le code]

  • La télévision : les chaînes de télévision émettent vers des écrans passifs
  • Le réseau du minitel était composé d'un point central qui émet l'information et des terminaux passifs à la périphérie.

Critiques du modèle centralisé[modifier | modifier le code]

Pertes de contrôle de ses données personnelles. Manque de confiance envers les infrastructures, logiciels. Vente de nos informations personnelles par les géants du net à des entreprises de publicité pour mieux cibler le client. Surveillance des populations par les États révélée par Edward Snowden concernant la NSA et son programme PRISM. La dépendance de l'utilisateur envers une société qui peut fermer du jour au lendemain entraînant la pertes de ses données personnelles et des services fournis. La censure des messages de l'utilisateur, car il passe par leurs infrastructures.

Des personnalités influentes du monde du web comme le créateur du web Tim Berners-Lee[1], John McAfee « John McAfee parie sur une redécentralisation pour sécuriser Internet », Zdnet.fr,‎ (lire en ligne), pour la sécurité et le respect de la vie privée, ont pris position pour la redécentralisation d'Internet.

Minitel 2.0[modifier | modifier le code]

En France, l’un des grands critiques du modèle centralisé, Benjamin Bayart, a créé la notion de Minitel 2.0 [2], en référence à la résurgence du modèle uniquement client-serveur du Minitel : l’utilisateur devait connecter son terminal à des fournisseurs de services comme l'annuaire ou les services de petites annonces, en payant la connexion et le fournisseur de service. Les rôles de client et de serveur étaient dans ce réseau clairement limités, au contraire d'Internet où chaque machine peut être dans certains cas serveur ou cliente, permettant par exemple à un particulier d'avoir un serveur de courriel pour son foyer, en ayant un nom de domaine choisi par lui. À contrario, un acteur actuel comme Facebook ne fournit aucune manière d'héberger sa page utilisateur Facebook chez soi, et encore moins en communiquant avec d'autre serveurs de réseaux sociaux, on compare par exemple Facebook à un « web dans le web »[3].

Solutions possibles[modifier | modifier le code]

La décentralisation d'Internet peut se faire via :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Tim Berners-Lee: we need to redecentralise the web », Wired,‎ (lire en ligne)
    Interview de Tim Berners Lee dans un numéro du magazine américain sur les nouvelles technologies Wired
  2. « Internet libre ou Minitel 2.0 ? »
  3. « L'écosystème Facebook », Lemonde.fr,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]