InterPlanetary File System

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
IPFS
Logo

Développeur Juan Benet
Dernière version 0.4.10 (28 Juin 2017)
Écrit en Go
Environnements GNU/Linux, OS X, Microsoft Windows et FreeBSD
Type Protocole réseau
Partage de fichiers en pair à pairVoir et modifier les données sur Wikidata
Licence Licence libre (Licence MIT)
Site web ipfs.io

InterPlanetary File System (ou IPFS, système de fichier inter-planétaire), est un protocole pair à pair de distribution de contenu adressable par hypermédia, conçu à l'origine par Juan Benet[1]. L'implémentation principale d'IPFS est un logiciel libre[2] dirigée par l'Interplanetary Networks[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le hash de ce logo Wikipedia est QmRW3V9znzFW9M5FYbitSEvd5dQrPWGvPvgQD6LM22Tv8D. On peut donc accéder au fichier de ce logo en HTTP via une passerelle publique ou via une instance locale d'IPFS.

IPFS est un système distribué de fichiers pair à pair qui ne dépend pas de serveurs centralisés. Son but est de connecter un ensemble d'équipements informatiques avec le même système de fichiers. D'une certaine manière IPFS est similaire au World Wide Web, à la différence qu'il peut être vu comme un essaim BitTorrent (Swarm) unique, qui échange des objets au sein d'un dépôt Git.

En d'autres termes, IPFS fournit un modèle de stockage par blocs adressable par contenu de haute capacité, utilisant des hyperliens pour l'accès. Ceci forme un graphe orienté acyclique de Merkle généralisé[4]. IPFS combine une table de hashage, un échange de blocs encouragé et un espace de noms auto-certifié. IPFS n'a pas de point unique de défaillance et les nœuds n'ont pas besoin de se faire mutuellement confiance[4].

Le système de fichiers peut être accédé de différentes manières, notamment via FUSE ou à travers HTTP. Il est possible d'ajouter un fichier local au système de fichier IPFS, le rendant de ce fait accessible au reste du monde. Les fichiers sont identifiés grâce à leur hash, permettant l'utilisation d'une mémoire cache, et distribués via le protocole BitTorrent[réf. nécessaire]. Les utilisateurs lisant du contenu contribuent à servir ce contenu à d'autres utilisateurs sur le réseau.

IPFS utilise son propre système de noms de domaine appelé IPNS (Inter-Planetary Naming System), c'est un espace de nom global basé sur une infrastructure à clés publiques (ICP ou PKI) qui sert à construire une chaîne de confiance, qui est compatible avec les autres services de noms de domaine et peut lier des adresses de type DNS, .onion, .bit, etc. vers IPNS[4].

Réception[modifier | modifier le code]

Kyle Drake, le créateur du service d'hébergement Neocities (en), a exprimé la conviction que IPFS est le remplaçant de HTTP et de nombreux autres protocoles et solutions. Selon lui, « la manière dont HTTP distribue le contenu est fondamentalement imparfaite, et essayer d'améliorer les performances ou forcer les gens à utiliser des certificats SSL brisés est inutile. »[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « IPFS README - Who designed it? » (consulté le 11 septembre 2015)
  2. « ipfs/go-ipfs », sur GitHub (consulté le 11 novembre 2015)
  3. « The IPFS Project » (consulté le 11 septembre 2015)
  4. a, b et c « IPFS README » (consulté le 11 septembre 2015)
  5. Citation originale : « The way HTTP distributes content is fundamentally flawed, and no amount of performance tuneups or forcing broken CA SSL or whatever are going to fix that. » HTTP is obsolete. It's time for the distributed, permanent web, The Neocities Blog, 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]